Nathalie Collard

Archive, mars 2010

Mercredi 31 mars 2010 | Mise en ligne à 19h50 | Commenter Commentaires (7)

Quebec89: l’aventure n’aura duré que six mois

Nathalie Collard

Connaissiez-vous Québec89? C’était le fruit d’une collaboration entre Rue89 (le site d’information en ligne lancé par des anciens journalistes du quotidien parisien Libération) et les gens de Branchez-vous, à Montréal.

Le site d’information a fermé ses portes aujourd’hui, après seulement six mois d’opération. Surprenant? Plus ou moins. Il y avait peu de contenu original et beaucoup de sujets très franco-français.

Québec89 avait toutefois “couvert” la soirée électorale montréalaise et publié quelques textes sur Haïti au lendemain du séisme.

Patrick Pierra, grand patron de Branchez-vous, écrit ceci sur le site:

“(…) ces efforts n’ont pas rencontré tout le public que nous espérions. Après la curiosité du lancement, le trafic s’est rapidement stabilisé entre 20 000 et 40 000 pages vues par mois. Ce trafic, certes honnête pour un blogue collectif d’information, était nettement inférieur aux 100 à 150 000 pages vues par mois que nous attendions. L’équilibre financier, seul garant d’une pérennité et d’une véritable indépendance, devenait dès lors un objectif difficile.”

Il ajoute:

“Québec89 n’avait jamais prétendu être un clone québécois de Rue89. C’était une initiative beaucoup plus modeste, dans ses ambitions et ses moyens. Mais force est de constater l’ampleur du décalage entre, d’une part, l’attente légitime de la communauté des journalistes et des lecteurs québécois de Rue89, et, d’autre part, le contenu que nous pourrions leur livrer dans le contexte d’un site minimaliste. La différence est irréconciliable et nous amène à mettre un terme à l’expérience.”

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article






Nathalie Collard

Quel est votre premier réflexe lorsqu’il se produit un incident majeur? Si vous êtes près d’une télévision, vous syntonisez RDI, LCN ou CNN.

Les Russes ont eu le même réflexe, lundi, lorsqu’un attentat-suicide a tué près de 40 personnes dans le métro de Moscou. Ils ont syntonisé une des chaînes de télé gouvernementales comme Channel 1, dans l’espoir d’obtenir plus de détails.

Mais les différentes chaînes de télévision opérées par le gouvernement diffusaient plutôt la programmation régulière (genre des émission de cuisine!), comme s’il ne s’était rien produit. Business as usual.

Seule Russia Today, qui diffuse en anglais, a “couvert” l’attentat.

Le New York Times en parle ce matin (ici).

Channel 1 a diffusé un court bulletin de nouvelles à 8h30, puis est revenu sur les incidents vers midi. “Il n’y avait rien de nouveau”, a expliqué un des porte-parole de la chaîne (!).

“Après 9 heures, à l’exception des femmes à la maison, les gens sont au travail et ne regardent plus la télévision”, a ajouté cette-porte parole.

Inutile de dire que les journaux ont crié à la censure. Le lendemain, les chaînes télé diffusaient des informations et des images des gens qui se ressemblaient dans les deux stations de métro où avaient eu lieu les attentats.

On se plaint parfois que nos chaînes d’information continue “fassent du temps” pour remplir le temps d’antenne lorsqu’il se produit de gros incidents et qu’elles le couvrent en direct. Ma foi, je préfère mille fois cela à la censure…

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






Nathalie Collard

Depuis ce matin, tous les journalistes qui “couvrent” le budget provincial sont enfermés dans une grande salle, à Québec.

Il leur est impossible de communiquer avec l’extérieur. Leur téléphone portable a été déposé à l’entrée, ils pourront le récupérer à 16h.

Ils profitent de cet isolement pour éplucher le budget. Des fonctionnaires, experts et analystes leur fournissent des explications.  Des représentants de différents groupes de pression sont également présents pour donner leur point de vue.

Ce huis clos (lockup) est toujours imposé lorsqu’il y a présentation d’un budget, que ce soit à Ottawa, Québec ou même Montréal. On veut ainsi éviter qu’une fuite à propos  d’une décision gouvernementale pouvant avoir un effet sur les marchés financiers, par exemple, puisse profiter à quelqu’un s’il l’apprend avant tout le monde.

On comprend pour le budget fédéral mais il me semble que le budget provincial a bien peu d’impact au-delà de nos frontières. Ce serait bien qu’un journaliste sur place puisse twitter les faits saillants un à un, en attendant la présentation officielle du ministre des Finances, Raymond Bachand, à 16h. Twitter permet de pratiquer un journalisme de coulisses qui serait apprécié, il me semble, dans un tel contexte. Les journalistes sur place pourraient par exemple twitter, sans filtre, le spin des différents lobbyistes. Ce serait instructif.
En attendant, si vous voulez voir comment ça se passe derrière les portes closes, regardez le reportage du Business News Network réalisé lors du dernier budget Flaherty (ici).

Lire les commentaires (32)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  •  

    janvier 2012
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité