Nathalie Collard

Nathalie Collard - Auteur
  • Nathalie Collard

    Nathalie Collard explore le monde des médias dans les pages de La Presse, sur son blogue et sur twitter.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 23 janvier 2012 | Mise en ligne à 15h37 | Commenter Commentaires (15)

    C’est le contexte, stupide!

    Samedi dernier, j’ai publié un dossier sur quelques avenues empruntées par les nouvelles technologies, avenues qui peuvent nous éclairer sur ce qui nous attend au cours des prochaines années.

    Dans un de mes textes consacré à l’impact des nouvelles technologies dans nos vies, je cite le professeur de l’École des médias de l’UQAM, André Mondoux, qui attire notre attention sur un nouveau type d’entreprise:

    «À Montréal, lance-t-il, la compagnie Needium monitore vos propos sur Twitter et vous envoie une publicité ciblée suite à ce que vous avez dit. Si vous dites: «J’ai froid», on vous enverra une publicité de tuque. Éventuellement, on vous enverra de la publicité pour un voyage à Cancun. À une époque où nos opinions et nos pulsions convergent, et où la géolocalisation permet de nous situer en tout temps, nous sommes de plus en plus «adressables».»

    C’est ce qu’on appelle «les services fondés sur le contexte» et selon l’entreprise de conseil de gestion Accenture, il s’agit d’une des tendances fortes pour 2012 (À consulter: Accenture Technology Vision 2012).

    Voici un extrait du communiqué qui accompagne l’étude en question:

    «Accenture prévoit qu’une augmentation des services fondés sur le contexte est imminente et rendue possible par la convergence de nombreuses sources d’information contextuelles ainsi que par leur accès facile, y compris l’utilisation croissante des téléphones intelligents, l’expansion de l’infonuagique, une explosion de la participation aux médias sociaux et le développement de puissants outils permettant le regroupement et l’analyse de multiples formes de données. (…)

    À titre d’exemple, considérons une agence de voyages qui scrute les comptes Twitter à la recherche de mentions de voyages à venir. Elle alerte ensuite les hôtels situés dans les lieux géographiques où le voyageur se rendra. Le voyageur en profite puisque l’hôtel – par le biais de Twitter – pourrait l’intéresser avec des tarifs réduits. Et l’hôtel profite éventuellement de la situation pour s’attirer un nouveau client. Dans un autre exemple, plusieurs fournisseurs de services de téléphonie mobile expérimentent une technologie qui désactive automatiquement les téléphones des automobilistes, les empêchant ainsi d’enfreindre les lois interdisant de conduire en envoyant des messages textes ou en parlant au téléphone.» (Fin de la citation)

    Au fond, tout est une question de point de vue. On peut voir les «services fondés sur le contexte» comme une façon formidable d’améliorer notre qualité de vie puisque l’information vient à nous sans même qu’on ait à la chercher. Mais on peut aussi voir cette tendance comme une intrusion inacceptable dans nos vies. Savoir qu’une entreprise espionne ce que vous dites sur Twitter pour ensuite vous envoyer des publicités ciblées, ça ne vous fait pas vaguement penser à Big Brother, vous?


    • …@NC. M’en fous. Je ne «twitte» ni ne «fécebouke», et ce, par choix. De plus, je n’étale pas ma vie personnelle dans les blogues. Je discute d’idées, de faits, de contexte. Rien à cirer d’étaler mes états d’âme devant l’étalage de poisson et crustacés de mon marchand de poisson préféré ou donner le nom des hôtels (souvent les mêmes) où je decends quand je voyage, même si j’en suis très satisfait. Justement, je veux avoir la paix. Je ne veux pas avoir la «horde» dans les jambes. Seuls mes «vrais amis» ont droit à mes adresses et à la condition expresse de «se la fermer».

      J’ai un cerveau qui se «switch à off» devant les pubs. Si un site WEB m’impose une pub pour pouvoir accéder à un dossier qui m’intéresse, je regarde la bande «temps» , je coupe le son et je compte les secondes à partir de mon horloge-écran. Le temps écoulé, je reviens au site.

      Je sais, je suis un fatigant de contestataire et parfois un emmerdeur mais maudit que c’est plaisant d’avoir la paix.

    • Intrusion inacceptable.

      En fait, ce sont les aberrations comme Twitter, Facebook et les téléphones intelligents qui sont une intrusion inacceptable dans nos vies. Big Brother est mort de rire : Pas besoin d’état totalitaire, les gens se livrent volontairement pieds et poings liés aux rapaces de la publicité. Pis dans le cas des téléphones intelligents, ils paient, et cher, en plus!

      Personnellement, pas de Twitter, pas de Facebook, pas le moindre téléphone cellulaire. Si je veux aller en voyage, je vais dénicher mes propres rabais, et si je veux une tuque, je vais m’en trouver une tout seul, comme un grand.

    • Bonjour,

      Et j’ai lu dernièrement sur cyberpresse que tout ce qui est « psychanalyse », que tout ce qui est « étude l’âme » (Freud et Jung entre autres), que tout ce qui était étude du comportement humain, conscient et bien entendu inconscient, n’était que boulechitte.

      J’ai hâte que cyberpresse offre à ses lecteurs un blogue qui portera sur l’étude et le pouvoir des gestes inconscients.

      Un blogue qui porte sur l’expression non reconnue de l’inconscient.

      Daniel Verret (nadagami)

    • Intrusion i-n-a-c-c-e-p-t-a-b-l-e. Big Brother, en effet…

    • Même principe quand les journaux seront surtout sur I-Pad

      Par exemple, quelqu’un qui lis La Presse à St-Jérôme, n’a aucun intérêt pour une publicité d’un magasin de meuble sur la rive sud. Donc pour le commerçant, c’est un bon % de lecteurs qu’ils vont perdre.

      Avec un I-Pad, c’est facile… Vous aurez une pub locale dans votre quotidien

    • J’appelle ça de la pollution informatique. Se faire bombarder à tout coup de tous ces trucs continue à me faire penser de rester loin de Twitter et d’y résister le plus longtemps possible.

      Quand c’est non sollicité, ça me dérange beaucoup. Fichez-moi la paix je leur dis!

    • Accenture = Arthur Andersen Consulting. ‘Nuf said!

      Presque le même logo que l’ADQ mais ils l’ont eu avant.

    • C’est vrai qu’il y a le danger Big Brother mais de toute façon c’est déjà enclanché depuis plusieurs années, j’espère juste qu’on aura l’option de désactivé le mode context sur nos applications car là ça enfrain la vie privé et ça deviendrait de l’intrusion solicitatrice comme les messages texte qui veulent nous envoyer lorsqu’on mettraient les pieds dans un centre d’achat. Tant que nous aurons le choix de nos applications et que nous pourrons contrôler les options de ces applications je crois que c’est une belle évolution technologique, un pas vers le progrès et l’innovation.

    • mais il y a toujours des foux qui veulent nous faire payer les options de désactivation comme Rogers qui veulent me faire payé 5$ par mois pour pouvoir bloquer un numérau de téléphone sur mon téléphone cellulaire et que ne m’offre pas l’option de payer pour un seul numérau. Moi j’appèle ce type d’entreprise ou de personnes qui prennent ce type de décision les MS (money sucker)

    • Oups. Trop tard. Tout a déja été dit.

      @anti-ch_primaire
      Justement, les tuques sont en vente à La Cordée ;-)

    • @ jeanfrancoiscouture: “J’ai un cerveau qui se «switch à off» devant les pubs. Si un site WEB m’impose une pub pour pouvoir accéder à un dossier qui m’intéresse, je regarde la bande «temps» , je coupe le son et je compte les secondes à partir de mon horloge-écran. Le temps écoulé, je reviens au site.”

      Je croyais que j’étais le seul à faire ça ! Nous sommes au moins deux !
      :-)

    • En quoi est-ce une intrusion inacceptable? Si on a un compte ouvert on accepte que des tiers en profite pour faire de la sollicitation, c’est un des principes de l’utilisation d’internet que j’ai compris il y longtemps et que j’accepte en échange d’une relative gratuité du web. Pour moi c’est pas mal moins intrusif que les appels à la maison à l’heure du souper. Si vous ne voulez pas voir ces pubs, utilisez Firefox comme fureteur et rajoutez-y les modules AdBlock et NoScript pour empêcher les pubs intempestives et les cookies fouineuses.

    • Ça me fait toujours rire les « anti-publicités »

      Pourtant, c’est ça qui fait rouler l’économie.

      Par ailleurs une publicité ciblée vous aiderait beaucoup plus et vous auriez pas mal moins de « junk »

      Par contre je suis d’accord quand on parle de Pub via le téléphone ou la Pub sur Tou.tv par exemple, ça ça devient intrusif et franchement agressant

    • On avait déjà une longue liste d’indésirable du harcèlement téléphonique a gérer comme

      Systèmes d’alarmes
      Cartes de crédits
      service de Gazon
      Thermo pompe
      Nettoyage de tapis
      Assurances
      Placements études
      Aide humanitaire

      et j’en passe si il faut en plus des «pourriels» et des power point de bondieuseté qui font parfois les trois quart des mails se taper des spécialiste de la pub interactive …

      Le seul moyen de limiter cela serait d’avoir un incitatif financier un sorte de tiquet modérateur comme un bouton «communication refusé» qui ferait en sorte que l’envoyeur serait facturé quelques sous par envoi pour chaque envoi innaproprié… ( on peut même penser que la cie de service internet serait aussi autorisé a facturer des dommages colatéraux ….) sur plusieurs millions de pourriels l’envoyeur serait rapidement limité… Et ne me dites pas que c’est impossible car pour me facturer entre les cies compétitrice les cies de téléphone ont trouvé le moyen on sait ben quand ça raporte c’est toujours plus facile ….

      Money talks more than everything… Le jour ou on m’offrira ce service je suis prêt a payer plus pour mon internet si ça marche….

      La pub peut être intelligente pourtant et on ne la refuse pas systématiquement mais laissez nous le choix…

    • @ saturnin, “Pourtant, c’est ça qui fait rouler l’économie.”

      Et pourquoi faudrait-il faire rouler l’économie?
      Et vers quoi, au fait?

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  •  

    mars 2011
    D L Ma Me J V S
    « fév   avr »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité