Le courrier du voyageur

Archive, octobre 2011

Lundi 31 octobre 2011 | Mise en ligne à 9h44 | Commenter Commentaires (2)

Vignobles et vallées spectaculaires du Nord-ouest argentin

Q : Nous voyagerons prochainement deux semaines en Argentine. Nous prévoyons visiter les vignobles de la région de Mendoza et possiblement aller voir l’Aconcagua. Pour la suite, nous hésitons entre la Terre-de-Feu et le Nord-ouest argentin. Pouvez-vous nous aider à trancher?
Gregory Simoneau et Hugo Marsolais

R : Je serai bien en peine de vous dire que le Nord-ouest vaut davantage le détour que le Sud : les deux parties du pays valent largement le voyage. Mais à Mendoza, vous serez beaucoup plus près de Salta, principale ville du Nord-ouest (à 940 kilomètres), que de la région des glaciers (2000 kms) et, à plus forte raison, de la Terre de Feu (2400 kms). La solution la plus raisonnable consiste donc à choisir le Nord-ouest, d’autant plus que la route vous réservera de bien agréables surprises.

Avant de vous diriger vers Salta, vous aurez visité le très beau parc national Aconcagua, aménagé sur les pentes du plus haut sommet d’Amérique du Sud (6960 mètres). En chemin, vous traverserez la spectaculaire vallée d’Uspallata, qui a notamment servi de décor au film Sept ans au Tibet, mettant en vedette Brad Pitt. Vous pourrez ensuite poursuivre votre chemin par la route 39 qui traverse la très belle vallée de Calingasta, puis bifurquer vers San Juan (qui mérite une étape) et remonter vers Salta par les parcs nationaux d’Ischigualasto et de Talampaya, que vous visiterez au passage, avant de poursuivre vers Cafayate (où on produit les meilleurs vins blancs argentins).

Salta, la grande cité coloniale du nord-ouest, qui est aussi une des plus belles villes du pays, mérite au moins qu’on lui consacre deux jours. De Salta, il serait intéressant de réserver une journée pour prendre le fameux Tran al las nubes (le train des nuages), qui vient d’être remis en service. Il vous fera grimper jusqu’ à La Polvorilla, à 4200 mètres d’altitude, en traversant des paysage époustouflants et en enjambant des précipices vertigineux. Attention : il part à 7h du matin pour ne revenir qu’à 23h45 (voir le site www.trenalasnubes.com.ar).

Après, il faudra poursuivre votre route vers Jujuy (par la pittoresque ruta de la Cornisa), puis vers Purmamarca, Tilcara et Humahuaca, toutes trois situées dans ce canyon qu’on appelle la Quebrada de Humahuaca. Vous y contemplerez des paysages andins qui ressemblent davantage à ceux qu’on trouve en Bolivie (toute proche) qu’à ceux du reste de l’Argentine.

Il sera alors temps de rentrer à Buenos Aires, qui se trouve à 1700 kilomètres de Humahuaca, en prévoyant une étape à Cordoba, seconde ville du pays, qui mérite une journée de visite.

Le meilleur moyen de boucler cet itinéraire sera de louer une voiture à Mendoza que vous pourriez rendre à Cordoba ou à Buenos Aires. Le réseau des bus argentins est excellent (à cet égard, consultez le site www.omnilineas.com, qui affiche les horaires et les noms des compagnies avec les hyperliens appropriés), Mais ce moyen de transport ne vous permettrait pas d’explorer les parcs nationaux et les vallées intéressantes.

Si vous décidez néanmoins d’opter pour le Sud du pays, il faudra prendre l’avion de Mendoza à El Calafate (pour le parc national des glaciers et, particulièrement, le Perito Moreno, qu’on approche en bateau dans le cadre d’une promenade sur le Lago Argentino) et revenir à Buenos Aires de Ushuaia, en Terre-de-Feu par le même moyen de transport. Des bus relient El Calafate à Ushuaia, via Rio Gallegos (mais il faut compter une vingtaine d’heures de trajet).

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Jeudi 27 octobre 2011 | Mise en ligne à 14h38 | Commenter Commentaires (6)

Partiriez-vous en croisière pendant la saison des ouragans?

ouraganL’ouragan Rina, qui vient de se muer en «tempête tropicale» a contraint 14 navires de croisières à changer d’itinéraire ou encore à retarder leur départ, au cours de la semaine qui vient de s’écouler. Ce qui a incité le site www.cruisecritic.com, très influent dans le milieu des amateurs de croisières, à orchestrer un sondage dont la question principale était : «Partiriez-vous en croisière pendant la saison des ouragans?».

Un millier d’habitués du site ont répondu. Seulement 16% d’entre eux ont affirmé qu’ils évitaient les croisières dans les Caraïbes ou dans les zones à risque du Pacifique pendant la période concernée, qui s’étale du mois d’août au mois de décembre.

Une bonne partie des autres ont précisé que si le risque ne les faisait pas reculer, c’est parce que les tarifs étaient beaucoup moins élevés pendant cette période de l’année. Cruisecritic a aménagé une section «Hurricane Zone», dans laquelle il répertorie d’ailleurs les aubaines proposée pendant cette saison à risque (Hurricane Zone Deals).

Sept répondants sur dix ont indiqué qu’ils avaient déjà fait une croisière pendant la période concernée et seulement 7% d’entre eux affirment l’avoir regretté. Seulement 6,5% des répondants assurent qu’ils ne s’y risqueraient jamais.

Parmi les raison invoquées par ces derniers, un sur quatre, seulement, admet que c’est la peur qui le fait reculer. Les autres invoquent plutôt la crainte de rester bloqué dans un port, les risques de pluies élevés dans le sillage des ouragan ou encore l’inquiétude d’abandonner son domicile s’ils habitent dans une zone située sur la trajectoire habituelle des tempêtes.

Les journalistes du site prennent bien soin de souligner que grâce à leurs équipements sophistiqués et grâce aux satellites, les navires parviennent toujours à éviter les zones à risque.

Cette semaine, Rina a contraint 14 navires à éviter des escales prévues à Cozumel ou à Grand Cayman. Carnival a été la compagnie la plus affectée avec huit paquebots dont les itinéraires ont été modifiés. Les autres compagnies concernées étaient Norwegian Cruise Line (trois navires), Princess, Royal Caribbean et Disney Cruises (un navire chacun).

Cette année, dans l’Atlantique, 11 tempêtes tropicales et six ouragans ont été baptisés par les météorologues (et 10 dans le Pacifique). L’an dernier, il y en a eu 28, ce qui constituait, sinon un record, du moins un nombre anormalement élevé.

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






Mercredi 26 octobre 2011 | Mise en ligne à 10h42 | Commenter Commentaires (8)

Un programme pour trois jours à Paris

Marc Brillon, qui n’a plus mis les pieds à Paris depuis 20 ans, me demande de lui suggérer un programme pour trois jours de visite dans la capitale française. Au risque de m’exposer aux critiques et railleries des habitués de la ville-lumière plus souvent que moi, voici mes suggestions.

La première journée devrait être consacrée à une prise de contact avec la ville, qui prendra la forme d’une promenade au départ de la place de la Concorde jusqu’à l’Étoile (où on grimpera au sommet de l’Arc de Triomphe, pour le point de vue), en remontant les Champs-Élysées, suivie d’une ballade en bateau-mouche et d’une visite du musée d’Orsay, puis d’une exploration de la rive-gauche, en commençant par les Invalides et en poursuivant par le Faubourg St-Germain et St-Germain-des-Prés.

La seconde journée débutera avec une promenade dans les jardins des Tuileries, suivie d’une visite des galeries consacrées à la peinture italienne du musée du Louvre. L’après midi, on flânera dans le quartier du Palais Royal, en marchant jusqu’à la place Vendôme et l’Opéra, puis sur les grands boulevards (avec une pause-magasinage aux Galeries Lafayette).

Le troisième jour, une visite de Notre-Dame sera suivie d’une ballade dans l’île de la Cité, puis d’une flânerie dans le quartier du Marais.

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2011
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives