Dans l'enclave

Archive, avril 2012

Dimanche 29 avril 2012 | Mise en ligne à 12h25 | Commenter Commentaires (2)

La tête haute

DAVE AINSLEY

Malgré la défaite face aux puissants Sea Dogs, les joueurs des Sags ont été très impressionnants. Voici l’intégrale de mon commentaire publié dans le Progrès-Dimanche.

Les joueurs des Sags peuvent rentrer à Chicoutimi la tête très très haute.
Malgré leur élimination en cinq rencontres, les Chicoutimiens ont vraiment été impressionnants face aux puissants Sea Dogs, qui avouons-le, avaient une équipe bien plus talentueuse avec quatre choix de premier tour dans l’alignement. Certains soirs, comme jeudi dernier, on aurait toutefois pu jurer que la meilleure équipe était à Chicoutimi, mais la loi du sport est parfois bien injuste.
Acharnés, les joueurs des Sags ont forcé les Sea Dogs à mériter chaque pouce de patinoire et chaque but. Encore hier, les Chicoutimiens n’ont jamais abandonné, même lorsqu’ils tiraient de l’arrière 2-0. En bout de ligne, le talent aura eu raison du travail. Le talent en a toutefois eu pour son argent.
Les mêmes problèmes qui ont hanté les Sags toute la saison, le manque d’opportunisme et l’incapacité de marquer en avantage numérique, ont finalement eu raison de la troupe de Marc-Étienne Hubert en demi-finale. Durant toute la série, l’attaque massive des Bleus n’a généré qu’un seul but en 20 occasions. Dans une série où chaque détail compte, ce n’est évidemment pas suffisant. Deux ou trois buts de plus et le temps n’est peut-être pas au bilan chez les Saguenéens.
Le succès dans les séries rejailli sur tous les membres de l’organisation, mais un en particulier récolte les honneurs un peu plus. Largement critiqué dès le début de sa saison recrue comme entraîneur-chef, Marc-Étienne Hubert a gagné le respect en séries éliminatoires, bien appuyé par son adjoint Mario Durocher. L’équipe a été très bien préparée à chaque rencontre et le plan de match était vraiment efficace, particulièrement contre les Cataractes et les Sea Dogs.
Après la période des échanges, le directeur général avait mis beaucoup de pression sur Hubert en affirmant que les Saguenéens avaient maintenant les outils pour faire un bon bout de chemin en séries avec les acquisitions des anciens olympiques Mathieu Gagnon, Christian Ouellet et Jean-Gabriel Pageau. Quatre mois plus tard, l’expérience peut être qualifiée de concluante.
Seul bémol, la fin de saison en dent de scie des Chicoutimiens qui les aura fait glisser au 8e rang. Avec une meilleure fin, le choc contre les Sea Dogs, qui à moins d’une catastrophe, seront couronnés pour une deuxième année consécutive d’ici deux semaines, se serait produit en finale, mais le résultat aurait fort probablement été le même.
Les grands gagnants, ce sont les partisans qui ont retrouvé la fierté vis-à-vis leur organisation. Sans un pari audacieux des dirigeants, les moments magiques vécus lors des dernières semaines n’auraient pas eu lieu. La longue traversée du désert ne semblait pas vouloir finir, elle est maintenant chose du passé et contrairement aux autres années, la saison prend fin sur une note très positive à Chicoutimi.

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Vendredi 27 avril 2012 | Mise en ligne à 11h31 | Commenter Un commentaire

Un immense défi pour les Sags

Charlie Coyle a marqué un superbe but en prolongation

Charlie Coyle a marqué un superbe but en prolongation

DAVE AINSLEY

Dire que les Saguenéens méritaient de gagner jeudi est une vérité de La Palice. Ça aurait été difficile d’écrire un scénario avec une défaite plus crève-coeur qu’hier pour les Saguenéens. Beaucoup plus déterminés que leurs rivaux, les Chicoutimiens auraient dû l’emporter en temps réglementaire. En prolongation, les hommes de Marc-Étienne Hubert ont continué d’appliquer de la pression, mais à force de rater des chances, les Sea Dogs ont fini par marquer… sur leur première véritable chance de la période supplémentaire. Le gardien Mathieu Corbeil a été fantastique lors de la prolongation, dont quelques secondes avant le but gagnant sur Steve Lebel qu’il a frustré avec la mitaine. Au final, le manque d’opportunisme des Sags leur a coûté le match.
La montagne est maintenant très imposante et semble même impossible contre la meilleure équipe au Canada. Battre trois fois de suite les Sea Dogs qui n’ont subi que quatre revers depuis le 1er janvier ne sera pas une mince tâche. Deux de ces revers sont survenus… contre les Sags. Ce ne serait même pas surprenant qu’il y ait un 6e match lundi au Centre Georges-Vézina. Comme l’a rappelé Marc-Étienne Hubert après la défaite crève-coeur de jeudi, si les Bleus poursuivent dans la même veine que lors des deux matchs à Chicoutimi, plus de bonnes que de mauvaises choses vont arriver.
Les trois joueurs de Gatineau, Mathieu Gagnon, Christian Ouellet et Jean-Gabriel Pageau ont vécu la même situation en finale l’année dernière alors que les Olympiques tiraient de l’arrière 3-1. Ils avaient continué à travailler et étaient allés chercher une victoire à Saint-Jean avant d’amener les Sea Dogs en deuxième prolongation lors du match 6.
Peu importe ce qui va arriver samedi, les joueurs des Sags pourront revenir au Saguenay avec la tête haute.

Un commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 25 avril 2012 | Mise en ligne à 10h31 | Commenter Commentaires (3)

Les Sags dans la série

Jean-Gabriel Pageau a été excellent avec deux buts mardi.

Jean-Gabriel Pageau a été excellent avec deux buts mardi.

DAVE AINSLEY

L’entraîneur-chef des Sags, Marc-Étienne Hubert, avait bien raison après la rencontre d’hier lorsqu’il a dit que son équipe avait accompli quelque chose de très gros avec leur victoire de 5-4 en prolongation. Les Sea Dogs ont subi un premier revers en 11 rencontres dans les présentes séries éliminatoires. Ces derniers n’ont pas traversé d’adversité face aux Screaming Eagles et au Drakkar, mais la partie ne sera pas aussi facile contre les Chicoutimiens. Cette équipe démontre un caractère hors du commun et joue du hockey inspiré lorsqu’elle se retrouve le dos au mur. Hier, particulièrement en troisième et en prolongation, les Bleus ont joué avec le sentiment d’urgence. En prolongation, ils sont sortis enragés et ce n’étaient qu’une question de temps avant qu’ils marquent.
Avec cette première victoire, les joueurs se doivent d’y croire plus que jamais. Avouez que lorsqu’on regarde la situation froidement, la montagne est énorme contre les champions en titre qui comptent pas moins de 11 joueurs repêchés dans la Ligue nationale et n’ont subi que quatre défaites en 2012. La montagne n’est toutefois pas insurmontable. Avec un peu plus d’opportunisme, les Sags pourraient mener cette série 2-1. Avec une victoire jeudi, ils mettraient une grosse pression sur les favoris et un retour à Saint-Jean avec une égalité de 2-2 dans la série. La clé: frapper les joueurs des Sea Dogs. Andrew O’Brien a montré comment faire mardi avec trois percutantes mises en échec et ses coéquipiers doivent l’imiter. Chose certaine, l’ambiance au Centre Georges-Vézina sera électrique.

La célébration du but gagnant d’Étienne Brodeur.

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    D L Ma Me J V S
    « sept    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité