Nathalie Collard

Nathalie Collard - Auteur
  • Nathalie Collard

    Nathalie Collard explore le monde des médias dans les pages de La Presse, sur son blogue et sur twitter.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 2 mai 2012 | Mise en ligne à 17h46 | Commenter Commentaires (8)

    Rogers débranche Branchez-Vous!

    C’était en 1995. Patrick Pierra, un des patrons d’Infopresse, un visionnaire, lançait Branchez-Vous!, le premier portail web québécois.

    Je n’ai jamais été une fidèle lectrice de ce site où on retrouvait un peu de tout (manchettes de la journée,  nouvelles culturelles et artistiques, sports, etc. ) mais il faut reconnaître qu’il a été le premier du genre et qu’il a ouvert la voie aux autres qui ont suivi (y compris cyberpresse).

    Sa fermeture (annoncée aujourd’hui dans un courriel aux employés, nous dit-on) se traduit dans une vingtaine d’emplois perdus. Les sites web rattachés à Branchez-Vous! (Matin, Info Techno et Showbizz.net) disparaissent aussi. Pour le milieu des médias, précaire par les temps qui courent, ce n’est pas une bonne nouvelle.

    Cela dit, cette fermeture n’a rien de surprenant.

    Acquis par Rogers en 2010 pour la rondelette somme de 25 millions de dollars, qu’avait à offrir Branchez-Vous! que ses compétiteurs n’avaient pas? Rien. Pas de nouvelles exclusives (Matinternet était réputé pour repiquer sans le mentionner les textes des grands médias, ce que j’ai déploré sur Twitter plus tôt aujourd’hui), une majorité de dépêches de la Presse canadienne et aucun contenu pointu pour lequel l’internaute aurait fait un détour (on dira que Huffington Post propose la même formule mais ils ont tout de même quelques blogueurs-vedettes).

    La seule chose qui distinguait Branchez-vous! d’un site complètement anonyme étaient ses blogueurs. Le problème c’est qu’il n’y avait pas de gros nom pour attirer les lecteurs, qu’ils n’avaient pratiquement aucune visibilité (saviez-vous que Gérald Larose avait un blogue sur Branchez-vous?) et qu’ils n’étaient jamais cités dans les médias électroniques (même dans les médias sociaux, je voyais rarement leurs propos être repris ou cités. Problème).

    D’un point de vue d’affaires, que représentait Branchez-Vous! pour Rogers? Peu de choses, semble-t-il. En cette époque où tout le monde souhaite «décliner des contenus sur plusieurs plateformes», il n’y avait pas grand profit à tirer de ces sites web qui n’avaient aucune valeur à exploiter.

    Depuis plusieurs mois (et même années), les spécialistes répètent que les médias qui tireront leur épingle du jeu sont ceux qui auront un contenu exclusif à offrir ou des informations privilégiées pour lesquels les internautes sont prêts à payer. Branchez-Vous! n’offrait rien de tout cela. Dans un tel contexte, pas étonnant que Rogers ait tiré la plogue.


    • Je suis entièrement d’acvord avec toi. Jamais bien Matinnet. Aujourd’hui plus rien … I

    • Dommage. Branchez vous aura été en effet un pionnier et il aurait suffit d`un brin de créativité pour survivre bien que quand un monstre comme Rogers vous bouffe,la fermeture n`a peut-être pas de raison véritablement calculable ou expliquable…Reste que le simple fait d`avoir été visionnaires leur a valu 25 millions hein ?

      Je crois que ceux qui réussissent et qui florissent sont surtout ceux qui savent se renouveller et qui offrent une nouvelle image et de nouvelles fonctionalités. Pour ne pas le nommer Canoe mériterait de disparaitre car depuis sa création il y a bien une dizaine d`années ,rien n`a changé,évolué et son contenu est laissé souvent à l`abandon. Mais une fois de plus, un empire est derriere le site et sa survie n`a rien a voir avec la logique.

      Pas certain que les gros noms sont prioritaires pour attirer la clientele. C`est un domaine ou tout reste à faire et ou les découvertes sont nombreuses et valables. Bon je sais on retombe dans le débat journalistes professionnels mais là n`est pas mon intention…(clin d`oeil)

      Quant au futur du contenu exclusif et payant je ne suis pas certain que ca sera la voie pour tous. Ceux qui iront chercher leur part de tarte publicitaire auront d`autres options.

      Le probleme c`est que la version écrite passe encore en priorité pour les grands de l`industrie et que tant que les publicités y seront… Sauf que quand les publicités feront le grand saut , ce ne sera pas pour vous suivre mais plutôt pour aller ailleurs ou ils seront solicités et ou on leur offrira une plate-forme plus moderne. La balle est dans quelle cours vous pensez ?

    • J’allais souvent sur Branchez-vous. Les blogues m’intéressaient. Mais je me suis lassé, ils étaient trop prévisibles. En particulier monsieur Larose et monsieur Henrard. Ils reprenaient toujours les mêmes thèmes. Anti Harper, anti PLQ. C’est ennuyeux de toujours lire les mèmes phrases sur les mêmes sujets.

    • Par respect pour les gens qui y ont travaillé au cours de ces dix-sept ans, permettez-moi de corriger un peu l’impression que vous donnez d’un site qui ne faisait que repiquer des nouvelles des agences ou aux autres médias.

      - À sa création, et pendant ses premières années, je pense que BV! a été l’une des meilleures sources d’information sur l’évolution fulgurante d’Internet – certes, en réécrivant en français un grand nombre de nouvelles venants des États-unis, mais aussi en faisant une couverture québécoise des sites web et des entreprises point.com d’ici. Par la suite, Internet est devenue moins une histoire de contenus qu’une histoire de technologies et de plateformes. Nous avons suivi, mais en ayant plus de difficulté à nous distinguer – parce que les technologies ne sont pas québécoises, trouver un angle local populaire n’est pas aisé, et on se retrouve le plus souvent à reprendre et synthétiser des sources américaines. Cependant, la section Techno de BRANCHEZ-VOUS! est demeurée un élément fort, qui se comparait avantageusement aux autres sites et sections techno des portails québécois.

      - Matinternet, qui était à l’origine de la section Info (avant d’être acquise et intégrée dans BV!), a été le premier site d’information continue au Québec. Fondé par André Cyr, il se distinguait notamment par une couverture intense des faits divers – certes sans vraiment avoir de journalistes “sur le terrain”, mais en faisant quand même, de mon point de vue, un travail journalistiue de veille et de vérification d’informations. Il est vrai que cette spécificité s’est perdue et la concurrence de Cyberpresse, Radio-Canada et Canoe (plus Yahoo!, Google News, RueFrontenac, LeDevoir, etc.) lui a enlevé une bonne partie de sa raison d’être. Nous avons alors orienté nos efforts vers des blogues d’opinion, que je crois de grande qualité – le fait qu’ils aient eu plus ou moins de succès sur les réseaux sociaux ne me semble pas le seul baromètre de leur valeur.

      - Showbizz.net avait été lancé par les frères Parent à Québec, avec des objectifs très ambitieux, et des moyens à la hauteur de ces ambitions. Ils ont investi de façon importante dans la création de contenu original. Pour rentabiliser le site, ses propriétaires suivants – dont BV! – ont fixé des objectifs plus modestes, en se concentrant beaucoup sur la couverture de l’actualité des stars (c’était, au moins, un élément distinctif clair) mais en continuant à faire aussi des critiques de films et de musique.

      Vous avez raison qu’en regroupant ces contenus sous la marque BRANCHEZ-VOUS!, les spécificités s’estompaient et on se retrouvait avec un portail généraliste qui se battait contre des plus gros, avec moins de moyens qu’eux. Ce regroupement a peut-être été une erreur de ma part; mais BRANCHEZ-VOUS! jouait alors un rôle de porte-étendard d’un réseau publicitaire, et cette synergie commerciale fonctionnait très bien.

      Après l’acquisition par Rogers, la synergie n’était plus la même, et j’avais entendu dire que Rogers prévoyait de désassembler le portail pour relancer les trois marques (BV!, Matin et Showbizz.net) de façon plus autonome, chacune avec une mission plus pointue. Je n’étais plus associé à ce projet, mais cela me paraissait une décision très logique, tout à fait en phase avec la tendance à la spécialisation que vous évoquez. Il me semble qu’au moins deux des trois marques (BRANCHEZ-VOUS! et Showbizz.net; le cas de Matin était plus difficile) pouvaient avoir leur avenir devant elles.

      Pardon d’avoir été si long, mais je ne voulais pas laisser l’impression que les dizaines et dizaines de rédacteurs et programmeurs qui se sont succédés au cours de ces années n’avaient créé aucun contenu de valeur. Ces sites n’auraient pas duré aussi longtemps, et ils ont tous gardé un lectorat d’une fidélité assez remarquable. Comme les autres, les marques média sont mortelles; il est probable que les marques purement numériques n’auront pas la longévité qu’ont eu les marques imprimées; mais 17 ans, c’est quand même un peu jeune pour mourir.

      - Patrick Pierra

    • Glatel, Larose et les autres faisaient du bon boulot, alternatif et vif. Glatel faisait télex, renvoyait aux autres médiums en citant toujours clairement ses sources. Ceci est une autre victoire pour les cyber-journaux corporatistes qui sont capables de fourrer du fric pour bien garder le controle. Un autre tour de baillon et un pas de plus dans la mise en place du WEB-SILENCE dont la consigne aux lecteurs est FACEBOOKAIMER CECI, TWITTERELAYER CECI, NE PAS POSER VOS LIENS ICI, ET COMMENTER PUDIQUEMENT OU, ENCORE MIEUX,VOUS TAIRE…
      Paul Laurendeau

      NC Gladel, pas Glatel.

    • “NC Gladel, pas Glatel.”

      Gotcha! Voyez-vous, chez Ysengrimus, vous faites cette coquille (parfaitement volontaire ici: pour l’exemple qui va suivre), on vous corrige pudiquement, sans le dire à personne. Ici, on claironne l’erreur (perdant, ce faisant, plus de temps que si on se contentait de la corriger). C’est la fonction fondamentale des espaces commentaires des blogues de journaux straights, sous WEB-SILENCE. Il faut, par tous les moyens, que le lecteur-commentateur ait l’air d’une buse ou d’un inculte.

      Osez le nier…
      Paul Laurendeau

      NC Ah eux s’cusez-moi…franchement, je ne pensais pas vous froisser, désolée…Y a pas mort d’homme c’est qu’une coquille.

    • Je fréquentais Showbizz.net quotidiennement depuis les début du site… ce n’est pas peu dire. J’ai cru remarquer effectivement une baisse de qualité. Mais c’était tout de même ma première référence. Maintenant, je ne sais pas qu’est-ce qui sera ma référence québécoise.

      C’est un triste moment.

      François Racine

    • Merci à Patrick Pierra d’avoir apporté tous ces détails: où l’on voit que les commentaires contribuent à l’information.

      Ceci dit, je trouve que toute cette histoire manque, justement, d’information: nul ne mentionne (dans aucun média où j’ai vu la nouvelle) quel était l’auditoire de ces sites ni quels revenus ils rapportaient.

      Patrick Pierra a créé au départ une plate forme d’accès à Internet dynamisée par des sites de nouvelles et financée par la publicité. Son génie a été de “pivoter” (comme on dit dans les start-ups) ce modèle jusqu’à ce qu’il devienne fort rentable et réussi. Ce “pivot” a consisté à faire grandir la partie “vente de publicité” en devenant un agent pour gérer la vente de publicité pour de nombreux autres sites.

      C’est cela que Rogers a acheté 25 millions$: pas une entreprise de nouvelles mais la formidable plate-forme pubicitaire que Patrick Pierra a créé. Et c’est cela que Rogers garde.

      Ces sites ont été fermés seulement, et prosaïquement, parce qu’ils n’étaient plus nécessaires. Ils font désormais partie de notre histoire, pas de notre avenir. Mais ce fut une très belle histoire, qu’il faudra raconter un jour.

      Bruno Boutot

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  •  

    mai 2012
    D L Ma Me J V S
    « avr   juin »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité