Dans l'enclave

Dimanche 15 juin 2014 | Mise en ligne à 10h11 | Commenter Aucun commentaire

Gaston Drapeau: Décès d’un grand

DAVE AINSLEY

L’un des grands de l’histoire des Saguenéens, mais également de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Gaston Drapeau, est décédé samedi. Celui qui était surnommé le petit général est le dernier entraîneur à avoir permis une conquête de la coupe du Président à Chicoutimi. Dans deux semaines, les artisans de la coupe du Président en 1994 se réuniront pour souligner le 20e anniversaire et Gaston Drapeau n’y sera pas. “Il était tellement content et avait hâte”, a raconté avec peine Yanick Jean.
“C’est lui qui nous l’avait promis, s’est-il souvenu. Quand on a perdu notre dernier match en demi-finale de la coupe Memorial contre le Titan de Laval, il nous avait dit que dans 10 ou 20 ans, on allait tous se regrouper.’
J’étais très jeune en 1994 et j’ai vécu ce championnat comme partisan. J’ai connu Gaston Drapeau plus tard et j’en conserve le souvenir d’un véritable passionné de hockey. Je le voyais souvent aux Élites ou aux Sags et il venait toujours me dire bonjour et prenait le temps de discuter quelques minutes. Son propos était tout le temps juste. Affecté à la couverture des Sags à cette époque, mon collègue Serge Émond l’a très bien connu et il a toujours été très élogieux à propos de Gaston Drapeau. “Travailler en compagnie de Gaston Drapeau et bien le connaître a été un privilège et une joie. Gagne ou perd, il a toujours été très collaborateur et d’agréable compagnie. Sa longue expérience en faisait une source intarissable d’anecdotes. Et la fin de sa longue carrière d’entraîneur ne l’a surtout pas changé. Il est demeuré jusqu’à la toute fin un homme gentil et passionné”, a-t-il écrit dans son commentaire publié dans le Progrès-dimanche.
Hier, Gaston Drapeau a eu droit à une foule d’éloges d’anciens joueurs et personnes qu’il a côtoyées au cours de sa brillante carrière. C’était très mérité. Gaston Drapeau, c’était un Monsieur, Hier, tout le monde avait une petite anecdote à raconter et ça venait naturellement. Gaston Drapeau a marqué le parcours de ceux qui l’ont côtoyé. Il a été le premier entraîneur-chef de Félix Potvin dans le junior majeur et un mentor pour le gardien qui allait ensuite connaître une brillante carrière dans la Ligue nationale. «Tu gardes une place spéciale pour tous tes entraîneurs, mais Gaston, c’était quelqu’un d’encore plus spécial», a souligné Potvin.
À son fils, Mathieu, qui m’a toujours parlé de son père avec les yeux brillants et le plus grand enthousiasme, sa conjointe, Denise Simoneau, ainsi qu’à toutes sa famille, mes plus sincères condoléances.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

Lundi 2 juin 2014 | Mise en ligne à 0h46 | Commenter Un commentaire

Sags: le casse-tête prend forme

DAVE AINSLEY

Même si les Sags n’ont sélectionné que deux fois dans les cinq premières rondes lors du repêchage de la LHJMQ qui se déroulait samedi à Sherbrooke, le casse-tête de l’alignement est beaucoup plus complet après la fin de semaine. En plus de confirmer les ajouts d’Alexandre Ranger, Gabryel Paquin-Boudreau, Samuel Hodhod, Joseph Strong et Reid Halabi, des transactions déjà connues, le directeur-général Marc Fortier a fait l’acquisition du défenseur de 20 ans Alexandre Leclerc, cédant un choix de 2e ronde et un autre de 4e tour en 2015. Il s’agit d’une addition importante pour les Sags. Premièrement, Leclerc, un Chicoutimien d’origine qui a grandi à Québec, vient combler un besoin important à la ligne bleue. Il s’agit également d’une police d’assurance pour les Sags dans le dossier Dominic Poulin qui pourrait s’étirer jusqu’au camp d’entraînement. Les Saguenéens espèrent encore le convaincre d’enfiler le chandail bleu et blanc au lieu de faire le saut dans les rangs universitaires. Sinon, ils conserveront le choix de première ronde du Drakkar en 2015 qui devrait être un bon choix. Pour le moment, les joueurs de 20 ans seraient Leclerc, Hodhod et le capitaine de l’équipe Samuel Roussy. On savait que les Sags pourraient compter sur une attaque revampée la saison prochaine, mais il manquait des éléments à la ligne bleue. L’acquisition d’Alexandre Leclerc, un très bon leader doté d’un bon physique, est un pas dans la bonne direction. En trouver un autre d’ici le début de la saison ne serait pas un luxe. Mais c’est très intéressant à un peu plus de deux mois du camp d’entraînement.

Un commentaire  |  Commenter cet article

 

Mercredi 21 mai 2014 | Mise en ligne à 20h08 | Commenter Commentaires (2)

Coupe Memorial: terminé pour les petits marchés?

DAVE AINSLEY

Les déclarations du commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, à ma collègue du Soleil Kathleen Lavoie sur les petits marchés et la présentation du tournoi de la coupe Memorial ont fait beaucoup de vagues lors des derniers jours, particulièrement au Saguenay. «Les ressources que ça prend, juste pour être capable de répondre à [ces exigences financières], font en sorte qu’on ne retournera probablement pas à Shawinigan. On ne retournera probablement jamais à Rimouski non plus. Mais on peut retourner à Halifax, à Saint-Jean, peut-être à Moncton dans le nouvel aréna. Est-ce que Gatineau avec son nouvel aréna, va pouvoir présenter ça? Peut-être», a-t-il notamment mentionné en plus d’utiliser un exemple probant pour parler des candidatures de Chicoutimi et Québec: «À Chicoutimi, les gens du comité de sélection ont eu droit à une belle présentation, sauf qu’on leur a montré un grand Coroplast en leur disant : “Voici à quoi va ressembler le vestiaire.” Le lendemain, on arrive à Québec, et là-bas, les lieux physiques étaient prêts. [...] Comment, malgré toute la bonne volonté du monde, Chicoutimi pouvait dire que ça allait fonctionner?», a-t-il laissé savoir.

Sur le fond, le commissaire a entièrement raison. Avec les ressources toujours en hausse que demandent l’organisation d’un tel événement, ça deviendra de plus en plus difficile pour les petits marchés. C’est la réalité. Le dire un mois après le choix de Québec aux dépens de Chicoutimi n’était peut-être pas le meilleur moment.

Mardi, le commissaire a défendu ses affirmations en entrevue avec ma collègue du Quotidien Katerine Belley-Murray. Il a insisté que les petits marchés, comme Chicoutimi, pouvaient toujours espérer présenter le tournoi national avec des garanties financières d’environ 1 million $, ce qui est nettement moins que dans les deux autres ligues. Gilles Courteau n’a pas non plus nié ses paroles, mais précisé que le contexte dans lequel elles ont été rapportées était erroné. «Jamais je n’ai dit qu’on éliminait les petits marchés. Aussitôt que tu rencontres les critères du cahier de charges, tu peux tenir l’événement. »

Quand on lit entre les lignes, on se demande quelles étaient les chances réelles de Saguenay d’obtenir le tournoi. Les membres du comité de candidature, avec Roger Fradette et Étienne Jacques en tête, ont travaillé d’arrache-pied et il en a coûté environ 75 000$, majoritairement de l’argent public, pour faire toutes les démarches. Ils ont sûrement avalé leur café de travers quand ils ont lu les déclarations de Gilles Courteau. Avec un aréna de 15 000 places et une population trois et même quatre fois supérieure à Saguenay, même en analysant de façon objective, la balance penchait du côté de Québec. Comme le soulignait l’un des gestionnaires des Sags Laval Ménard, la manière de procéder est peut-être à revoir. Avec des critères établis d’avance, même si Saguenay remplissait les conditions, se retrouver dans la course contre Québec diminuait grandement ses chances.

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2014
    D L Ma Me J V S
    « juil    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité