Dans l'enclave

Lundi 23 février 2015 | Mise en ligne à 14h17 | Commenter Aucun commentaire

Les Sags et les blessés

DAVE AINSLEY

Les blessures font partie du sport. Dire que les Saguenéens ont été particulièrement éprouvés à ce niveau depuis le début de la saison relève de l’euphémisme. Quand il est question des blessures dans le vestiaire chicoutimien, ce n’est vraiment pas une excuse.
Avec l’aide du répondant médical Rénald Nepton, j’ai effectué un décompte de tous les blessés chez les Saguenéens depuis le début de la saison 2014-2015. Les porte-couleurs chicoutimiens ont raté plus de 200 parties, 216 pour être précis après la défaite de dimanche contre Sherbrooke, soit l’équivalent de quatre joueurs par rencontre. Ça ne risque pas de ralentir dans un proche avenir avec six joueurs présentement sur la touche, soit Gabryel Paquin-Boudreau, qui n’a disputé que sept matchs, Samuel Hodhod, Janne Puhakka, Reid Halabi et les nouveaux venus sur la liste des blessés, Alexandre Ranger et Landon Schiller. Et c’est comme ça depuis les premiers moments de la saison.
Le décompte tient seulement compte des matchs ratés avec l’organisation chicoutimienne et inclut notamment Scott Carrier qui est retourné chez lui le mois dernier après avoir subi une autre commotion cérébrale en novembre. Dans le cas du Russe Nikita Lyamkin, seulement les matchs ratés jusqu’à l’acquisition de Victor Baldaev ont été pris en compte. Laurent Dauphin (12), Samuel Hodhod (13), Jérémy Bouchard (13), Samuel Blier (23), Gabryel Paquin-Boudreau (50) et Scott Carrier (45) ont tous raté plus de dix rencontres.
Seulement deux joueurs ont disputé les 57 matchs de l’équipe, Nicolas Roy et Carl Tremblay. Le défenseur Anthony Gingras n’a pas raté de match avec le Titan puis avec les Sags après avoir été acquis lors de la période des Fêtes.
Tant le médecin de l’équipe, François Savard, que Rénald Nepton, qui comptent tous les deux plusieurs années d’expérience, n’ont jamais vu pareille situation. Je me souviens qu’en 2012-2013, les Sags avaient eu beaucoup de blessés, mais présentement, ça devient intense.

Laurent Dauphin 12 matchs
Samuel Hodhod 12 matchs * Encore blessé
Gabryel P. Boudreau 49 matchs * Encore blessé
Samuel Blier 23 matchs
Jérémy Bouchard 13 matchs

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

Mercredi 11 février 2015 | Mise en ligne à 14h08 | Commenter Commentaires (2)

Les Sags avancent, mais…

DAVE AINSLEY

Il aura fallu attendre beaucoup plus longtemps que prévu, mais les Sags ont finalement quitté le dernier rang de la division Est avec deux victoires en fin de semaine dernière. Ils en ont profité pour passer devant les Tigres de Victoriaville qui n’ont qu’une victoire à leurs dix dernières rencontres… jeudi contre les Sags qui ont disputé leur plus mauvais match de février. Installés au 13e rang, à égalité avec les Screaming Eagles, les Chicoutimiens peuvent encore espérer gagner quelques rangs au classement. Seulement quatre points les séparent des Huskies et de la 10e position. Ils devront toutefois finir en force. Ils ont présentement 51 points et il leur faudra certainement plus de 70 points, voire 75 pour dépasser tous leurs adversaires. Avec 32 points toujours sur la table, on parle alors d’un taux de succès de 75%. Avec des affrontements contre Rimouski, deux fois plutôt qu’une, Québec et Blainville, ce sera plus difficile à dire qu’à faire. S’ils continuent de jouer comme ils le font depuis quelques semaines, c’est toutefois possible même si 70 points semble plus réaliste que 75. Malgré leurs bonnes performances, ils ne revendiquent que quatre victoires à leurs dix dernières parties. La course sera très intéressante jusqu’à la toute fin et chaque victoire ou défaite aura son importance.

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article

 

Lundi 2 février 2015 | Mise en ligne à 13h56 | Commenter Commentaires (6)

Quel Super Bowl!

DAVE AINSLEY

C’est pour des matchs comme celui-là que je suis un si gros fan de football et particulièrement de la NFL. Quelle fin de match! Alors que les Patriots semblaient cuits, les entraîneurs des Seahawks ont pris une décision très douteuse en optant pour une passe dans le centre du terrain alors que l’attaque était à la porte des buts. Quatre fois sur cinq, dans ce genre de situation, c’est une course et surtout quand l’équipe peut compter sur un porteur de ballon du talent de Marshawn Lynch. Et non, les Seahawks ont décidé de lancer le ballon qui s’est retrouvé dans les mains d’un joueur des Patriots. En une fraction de seconde, une défaite quasi-certaine s’est transformée soudainement en victoire et vice versa. Plusieurs médias, surtout de Seattle, ont qualité la décision de lancer le ballon de mauvaise décision, pour ne pas dire la pire de toute l’histoire de la NFL. C’était une très mauvaise décision, mais la qualifier de la pire DE TOUTE L’HISTOIRE, c’est un peu poussé. Ça se passe très rapidement dans le feu de l’action, mais c’est quand même incompréhensible de ne pas au moins avoir tenté un jeu au sol à la ligne de 1. Il faut également souligner que le demi de coin recrue Malcom Buter a fait tout un jeu sur la séquence. L’entraîneur-chef Pete Caroll a pris le blâme de ce fiasco après la rencontre, ce qui va le suivre pour le reste de sa carrière. Comme le mentionnait mon collègue de La Presse Philippe Cantin lundi matin, Caroll est passé de héros à la demie, à zéro en fin de match pour le même genre de décision courageuse. Avec six secondes à faire à la demie, il avait décidé de tenter une passe au lieu du botté de précision, ce qui s’est transformé en touché qui créait l’égalité 14-14. Deux heures plus tard, pour faire une passe, il doit maintenant faire face aux sévères critiques. ”Le karma est une ”bitch” dit-on. D’ailleurs, pendant les séries, le karma a été impitoyable. En première ronde, les Lions devaient battre les contre les Cowboys et une pénalité annulée a tout changé. Au deuxième tour, les Cowboys ont perdu après le renversement d’un attrapé de Dez Bryant contre les Packers de Green Bay. Que s’est-il passé la semaine suivante? Les Packers se sont lamentablement écroulés face aux Seahawks qui n’auraient même pas dû participer au match ultime. Et au Super bowl… On dirait pratiquement que c’était arrangé avec le gars des vues.
Malgré tout, il faut rendre hommage aux Patriots qui ont remporté dimanche un quatrième titre du Super Bowl depuis le début des années 2000, un exploit avec la parité actuelle de la NFL. Qu’on les aime ou non, Bill Belichick et Tom Brady ont marqué leur époque et personne ne pourra mettre en doute leur palmarès franchement impressionnant.

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2015
    D L Ma Me J V S
    « fév    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité