Nathalie Collard

Archive, décembre 2011

Vendredi 23 décembre 2011 | Mise en ligne à 11h22 | Commenter Commentaires (5)

Joyeux Noël et Bonne Année!

Ce blogue (et son auteure) feront relâche jusqu’au 4 janvier, question de se ressourcer et de revenir avec plein d’autres sujets médias en 2012! Bon temps des Fêtes avec vos proches!

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Mercredi 21 décembre 2011 | Mise en ligne à 10h35 | Commenter Commentaires (33)

Tout travail mérite salaire

Je ne sais pas si Arianna Huffington est au courant de l’émoi causé chez nous par l’arrivée du Huffington Post Québec. Si elle l’était, elle répéterait sûrement les propos qu’elle a tenus plus tôt cette année: «je ne paie pas les blogueurs, je leur offre une visibilité en échange de leur opinion». Il faut savoir qu’aux États-Unis, les blogueurs de Huffington Post, dans les touts débuts de l’aventure du blogue, étaient des amis de Mme Huffington, des gens à forte visibilité (acteurs, politiciens, commentateurs professionnels) qui trouvaient cela bien amusant de publier un texte d’opinion sur le site de leur amie. Bloguer n’était pas leur gagne-pain mais bien un hobby en parallèle de leurs principales activités. Au fil des ans, des blogueurs professionnels se sont joints à l’aventure de Mme Huffington qui jouissait d’un capital de sympathie à cause de sa personnalité chaleureuse et attachante.

Ces blogueurs ont déchanté lorsque cette dernière a vendu Huffington Post pour plus de 300 millions de dollars au géant America Online. Sur quoi se basait-on pour évaluer le Huffington Post à plusieurs centaines de millions de dollars? Eh bien sur la fréquentation du site! Et pourquoi fréquentait-on ce site? Pour lire les blogues et les textes, non? Les blogueurs (dont certaines ont intenté des poursuites) se sont sentis floués, avec raison. Leur travail n’était par rémunéré mais visiblement, il avait une forte valeur financière.


Le Huffington Post débarque au Québec dans un contexte fort différent qu’aux États-Unis. Ici, les salaires des journalistes sont pas mal plus modestes que chez nos voisins du sud. Les salaires des journalistes-pigistes n’ont pas bougé depuis des années et rares sont les pigistes qui réussissent à gagner décemment leur vie. Il faut encore se battre pour faire reconnaître la valeur du travail de ceux et celles qui «produisent du contenu», pour reprendre l’expression populaire. Les journalistes de l’écrit savent mieux que quiconque à quel point leur travail est peu valorisé. Combien de fois recevons-nous des appels de recherchistes d’émissions de télévision ou de radio nous invitant à participer à une émission sans être payé. On s’attend à ce qu’on se déplace, à ce qu’on remplisse les ondes pendant 20, 30 ou 60 minutes sans être rémunéré, juste pour le plaisir de «passer à la télé ou à la radio». Oserait-on demander à son plombier ou à son garagiste de travailler bénévolement? Non. Mais on le fait tous les jours avec les «producteurs de contenu».


Voilà pourquoi la participation de personnalités bien en vue comme Amir Khadir, Françoise David, Steven Guilbault ou Bernard Drainville, des gens identifiés à la gauche ET un ancien journaliste, soulève l’ire de la communauté journalistique. En acceptant de bloguer gratuitement, ils participent à la dévalorisation du travail d’écriture et de production de contenu pour lequel des associations comme l’AJIQ (Association des journalistes indépendants du Québec) se battent depuis des années.


En acceptant de bloguer bénévolement, ils donnent raison à la logique de Mme Huffington: tes mots, ton opinion en échange d’une certaine visibilité. Ce faisant, ils oublient un principe primordial.

Tout travail mérite salaire.

Lire les commentaires (33)  |  Commenter cet article






Vendredi 16 décembre 2011 | Mise en ligne à 15h25 | Commenter Commentaires (13)

Christopher Hitchens n’est plus

Christopher Hitchens, ce journaliste polémiste à la plume acérée, d’une immense culture, a finalement succombé à une pneumonie, une des complications causées par un cancer à l’oesophage déclaré en 2010. Il avait 62 ans.

Vous l’avez peut-être lu dans Vanity Fair auquel il collaborait depuis 1992 (le magazine lui rend hommage ici).

À moins que vous n’ayiez lu un de ses essais.

Sa disparition me fait le même effet que celle de Gil Courtemanche.  Pas certaine que ces deux hommes se seraient bien entendus mais ils avaient chacun leur voix, une voix qui se distinguait dans une société où il y a quand même beaucoup de bruit.

Adieu M. Hitchens.

Lire les commentaires (13)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  •  

    décembre 2011
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives