Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 7 novembre 2016 | Mise en ligne à 14h30 | Commenter Commentaires (15)

    Klô Pelgag / L’étoile thoracique

    Klô Pelgag L'étoile thoracique

    Dans L’Alchimie des monstres, premier album de Klô Pelgag paru en 2013, la déviation du réel en était le principal dada – le moins qu’on puisse dire! Cette fois, les « ferrofluides-fleurs » ont beau pousser au milieu des champs magnétiques, on a beau y attendre «  trois jours sur le bord d’un fossé à manger des flocons de tempête » ou assister à la naissance de la Sainte-Étoile thoracique à la dernière station, la science-fiction et le réalisme magique de la chanteuse se voient ici entrelardés de situations bien tangibles au-delà de leur diffraction poétique – romantisme, désir, abandon de soi, insomnie, réflexion fantaisiste sur les personnages de cire au musée Grévin…

    Pour s’en imprégner, il faut réécouter et relire les paroles plusieurs fois sans avoir l’intention de s’en faire une tête. Échevelée par moments, Miss Pelgag?
    Il lui faudra faire gaffe de ne pas trébucher dans ses possibles tics. Je n’ai rien contre les fantaisies les plus extravagantes mais les folies les plus extrêmes doivent résulter de vraies constructions, de mondes érigés avec soin. Ce que, poétiquement, Klô Pelgag a accompli d’entrée de jeu. Elle doit maintenant nourrir les plantes de son jardin pour qu’elle ne cessent de pousser et nous séduire au-delà des premières perceptions.

    Chose certaine, sa proposition musicale est aussi ambitieuse et réussie que la précédente et repose sur la même équipe: Sylvain Deschamps coréalise L’étoile thoracique avec elle et son frère Mathieu (Pelletier-Gagnon) qui en a arrangé l’orchestre à cordes, le trio de cordes et le sextuor de cuivres. Cette synthèse éclairée de musiques contemporaines, bruitistes, free, prog ou minimalistes est au service de la forme et en augmente la charge. Aucun groupe ou artiste québécois offrent un travail de ce type, voilà pourquoi Klô Pelgag reste selon moi dans le peloton de tête, côté chanson francophone d’Amérique.

    LIENS UTILES

    Klô Pelgag page Bandcamp, écoute partielle et achat de L’Étoile thoracique, dates de concerts, etc.

    Écoute intégrale de L’étoile thoracique sur Apple Music

    L’étoile thoracique, écoute intégrale sur YouTube


    • Je ne sais pas si c’est juste moi mais l’écoute sur YouTube ne fonctionne pas passé le premier clip. Sinon j’ai très hâte de mettre la main sur cet album, Chloé faisant clairement partie de la crème de la scène québécoise actuelle pour moi.

    • Vous avez raison flyingwill, j’ai retiré le lien car les écoutes sur YouTube ont été bloquées. L’artiste (ou son entourage) a décidé de ne s’en tenir qu’à Apple Music. Cela peut être justifié pour les raisons que l’on sait mais… malheureusement cela ne donne pas grand-chose au point où nous en sommes. Ne donner que deux chansons en écoute sur Bandcamp et ne pas offrir son matériel en écoute en continu ne règlera pas le problème s’il ne s’agit que d’un geste isolé. Dommage…

    • j’apprécie, c’est bien écrit (beaux textes), sophistiqué et éclaté, mais ça ne me touche pas de façon immédiate.

      Il y a quand même une froideur et une distance qui se dégage de l’ensemble. Ce n’est pas un problème en soit mais ça “colore” l’expérience d’écoute.

    • Mention spéciale pour la pochette, de Ludovic Debeurme dont l’univers s’arrime bien à celui de Klô Pelgag, cf le livre Trois fils

    • J’adore mais ça demande quand même plusieurs écoutes pour apprécier pleinement étant donné que c’est très touffu.

    • « Cette synthèse éclairée de musiques contemporaines, bruitistes, free, prog ou minimalistes est au service de la forme et en augmente la charge. »

      Une touche rétro de jazz-prog cuivré à la Maneige dans « Samedi soir à la violence »aussi, me semble.

      Chloé P-G vit en Baroquie, contrée baroque selon deux des acceptions de cet adjectif : 1) excentrique, mais aussi 2) libre et virtuose. Ça me rappelle l’un de mes albums favoris de 2015, paru il y a tout juste un an, le « Divers » de J. Newsom, pour le foisonnement – toutes proportions gardées – d’idées d’arrangements; l’aspect éthéré de la voix, ainsi que l’aspect éthéré de toute la patente, de fait; le désir de faire de la pop luxuriante et « exigeante »; le recours à un fondement esthétique qu’on remodèle, qu’on ajuste, qu’on contemporarise, soit le néoromantisme chez Newsom et le surréalisme chez Klô P.

    • @ clint : vrai que ça dégage une froideur, il n’y a pour ainsi dire rien de charnel ici, la séduction s’exerce plutôt par les éléments diaphanes, fragiles, hiératiques (le début de « J’arrive en retard ») et parfois churrigueresques (la trâlée d’ornements de « Chorégraphie des âmes ») de la musique. Quant à la distance, je ressens ça aussi, je n’ai pas l’impression de me faire embarquer dans ce truc, mais de l’observer se déployer au loin.

      @ macs : pas mal touffu, oui, à l’échelle pop québécoise en tous cas.

      Et dans le dernier quart de la dernière pièce, la grand-maman de Chloé qui explique les saisons à sa petite-fille, sur fond de boucle de clavier à la S. Reich (« Music for, euh, 1 Musician »), puis l’on entend la tintinnabulation de l’horloge de salon.

    • churrigueresque, comme quand l’ornementation se met à couler comme de la sève et se met à donner naissance à elle-même?

      Baroque, oui, peut-être au sens qu’en donne Gilles Deleuze : “Le Baroque ne renvoie pas à une essence, mais plutôt à une fonction opératoire, à un trait. Il ne cesse de faire des plis. Il n’invente pas la chose : il y a tous les plis venus d’Orient, les plis grecs, romains, romans, gothiques, classiques… Mais il courbe et recourbe les plis, les pousse à l’infini, pli sur pli, pli selon pli. Le trait du Baroque, c’est le pli qui va à l’infini.”

    • Je dirais que j’aime cela alors que je t’étais porté à croire que j’aimais pas avec le début de la vidéo et les articles précédents qui reviennent sur ses remerciements au Gala de l’Adisq que je n’avais pas regardé et pour moi ses remerciements me semblent normaux mais pas adaptés pour une émission présentée au grand public. Elle s’adresse à la salle remplie d’artistes plutôt qu’aux téléspectateurs et c’est un peu normal. Sauf que s’il y a plus d’un million 200 milles spectateurs, il faut que tu te dises que seulement 75 000 te connaissent , peut-être plus mais la presque totalité ne te connaît pas du tout.

      La fille est absolument pas étrange, juste artistique voilà tout.

      Le conseil que je donnerais ? Parle au public dans leur salon plutôt qu’à la salle en premier.

    • Autre parution québécoise majeure à venir : « Rencontrer Looloo » de Chocolat. Je suis en train d’écouter ça. La première pièce, titulée « On est meilleurs qu’R.E.M. », donne le ton.

      http://www.noisemag.net/exclu-le-nouvel-album-de-chocolat-en-ecoute/

    • @ clint : la définition est de Deleuze ou de Borges?

    • c’est du “late-Deleuze” -> https://ec56229aec51f1baff1d-185c3068e22352c56024573e929788ff.ssl.cf1.rackcdn.com/attachments/original/0/6/2/002742062.pdf

      Borges présente le baroque comme un épuisement délibéré de ce-qui-est-possible, comme une utilisation exhaustive de ce-qui-est-déjà-là.

      Je lui souhait bonne chance avec sa stratégie de ne pas encourager le streaming sur youtube et bandcamp!

    • Je suis rendu à la pièces les animaux. Pour le moment, je trouve que celamanque un peu de joie non mais c’est sa personnalité artistique, sa mélancolie ?

      En fruit sur scène ? Cela me fait penser àdu théâtre tout simplement et dans une bande dessinée d’époque en plus. Quoi le monde a jamais vu cela ? Tu vois cela dans de la culture populaire. Dans vos Archie de jeunesse.
      Plus haut dans son costume,elle ressemble quasiment à un Télétubbies.Non à un Barbapapa ou peu importe le costume à un costume d’enfant.
      C’est l’impression contraire d’elle que j’ai, une fille qui a l’air un brin trop sage, trop sérieuse. Non mais pour gagner tous les prix qu’elle a , il faut être une personne appliquée. Je comprends juste pas le conformisme des gens. Elle fait penser à une bolle de l’école disons et son truc elle c’est l’artistique. Si je me replace au secondaire, cégep. Université aussi.

      Elle le dit elle-même qu’elle est timide. Extravagante ? Quand tu fais du théâtre ou de la scène… Il le faut bien que tu peux en avoir pour tous les goûts.

      Il faudrait la vovoir plus que cela mais elle ressemble juste à quelqu’un qui aime l’art contemporain ausis et le théâtre mais en étant pas mal sage. Mais on est rendu dans un monde réactionnaire et ignorant ? Voyons donc…

      http://www.ledevoir.com/culture/musique/423284/klo-pelgag-au-club-soda-oui-oui-la-folie-suffit

      ” Ici, les bibittes, on a tendance à les écraser quand on ne les comprend pas. ”

      Vraiment ? C’était pas comme cela avant pas pour les personnalités fortes en tous les cas. Évidemment quand Raôul Duguay vient de votre région natale…

      http://www.filmsquebec.com/films/o-ou-invisible-enfant-raoul-duguay/

      Ou encore les jeunes n’ont plus de cours de théâtre au Cégep ? Ils ont jamais entendu parler de Claude Gauvreau ?

      https://www.youtube.com/watch?v=5g5lXcFIwd0

    • C’est un peu plate pour un chroniqueur de musique de mettre le lien Youtube alors qu’il doit savoir que c’est la plateforme sur laquelle le musicien ne touche pas un sous.
      Dommage…

    • Les artistes touchent des pinottes sur tout ce qui est streaming. Le problème à résoudre n’est pas spécifiquement YouTube. Il est quant même un tantinet vexant de recevoir ce genre de reproche, compte tenu de tout ce qui a été écrit dans ce blogue à la défense des créateurs…

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2016
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives