Le courrier du voyageur

Archive, mai 2012

Mercredi 30 mai 2012 | Mise en ligne à 1h51 | Commenter Un commentaire

De librairies en villages du livre

Yves Cavioli, de Montréal, m’écrit pour signaler un coup de cœur : la librairie Selexyz Dominicanen, à Maastricht, dans le Sud des Pays-Bas. Aménagée dans une ancienne église gothique du XIIIe siècle (l’église des Dominicains), cet espace dédié à la littérature est, effectivement, un des plus beaux exemples de reconversions réussies d’anciens lieux de culte. Trois étages de rayonnages prennent place dans une structure métallique harmonieusement intégrée à la nef centrale. Les clients qui déambulent dans les nefs latérales peuvent aussi feuilleter les volumes empilés sur des tables disposées entre les colonnes.

On y trouve un grand département de livres anglophones et un moins grand département consacré à la littérature francophone. La majesté des lieux et l’agencement d’éclairages artificiels et naturels concourent à parfaire l’ambiance de ce temple de la lecture et à en faire une étape obligée pour les visiteurs qui arpentent les rues piétonnes de la vieille vile et du quartier de Wijck, bordées de magasins et d’un nombre impressionnant de terrasses.

Monsieur Cavioli demande s’il existe d’autres librairies aussi spectaculaires, ailleurs en Europe. Aussi spectaculaires, peut-être pas. Mais la libraire ABC (American Book Center, car on y trouve surtout des livres anglo-saxons) à Amsterdam, les librairies Tropismes (dans la Galerie des Princes) et surtout Cook & Books (avec ses espaces décorés en fonction des différentes catégories de volumes), à Bruxelles, valent aussi le détour.

On pourrait encore signaler la Livaria Lello (une autre réussite de reconversion d’un superbe bâtiment), à Porto, Atlantis Books, dans l’île de Santorin, en Grèce, et 10 Corso Como, à Milan.

Quant aux bibliophiles qui passent à Maastricht, ils feraient bien de pousser une pointe au «village du livre» de Redu (www.redu-villagedulivre.be), situé dans les Ardennes belge, à une centaine de kilomètres au Sud de Maastricht. Avec 22 librairies pour 400 habitants, Redu est non seulement le plus ancien parmi la trentaine de villages du livre qu’on trouve en Europe continentale, c’est aussi celui qui offre la plus grande concentration de librairies par habitants. Et plus de la moitié des centaines de milliers de volumes vendus là-bas sont rédigés en français!

Un commentaire  |  Commenter cet article






Lundi 28 mai 2012 | Mise en ligne à 2h31 | Commenter Commentaires (2)

Safed, le Golan et autres lieux méconnus d’Israël

Q : Je suis intéressé à un voyage de deux semaines en Israël, en groupe restreint si possible et avec une incursion dans le désert. Pourriez-vous m’indiquer une agence ou grossiste qui organise un voyage de ce type et me fournir quelques suggestions?
Jacques Monté

R : Les opérateurs québécois qui proposent la destination «Israël», programment essentiellement des circuits en groupes composés de 30 à 35 personnes. Il s’agit des agences Incursion Voyages,, Traditours, Spiritours et Voyages Inter-Missons, ainsi que du grossiste Exotik Tours, qui est revendu par toutes les agences de la province. Vous pourriez opter pour la formule un peu plus coûteuse offerte par Uniktour : un circuit individuel avec chauffeur guide. Mais partir seul et explorer le pays en voiture de location ne présente aucun problème puisque, malgré les tensions dont les médias font abondamment état, le pays est généralement sécuritaire.

Les principales étapes du circuit classique en Israël sont Tel Aviv (la métropole), Césarée (pour les ruines du théâtre romain), Haifa (pour le mont Carmel et la ville basse), Akko (l’ancienne Saint-Jean-d’Acre, pour la citadelle et les fortifications), la région du lac de Tibériade, (pour le mont des Béatitudes, le site de Tabgha, les villes de Capharnaüm et de Tibériade), Nazareth, Jéricho, Bethléem et Jérusalem, avec une incursion à la forteresse de Massada et sur les bords de la mer Morte. Dans le désert du Neguev, les principales étapes sont la forteresse de Tel Arad, au site de Mamshit, près de la ville de Dimona, les sites byzantins d’Avdat et de Shivta, le cratère de Maktesh Ramon, les formations rocheuses de Timma et la ville champignon de Beer Sheba.

Plusieurs incontournables ne sont pas toujours incorporés aux itinéraires classiques. Safed, petite ville de Galilée juchée sur le mont éponyme, à 960 mètres d’altitude, en est un. Il faut y visiter le quartier des synagogues, mais aussi celui des artistes, où il est bien agréable de séjourner. Trois adresses : Artists Colony Inn et Palacio Domain, superbes, mais chers, et, en plus modeste mais excellent : Rappeport Guest House.

De Safed, une excursion sur le plateau du Golan (à une quarantaine de kilomètres) permet de découvrir les superbes paysages de la Haute Galilée, du parc de Baniyas et de Nimrod.

Nazareth, où Jésus aurait passé son enfance, est aujourd’hui une ville à majorité arabe. Donc, il faut s’y promener dans le souk et manger dans un des restaurants arabes de la ville réputés pour leurs mezze et leurs grillades. Les trois meilleurs sont Diana, El-Reda et Tishrin.

Entre Nazareth et Jéricho, il faut s’arrêter à Beit She’an (pour le théâtre romain et le tel, d’où l’on découvre la ville romano-Byzantine) et grimper sur le Mont Thabor, réputé être le site de la transfiguration de Jésus. La vue, sur les collines de Samarie, le Mont Carmel et le lac de Tibériade vaut le détour.

À Jérusalem, outre les nombreux sites et musées incontournables, il faut découvrir les petites cours (Batei Ungarin) du quartier ultra-orthodoxe de Méa She’arim (mais pas pendant le Shabbat), aller toucher le mur des Lamentations auquel n’importe quel «gentil» peut accéder à condition de porter une kippa de carton que des Juifs pieux fournissent gracieusement à l’entrée, et explorer le quartier arménien, dans la partie sud-ouest de la vieille ville. Une adresse pour se loger à pas cher : Les Franciscaines de Marie, 9 Nablus Road, près de la porte de Damas, dans la partie arabe de la vieille ville. Tél : 972-2-626-0166. Même les athées sont bien accueillis.

À Tel Aviv, il faut s’attabler à une terrasse de la très animée rue Dizengoff, se balader dans le quartier yéménite et, en banlieue, manger à une des terrasses bordant le port de la vieille ville de Jaffa (The Old man and the sea, par exemple!), après avoir arpenté le marché aux puces.

La journaliste Sylvie Ruel a publié plusieurs articles sur Israël sur Cyberpresse, en janvier dernier (www.lapresse.ca/voyage/).

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Mercredi 23 mai 2012 | Mise en ligne à 15h37 | Commenter Un commentaire

Quelques adresses dans la Loire et en Normandie

Jacques Tremblay, de Québec, partira de Lyon le 16 septembre et effectuera un long détour par Troyes, la vallée de la Loire, le Mont-Saint-Michel et la Normandie, avant d’arriver à Paris quatre semaines plus tard. Il me demande de lui suggérer un itinéraire et de lui fournir quelques adresses d’hôtels ou auberges.

En ce qui concerne l’itinéraire, je le renverrai à deux textes publiés dans ces pages, qu’il pourra trouver dans les archives de mon blogue à l’adresse www.cyberpresse.ca/blogues/desiront/: La vallée de la Loire de Nantes à Orléans (publié le 3 mars dernier) et La France de la Normandie au Languedoc (le 21 janvier). Il suffit d’en prendre les fragments appropriés et d’inverser le sens des itinéraires.

Quant aux adresses et suggestions, en voici quelques unes. Pour un hébergement de charme à prix raisonnable (moins de 80 euros la nuit) : les Trois Maillets, à Orléans (maison du XVIe siècle près de la Loire), l’Auberge Ligérienne à Blois (excellente table, en plus), le Diderot, à Chinon, l’hôtel d’Argouges, à Bayeux.

Entre Blois et Saumur, on trouve un grand nombre de maisons troglodytes creusées dans le tuffeau, ce calcaire meuble dont sont composés les coteaux de la vallée. Certaines sont transformées en maisons d’hôtes, qui se louent à la semaine. Une adresse : l’Amboisine à Amboise (se loue 350 euros/semaine, voir www.troglogite.com), peut servir de pied à terre pour rayonner dans la vallée.

Quelques tables : le Georges Sand, à Loches, Les Quatre Vents, sur l’île Bouchard, près de Chinon (qualité à petits prix), la Terrasse et l’Assiette, à Honfleur, le P’Tit B, à Caen… Intéressant : le château de Saché, près d’Azay-le-Rideau, où Balzac écrivit plusieurs chefs d’œuvres.

Un commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juillet 2007
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité