Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 2 mars 2017 | Mise en ligne à 16h05 | Commenter Commentaires (7)

    Must hivernal: Craig Taborn/ Daylight Ghosts

    craig-taborn Dailight Ghosts

    Depuis la lointaine époque où il accompagnait James Carter alors qu’il étudiait dans la région de Détroit (université d’Ann Arbor, îlot de civiilsation), le pianiste et claviériste Craig Taborn est devenu un jazzman plus que marquant.

    Dès qu’on l’a entendu dans le groupe permanent de Steve Coleman (années 90), on a apprécié au plus haut point ce pianiste extrêmement personnel, accompagnateur attentif , technicien redoutable malgré une éducation atypique, improvisateur d’exception en solo comme en formation.

    L’interprète, improvisateur et compositeur américain propose un troisième album chez ECM, cette fois à la barre d’un quatuor réunissant le saxophoniste Chris Speed, le contrebassiste Chris Lightcap et le batteur Dave King (The Bad Plus).

    Daylight Ghosts révèle une synthèse inspirée du jazz contemporain, en transcende les avancées formelles depuis les années 70 et s’inscrit dans une continuité sans ruptures.

    Sauf quelques légers compléments électroniques, Taborn et ses collègues suggèrent ici un spectre complet d’ambiances et de concepts substantiels. Certains de ces concepts recèlent de brillantes particularités polyrythmiques et contrapuntiques pendant que d’autres des structures plus aléatoires, ouvertes au dialogue et à l’improvisation libre.

    LIENS UTILES

    Craig Taborn, site officiel

    Craig Taborn, écoute partielle de Daylight Ghosts sur All Music

    Album Daylight Ghosts, profil ECM


    • Un seul mot: subtilité. Taborn est un virtuose mais il ne sent jamais le besoin d’épater la galerie. Même chose pour cette merveille d’album: le jazz s’y nourrit de rock, d’électro et de musique contemporaine, mais ça ne sonne pas comme du fusion. C’est une musique où la beauté se cache dans les petits détails.
      La complicité entre les musiciens joue également son rôle dans la réussite de ce disque. Chris Speed (un excellent saxophoniste mais surtout, pour moi, un clarinettiste qui a un très beau timbre) a moins joué avec Taborn, mais pour Lightcap et pour King, il s’agit de relations musicales bien établies. Je lisais d’ailleurs sur le site du label que Taborn et King jouent ensemble depuis leur adolescence à Minneapolis.
      C’est peut-être parce que je les ai découverts ensemble dans la Note Factory de Roscoe Mitchell, mais je compare souvent Craig Taborn à Vijay Iyer. Des pianistes très différents l’un de l’autre: une approche que je caractériserais de pointilliste pour Taborn et un son plus “rond” pour Iyer. j’ai toujours trouvé Taborn supérieur sur le plan technique, mais Iyer plus génial comme concepteur/compositeur. Ce nouvel album de Taborn remet un peu ces généralisations en question car il est le produit d’une grande réflexion (comme tous ses disques, je réalise). Taborn joue dans la cour des grands autant sur le plan technique et que sur celui des idées.
      Maintenant, j’aimerais tout de même qu’on m’explique c’est quoi, la photo sur la pochette.

    • Pas encore fait le switch à spotify ou autres fournisseurs de musique. Suis toujours au cd. J’ai été voir les prix sur amazon pour Taborn. Certains titres sont encore disponibles dans les 20$, mais ça me jette à terre de voir des albums offerts dans les trois chiffres à un moment dans l’histoire où la musique n’a jamais été aussi accessible. Ya quelque chose que je comprends pas. Ça et le prix des vinyles neufs, d’ailleurs, qui, dans certains cas, sont carrément indécents.

      La photo sur la pochette n’est pas tirée d’un paquet de cigarettes (hypothèse) ?

    • Fait à noter, les enregistrements ECM ne sont sur aucune plateforme de streaming
      .

    • “Pas encore fait le switch à spotify ou autres fournisseurs de musique. Suis toujours au cd.”

      Heureux de constater que je ne suis pas tout seul dans mon club préhistorique!

    • @alainbrunet

      “for the record”, comme on dit…

      C’est ce que je croyais aussi mais, bien qu’il demeure rare d’en trouver, je suis justement tombé aujourd’hui même sur deux albums produits par ECM en parcourant spotify…soit un album live du trio de Keith Jarrett, puis un album de Peacock avec Paul Bley et autres…

      Par contre, c’est largement insuffisant pour me convaincre de me convertir au streaming! Je suis encore dans le club préhistorique il semblerait..

    • J’ai l’impression que Manfred Eicher fait partie du club itou …

    • À propos de ce bon vieux Manfred, les gens de Lego ont eu l’idée de l’immortaliser avec son studio. Pat Metheny et sa guitare inclus!

      https://ideas.lego.com/projects/164473

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2017
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives