Le courrier du voyageur

Archive, juin 2011

Mardi 28 juin 2011 | Mise en ligne à 16h21 | Commenter Commentaires (5)

Réserver sur son iPhone ou sur Facebook?

Mauvaise nouvelle pour les agents de voyages qui voici 10 ans, émettaient encore 80% des billets d’avions vendus dans le monde : en 2014, 58% des billets d’avion seront vendus en direct par les compagnies aériennes via les applications mobiles : tablettes de type iPad et iPhone ou autres téléphones dit «intelligents». Et les réseaux sociaux comme Facebook s’imposent comme les canaux privilégiés par les transporteurs pour faire la promotion de leurs services. C’est ce qui ressort d’un sondage mené conjointement par SITA (l’organisme qui gère les communications pour les transporteurs) et le magazine Airline Business.

Actuellement, la moitié des billets d’avion sont encore vendus via les GDS (pour Global Distribution Systems: les systèmes de réservation dont se servent les agences de voyages traditionnelles) et les grandes agences en ligne comme Expedia ou Priceline. Mais 69% des 200 compagnies aériennes interrogées ont indiqué qu’elles investissent massivement dans la technologie pour être en mesure de vendre en direct et d’assurer une présence sur les réseaux sociaux. Neuf compagnies sur 10 affirment qu’à la fin de 2014, elles pourront vendre des billets sur les téléphones mobiles. Un outil qui servira également à modifierles réservations en cas de besoin, à demander des sur-classements et à présélectionner un siège.

Déjà 17% des présélections de sièges et des commandes de repas spéciaux sont effectuées à partir de téléphones mobiles. On prévoit que cette proportion grimpera à 46% à la fin de 2012 et à 73% à la fin de 2014.

Actuellement 21% des voyageurs s’enregistrent sur Internet avant d’arriver à l’aéroport. Dans trois ans, cette proportion grimpera à 31%, mais 15% de voyageurs utiliseront plutôt leurs téléphones pour s’enregistrer.

Quant aux réseaux sociaux, huit transporteurs sur 10 estiment qu’ils deviendront leurs principaux canaux de communication avec les consommateurs avant la fin de 2014. Quatre compagnies sur 10 (41%) se servent déjà de ces nouveaux canaux pour promouvoir leurs produits et leurs services. Une trentaine de transporteurs vendent déjà via les réseaux sociaux. Dès la fin de 2012, ce devrait être le cas d’environ 75 compagnies et elles devraient être environ 135 d’ici trois ans.

Pour obtenir ces résultats, les sondeurs de SITA et Airline Business ont contacté 200 transporteurs représentant 57% du trafic mondial.

 

On peut consulter le sondage en activant le lien www.sita.aero/content/airline-it-trends-survey-2011

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Dimanche 26 juin 2011 | Mise en ligne à 9h01 | Commenter Un commentaire

Un itinéraire pour Bali et Lombok

Nous aimerions visiter l’île de Bali en février prochain (3 semaines). Est-ce sécuritaire de nous déplacer par nos propres moyens? Quel itinéraire nous proposeriez-vous, quels moyens de transports?

Louise Nadeau

Comme vous atterrirez à l’aéroport Ngurah Rai, il faudra prévoir une étape de récupération, peut-être à Kuta, qui est la station balnéaire la plus fréquentée de l’île (une suggestion : Seminyak, juste à côté) ou encore dans la péninsule de Bukit, où se trouvent deux stations balnéaires populaires : Nusa Dua et Tanjung Benoa. Dans la péninsule, il faudra visiter le Pura Luhur Uluwatu, qui, perché sur un promontoire marin, est le plus beau des temples balinais.

Je vous conseille ensuite de remonter vers la région d’Ubud en prévoyant des étapes à Denpasar, capitale de l’île (ne manquez pas le musée de Bali!), et dans le parc ornithologique et son voisin, celui des reptiles. Dans le centre de l’île la région d’Ubud est celle où les traditions balinaises résistent le mieux au laminoir de la mondialisation. La ville (avec le marché, le musée Puri Lukisan, le sanctuaire Taman Saraswati, la forêt des singes) mérite une étape de trois jours, dont un pour arpenter les sentiers qui longent les crêtes ou sillonnent entre les rizières des environs (ne pas manquer le village de Warung et la vue des gorges de la Wos) et une demi-journée pour découvrir les gorges de l’Ayung.

Dirigez-vous ensuite vers la côte Est, via Peliatan et KlungKung (où il faut visiter le Taman Gili et ses deux pavillons). Une autre étape s’impose dans la région du village de Tenganan, où les traditions séculaires sont encore en vigueur (mais on ne peut y loger, car le village est interdit aux visiteurs, la nuit). La randonnée pédestre qui mène de Tenganan à Tirtagangga est un must!

Vous pourriez ensuite pousser une pointe sur les flancs du Gunung Agung, le volcan sacré (dont la caldeira se déploie à 3142 mètres d’altitude) jusqu’au Pura Besakih qui est le plus important complexe de temples de l’île. Poursuivez ensuite votre chemin jusqu’à Amed, une station balnéaire (avec le village voisin de Lipah) très appréciée des vacanciers qui n’aiment pas l’agitation des grands centre touristiques du Sud.

Après, vous longerez la côte nord de l’île jusqu’à Singaraja, la grande ville du nord qui a conservé ses allures coloniales. Avant d’arriver à Singaraja, il faudra visiter le très beau temple Meduwe Karang. Redescendez ensuite par la route intérieure vers Denpasar, en prévoyant des arrêts à la cascade de Gitgit, au lac Buyan (un petit détour par de belles routes de montagnes), au Lac Bratan, à Mengwi (pour le temple Taman Ayun) et au temple Tanah Lot.

En trois semaine, vous aurez le temps de faire une incursion dans l’île voisine de Lombok (les traversiers partent de Padang Bai sur la côte est de l’île) où les belles plages sont moins encombrées que celles de Bali (les îles Gili, situés à proximité de la côte nord-ouest de Lombok sont devenues très «branchées»).

Pour boucler l’itinéraire balinais, il faudra louer une voiture avec ou sans chauffeur : quoique souvent sinueuses, les routes sont très praticables (mais les Balinais conduisent de façon anarchique). Dans les stations balnéaires, les touristes louent généralement des mobylettes. Le permis de conduire international (délivré ici par le CAA Québec) est obligatoire.

Un commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 22 juin 2011 | Mise en ligne à 10h50 | Commenter Commentaires (14)

Pourquoi achète-t-on une croisière?

La variété est le principal critère qui détermine les consommateurs à choisir une croisière plutôt qu’une autre façon de voyager. C’est ce qui ressort d’un sondage mené par la CLIA (Cruise Lines International Association) auprès de 900 agents de voyages nord-américains. Variété en matière de restauration, d’installations sportives, de spectacles et d’excursions aux ports d’escale.

Les résultats du sondage indiquent que 75% des croisiéristes s’attendent à avoir le choix entre plusieurs types de restaurants à bord, mais ils tiennent aussi à pouvoir accéder à la salle-à-manger classique où les traditions d’élégance et de service soigné sont maintenues.  La demande pour une cuisine «santé» augmente, tout comme celle pour des préparations exemptes de sucre, ce qui induit que les diabétiques sont de plus en plus nombreux à bord des navires. Par contre, seulement 10% des répondants indiquaient que leurs clients expriment des préoccupations relatives à leur poids.

En matière de spas et d’installations sportives, la demande pour les salles d’entraînement réservées aux adultes arrive en tête de liste. Les saunas, bains chauds, soins de santé, tapis de course et programmes d’entraînement figurent aussi en bonne place sur la liste des exigences. Selon la majorité des agents de voyages interrogés, les installations sportives et les spas aménagés sur les paquebots se comparent maintenant avantageusement à celles des grands complexes hôteliers du plancher des vaches.

Et 80% des répondants estiment que la qualité et la variété des spectacles présentés à bord ont été considérablement améliorées au cours des trois dernières années.

Le prix est le principal critère de choix d’une cabine, suivis par les équipements (la connexion sans fil devient un incontournable) et la qualité de la literie.

Quant aux préférences en matière d’excursions aux ports d’escale, ce sont les forfaits «soleil et plage» qui arrivent en tête (les journées sur les plages des îles privées des compagnies dans les Caraïbes sont très populaires), suivis par les visites de ville et les forfaits dits «d’aventure) (tyroliennes, pêche, randonnée et équitation).

Quant aux segments de clientèles qui connaissent les plus fort taux de croissance, ce sont :

- les familles dites «multi-générationnelles» (grands-parents, parents, petits enfants)

- les familles avec enfants

- les groupes de mariages ou de «renouvellement de vœux»

- les réunions familiales élargies

- les familles célébrant une graduation

Lire les commentaires (14)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juin 2011
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives