Le courrier du voyageur

Archive, juillet 2009

Vendredi 31 juillet 2009 | Mise en ligne à 10h55 | Commenter Aucun commentaire

Crime et sexe à bord des navires de croisières

Les navires de croisières constituent-ils des environnements dangereux? C’est ce que laisse entendre l’association des Victimes internationales de la croisière (International Cruise Victims) qui exerce des pressions pour que le Congrès américains adopte une législation pour renforcer les mesures de sécurité à bord des navires de croisières : le Cruise Vessel Security and Safety Act.

International Cruise Victims (ICV) a été fondée en 2004 par Kendall Carver, un homme d’affaires de Phoenix, dont la fille, Merrian Carver a disparu pendant une croisière en Alaska qu’elle effectuait sur un navire de Celebrity Cruises.

Une dizaine de personnes, en moyenne, disparaissent chaque année sur les navires de croisières qui sillonnent les mers de globe. La plupart du temps, elles passent par-dessus bord, parce qu’elles sont ivres, voire droguées, lorsqu’elles sortent de la discothèque ou du casino aux petites heures du matin. Parfois, ce sont des femmes, victimes d’une agression sexuelle et assassinées par leur agresseur qui s’assurent ainsi de leur silence.

Les délits les plus fréquents sont d’ailleurs des agressions sexuelles perpétrées par des employés du bord contre des femmes qui voyagent seules. International Cruise Victims accuse les compagnies de croisière de fermer les yeux, voire dans certains cas, d’étouffer l’affaire pour éviter la mauvaise publicité.

Quant à savoir si les navires de croisières sont vraiment des endroits dangereux, un expert, Ross Klein semble pencher pour l’affirmative. Il observe qu’on enregistre 57 agressions sexuelles pour 100 000 passagers, un taux supérieur de 80% à ce qui se passe «à terre».

Le site de l’ICV (http://internationalcruisevictims.org) répertorie des dizaines d’histoires d’horreurs dans lesquelles les compagnies de croisières ne font pas bonne figure. Le Cruise Vessel Security and Safety Act est un projet de loi actuellement examiné par un comité du Sénat américain présidé par le sénateur John Kerry (candidat démocrate à la présidence des États-Unis, en 2004).

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Jeudi 30 juillet 2009 | Mise en ligne à 11h53 | Commenter Un commentaire

Visiter Petra en partant du Liban

Mon conjoint et moi séjournerons au Liban en septembre prochain. Nous rêvons d’aller à Petra. Quelle serait la meilleure compagnie aérienne?
Lise Picard

R : Vous n’avez d’autre choix que de prendre Royal Jordanian jusqu’à Amman. D’ailleurs, les tarifs qu’on me donne pour le mois de septembre sont très modérés (200 $ US l’aller/retour). Il serait plus logique de voler jusqu’à Aqaba, qui est plus proche de Petra (113 kilomètres, contre 235 pour Amman), mais il n’existe pas de liaison aérienne entre Beyrouth et Aqaba. V

ous aurez le choix entre plusieurs options pour vous rendre d’Amman à Petra. La plus simple consisterait à prendre un taxi qui, de l’aéroport coûtera entre 40 et 55 dinars jordaniens (65$ à 82$ – prenez soin de négocier le prix !). Sinon, il faudra prendre JETT Bus (Jordan Express Tourist Transportation) qui exploite une flotte de gros autobus de grand confort. Mais cette compagnie n’assure qu’une liaison quotidienne d’Amman à Petra (départ tôt le matin et retour vers 16h) et, malheureusement, leur site Web (www.jett.com.jo) ne dispense qu’une information très fragmentaire.

Le trajet dure trois heures. Une autre solution consiste à prendre les minibus qui relient la South Bus Station d’Amman à la ville de Ma’an, d’où un taxi pour Wadi Musa (la ville située aux portes du site de Petra) ne vous coûtera que quelques dollars. Enfin, vous pourriez toujours vous faire organiser un forfait par une agence jordanienne. Vous en trouverez la liste dans la section «plan your trip» du site de l’Office du tourisme jordanien à l’adresse www.visitjordan.com.

Un commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 29 juillet 2009 | Mise en ligne à 9h56 | Commenter Aucun commentaire

À la recherche de croisières dans l’océan Indien

Q : Pouvez-vous m’indiquer les croisières existant dans l’océan Indien. Les Maldives, les Seychelles, l’île Maurice, La Réunion et Madagascar sont les escale que j’aimerais visiter.
Jean Gourdon

La compagnie italienne Costa (filiale du groupe américain Carnival) programme, de décembre à mars prochains, une série de croisières qui semblent taillées sur mesure pour vous. Pendant cette période, le Costa Romantica est affecté à un itinéraire en boucle de deux semaines (donc deux départs par mois) au départ de St-Denis, à La Réunion, avec escales à Port Louis (Île Maurice), Mahé (Seychelles), Mombasa (Kenya), Nosy-Be (Madagascar) et Diego-Suarez (une île rattachée à Madagascar).

Du côté des navires de grand luxe, le Ponant, un gros yacht de la Compagnie du Ponant qui embarque 64 passagers, effectue une série de croisières de huit jours, de janvier à mars, dans l’archipel des Seychelles et son satellite, l’archipel des Amirantes. Il part de Mahé et fait escale à Praslin, La Digue, Curieuse, Aride, ainsi qu’à St-Joseph et Desroches dans les Amirantes.

Du 11 au 18 janvier, le même navire interrompt cette série une semaine pour effectuer une croisière aux Maldives. Destinée aux adeptes de la plongée sous-marine, elle part de Malé et le bateau mouille au large de plusieurs atolls de cet archipel : Ari, Faafu, Felidhe, etc…

Deux autres compagnies de grand luxe, Seabourn et Silversea programment également des itinéraires susceptibles de vous intéresser dans l’océan Indien. De la mi-décembre à la mi-mars, le Seabourn Legend fait la navette entre Mahé, d’une part, et Dubaï ou Monbassa dans le cadre d’une série de croisières de durées variables (de une à deux semaines) avec escales aux Seychelles et parfois à Zanzibar et aux Comores (voir le site www.seabourn.com).

Le Silver Wind, de Silversea (www.silversea.com) est affecté à deux croisières dans cette région de l’Océan Indien en décembre. Naturellement, il y a de grandes différences de tarifs entre une compagnie «standard» comme Costa et les compagnies de grand luxe. En janvier, les prix pour une croisière de deux semaines du Costa Romantica démarrent à moins de 2000$. Ceux du Seabourn Legend pour un itinéraire de 16 jours décollent à 8160$.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juillet 2009
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives