Le courrier du voyageur

Archive, novembre 2008

Vendredi 28 novembre 2008 | Mise en ligne à 9h23 | Commenter Aucun commentaire

Passer Noël à Amsterdam

Q : Je suis célibataire et depuis quelque temps, l’idée de passer une semaine à Noël à Amsterdam ne me quitte pas.  Je pense à un Bed & Breakfast situé près d’un parc pour faire du jogging et – pourquoi pas? – du patin. J’aimerais aussi traîner dans les cafés et fouiner dans les librairies. J’ai trouvé des B&B sur le Web.  Y a-t-il des villes plus adéquates pour les sports d’hiver?  
Pierre Clément

R : Si vous êtes amateur de ski de fonds, la métropole idéale serait Oslo, qui est entourée d’un bon réseau de pistes (et pourquoi pas Lillehammer, également en Norvège?), qui est la capitale mondiale de la spécialité. Mais en ce qui concerne les cafés, les musées et même le patin, vous trouverez davantage de variété à Amsterdam. Bien sûr, on ne patine plus sur les canaux, comme c’était le cas dans toute la Hollande, voici une quarantaine d’années. Avec le réchauffement climatique, il ne fait plus assez froid aux Pays-Bas pour que les canaux aient le temps de geler solidement. Pendant la période des fêtes, les minimas moyens sont de zéro degré et les maximas de cinq degrés. Mais comme dans toutes les grandes villes du nord de l’Europe, Amsterdam aménage une patinoire qui est refroidie artificiellement. Elle occupe une partie de la Museumplein – l’Esplanade des Musées – bordée par les trois principaux musées de la ville : le Rijksmuseum, le Stedelijk Museum et le musée Van Gogh. Dans beaucoup de villes, les habitants ont tendance à se calfeutrer chez eux, pendant la période des fêtes, ce qui entraîne la fermeture des restaurants pendant deux ou trois jours. Mais à Amsterdam, il y a assez d’activités pour qu’un touriste n’ait pas l’impression de séjourner dans une ville morte. Il y a un marché de Noël sur la Museumplein, où des buvettes servent du genièvre et du vin chaud et vendent de la nourriture. Plusieurs quartiers sont illuminés pour la circonstance, notamment Jordaan et le Red Light District. Plusieurs églises (notamment Sint Nicolaas) programment des concerts de musique classique les 24, 25 et 26 en soirée. Mais je vous recommande la messe de Noël de Ons’ Lieve Heer op Solder (littéralement «Notre Seigneur du Grenier»), une église aménagée dans le grenier du musée Amstelkring, dans le Red Light (c’était une église secrète au XVIIe siècle, alors que les catholiques se cachaient des protestants). Parlant de musées, plusieurs d’entre eux, notamment le Rijksmuseum et la Maison Anne Frank, ne ferment pas leurs portes le jour de Noël, parce qu’il y a beaucoup de touristes à cette période.
La nuit du réveillon de Nouvel An, les Amsteldamois sortent dans la rue pour faire éclater des pétards et des feux d’artifice. Les trois principales places de la ville – la Rembrandtplein, la Leidseplein et le Dam – sont très animées. La municipalité dresse une tente sur le Dam, dans laquelle on sert de la bière et on donne des spectacles.
Consultez les deux sites suivants pour obtenir plus d’informations : www.amsterdamtourist.nl et www.amsterdam.info .

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Lundi 24 novembre 2008 | Mise en ligne à 9h48 | Commenter Commentaires (4)

Que visiter et comment se déplacer à Londres?

Q : À l’issue d’un voyage au Kenya et en Tanzanie, je séjournerai à Londres pour quatre nuits. J’arriverai le dimanche matin à 5h30 à l’aéroport d’Heathrow et je reprendrai le vol de retour le jeudi à 15h30. Mon hôtel est situé au centre-ville (le Strand Palace, sur le Strand).  Comme je veux visiter tous les incontournables et que le temps m’est mesuré, j’aimerais savoir lesquels choisir. Entre autres endroits, j’avais l’intention de voir Buckingham Palace, l’Abbaye de Westminster, Trafalgar Square, la Royal Opera House, le British Museum, Madame Tussauds, Sommerset House (pour la façade), la Courtauld Gallery, le Victoria & Albert Museum, Harrods, la cathédrale St. Paul, le Leadenhall Market, la Tour de Londres, la Tate Modern, la London Eye et le pont du Millenium. Est-il possible de faire les visites à pieds ou si c’est mieux de prendre le métro? En parlant de métro, est-ce plus avantageux d’acheter la Oyster Card ou la Travelcard, dès mon arrivée à l’aéroport. De l’aéroport à l’hôtel j’avais l’intention de prendre le métro.
Denise Morin

R : Vous disposez de près de quatre jours et demi, à moins que vous ne vouliez vous reposer quelques heures à l’arrivée pour récupérer du décalage de trois heures avec la Tanzanie. Malgré tout, il faudra choisir, notamment parce que les musées comme le British Museum, la National Gallery et le Victoria & Albert (un des plus grands musées du monde et des plus méconnus) sont de véritables cavernes d’Ali Baba, que trois jours ne suffiraient pas à explorer. Alors, lesquels choisir, me demanderez-vous? C’est une question de goût personnel. Pour ma part, j’opterais pour la Tate Modern (j’adore le bâtiment, qui est l’ancienne usine de traitement d’eau et le fait que la visite constitue une leçon complète sur les grands courants de l’art contemporain), la Courtauld Gallery (très beaux Rubens et, en ce moment, une exposition temporaire sur les aquarelles de Turner) et peut-être une section de la National Gallery ou du Victoria & Albert. Je crois qu’une visite de ces musées se prépare et leurs sites (ils s’affichent immédiatement en googoolant), permettent d’identifier les salles, les sections ou les expositions temporaires susceptibles de nous intéresser. Vouloir explorer ces institutions dans leur ensemble relèverait de l’aberration ou de la course à pied. De toutes façons, comme Paris et New York, Londres est une ville où il faut revenir 20 fois avant de prétendre qu’on la connaît assez bien. Il faudra aussi préparer vos itinéraires. Ainsi, Big Ben, la London Eye, la Tate Modern et le pont du Millenium qui lui fait face sont situés à très peu de distance de marche. Vous pourriez donc escalader les 334 marches du beffroi de Big Ben, avant de grimper dans une des nacelles de la London Eye, qui vous permettra de découvrir la ville à 135 mètres de hauteur (mais est-il bien nécessaire de faire les deux?). Il ne vous restera ensuite qu’à marcher trois minutes pour atteindre l’entrée de la Tate Modern. En vous limitant à trois musées et en ne passant pas plus d’une demi-journée dans chacun, vous aurez encore le temps de faire un tour chez Harrods (un must, à mon avis!), à la cathédrale St. Paul, à la Tour de Londres et à Westminster Abbey.
De votre hôtel, qui est admirablement bien situé, vous pourrez vous déplacer à pied pour gagner la plupart des sites que vous mentionnez. Harrods et le Victoria et Albert sont un peu plus excentrés, quoique… C’est parce que ces attractions sont toutes situées dans un rayon de moins d’un kilomètre et demi de votre hôtel et, donc, que vous n’aurez pas tellement besoin de prendre le métro ou le bus, que je vous recommanderais d’acheter l’Oyster Card, plutôt que la Travelcard. Contrairement à La Travelcard, qui vous coûterait 87$ pour sept jours (il n’y a pas de cartes de cinq jours), une Oyster Card de base qui coûte 23$ vous permettra de défrayer le coût du métro entre le Strand et l’aéroport d’Heathrow, dans les deux sens (8$ dans chaque sens), et ceux de quelques déplacements dans les zones 1 et 2 du réseau de métro et de bus (celles du centre-ville, où chaque trajet coûte environ 3$). Si l’Oyster Card de base ne suffit pas à vos besoins, vous pourrez toujours la faire recharger. Considérez aussi la possibilité d’acheter une London Sightseeing Pass qui vous donne accès à plus de 50 attractions, dont la cathédrale St. Paul, la Queens Gallery à Buckingham Palace, la Tour de Londres, etc… Malheureusement, les musées ne font pas partie du pool d’attractions en question (mais les détenteurs de la passe bénéficient de réductions au Tate). Même si la passe coûte cher (144$ pour quatre jours), il ne faut pas oublier que les coûts d’entrée dans les principales attractions londoniennes sont exorbitants : 39$ pour Madame Tussauds, 32$ pour la Tour de Londres, 30$ pour la London Eye, 23$ pour la cathédrale… Vous pouvez acheter les titres de transport et la London Sightseeing Pass sur le site www.visitbritaindirect.com. Vous pourrez vous procurer un billet pour la London Eye, sur le même site. Cela vous évitera de faire la file au guichet (près d’une heure d’attente à mon dernier passage!).

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






Mercredi 19 novembre 2008 | Mise en ligne à 16h49 | Commenter Aucun commentaire

Par le transsibérien jusqu’au Kazakhstan

Q : Nous voulons à partir de Paris et prendre le Transsibérien à Moscou pour nous rendre à Almaty, au sud-est du Kazakhstan. Ce train va t-il jusqu’à Almaty?  Si oui, combien de jours faut-il pour faire le trajet et quels sont les prix? Comme nous partirons de Montréal, nous nous demandons s’il ne serait pas préférable de prendre l’avion jusqu’à Moscou et de là nous rendre à Almaty? 
Jean D’Aoust

R : Le transsibérien ne va pas à Almaty, par contre, il est possible de prendre ce train mythique jusqu’à Novossibirsk, principale ville de Sibérie, et d’effectuer la correspondance par le Turksib (contraction de Turkestan/Sibérie) jusqu’à Almaty, métropole économique du Kazakhstan. Une recherche dans les horaires du site anglophone des Chemins de fer russes – www.eng.rzd.ru – vous permettra de constater qu’un train quitte Moscou deux fois par semaine (les samedis et dimanches) à 22h40. L’arrivée à Almaty (encore identifiée par son ancien nom d’Alma-Ata, sur le site) est prévue à 4h59, trois jours et quatre nuits plus tard. Par contre, il est très compliqué d’effectuer des recherches sur le site en question. Je vous suggère plutôt de traiter avec l’agence américaine Express to Russia (www.expresstorussia.com), qui dispose de bureaux à New York, Los Angeles et Moscou. Ils demandent 204 euros (310$ Can) par personne pour le trajet Moscou/Almaty en première classe (c’est-à-dire dans un compartiment à deux lits) et 140 euros (215$) pour le trajet en seconde (dans un compartiment à quatre lits, qu’il faut partager avec d’autres voyageurs). Avec eux, vous pourriez non seulement acheter vos billets en ligne, mais aussi les contacter (les numéros de téléphones figurent sur leur site) pour poser des questions sur l’itinéraire du train et les services disponibles à bord. Ils sont aussi en mesure de vous délivrer «l’invitation» d’une agence accréditée indispensable pour obtenir les visas russe et kazakh (notez que le Kazakhstan dispose d’un consulat à Toronto : 416-593-4043). Quant à savoir s’il vaut mieux passer par Paris ou voler directement vers Moscou, c’est-à-vous de voir. Si vous prenez Air France pour aller à Moscou, vous pourriez faire une escale à Paris, mais cela fera grimper le tarif d’une centaine de dollars au moins.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2008
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives