Nathalie Collard

Archive du 26 mai 2010

Mercredi 26 mai 2010 | Mise en ligne à 11h32 | Commenter Commentaires (10)

Denis Coderre, Twitter et la politique

Nathalie Collard

Je pensais qu’il y aurait plus d’observateurs à l’atelier “Twitter et la politique” de ce matin, un panel présenté dans le cadre du premier WebTweet Montréal. Il devait y avoir une quarantaine de personnes et plusieurs chaises libres. Pourtant, le sujet est fort intéressant et a un impact sur notre vie citoyenne et démocratique. Personnellement, je veux savoir où s’inscrit Twitter et Facebook dans la stratégie de communication des élus.

Les invités étaient trois députés très actifs dans les médias sociaux: le libéral fédéral Denis Coderre, la péquiste Agnès Maltais et le libéral provincial Patrick Huot.

À l’exception de Denis Coderre, qui compte plus de 10 400 abonnés, la portée des deux autres est assez limitée puisqu’ils ne sont suivis que par quelques centaines de personnes.

J’ai été surprise par le peu d’encadrement que les grands partis imposent  aux politiciens actifs dans les médias sociaux. Les principaux intéressés l’expliquent en disant qu’ils vivent déjà dans un univers très réglementé où chacun doit peser ses mots, de peur des conséquences qu’ils devront assumer. Quand même…

J’imaginais des comités de communication penchés sur les stratégies a employer (pensons seulement à la campagne d’Obama, bâtie majoritairement sur l’utilisation de ces médias sociaux) mais il semble que jusqu’ici (du moins c’est ce qu’assurent les trois députés) les politiciens sont plutôt laissés à eux-mêmes. Il y aurait plusieurs raisons pour expliquer ce laisser-faire: d’abord, parce que tout ça est assez nouveau et que les partis semblent pris au dépourvu face à la popularité croissante de Twitter (Denis Coderre nous a quand même confié que les médias sociaux seraient partie intégrante de la prochaine campagne électorale  et que tous les candidats libéraux seraient invités à les utiliser) mais aussi parce qu’il semble y avoir tout un pan de la classe politique qui est dépassée par la culture numérique (avec humour, le plus jeune politicien des trois, Patrick Huot, a expliqué que pour plusieurs de ses collègues,  CTRL + ALT+ DELETE ne voulait absolument rien dire…).

Les trois députés disent utiliser Twitter pour être en contact direct avec les gens, sans le filtre médiatique. Agnès Maltais a aussi confié que Twitter lui rappelait son ancienne carrière d’humoriste (140 caractères, c’est une ligne un punch, a-t-elle souligné). Mais le propos le plus intéressant est venu de Denis Coderre qui a touché au coeur de la question en disant: “On parle de hockey mais c’est la discussion que tu entretiens par la suite avec les gens qui te suivent qui est intéressante.” À mon avis, le débat aurait dû commencer là. Dommage que cela ait été si court.

Lire les commentaires (10)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  •  

    mai 2010
    D L Ma Me J V S
    « avr   juin »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives