Le courrier du voyageur

Archive, décembre 2010

Mercredi 29 décembre 2010 | Mise en ligne à 10h06 | Commenter Commentaires (21)

Ces destinations d’où vous pourriez ne jamais revenir!

Les agences d’aventure abondent. Les agences d’aventure extrême sont plus rares et, à ma connaissance, il n’y a qu’une seule agence spécialisée dans ce type d’aventure que constitue un périple dans des destinations vraiment dangereuses : c’est Babel Travel, une entreprise installée à Zug, en Suisse (www.babeltravel.com).

Destinations au programme : l’Afghanistan, l’Irak, la Somalie, la Corée du Nord, le Sud-Soudan et autres joyeux champs de ruines et pâturages minés. Détail de nature à rassurer les Québécois : les circuits sont guidés en quatre langues, dont le français. Ce qui rend quand même le travail du guide un peu fastidieux, surtout quand il doit traduire rapidement : «Couchez-vous, ils nous tirent dessus!»

Pour l’aider à peaufiner sa programmation, Kevin Pollard, fondateur de Babel Travel, s’est adjoint les services d’un consultant bien connu dans certains milieux, le Canadien Robert Young Pelton, auteur du best seller The World’s Most Dangerous Places (autrement dit «Les endroits les plus dangereux du monde»).

Robert Pelton, qui dispense de judicieux conseils sur le site www.comebackalive.com, sait de quoi il parle : il était aux premières loges pendant le siège de Grozny, en Tchétchénie, pendant la guerre civile au Libéria, et pendant la bataille de Mazar i-Sharif, en Afghanistan. Selon sa biographie, il aurait conseillé la CIA et travaillé pour la compagnie Blackwater, qui entretient la plus grande armée privée du monde.

Avec son aide, Kevin Pollard a donc «dessiné» des circuits comme ce forfait de 15 jours : «Afghanistan méconnu» (n’est-ce pas un pléonasme?) qui, pour la modique somme de 9 500 euros entraîne ses acheteurs à Mazar i-Sharif, Bagram, Herat et la vallée de Bamiyan. Autant de noms qui évoqueront de doux souvenirs aux accros à l’actualité! Un séjour dans un village Pachtoun figure également au programme.

Le forfait somalien (15 jours, 6500 euros) est également fort original. Les participants auront notamment  l’occasion d’y rencontrer des pirates incarcérés et de participer à une patrouille anti-pirates dans l’océan Indien. Bref, de découvrir les deux côtés de la médaille. Mais le clou de la programmation, c’est ce «combiné» Irak-Iran-Afghanistan, qui se détaille 26 000 euros pour 45 jours.

En passant, Robert Pelton dresse, sur son site Comebackalive.com, une carte du monde où chaque pays arbore une couleur témoignant de son niveau de dangerosité. Cela va du rouge écarlate, qui désigne une destination qui «pourrait être votre dernier voyage», au bleu pâle, qui caractérise un pays «où vous pouvez emmener votre grand-mère en vacances». Naturellement, le Canada est peint en bleu pâle. Mais pas les États-Unis, où, comme Robert Young Pelton, le notait dans son livre consacré aux «World’s Most Dangerous Places», «il se commet une crime toutes les deux secondes, un vol toutes les cinq minutes et un meurtre toutes les 29 minutes». Et où le FBI estime qu’il y a 200 millions d’armes en circulation parmi les civils!

Un p’tit condo en Floride, avec ça!

Lire les commentaires (21)  |  Commenter cet article






Mardi 28 décembre 2010 | Mise en ligne à 8h57 | Commenter Aucun commentaire

Le palmarès du Courrier du voyageur en 2010

À la même époque, l’an dernier, j’avais trouvé amusant de dresser un petit palmarès des destinations pour lesquelles je reçois le plus de questions adressées à la rubrique «Le Courrier du voyageur» que j’alimente dans La Presse du samedi. En reprenant l’exercice cette année, je constate que ce sont presque les mêmes «blockbusters» qui mobilisent l’intérêt des lecteurs.

Ainsi, l’an dernier, les cinq destinations qui suscitaient le plus grand nombre de question étaient :

1. l’Italie

2. l’Espagne

3. l’Argentine

4. la France

5. les États-Unis

Cette année, mon «palmarès» pourrait se lire comme suit :

1. l’Italie

2. l’Espagne

3. la France

4. les croisières

5. l’Argentine

Bien sûr, «les croisières» est un terme générique qu’on ne peut qualifier de «destination». Mais les questions sur cette formule reviennent de plus en plus souvent et procèdent toutes du même souci : faut-il ou non acheter les excursions vendues à bord des navires et, comme elles sont généralement offertes à prix gonflés, quelles escales peut-on visiter aisément sans avoir recours à l’encadrement assuré par une agence? Les questions les plus nombreuses ont porté, cette année sur des itinéraires en mer Baltique et en mer Noire.

L’Italie reste en tête du classement. L’engouement suscité par cette destination ne cesse de prendre de l’ampleur. Si je devais établir un palmarès des régions italiennes qui intéressent le plus les lecteurs, comme l’an dernier, la côte Amalfitaine  occuperait la tête du classement. La Toscane suivrait. Les questions portant sur la région des Cinque Terre (qui l’an dernier talonnait la côte Amalfitaine) se sont faites moins nombreuses, cette année.

Du côté de l’Espagne, une ville se détache nettement (s’il s’agissait de cyclisme, on parlerait «d’échappée») : Barcelone. Sinon, l’essentiel des questions porte sur des suggestions d’itinéraire, soit dans l’ensemble du pays, soit en Andalousie, soit dans le cadre d’un «combiné» avec le Portugal.

J’émettrais à l’égard de la France, la même remarque que l’an dernier. Ce pays, qui est de loin la principale destination des Québécois, devrait normalement figurer en tête de mon classement. Si ce n’est pas le cas, c’est très probablement parce que, à force de la fréquenter,  nos compatriotes voyageurs sont devenus de véritables spécialistes de ce pays. Ils n’ont donc que faire de mes conseils.

Quant à l’Argentine, elle continue à susciter énormément d’intérêt. Une variante sur l’an dernier : les questions portant sur le nord et, particulièrement, la région de Salta ont été plus nombreuses, cette année, que celles concernant la région des glaciers et la Terre de Feu.

Si je devais allonger le classement, on retrouverait des pays comme la Croatie, les États-Unis (l’Ouest et l’Alaska), le Japon, le Costa Rica, le Maroc et le Mexique, mais pas nécessairement dans cet ordre.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Jeudi 23 décembre 2010 | Mise en ligne à 10h57 | Commenter Commentaires (8)

Les incontournables de trois villes belges

Q : Ma conjointe et moi planifions un voyage de huit jours en Belgique à la fin août. Est-ce une bonne période pour visiter cette destination? Nous voulons nous loger dans un petit appartement à Bruxelles et, à partir de ce pied-à-terre, visiter également Bruges et Gand. Comment devrions-nous répartir notre temps entre ces trois villes? Quels sont les incontournables?

Jean-Pierre Marcoux

R : Je ne vois aucune contre-indication à visiter la Belgique en août.  À la fin de ce mois, vous risquez moins de tomber sur les canicules qui, depuis quelques années, affectent souvent le pays pendant l’été. Et même s’il s’agit d’une période de forte affluence touristique, l’encombrement autour des principaux sites d’intérêt ne sera pas plus important qu’en septembre ou au début d’octobre. Voici trois adresses pour la location d’appartements : www.apartmentsapart.com, www.only-apartments.fr  et www.homeaway.com.

 Comme vous mentionnez un voyage de huit jours, je présume que vous ne disposerez pas de plus de six ou sept jours complets sur place. Se rendre à Gand ou à Bruges (qui se trouvent respectivement à 30 minutes et à une heure de train), prend moins de temps à quelqu’un qui loge à Bruxelles qu’il n’en faut à un habitant de Laval ou de St-Bruno de venir travailler en voiture au centre-ville de Montréal.

À l’exception des musées, les principaux points d’intérêt touristique de Gand et Bruges se visitent en une journée. Mais deux musées, situés à Bruges sont des incontournables : le Groeningemuseum, qui de Van Eyck à Magritte expose une des plus belles collections de la peinture belge – et surtout de primitifs flamands – du pays, et le Memlingmuseum, logé dans l’ancien hôpital St-Jean, qui date du XIIe siècle. Ils sont plus intéressants que le musée des Beaux-arts de Gand (qui héberge quand même quelques chefs d’œuvres des XVIe et XVIIe siècles).

C’est néanmoins dans cette dernière ville, et plus précisément dans une des chapelles de la cathédrale St-Bavon, qu’on peut admirer une des peintures les plus célèbres du monde : le polyptyque de l’Adoration de l’Agneau mystique de Jan Van Eyck. Sinon, à Gand, il faudra visiter le beffroi et le château des Comtes de Flandres, faire une promenade dans la vieille ville et particulièrement le long du quai aux Herbes et du quai de la Grue, et passer sur le pont St-Michel (la meilleure perspective sur le centre historique).

À Bruges, il faut commencer par s’imprégner de l’ambiance de la ville en prenant un des bateaux qui sillonnent les canaux entre le quai au Miroir (Spiegelrei) et le Béguinage, visiter le Béguinage et le centre historique avec des arrêts sur la Grand-Place, au beffroi et sur le Burg, entrer dans la basilique du Saint-Sang et dans l’église Notre-Dame, où on peut admirer une sculpture de Michel-Ange : la Vierge et l’Enfant. 

En ce qui concerne Bruxelles, les points d’intérêts sont trop nombreux pour les énumérer tous. Outre la Grand-Place, les Galeries St-Hubert et le centre historique, je vous recommande la Centre belge de la bande dessinée, les Musées royaux des Beaux-Arts (surtout celui d’Art ancien et le musée Magritte), les rues Haute et Blaes dans le quartier des Marolles (entrez dans les cafés pour entendre parler ce mélange de français et de flamand qu’est le «brusseler»), la sublime maison Horta à St-Gilles, le complexe Tour&Taxis, la rue Neuve pour le magasinage, la brasserie Cantillon, où l’on fabrique la gueuze artisanale, et une balade au bois de la Cambre. Si Tintin vous intéresse, son musée se trouve à Louvain-la-Neuve, à moins d’une demi-heure de train.

J’allais oublier : c’est à Friteland, rue Mauss, près de la Bourse, qu’on mange les meilleures frites, et le plus beau café de la ville est celui de l’hôtel Métropole, place de Brouckère.

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2011
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité