Dans l'enclave

Vendredi 3 juin 2016 | Mise en ligne à 10h14 | Commenter Aucun commentaire

Un récalcitrant pour les Sags?

Yanick - copie

DAVE AINSLEY

Sans aucun détour jeudi en début de soirée, Yanick Jean a annoncé qu’il n’était pas à l’aise avec le 10e choix en première ronde, position actuelle des Sags au repêchage samedi. Il estime qu’il coûterait trop cher de s’avancer et tente présentement de reculer, afin d’ajouter une ou deux sélections à sa banque qui compte déjà 5 sélections dans le top 35. S’il n’est pas capable, il pourrait très bien tenter le coup avec un joueur réfractaire à se présenter dans la LHJMQ. La liste comprend notamment les attaquants Andrew Coxhead et Shane Bowers, qui a refusé de se présenter au Cap-Breton l’an dernier, ainsi que le gardien Alexis Gravel, deuxième espoir à sa position, derrière le Saguenéen Olivier Rodrigue. «La raison pour laquelle je n’aime pas mon rang, c’est qu’il y a une différence dans la qualité qui devient énorme à un certain moment. Si je reste 10, il y a de fortes chances que je choisisse un récalcitrant», a-t-il dévoilé, évaluant que le jeu en valait la chandelle dans le contexte.
Au repêchage l’an dernier, Yanick Jean s’était attaqué à la brigade défensive, un défi qu’il a relevé avec brio. Cette fois, il axera sur l’offensive, avec une pensée pour préparer la relève de Julio Billia devant les buts. De l’avis même du grand manitou des Sags, il y a urgence d’ajouter de jeunes attaquants avec l’offensive vieillissante menée par Nicolas Roy qui sera assurément à sa dernière saison en 2016-2017. En terminant, je vous laisse avec mon analyse des priorités des Sags samedi. Ne soyez pas surpris que les Sags fassent l’acquisition d’un vétéran en attaque d’ici dimanche.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

Lundi 9 mai 2016 | Mise en ligne à 9h07 | Commenter Commentaires (3)

Les Sags un OSBL

DAVE AINSLEY

Les Saguenéens de Chicoutimi deviennent officiellement un organisme sans but lucratif. L’information circulait depuis un moment que le modèle de gestion des Sags changerait et le maire de Saguenay, Jean Tremblay, l’a confirmé vendredi en point de presse. Le raisonnement derrière cette décision est sans équivoque. «Il faut penser hockey et non dans l’esprit de faire des profits. Et il faut que les citoyens soient fiers de leur club. Il ne faut pas qu’ils aient l’impression d’encourager une compagnie privée, mais leur équipe de hockey», a fait valoir le maire Tremblay qui a pris cette décision après avoir entendu une présentation du président Richard Létourneau. En clair, qu’on se concentre sur le hockey sans se soucier de l’aspect financier. On ne peut qu’être d’accord avec ces propos. On parle ici de jeunes de 16 à 20 ans et de plus en plus, les sommes investies dans le hockey junior sont faramineuses. Les équipes sont devenus de grosses entreprises où les profits font partie de l’équation. Ce nouveau modèle n’est pas si nouveau puisque c’était la manière de fonctionner jusqu’au tournant des années 2000, mais cette fois, la ville est propriétaire de l’équipe. Financièrement, la ville a fait un bon coup en confiant la gestion de l’équipe à un groupe privé, en retour de sommes importantes. On voit où ça nous a mené alors que cette pression financière est devenue trop lourde à porter. Le maire a défendu du mieux qu’il le pouvait ce modèle lors de son point de presse, disant que ça avait été un échec pour le groupe d’Alain Deschênes, mais un succès pour la ville. Avec un OSBL, la ville n’aura plus de sommes garanties, mais si l’équipe connaît du succès et que les amateurs sont au rendez-vous, les retombées seront plus qu’intéressantes. Ce sera exactement la mission du groupe de gestionnaires qui seront dix autour de la table pour un mandat de dix ans… dont des gens du Lac-Saint-Jean. Cette stabilité ne sera pas de trop avec l’incertitude des dernières saisons.

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article

 

Lundi 18 avril 2016 | Mise en ligne à 15h49 | Commenter Aucun commentaire

Le retour de Martel

1175672-richard-martel

DAVE AINSLEY

Richard Martel ne laisse aucun amateur de hockey indifférent. Plusieurs l’encensent, d’autres le critiquent vertement, mais tout le monde a une opinion. Ce n’est dont pas surprenant que son retour derrière le banc, avec les Marquis de Jonquière en pleines séries en fin de semaine dernière, ait provoqué autant de réactions. La couverture médiatique a été impressionnante et en bout de ligne, c’est la Ligue nord-américaine de hockey qui sort gagnante de toute visibilité, d’autant plus que les joueurs des Marquis et des Éperviers de Sorel ont présenté du hockey de qualité, sans bagarres ni débordements. Les Marquis ont bien failli compléter une remontée improbable, eux qui tiraient de l’arrière 3-1 avant l’arrivée de Martel. Les Éperviers ont sauvé la mise en deuxième prolongation dimanche, dans un Palais des sports rempli au bouchon. Après la rencontre et son court séjour à la barre de la formation jonquiéroise, sans confirmer officiellement son retour, Richard Martel en a exprimé le désir, si bien que ça semblait une formalité. «Je vais prendre un petit répit quand même, mais il n’y a rien de négatif avec ce que j’ai vécu cette semaine, au contraire. Aujourd’hui, si je n’accepte pas le poste, sachant la qualité de joueurs dans le vestiaire, je m’en voudrais énormément. Une chance que j’ai dit oui. Ces gars-là m’ont accueilli d’une façon extraordinaire», a-t-il mentionné, axant son long discours sur un calibre qu’il a découvert et il n’avait que du positif à raconter sur sa courte expérience. Ça veut pas mal tout dire. Encore là, ce dossier va faire jaser… parce que c’est le roi Richard.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2016
    D L Ma Me J V S
    « juin    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives