Le courrier du voyageur

Archive, décembre 2009

Mercredi 30 décembre 2009 | Mise en ligne à 9h27 | Commenter Commentaires (17)

Les chances de survivre à un crash aérien

Dangereux l’avion? La tentative avortée de faire exploser un vol de Northwest sur la route Amsterdam/Detroit, le jour de Noël, remet la question à l’ordre du jour. Pourtant, les chiffres sont formels : l’avion reste le moyen de transport le plus sécuritaire du monde et le nombre de décès consécutifs à une catastrophe aérienne n’a jamais été aussi peu élevé.

Le nombre de victime de catastrophes aériennes épouse une courbe résolument décroissante depuis 20 ans. En 1996, 2758 personnes étaient décédées dans un crash aérien. Voici 10 ans, ce nombre était tombé à 1130. Cette année, on en est à 569 morts (contre 876 l’an dernier).

Ce n’est pas qu’il y ait moins d’accidents, mais ils font moins de victimes, parce que les avions sont maintenant conçus de façon à mieux résister à des crashs. On se souviendra, cette année, de l’amerrissage sur l’Hudson réussi par le désormais fameux capitaine Chesley Sullenberger, aux commandes d’un Airbus A320 de US Airways qui transportait 155 personnes. C’était le 15 janvier. Quelques semaines plus tard, un Airbus des Turkish Airlines s’écrasait près de l’aéroport de Schipol, à Amsterdam. Celui-là, c’était un vrai crash, mais 126 des 135 passagers ont survécu.

On pourrait multiplier les exemples de ces dernières années à l’envi. Selon le journaliste américain Ben Sherwood, qui vient de consacrer un livre à la question – The Survivors Club -, 95,7% des passagers survivent aujourd’hui à un crash aérien. On trouvera sur le site qu’il consacre à la question quelques données et commentaires intéressants: www.thesurvivorsclub.org.

Lire les commentaires (17)  |  Commenter cet article






Mardi 29 décembre 2009 | Mise en ligne à 9h44 | Commenter Commentaires (5)

Où s’adresser pour faire du tourisme humanitaire?

Q : J’aimerais planifier un voyage combinant tourisme et coopération. Pouvez-vous m’identifier des agences ou des organismes qui proposent ce genre de produit? Je voudrais découvrir un pays en voie de développement tout en contribuant au bien être de ses habitants, pendant un mois ou deux cet hiver. Je travaille dans le milieu de l’alimentation. Mon expertise en gestion alimentaire et en cuisine pourrait être mise à contribution partout dans le monde.
Stéphan Boucher

R : Le réseau des agences spécialisées et des organisations non gouvernementales (ONG) qui encadrent des expériences de tourisme humanitaire (c’est-à-dire qui impliquent du travail volontaire) à l’étranger est quasi labyrinthique. Il existe une bonne centaine d’organisations de ce type, rien qu’au Québec. Et il faut réaliser que le tourisme humanitaire n’est pas nécessairement gratuit.

Ainsi, Teranga (www.teranga.ca) , qui se présente comme une agence planifiant des voyages de coopération internationale «taillés sur mesure» pour des baby boomers, demande entre 3000$ et 4500$ pour un séjour de six semaines dans des pays comme l’Équateur, le Népal ou le Vietnam. Les participants sont hébergés en famille d’accueil et travaillent cinq matinées par semaine. L’après-midi est consacré à des activités communautaires (par exemple des cours de langue dispensés par des habitants du village) et le week-end à des visites touristiques de la région.

Voyages Campus (www.voyagescampus.com), qui s’adresse à une clientèle plus jeune, facturait l’an dernier 1850$ pour un séjour de deux semaines en famille d’accueil au Nicaragua, dans le cadre du programme «Volontaire à l’étranger».

Par contre, si vous êtes jeune (moins de 30 ans) et que vous vous qualifiez à un des programmes subventionnés par l’Agence canadienne de coopération internationale (l’ACDI, qui subventionne une soixantaine d’organismes), vous aurez peut-être la chance de participer à un voyage de coopération gratuit.

L’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI) publie sure son site (www.aqoci.ca) une liste des ONG québécoises qui envoient des bénévoles à l’étranger. Leurs coordonnées et adresses Web y figurent.

Entre autres organismes susceptibles de vous intéresser, je mentionnerai encore Humanis (www.humanisvoyages.com), Horizon Cosmopolite (www.horizoncosmopolite.com) et Alliance Nord-Sud de l’Estrie (http://alliancenordsud.wordpress.com).

Les Éditions Ulysse publient un guide rédigé par Alexandre Chouinard, qui traite de la question : Stagiaires sans frontières.

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Mercredi 23 décembre 2009 | Mise en ligne à 10h57 | Commenter Commentaires (2)

Le nord de la France n’est pas que tristesse et grisaille

Q : En juin 2010, nous visiterons l’Angleterre et l’Écosse, dans le cadre d’un circuit accompagné. Par la suite, nous irons à Calais où nous louerons une auto afin de visiter le nord-ouest de la France. Les guides touristiques ne semblent pas très enthousiastes en ce qui concerne le Pas de Calais, la Picardie, la Normandie et même la Bretagne. Auriez-vous une suggestion d’itinéraire d’une durée de 7 jours dans cette région, qui se terminerait à l’aéroport Charles-de-Gaule. Il devrait également inclure une journée à Bruges, en Belgique.
Gérald Houle

R : À moins de passer la plus grande partie de vos journées en voiture, vous ne pouvez espérer découvrir les quatre régions que vous mentionnez en une semaine. À elles seules, la Normandie et la Bretagne demanderaient qu’on leur en consacre au moins deux. Et puisque vous semblez tenir à Bruges, vous feriez mieux de vous limiter à la région Nord-Pas-de-Calais et à la Picardie, bien méconnues chez nous (et ailleurs).

C’est devenu un poncif de dire que Lille n’est plus la ville grise et tristounette meurtrie, jadis, par une activité industrielle et manufacturière polluante. Les façades et les monuments ont été nettoyés, réhabilités et mis en valeur et on s’est aperçu que c’était une des belles grandes villes de l’Hexagone.

On pourrait en dire autant d’Amiens, en Picardie, de Douai et d’Arras, qui sont autant d’agglomérations dignes de figurer sur votre itinéraire à titre d’étapes. Un itinéraire qui, de Calais, devrait vous amener immédiatement à Bruges! Comme la distance entre Calais et Bruges se parcourt en moins de 1h30, vous disposerez de suffisamment de temps pour visiter au passage Dunkerque (le beffroi, la place Jean-Bart, le vieux port…) et la ville balnéaire et portuaire d’Ostende, en Belgique.

De Bruges, vous pourriez redescendre sur Lille où vous consacrerez au moins deux jours à la découverte de la ville (la Grand-Place, le palais Rihour, la vieille ville, mais aussi le quartier populaire de Wazemme, où la place de la Nouvelle-Aventure est bordée de troquets sympathiques et accueille, le dimanche, un marché fort coloré).

Il faudra également pousser une pointe à Villeneuve d’Ascq (pour le musée d’Art Moderne qui se dresse dans un beau parc de sculptures) et à Roubaix (pour la «Piscine», un «musée d’Art et d’Industrie» aménagé dans une ancienne piscine art déco). Ces deux villes de l’agglomération lilloise sont bien desservies par le VAL, qui est le métro automatique local.

Après Lille, vous mettrez le cap sur Arras (la Grand-Place et la place des Héros, qui est son prolongement présente un des plus beaux ensembles du monde de maisons du XVIe siècle), en prévoyant des arrêts, au passage, à Douai (pour le beffroi, l’hôtel de ville, la rue des Ferronniers…) et au Centre historique minier de Lewarde (où vous aurez l’occasion de descendre dans les galeries souterraines à plusieurs centaines de mètres sous la surface).

À 10 kilomètres d’Arras, il faudra visiter le site du champ de bataille de Vimy où 66 655 soldats canadiens ont trouvé la mort pendant la première grande guerre. Le champ de bataille est d’ailleurs territoire canadien, puisque la France l’a cédé à notre gouvernement qui y gère les monuments et le mémorial. Enfin, dernière étape avant votre retour à Charles-de-Gaulle : Amiens, en Picardie, où se dresse la plus grande cathédrale de France (et une des plus belles; elle est classée au patrimoine de l’UNESCO).

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    décembre 2009
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives