Dans l'enclave

Archive, juin 2012

Jeudi 28 juin 2012 | Mise en ligne à 22h05 | Commenter Un commentaire

Du sang neuf chez les Sags

Laval Ménard, Alain Deschênes, Pierre-Marc Bouchard et Martin Lavoie sont les nouveaux gestionnaires des Saguenéens de Chicoutimi.  (Photo Michel Tremblay)

Laval Ménard, Alain Deschênes, Pierre-Marc Bouchard et Martin Lavoie sont les nouveaux gestionnaires des Saguenéens de Chicoutimi. (Photo Michel Tremblay)

DAVE AINSLEY

Les Saguenéens ont de nouveaux gestionnaires. Le groupe formé de Laval Ménard, Pierre-Marc Bouchard, Martin Lavoie et Alain Deschênes a remporté la mise, grâce à une soumission de 352 692,72$, loin devant les autres. La candidature gagnante a d’abord été entérinée par le comité exécutif de Saguenay avant que les nouveaux boss rencontrent la presse jeudi matin.
Le quatuor qui a été formé le mois dernier amènera certainement du sang neuf dans l’organisation chicoutimienne. Ils arrivent en poste après un règne de 12 ans de Michel Boivin, Guy Carbonneau, Pierre Cardinal, Marc Desforges et Gaby Asselin. Il faut souligner d’emblée que les anciens gestionnaires laissent une équipe en excellente santé, tant hors que sur la patinoire. Même s’ils ont tenté le coup aux Fêtes, avec l’acquisition de Jean-Gabriel Pageau, Mathieu Gagnon et Christian Ouellet, le noyau des Sags demeure jeune et talentueux.
Première constatation, elle saute aux yeux: les nouveaux gestionnaires ont payé très cher pour s’occuper de la franchise qui célébrera sa 40e saison en 2012-2013. Au bout des sept saisons, ils auront remis la coquette somme de 2,5 millions $, soit quasiment la valeur d’une concession dans la LHJMQ qui est établie à 3 millions $. Tout ce magot pour louer une équipe de hockey. Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, a gagné son pari, lui qui voulait aller chercher le maximum pour le citoyen. De l’autre côté, le quatuor affirme qu’il est très à l’aise avec les montants accordés et que ce ne sera pas un problème. Avec les nouvelles charges du nouveau contrat s’ajoutent également un montant d’environ 150 000$. Ça fait grosso modo un montant de 500 000$ qu’ils auront à débourser annuellement pour prendre en charge les Sags.
Anciennement, c’était plutôt entre 100 000$ et 150 000$ tout dépendant de la vente des billets. Maintenant, les frais seront fixes et les gestionnaires devront faire avec. C’est un manque à gagner d’au moins 350 000$ qu’ils devront aller chercher. Ce n’est pas la fin du monde quand on considère que le précédent groupe a encaissé de très bons profits au milieu des années 2000 alors que les succès sur la patinoire et aux guichets allaient de pair. Le risque est plus grand, mais c’est loin d’être impossible. Le défi pour le quatuor sera de rendre le Centre Georges-Vézina populaire et ça ne se fera pas sans une bonne équipe. Pour rajeunir la clientèle et inclure la tranche 15-35, l’animation devra définitivement être améliorée.
Avant de critiquer, il faut laisser la chance au coureur. Les quatre nouveaux gestionnaires sont des hommes d’affaires bien établis et crédibles. Laval Ménard est un vendeur hors-pair. Il n’avait pas quitté l’organisation chicoutimienne dernièrement parce qu’il ne vendait pas de publicité, bien au contraire. Il sera appuyé par Martin Lavoie qui est également reconnu pour ses talents dans la vente. Alain deschênes est parti de rien et a maintenant une entreprise de signalisation qui emploie 70 personnes.
Un petit bémol sur le processus d’appel d’offres. Marc Denis marque un point lorsqu’il déplore que seulement l’argent mis sur la table qui a permis de décider du groupe qui hériterait de la gestion de l’équipe. Au départ, on avait parlé d’une grille d’évaluation rigoureuse même si l’aspect monétaire demeurait le critère numéro un. Ça aura finalement été le seul. Sur ce point, le maire Tremblay explique que le 13 juin, à la première étape, tous les groupes ont été jugés conformes. N’empêche que d’autres groupes ont mis du temps et de l’énergie dans la conception de leur soumission et auront finalement perdu leur temps. L’argent, c’est une chose, la vision en est une autre.
Ceci dit, je suis convaincu que les nouveaux gestionnaires arrivent en place avec un plan précis et des idées plein la tête.

Un commentaire  |  Commenter cet article






Samedi 23 juin 2012 | Mise en ligne à 15h42 | Commenter Un commentaire

Hudon à Montréal, O’Brien à Anaheim

DAVE AINSLEY

Les deux membres des Saguenéens repêchés samedi à Pittsburgh sont repartis avec le sourire fendu jusqu’aux oreilles. Le premier, Charles Hudon, appartient maintenant au Canadien de Montréal qui en a fait son choix de 5e ronde. Le second, Andrew O’Brien, a non seulement été repêché, mais n plus en 4e ronde par les Ducks d’Anaheim. Le défenseur de 19 ans a vraiment montré une belle progression au cours des deux dernières années à Chicoutimi. Invité au camp en 2010, il s’est taillé un poste à la surprise générale et depuis, a rendu de fiers services aux Saguenéens. Il a vraiment montré tout son talent lors des dernières séries éliminatoires. Avec son jeu physique, il a été l’un des plus fiables à la ligne bleue et a fait très mal à certains adversaires. Cette sélection au repêchage de la Ligue nationale est la cerise sur le sundae et elle est pleinement méritée. Sera-t-il de retour dans l’uniforme des Sags la saison prochaine, rien n’est moins sûr. Personnellement, je le vois faire le saut chez les professionnels, probablement dans la ECHL. On verra…
Pour Charles Hudon, il a dû attendre plus longtemps qu’il l’aurait espéré, mais l’histoire se termine de belle façon avec le Canadien. C’est le rêve de tout Québécois d’être repêché par le Tricolore et Hudon est le seul Québécois de la cuvée 2012. Avec David Desharnais, peut-être aurons-nous un duo d’anciens Saguenéens avec le Canadien d’ici quelques années. Il reste encore beaucoup d’eau à couler sous les ponts pour Hudon qui se présentera certainement au camp d’entraînement très motivé, surtout qu’il participera la semaine précédente au quatre rencontres du Défi Canada-Russie.
En terminant, un petit mot sur l’attaquant originaire de Roberval Christophe Lalancette qui a été repêché tout juste après O’Brien par les Sharks de San Jose. Le porte-couleurs du Titan montre également une belle progression et n’était même pas dans les listes pour l’encan 2012 en août dernier. On entend peu parler de lui parce qu’il évolue dans les Maritimes, mais il s’est imposé comme un incontournable lors d’une saison au cours de laquelle il a été très constant.
En passant, 19 joueurs de la LHJMQ repêchés dont seulement 11 Québécois, c’est très peu. Avec les trois de la USHL, Stéfan Matteau, Michael Matheson et Kevin Roy, on n’arrive même pas à la quinzaine sur 211 choix au repêchage…

Un commentaire  |  Commenter cet article






Samedi 23 juin 2012 | Mise en ligne à 9h48 | Commenter Aucun commentaire

La LHJMQ ignorée en première ronde

DAVE AINSLEY

Tout le monde s’y attendait et c’est arrivé. La LHJMQ a été pratiquement absente de la première ronde du repêchage de la LHJMQ. On a l’impression de se répéter chaque année. Pour une troisième fois en cinq ans, aucun Québécois évoluant dans la LHJMQ a attiré l’attention d’une équipe de la Ligue nationale lors de la soirée d’ouverture du repêchage. Un seul joueur du Circuit Courteau, le Russe Mikhail Grigorenko des Remparts, a entendu son nom, au 12e rang par les Sabres. Deux autres Québécois qui évoluaient l’an dernier aux États-Unis, le défenseur Michael Matheson (23e, Floride), et Stefan Matteau (29e, New Jersey), ont été repêchés. Matteau portera l’an prochain les couleurs de l’Armada de Blainville-Boisbriand la saison prochaine. Pour sa part, Matheson, dont les droits appartiennent aux Wildcats de Moncton, semble encore pencher du côté de Boston College dans la NCAA.
Le Canada a encore une fois dominé la première ronde du repêchage. Si on compte Matteau, qui est né à Chicago, mais qui est considéré comme un Montréalais, les Canadiens ont constitué exactement la moitié des 30 choix de premier tour. Suivent les États-Unis avec 4 (excluant Matteau) ainsi que la Russie et la Suède avec trois.
Quand ont décortique les choix canadiens par provinces, l’Ontario arrive loin devant avec huit sélections. Avec deux, le Québec se retrouve à égalité avec la Saskatchewan et la Colombie-Britannique. Au total, la LHJMQ aura environ une trentaine de sélections et un communiqué sera envoyé en fin de journée pour se féliciter, mais la réalité est que le Québec développe peu de choix de première ronde. C’est difficile de tirer des conclusions sur un seul repêchage, mais la tendance est marquée depuis quelques années. Les raisons sont également nombreuses et c’est bien difficile d’expliquer la situation par une seule cause.
L’année prochaine, la récolte s’annonce excellente pour le Québec avec les Drouin, Duclair Fucale et Grégoire en plus de Nathan MacKinnon qui à moins d’une catastrophe, sera l’un des cinq premiers appelés

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2012
    D L Ma Me J V S
    « mai   juil »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité