Le courrier du voyageur

Archive du 27 juillet 2007

Vendredi 27 juillet 2007 | Mise en ligne à 14h22 | Commenter Commentaires (2)

Les charmes discrets de l’Uruguay

Q : Nous planifions un séjour d’un mois en Argentine et en Uruguay au mois d’octobre prochain. À la fin du voyage, nous dénicherons sans doute une plage en Uruguay où nous pourrions nous reposer pendant quelques jours. Pourriez-vous nous suggérer des “musts” en Uruguay, petit pays qui n’a droit qu’à quelques maigres chapitres dans les guides de voyages?
G. et J. Tremblay

R : L’Uruguay est un pays peu visité, sauf par les Argentins qui envahissent ses plages pendant leur été (notre hiver) et on peut penser que c’est parce qu’il n’y a pas grand chose à voir. J’y suis allé au début de la décennie et un reportage publié dans La Presse m’a valu une lettre indignée de l’ambassade de ce pays à Ottawa. J’avais noté que le touriste qui débarque à Montevideo en provenance de Buenos Aires (1h30 par les hydroglisseurs qui font la liaison sur le Rio de la Plata) a l’impression d’arriver dans une ville de province laissée pour compte par la modernité. Bref, à côté de la vibrante Buenos Aires, Montevideo fait pâle figure, même si ses habitants clament à tue-tête que c’est là – et non dans la métropole argentine – que le tango est né. À mon sens, le principal atout de l’Uruguay, c’est la gentillesse de ses habitants et la relative sécurité dans laquelle les touristes peuvent évoluer.
À l’extérieur de Montevideo, le ” must ” est la petit ville de Colonia del Sacramento, qui est le seul site du pays répertorié sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme son nom l’indique, c’est une ville coloniale, charmante, mais assez petite pour qu’on en fasse le tour en une journée. Elle est située à 2h30 de voiture de Montevideo. Comme l’Argentine, l’Uruguay est un pays où des gauchos surveillent de grands troupeaux de bovins. Pour cette raison, c’est une destination prisée par les amateurs de randonnées équestres et les agences spécialisées (Rando Cheval, par exemple) lui accordent une bonne place dans leurs catalogues. Si vous y allez en mars, ne manquez pas la grande Fiesta gaucha de Tacuarembo, dans le nord du pays.
Coté plages, Punta del Este, où les Argentins sont plus nombreux que les Uruguayens – fait penser à une station balnéaire du nord-ouest de l’Espagne : c’est moderne, c’est propre, mais sans grand caractère. À proscrire en haute saison, si vous détestez les foules! On peu en dire autant de Piriapolis. La Paloma est plus tranquille, mais je vous conseillerai plutôt Punta del Diablo. Si vous cherchez un guide de voyage qui consacre plus d’un chapitre à l’Uruguay, je vous suggère le Petit Futé Uruguay qui est, à ma connaissance, ce qui s’est fait de plus complet en français.

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juillet 2007
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives