Dans l'enclave

Mardi 24 janvier 2017 | Mise en ligne à 20h12 | Commenter Aucun commentaire

Au tour de Desharnais?

DAVE AINSLEY

La semaine dernière, les Commandeurs de Lévis ont annoncé qu’ils allaient retirer le chandail numéro 15 de David Desharnais. Il n’en fallait pas plus pour que les amateurs se demandent quand les Saguenéens feront la même chose. La question est simple, mais la réponse beaucoup plus compliquée. Encore faut-il que les dirigeants de l’équipe aient une réelle volonté d’honorer un ou des anciens, ce qui n’est pas dans les plans à très court terme. En plus de Desharnais, d’autres noms viennent également en tête et ils ont tous des chiffres intéressants pour appuyer leur candidature. On n’à qu’à penser à Patrice Tremblay, deuxième meilleur pointeur de l’histoire de l’équipe, avec 467 points, à seulement 11 de Marc Fortier. Pierre-Marc Bouchard, qui a électrisé le centre Georges-Vézina pendant seulement deux saisons, est également un nom qui revient rapidement sur les lèvres quand vient le temps d’évaluer les possibilités. C’est un sujet qui est tout le temps émotif et il n’y a pas seulement les statistiques avec les Sags à prendre en ligne de compte. La carrière professionnelle, les championnats, l’époque du joueur, sont des critères également importants. Pierre-Marc Bouchard a eu la meilleure carrière professionnelle du groupe, mais il n’a disputé que deux saisons à Chicoutimi avant de graduer dans la Ligue nationale, à la surprise générale, avec le Wild du Minnesota. Patrice Tremblay n’a jamais passé près d’atteindre la Ligue nationale, mais ça ne fait pas de lui un mauvais candidat pour autant. Pour Desharnais, en plus d’avoir eu une brillante carrière dans les rangs juniors, il est un bel exemple de persévérance, lui qui n’a jamais été repêché avant de faire son chemin jusqu’au Canadien de Montréal. Michel St-Jacques (396 points, 1990-94), Paul Gagné (409 points, 1980-84), Patrick Émond (352 points, 1883-86) et le gardien Éric Fichaud (76 victoires entre 1992-95) sont d’autres candidats intéressants.
Sept joueurs ont déjà reçu pareil honneur:
5 Gilbert Delorme (1978-1981)
14 Alain Côté (1974-1977)
16 Normand Léveillé (1979-1981)
18 Sylvain Locas (1974-1978)
20 Marc Fortier (1983-1987)37
21 Guy Carbonneau (1976-1980)
29 Félix Potvin (1988-1991)

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

Jeudi 19 janvier 2017 | Mise en ligne à 15h09 | Commenter Un commentaire

Sags: la patience est de mise

DAVE AINSLEY

Avec six nouveaux joueurs et l’entrée en scène du Russe German Rubtsov, les Saguenéens auront besoin d’une période d’ajustement, c’est une évidence. Dans l’édition du Quotidien de mardi, avant la défaite de 4-3 à Rimouski, l’entraîneur-chef Yanick Jean estimait qu’un mois serait nécessaire pour tout mettre en place. «Cette période est nécessaire autant pour la cohésion que pour les gars qui s’essayent et qui pensent qu’ils sont assez bons pour gagner sans travailler», d’expliquer l’entraîneur et directeur-gérant.
Le lendemain, après le duel à Rimouski, dans lequel avouons-le, les Sags n’ont pas offert leur meilleure performance surtout sur les unités spéciales, il en a rajouté, lançant un message à certains de ses troupiers. «Nous avons deux gars sur trois sur une ligne qui appliquent le plan de match. L’autre joue tout seul. Ça prend de la coordination. Il faut que tout le monde soit sur la même page. Tu dois t’oublier et jouer en équipe. Il y en a qui ne comprennent pas encore qu’ils seront meilleurs ensemble», a-t-il laissé savoir. Il faut dire que les joueurs des Sags ont sauvé la mise samedi à Baie-Comeau après 40 minutes bien ordinaires avant d’exploser en troisième. Justement, le talent est là chez les Sags, mais les choses doivent être faites de la bonne manière. Cette période d’ajustement est nécessaire.
La complication qui pointe, c’est le rang de l’équipe au classement. On ne se cachera pas que les Sags doivent terminer le plus haut possible pour éviter les gros ténors rapidement en séries éliminatoires. Les Sags tournent autour de la 10e place et quand on regarde au classement, la progression du club est loin d’être assurée. Plusieurs ont pris pour acquis que le 6e rang était dans la poche arrière, mais les Screaming Eagles sont sur une bonne lancée et ont sept points d’avance sur les Chicoutimiens, qui ont tout de même trois parties de plus à disputer. Connaissant Yanick Jean, il ne trichera pas pour aller chercher quelques points supplémentaires. Avec l’expérience, il sait que ce n’est pas de cette manière que les séries seront longues au Saguenay. N’empêche que ce serait beaucoup moins compliqué de terminer au 6e qu’au 10e rang…

Un commentaire  |  Commenter cet article

 

Dimanche 8 janvier 2017 | Mise en ligne à 15h40 | Commenter Un commentaire

Les Sags améliorés, sans hypothéquer l’avenir

DAVE AINSLEY

Au moment de l’ouverture de la période des transactions, Yanick Jean avait trois mandats principaux. Il devait d’abord s’assurer de mieux entourer le meneur de l’équipe, Nicolas Roy, avec l’ajout de talent offensif pur. Ensuite, il n’avait pas le choix d’amener un défenseur de premier plan pour stabiliser la brigade. Enfin, il devait greffer de l’expérience dans le vestiaire de l’équipe qui n’a pas passé le premier tour éliminatoire depuis 2012.
Le grand manitou des Sags a réussi son mandat en obtenant Joey Ratelle, les jumeaux Kelly et Kevin Klima, ainsi que les défenseurs Olivier Galipeau et Kody Gagnon. C’est sans compter la venue prochaine de l’attaquant russe German Rubtsov, qui ne coûte rien à la formation chicoutimienne qui avait pris une chance sur lui au repêchage européen.
Le plus impressionnant dans les acquisitions de Yanick Jean, c’est qu’il n’a pas hypothéqué le futur à long terme de l’équipe, exception faite de David Noël, sacrifié dans la transaction qui amené Olivier Galipeau des Foreurs. Les cinq premiers choix de l’équipe au dernier repêchage, les attaquants, Samuel Houde, Mathieu Desgagnés, Félix-Antoine Marcotty, le défenseur Nathan Larose et le gardien Alexis Shank sont toujours la propriété de l’organisation chicoutimienne. C’est sans oublier Jérémy Groleau, Keenan MacIsaac et Vincent Lapalme qui n’ont que 17 ans. Oui la banque de choix 2017 est amochée, d’autant plus que les Screaming Eagles récupéreront un autre choix de 2e tour en compensation d’Alexandre Ranger, mais celle de 2018 est demeurée pratiquement intacte ce qui empêchera l’équipe de sombrer dans une reconstruction interminable. Comme le DG l’a expliqué vendredi, la vente de Garrett Johnston, Gabryel Boudreau et Jonathan Bourcier l’an dernier a donné les munitions aux Sags pour revenir en force à la dernière saison de Nicolas Roy, Frédéric Allard et Julio Billia.
Il aurait été facile pour Yanick Jean d’offrir Samuel Houde et son premier choix 2018, qui étaient très en demande, pour boucler une transaction importante, mais le DG des Sags a été beaucoup plus créatif. Honnêtement, on m’aurait dit que Julien Tessier, Nicolas Guay et des choix permettraient aux Sags de mettre la main sur Joey Ratelle et les frères Klima et j’aurais cru à un bon poisson d’avril.
Maintenant, il faut que la crème pogne, ce qui demandera un certain temps. Yanick Jean et ses adjoints ont maintenant mis le cap sur les séries éliminatoires. Il sera important pour les Sags de progresser au classement général, mais avant tout d’arriver à la grande danse du printemps dans de bonnes dispositions.

Un commentaire  |  Commenter cet article

 

publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2017
    D L Ma Me J V S
    « juin    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives