Nathalie Collard

Nathalie Collard - Auteur
  • Nathalie Collard

    Nathalie Collard explore le monde des médias dans les pages de La Presse, sur son blogue et sur twitter.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 23 septembre 2010 | Mise en ligne à 11h36 | Commenter Commentaires (20)

    Un autre regard sur la crise d’octobre

    Nathalie Collard

    J’avais trois ans durant les événements d’octobre.  Tout ce que je connais de cette période tumultueuse, je l’ai appris de mes parent mais surtout, des nombreux reportages, documentaires, émissions spéciales diffusés sur le sujet.

    Sans compter les films qui sont revenus sur cette période mouvementée de l’histoire du Québec. J’avais beaucoup aimé Octobre, de Pierre Falardeau. Et j’ai dû voir Les Ordres, de Michel Brault, une demi-douzaine de fois.

    À chaque nouveau reportage, j’en apprends davantage, je découvre une nouvelle facette de ce que plusieurs qualifient de “l’équivalent pour le Québec de l’assassinat de John F. Kennedy pour les Américains.”

    Ce matin dans La Presse, je vous parle des deux éditions spéciales de l’émission Tout le monde en parlait (je vous avertis, la page de l’émission aurait besoin d’être mise à jour)  animées par le journaliste Guy Gendron, sur les ondes de Radio-Canada. Deux heures captivantes durant lesquelles on rencontre plusieurs acteurs des événements raconter leur point de vue. Il faut entendre le directeur des renseignements de la section antiterroriste du Service de police de Montréal, Julien Giguère, blâmer les journalistes ou encore, justifier l’arrestation de Pauline Julien. Impayable. Ou encore, l’ex-felquiste Jacques Lanctôt décrire son père, compagnon de route d’Adrien Arcand, comme un être raciste qui avait épousé les idées nazies et qui niait l’Holocauste. Lanctôt s’est libéré de son joug autour de l’âge de 17 ans.

    Ces deux heures de télévision sont riches en contenu. Radio-Canada présentera aussi une émission d’une heure conçue par l’ex-lecteur de nouvelles Bernard Derome. RDI présentera également des émissions consacrées. Et la première chaîne diffusera une série radio de deux heures réalisée par la journaliste Lynda Baril qui présente le point de vue des enfants des principaux acteurs de la crise d’octobre, dont le fils du ministre Pierre Laporte, assassiné par le FLQ (je l’écoute en fin de semaine et je vous en reparle plus longuement sous peu). Il y a aussi du contenu web que vous trouverez ici.

    “Food for thoughts”, comme disent les gens d’Ottawa…


    • Moi, sur ces question, j’ai choisi mon historien

      http://ysengrimus.wordpress.com/2009/09/15/about-flq-a-propos-du-flq/

      C’est une simple question d’intégrité élémentaire.
      Paul Laurendeau

    • Non seulement les poulets savaient qui étaient les ravisseurs de Laporte, ils savaient aussi fort probablement où ils se terraient ….

    • Ils se terraient sur le rue Armstrong, à St-Hubert, si ma mémoire est bonne.

    • Quand on pense que Trudeau a fait mettre en prison plus de 400 personnes (artistes, journalistes, écrivains, syndicalistes, etc.), les privant du droit fondamental d’avoir l’assistance d’un avocat et les empêchant de communiquer avec leur famille, on se demande comment on peut accepter de voir son nom étalé sur la façade de l’aéroport de Dorval… AUCUN chef d’accusation n’a été retenu contre AUCUNE des personnes arrêtées. Et Michel Chartrand n’aura été libéré qu’au terme de quatre mois. Il y a de quoi méditer.

    • Faites-nous part de votre opinion.

    • Fallait qu’ils aiment le Québec et les québécois, ces felquistes, pour kidnapper puis tuer Pierre Laporte, lui-même un québécois éminent. Pas de mots pour qualifier des gens comme ça!

    • Aujourd’hui à froid, on peut avancer qu’il y a eu quelque part, dérapages et démesures (comme à la crise d’Oka), dans la façon dont les médias se sont comporté lors des évènements de la crise d’octobre. On peut affirmer qu’il y a eu surtout une surmédiatisation sur ce qui s’est vraiment passé en coulisses. Quand un drame comme celui-là survient, au lieu de jeter de l’huile sur le feu, il convient plutôt de canaliser les psychoses collectives vers un semblant de modération, voire de pondération et d’apaisement. Le ton alarmiste de Radio-Canada n’a fait que traumatiser davantage les auditeurs de l’époque.

      Puisqu’on ne refait pas l’Histoire, on peut tout au moins en faire une relecture moins émotive et donc plus éclairée. Dans 40 ans, il s’en trouvera certainement d’autres pour faire à nouveau un autre bilan encore plus nuancé que celui d’aujourd’hui sur cet épisode particulier de l’Histoire du Québec.

    • Le FLQ comme tous les mouvements contestataires de cette époque, était infiltré par la GRC, qui n’ a pas sauvé Laporte car cela a bien sure justifie les mesures de guerres …

      Un peu comme les brigades rouges instrumentalisées par la loge P2 d extrême droite et les services secrets italiens avec Aldo Moro, le premier ministre de l époque en en Italie, qui voulait former un gouvernement de coalition avec les communistes …
      Après 50 jours de détention malgrés de nombreuses lettres a ses partenaires politiques dont l’ infâme Andreotti, il sera assassiné …
      Voir le docu de la BBC operation Gladio …

    • Si les Felquistes sont responsables de la mort de Laporte, les flics le sont tout autant.

      C’est une responsabilité tout à fait partagée.

    • ‘@ androïd,

      Les Felquistes étaient d’aussi bons québecois que nous, Jacques Lanctôt a avoué lors de l’émission qu’ils étaient des amateurs dans sa candeur.
      C’est extrêment tragique qu’un homme puisse mourir dans une situation politicotragique c’est à condamner! on a apprit dans l’émission que ce fût un homicide involontaire = moment de panique, celà n’excuse nullement PAS ce décès évité avec un peu d’humanisme de ces révolutionnaires novices pleins de bonne volonté mais quelque peu maladroits.

      Le moment le plus touchant est de revoir monsieur Gaétan Montreuil 40 ans plus tard revoir sa lecture du manifeste & d’avouer non sans émotion camouflée que certaines phrases le touchait au coeur.

      Le grand coupable de ce dérapage milicien fût le tandem Lucien Saulnier/Jean Drapeau.

      Merci (!) *** Radio-Canada pour respecter leur mandat de nous livrer du contenu journalistique/informatif de bien haute qualité & la qualité d’animation de Guy Gendron. __

    • Mme Collard,

      Je conviens que votre texte s’adresse principalement aux québécois, mais quand après 2 paragraphes je n’ai toujours aucune idée du sujet abordé (ca s’arrange à peine au troisième, et encore indirectement), je pense qu’il y a un problème : je me sens exclu de la discussion. Bien sûr, je ne vous demande pas un cours d’histoire québécoise en préambule mais à tout fin pratique, nous sommes sur internet : un média conçu pour LIER des documents, ce que vous ne faites malheureusement que très rarement.
      A bon lecteur, salut.

    • @ fabriceduplateau 27 septembre 2010 09h13

      Je pense que tu souffres du Syndrome de google …. ; est-ce si demandant de lire 5-6 paragraphes de plus, pour comprendre une analyse un peu plus longuement étayée ???

    • @ monsieurpoutine 21h38
      merci d’avoir répondu à android
      @ android j’ai de la misère à consevoir que laporte ètait un québeçois éminent c’était juste un autre libéral ……..

    • @fLORENCE Avez-vous BIEN écouté la même émission que nous ?? Marc Lalonde a clairement mentionné que Trudeau était CONTRE le recours à la Loi des mesures de guerre (C’est pour cela qu’il a bien insisté afin d’obtenir PAR ÉCRIT la demande officielle de Drapeau et de Bourassa pour une aide militaire du fédéral !) Comme quoi y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre …

    • Le pire, c’était de constater l’étonnant manque de RIGUEUR des journalistes de l’époque ! Quelle idée d’annoncer la mort de Cross en ondes SANS VÉRIFIER SI LA NOUVELLE ÉTAIT FONDÉE !! (Elle ne l’était pas … Imaginez la réaction de la femme de Cross en entendant cela à la radio !!) Autre époque …

    • @ twolaneblacktop 15h27
      en regardant de plus près on se rend compte qu’il y à eu beaucoup de manipulation des dirigeants & de l’armée & de la police mais ça tu ne l’as pas encore vu

    • Un autre sujet s.v.p. !

    • Julien Giguère…arffffff les gros boeufs des corps policier du temps, épais, gnan gnan, et fier
      `
      de l’être, et a l’origine de la demande d’interventions plus musclées, ce qui lui a fait dire , que

      c’est grâce a lui que le War Measure Act a étét mis sur la table, et avec un gros sourire épais

      nous annoncer qu’il en demandait pas tant…Un HERO du Québec..fédéraliste et vendu a la

      noble cause de l’Unité Nationale Canadienne et pour lui faire plaisir, le Québec a mis

      au monde dans ces entrailles des folllowers de M.Jacques Giguère… ,et la relève est bonne

      il peut dormir en PAIX.

    • Qui dit vrai? Difficile pour le commun des mortels qui vit en Amnésie, de se faire une idée. D’autant plus que personne n’a cru bon lui rappeler que Julien Giguère n’était pas que le chef des renseignements à l’escouade antiterrorisme. C’était aussi le monsieur qui a, pour ainsi dire, inventé l’indicatrice Carole Devault, Mata Hari de la politique québécoise. C’est aussi Julien Giguère qui, après la crise, a tenté de relancer un faux FLQ avec des faux communiqués et des vrais braquages qui ont coûté cher à de jeunes et naïfs idéalistes à la sauce André Lavallée.

      Giguère est peut-être aujourd’hui un monument de candeur (calculée) mais pendant la crise d’Octobre, c’était un as de la manipulation. Il aurait fallu le dire et le souligner au crayon gras, chose qui n’a pas été faite.

      Regarder avec quel plaisir malin le M.Giguère transperce vos écrans télé, juste pour vous rappeler qu’il avait, qu’il a et qu’il aura toujours raison…car PanPan lé toujours le VAINQUEUR.

      Le problème avec nos Pseudos Grands Intellectuels devenus des Politiciens, ils se réfugient
      derrière des portes closes ou l’histoire ne mettra jamais les pieds, donc pour l’exécution des basses oeuvres, ca prend des Boeufs, Jacques Giguère pour la crise d’octobre, Jean Chrétien
      pour le rappatriement de la chartre, et des BOEUFS… Québec n’est pas en rupture de stock…

    • J’ai lu le livre de Carole Devault, “Toute ma vérité” et l’ai trouvé passionnant. Je vous le conseille: tout le contraire du torchon écrit par Francis Simard, “Pour en finir avec octobre”, qui ne contenait rien d’intéressant, à part l’aveu de responsabilité pour la mort de Pierre Laporte.

      Je me souviens avoir vu Carole Devault il y a plus de vingt ans, lors d’un party des employés de la SQ à Parthenais (j’y travaillais alors). Un collègue de bureau me l’avait désignée d’un ton méprisant: elle avait, disait-il, “vendu les gars du FLQ”. Pauvre madame Devault, qui dit aujourd’hui (dans La Presse, il y a quelques jours, je crois) que la carrière de prof d’université dont elle rêvait s’est évanouie pour elle après la crise d’octobre! Eh bien, n’est-ce pas la meilleure preuve que nos “élites” appuyaient, et appuient toujours les crimes du FLQ ? Jacques Lanctôt, lui, a pu faire une bonne carrière d’éditeur au Québec, et ensuite devenir un chroniqueur régulier du Journal de Montréal!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  •  

    septembre 2010
    D L Ma Me J V S
    « août   oct »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives