Le courrier du voyageur

Archive, avril 2007

Vendredi 27 avril 2007 | Mise en ligne à 9h41 | Commenter Un commentaire

Climat et auberges de jeunesse en Nouvelle-Zélande

Q : J’aimerais que vous me donniez un aperçu des conditions climatiques en Nouvelle-Zélande, à partir de juillet. Ma fille y part, sac à dos, avec une de ses amies et je me demandais quel genre de vêtements elles devaient emporter? Est-il facile d’y trouver des auberges de jeunesse? Est-ce un pays sécuritaire?
S. Roberge, Ste-Thérèse

R : Comme la Nouvelle-Zélande est située dans l’hémisphère austral, votre fille et sa copine y arriveront donc au milieu de l’hiver. Mais le climat y est comparable à celui qui prévaut dans les pays méditerranéens. À Auckland, principale ville de l’île du Nord, les maxima moyens sont respectivement de 14 et 13 degrés en juillet et août (comparativement à – 6 et – 4 à Montréal en janvier et février), avec des minima de 8 degrés. À Invercargill, la ville la plus australe de l’île du Sud, les maxima sont de 10 et 9 degrés avec des minima de 1 et 3 degrés. Il ne gèle quasiment jamais dans les deux tiers du pays. Naturellement, ce n’est pas le cas en montage. Par contre, presque toutes les parties des deux îles qui forment la Nouvelle-Zélande sont très venteuses, surtout la région des fjords.

Les deux jeunes dames seraient donc bien avisées d’emporter du linge d’automne, un bon polar et un coupe-vent.
L’association néo-zélandaise des auberges de jeunesse (Youth Hostels Association) regroupe 57 établissements également répartis dans tout le pays. On peut consulter la liste sur le site de l’YHA à l’adresse www.yha.co.nz. Les tarifs varient de 22$ à 27$ Can par personne pour loger dans des dortoirs de quatre, six ou huit lits, et de 42$ à 55$ Can pour deux en chambre double. Sur demande, les auberges des grandes villes assurent le transfert depuis l’aéroport, en cas d’arrivée tardive d’un vol. Auparavant, votre fille et son amie devront se procurer une carte de membre de la Fédération internationale des auberges de jeunesse, qui coûte 35$ (plus taxes). À cet effet, elles pourront consulter le site de l’association canadienne à l’adresse www.hihostels.ca ou l’acheter chez Tourisme Jeunesse. Le grossiste montréalais Boomerang Tours (revendu par toutes les agences de voyages) commercialise une panoplie de produits en Nouvelle-Zélande, dont certains s’adressent aux jeunes ” voyageurs sacs à dos “.
Quant à la sécurité, la Nouvelle-Zélande est un pays où le niveau de vie est équivalant à celui du Canada. Les crimes violents contre les touristes sont rares. Il faut se méfier des voleurs dans les grandes villes et prendre les mêmes précautions qu’on adopterait en voyageant au Québec ou dans les autres provinces canadiennes. 

Un commentaire  |  Commenter cet article






Mardi 24 avril 2007 | Mise en ligne à 16h25 | Commenter Aucun commentaire

Des gîtes à la Martinique pour la période des fêtes

Q : J’habite Montréal et je souhaite passer Noël prochain à la Martinique avec mon petit garçon de quatre ans. J’aimerai partir trois semaines de préférence en gîte où les enfants soient les bienvenus. Mes parents viendraient me rejoindre de France durant cette période. Ma mère trouve beaucoup d’informations sur des produits touristiques offerts pour les Antilles, alors qu’ici j’ai du mal à trouver un vol direct pour Fort-de-France. Existe il des grossistes au Québec offrant des forfaits intéressants en Martinique ? Quel est le budget dont je devrais disposer pour ces trois semaines ? Pourquoi un tel manque d’intérêt touristique pour les Antilles françaises au Québec alors qu’on y parle français?
Elodie Petit

R : La réponse à votre dernière question est simple : c’est parce que le coût de la vie (et donc celui des prestations touristiques) est beaucoup plus élevé aux Antilles françaises que dans des destinations comme Cuba ou la République dominicaine, par exemple. Cela parce qu’il s’agit de départements français où le niveau de vie et le filet de protection sociale sont comparables aux conditions qui prévalent en France.
Ceci dit, Tours Mont-Royal et Vacances Transat commercialisent des vols directs et des forfaits en Martinique, pendant la saison d’hiver. Si vous voulez y aller à Noël, effectuez vos réservations dès maintenant. On ne vous les confirmera pas encore, mais on inscrira votre nom sur une liste d’attente et vous serez contactés dès que le vol sera enregistré dans les systèmes informatiques de la compagnie aérienne (en l’occurrence Air Transat).

De ces deux grossistes, c’est Tours Mont-Royal qui exploite le programme le plus élaboré. Ils pourraient vous organiser un voyage de trois semaines avec hébergement en gîte (ils programment un gîte charmant dans le nord de l’île : le Hameau du Morne des Cadets). Mais pendant la période des fêtes, cela risque de vous coûter cher. Un vol nolisé vers la Martinique se détaille environ 1500$ par personne et pour un voyage de trois semaines, on vous réclamera peut-être un supplément, car la planification des grossistes est établie pour des voyageurs qui partent une ou deux semaines. Des vols réguliers (avec escale à Miami ou un autre aéroport américain) seraient sans doute plus indiqués. Cela vous coûterait également aux alentours de 1500$.
Deux autres voyagistes québécois, Vacances en Province et Vacances Idéal, proposent la location d’appartements et de villas dans les Antilles françaises. Il faut compter environ 1600$ par semaine pour un appartement pour quatre personnes et 2000$ pour une villa. Dans tous les cas, vous aurez besoin d’une voiture de location (notamment pour faire votre épicerie). Si vous préférez traiter directement avec une compagnie locale, tapez les mots ” gîte ” et ” Martinique ” dans Google. On vous affichera une liste de sites impressionnante. Une suggestion : www.antilleslocation.com.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Jeudi 19 avril 2007 | Mise en ligne à 9h35 | Commenter Un commentaire

L’île de Bali est-elle une destination dangereuse?

Q : Ma copine et moi projetons faire notre voyage de noces à Bali. Mais un avertissement du ministère des Affaires étrangères avisant les voyageurs de ne pas aller en Indonésie, y compris à Bali, nous fait hésiter. Selon les agences de voyages consultées, il ne faudrait pas trop se fier à ces avertissements. Qu’en pensez-vous? Bali serait-elle devenue une destination trop risquée?
David Dusseault

R : Effectivement, un avis d’Affaires étrangères et Commerce international Canada, figurant sur le site de conseils aux voyageurs (www.voyage.gc.ca) déconseille ” d’éviter tout voyage non essentiel en Indonésie, y compris à Bali “. On a signalé plusieurs attentats (attaques, enlèvements) perpétrés contre des étrangers à Djakarta et dans d’autres régions de l’archipel indonésien. Cependant, le cas de Bali est particulier. La presque totalité des trois millions d’habitants de cette île est de confession hindouiste, alors que la population de toutes les autres régions d’Indonésie est très majoritairement musulmane. Les Balinais sont très pacifiques et on peut se promener dans l’île en toute sécurité.

Malheureusement, deux séries d’attentats ont été perpétrées à Bali, au cours des cinq dernière années. La première a eu lieu à Kuta (une des grandes stations touristiques) le 12 octobre 2002. Des bombes ont explosé dans un bar et devant une boîte de nuit, faisant 202 morts et blessant 209 personnes. Le 1er octobre 2005, d’autres explosions ont fait une trentaine de morts à Kuta et dans la zone touristique de Jimbaran. Les terroristes visaient spécifiquement les touristes, pour déstabiliser l’économie de l’île. Comme Bali vit essentiellement du tourisme, les autorités sont très vigilantes. Peut-on dire qu’il ne se reproduira plus jamais d’attentats à Bali? Personne n’est en mesure de l’affirmer. Par contre, j’irai volontiers passer une semaine à faire de la plage et à me promener dans cette île, en bonne compagnie. Et cela, sans entretenir d’appréhensions particulières pour ma sécurité. Beaucoup de Québécois sont du même avis, puisque Bali est (et de loin!) la destination la plus vendue par la douzaine de grossistes montréalais qui programment l’Asie.

Un commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2010
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité