Nathalie Collard

Archive, avril 2012

Lundi 30 avril 2012 | Mise en ligne à 15h12 | Commenter Commentaires (8)

Surtout, pas de rides à la une!

Seuls les commentaires signés seront publiés afin d’assurer un débat respectueux.

J’ai sursauté en voyant le dernier numéro du Bel Âge (lire mon texte à ce sujet ici). La femme blonde et souriante à la une de la publication a l’air d’avoir 40-45 ans. Or ce magazine s’adresse à des femmes entre 55 et 65 ans. Who are we fooling?

À l’ère du botox, de la chirurgie esthétique et des photo de vedettes «photoshopées» dans les magazines féminins, il est de plus en plus rare de voir le visage d’une femme qui n’a pas été retouché, avant ou après la photo.

On peut bien accuser les médias et les annonceurs mais ce sont d’abord les lectrices qui refusent de se voir comme elles sont. «Dans leur tête, elles sont convaincues d’avoir 10 ou 15 ans de moins que leur âge véritable», me confie le rédacteur en chef du Bel Âge, Jean-Louis Gauthier.

On dira que ces femmes sont  brainwashées par l’image de jeunesse éternelle qui domine notre société, et on n’aura pas tout à fait tort. Mais on en sort comment de ce cercle vicieux? Comment renverser la vapeur et rendre acceptable pour ne pas dire «normales» des images de personnes vieillissantes dans les magazines. À la une du Bel Âge, on devrait voir une femme de 60 ans, pas une femme de 40, non?

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






Lundi 23 avril 2012 | Mise en ligne à 13h22 | Commenter Commentaires (5)

Les jeunes vivent plus que jamais en ligne

Seuls les commentaires signés seront publiés afin d’assurer un débat respectueux.

Les dernières statistiques rendues publiques par le CEFRIO sur l’utilisation des TIC (le rapport est ici) nous montrent que chez les 18-34 ans, la vie se passe beaucoup en ligne (mon texte du jour ici).

Divertissement, paiement des facutres, communication avec les amis, information: les jeunes adultes ne pourraient se passer de leur ordi ou de leur téléphone intelligent.

La génération qui les suit (et qui n’est pas recensée dans le rapport NETendances) marche dans leurs pas: les moins de 18 ans sont branchés à l’ordi ou scotchés à leur iPod Touch ou leur téléphone intelligent (pour les plus riches). Parents d’adolescents, vous savez ce que je veux dire. À quand remonte la dernière fois où le téléphone a sonné pour votre enfant à la maison? Les ados d’aujourd’hui s’écrivent sur Facebook, se textent ou jouent à Draw Something, mais ils ne se parlent jamais au téléphone (à ce sujet, je vous conseille l’excellent épisode consacré au téléphone de l’émission Histoire d’objet, sur la Première chaîne de Radio-Canada, ici. Une jeune fille y confie qu’elle n’oserait pas appeler un ami à la maison. Les temps changent, les moeurs aussi…)

Bref, en parcourant le rapport on y voit les contours de la vie qui nous attend au cours des prochaines années. Ceux qui boudent l’ordi ou qui n’y ont pas accès pour des raisons économiques seront mal pris.



Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Il y a un an, précédée d’un parfum de controverse, la chaîne Sun News Network entrait en ondes.

Propriété de Sun Media (Quebecor), la chaîne -qu’on avait baptisée la Fox du Nord avant même qu’elle ne voit le jour- avait travaillé fort dans les coins pour obtenir une licence de catégorie 1 qui aurait obligé les cablodistributeurs a l’offrir à tous leurs abonnés. En vain. La chaîne de Quebecor détient une licence de catégorie C qui fait en sorte qu’elle est facultative et donc, jouit d’un moins bon positionnement sur le câble.

Sun TV News avait de grandes ambitions. Un de ses artisans, Kory Keneycke, ancien directeur des communications du premier ministre Stephen Harper, affirmait que les concurrents, CBC et CTV, produisaient de la télé beige et plate, et que Sun News allait en quelque sorte brasser la cage (voici le texte que j’avais publié un peu moins d’un an avant son lancement officiel).

Son slogan «Hard news, straight talk, join the fight…» était d’ailleurs éloquent.

Plus de six mois avant son lancement, son porte-parole, plutôt controversé, avait démissionné (mon texte ici).

Puis le 18 avril dernier, l’entrée en ondes de Sun News Network avait été soulignée par tous les médias canadiens qui avaient presque tous été frappés par le mélange «propos controversés VS animatrices jeunes et jolies». (mon texte ici)

Un an plus tard, force est de constater que Sun News Network ne s’est pas encore imposé dans le paysage médiatique que ce soit en terme de cotes d’écoute (la Presse canadienne souligne ici ses cotes d’écoute faméliques) ou en terme de rendez-vous télévisuel dans le débat public canadien.

Les rares fois où on a entendu parler de la chaîne de Quebecor au cours des derniers mois, c’est lorsque son animatrice Krista Erickson a verbalement attaqué la danseuse Margie Gillis lors d’une entrevue on ne peut plus agressive ou lorsqu’elle a invité ses rares auditeurs à se plaindre du financement public du film M. Lhazar. Pour le reste, Sun News Network demeure pratiquement inexistant dans le paysage médiatique canadien.

Lire les commentaires (15)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  •  

    avril 2012
    D L Ma Me J V S
    « mar   mai »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives