Dans l'enclave

Jeudi 7 janvier 2016 | Mise en ligne à 13h46 | Commenter Un commentaire

Un noyau intouchable

DAVE AINSLEY

Je publie intégralement mon commentaire publié dans Le Quotidien jeudi matin, afin de tracer le bilan de la période des échanges chez les Saguenéens. Le voici:

”Depuis des semaines, Yanick Jean répète à qui veut l’entendre qu’il adore son équipe, particulièrement sa défensive. Cette affirmation s’est confirmée lors de la dernière période des échanges marquée par de la stabilité chez les Saguenéens.
Certains vont dire qu’il n’a pas assez bougé, mais Yanick Jean avait annoncé ses couleurs avant même l’ouverture des marchés à la mi-décembre. Il avait dit qu’il ne s’attendait pas à boucler énormément de transactions et fidèle à son habitude, il ne bluffait pas. Il a finalement réalisé sept trocs, sans vraiment faire quelque chose d’inattendu, si ce n’est que de l’échange du vétéran défenseur Garrett Johnston au Titan. Mais il l’a immédiatement remplacé par Élie Bérubé, en provenance de Gatineau, dans la transaction qui a envoyé Gabryel Boudreau avec les Olympiques. C’était logique de transiger Boudreau, le seul joueur qui était avec l’équipe en début de saison et qui avait de la valeur, sans être susceptible d’être de retour la saison prochaine.
Yanick Jean ne l’a pas caché dans son bilan de la période des échanges, il a reçu des offres très alléchantes pour son trio de vétérans Nicolas Roy, Frédéric Allard et Julio Billia. Certains diront que le directeur-général aurait dû en envoyer au moins un ailleurs, afin d’accélérer le virage jeune, et même les trois. Ils représentent les fondations des Saguenéens, dont l’alignement a vécu son lot de chamboulements lors de la dernière année. La stabilité est cruciale au niveau junior.
L’an dernier, quelques semaines après son arrivée en poste, Yanick Jean avait profité de sa première période de transactions pour amener six nouveaux joueurs, environ le tiers de l’alignement. C’est toutefois dans l’entre-saison qu’il a procédé aux changements les plus importants, métamorphosant une équipe qui avait grandement déçu lors des mois précédents.
C’est donc dire qu’en regardant un alignement de novembre 2014, il ne reste que quatre joueurs toujours avec l’équipe : Nicolas Roy, Julio Billia, Frédéric Allard et Landon Schiller. À ce groupe, on peut ajouter Tim Simard, qui a été acquis en décembre. C’est très peu, et Yanick Jean a compris qu’il ne pouvait donc pas toucher à son noyau, malgré des offres irrésistibles.
Ce sont des joueurs qui ont grandi avec les Sags et s’ils sont toujours ici, c’est qu’ils incarnent ce que veut mettre en place le grand manitou de l’équipe. J’ai retenu cette phrase de Yanick Jean dans son allocution mercredi après-midi, et je pense qu’elle résume parfaitement la situation. «Je ne pouvais en aucun temps aller à l’encontre de nos valeurs par rapport à repêcher des joueurs, les développer et les amener à maturité. C’est la raison pour laquelle on a poursuivi dans cette veine et peu de joueurs sont partis d’ici.» Voilà, tout est dit!
De plus, en se plaçant dans le camp des «vendeurs modérés», Yanick Jean s’est assuré de continuer de mettre sur la patinoire une équipe compétitive qui gagnera son lot de rencontres d’ici la fin de la saison, surtout dans une division beaucoup moins puissante dans laquelle les Cataractes de Shawinigan passeront le rouleau compresseur. Ce n’est pas parce que les Sags se retrouvent dans un virage jeunesse que la défaite est une obligation. Les jeunes apprennent énormément et probablement même plus dans une ambiance victorieuse.”

Un commentaire  |  Commenter cet article

 

Samedi 19 décembre 2015 | Mise en ligne à 21h50 | Commenter Aucun commentaire

Un accomplissement pour les Sags

DAVE AINSLEY

Sans trop faire de bruit, les joueurs des Saguenéens passeront la pause du temps des Fêtes en 12e place du classement général de la Ligue de hockey junior du Québec. Cette position n’était qu’un mirage au début du mois d’octobre, c’est le cas de le dire.
Après neuf rencontres, les Saguenéens étaient toujours à la recherche de leur première victoire de la saison et semblaient se diriger vers les bas-fonds du classement. Un peu plus de deux mois plus tard, les Chicoutimiens ont orchestré tout un revirement de situation, aidés par une séquence de sept victoires consécutives. Dans leurs 20 derniers matchs, ils ont conservé un dossier d’exactement .500 pour conclure leur première moitié de calendrier avec 34 points en 35 rencontres. « Beaucoup de gens le disent. Personne n’aurait gagé qu’on flirterait avec la barrière de .500 à la mi-saison. Même en enlevant le début de saison, lors du camp d’entraînement, personne n’aurait dit ça et surtout après le début de saison », a souligné l’entraîneur-chef Yanick Jean dans son bilan de mi-saison samedi, n’hésitant pas à parler d’un accomplissement. Il n’a pas été surpris par le début de saison difficile et a levé son chapeau au groupe de leaders pour le revirement de situation. « Les vétérans ont fait exactement le contraire de ce que d’anciens vétérans ont fait avec eux. Ils ont pris les jeunes par la main et les ont intégrés très rapidement dans l’équipe », a-t-il fait remarquer.
Les succès de sa formation n’ont toutefois pas changé son approche alors que s’ouvre la période des transactions dans la LHJMQ. « Ce n’est aucunement une question de résultat, c’est vraiment le processus. On avait un plan et on va continuer avec. On reste à l’écoute, mais on va essayer de ne pas déroger de notre stratégie », d’indiquer Yanick Jean qui tentera de limiter le nombre de transactions afin de conserver cette chimie au sein de son équipe.
« Il y a beaucoup de mouvements qui se sont faits aux Fêtes l’an dernier et au dernier repêchage », de faire remarquer le DG qui tenait à entrer de jeunes attaquants, d’où les acquisitions vendredi de Julien Tessier, des Sea Dogs et de Jake Smith, du Titan d’Acadie-Bathurst contre des choix au repêchage. Julien Tessier, qui a doit présentement composer avec des ennuis de santé, pourrait s’avérer un coup de circuit pour le grand manitou des Sags qui a cédé un choix de 2e ronde pour faire son acquisition, mais de nombreuses clauses sont assorties à l’entente. Le risque est faible, mais pourrait rapporter très gros. On parle quand même d’un choix de première ronde en 2014.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

Mercredi 9 décembre 2015 | Mise en ligne à 17h39 | Commenter Commentaires (2)

Phoenix et Sags: des ressemblances frappantes

DAVE AINSLEY

Les circonstances sont bien différentes, mais il existe plusieurs ressemblances entre ce qui se passe présentement avec le Phoenix de Sherbrooke et les événements de l’an dernier dans le camp des Saguenéens. Les dirigeants du Phoenix ont décidé de faire le ménage mercredi en congédiant l’entraîneur-chef Judes Vallée et le directeur général Patrick Charbonneau. Les deux hommes étaient avec l’équipe depuis le début de la concession en 2012. Les ressemblances avec les Sags? Les congédiements sont survenus à peu près à la même période alors que l’entraîneur Patrice Bosch et le DG Marc Fortier ont pris la porte à la fin de novembre 2014. Le Phoenix a une équipe bourrée de vétérans et ne lève pas depuis le début de la saison avec un dossier de 12-15-5 pour 29 points en 31 rencontres. C’était la même chose l’an dernier avec les Sags qui ne se sont jamais mis en marche, ce qui a mené à l’arrivée de Yanick Jean dans les doubles fonctions. Imaginez, avec leur victoire de dimanche à Sherbrooke, les Saguenéens se retrouvent devant la formation de l’Estrie au classement général, ce qui était même impensable en septembre. Cette saison, le Phoenix avait opté pour le slogan “Ensemble pour la conquête”, ce qui a mis beaucoup de pression sur l’organisation et les joueurs. L’an dernier, les dirigeants des Sags avaient ouvertement mentionné vouloir entrer au tournoi de la coupe Memorial par la grande porte après avoir échappé la présentation de l’événement au profit de Québec. Les Blessures représentent également une constante pour les deux équipes. L’an dernier, chez les Sags, Gabryel Boudreau a raté pratiquement toute la saison en raison d’une blessure au poignet. Laurent Dauphin, Alexandre Ranger et Samuel Hodhod ont également fait des séjours prolongés sur la liste des blessés. Du côté du Phoenix, Daniel Audette, Jérémy Roy et Kay Schwery ont raté leur part de rencontres. Les observateurs le disent régulièrement qu’il n’existe pas de garantie au hockey junior et la douloureuse expérience de ces deux équipes en est une autre preuve. Est-ce que le nouvel entraîneur par intérim Stéphane Julien et le directeur général Jocelyn Thibault seront en mesure de renverser la vapeur et faire du Phoenix une équipe aspirante d’ici la fin de la saison. La fin de l’histoire des Sags montre que la pente peut être bien abrupte.

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2016
    D L Ma Me J V S
    « jan    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    2829  
  • Archives

  • publicité