Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 19 février 2016 | Mise en ligne à 13h57 | Commenter Commentaires (7)

    Animal Collective, Painting With

    animal-collective-painting-with-754

    Depuis l’an 2000, on applaudit Animal Collective pour son furieux mélange d’électro-psychédélisme, pour son approche vocale barbershop, pour les rythmes survoltés qui soutiennent ses ponts, pour ces textures bizarroïdes, pour ces bestiaires sonores desquels émergent des mélodies pop entonnées en chœur. Or, cette approche a aussi ses limites, on ne peut s’éterniser sur trois ou quatre excellentes idées musicales et leur toujours solide exécution.

    Au dixième album studio, ça commence à paraître et… nous voilà justement au dixième album studio. Les structures compositionnelles sont redondantes, la facture générale risque de ne plaire qu’aux fans les plus fidèles, ceux dont la ferveur des découvertes originelles se transforme immanquablement en nostalgie. C’est dire que ce nouvel album d’Animal Collective laisse perplexe. L’impression d’un groupe stabilisé, moins inspiré, qui fera bientôt face à l’obligation de mener de gros travaux de structure sur son édifice.

    Étrangement, la dernière proposition de Panda Bear (…Meet the Grim Reaper), un des artistes centraux de la formation, ne montre pas ces signes d’essoufflement…

    LIENS UTILES


    Écoute intégrale de PAINTING WITH sur Spotify

    Animal Collective, site officiel

    Animal Collective, profil WIKI


    • Effectivement, les deux derniers albums sont peu inspirés. Ça ressemble à un band qui a besoin de payer des factures…

    • Salut Alain,

      C’est pas Merriweather, mais c’est un bon album. Moi je trouve au moins aussi bon que l’album de Panda Bear. Animal Collective a clairement connu son high en 2009 avec Merriweather et leur EP Fall Be Kind qui est peut-être même meilleur (sans oublier “Down There” d’Avey Tare que j’ai beaucoup aimé aussi). C’est clair qu’une chanson comme “The Burglars”, même si c’est pas innécoutable, laisse à désirer, mais il y avait aussi des moments moins forts sur Merriweather (”Lion in a Coma”, par exemple). Quant à Bagels in Kiev, je vois vraiment pas de signe d’essouflement là-dedans. Animal Collective n’a jamais été un grand groupe, mais donne moi un grand groupe à la Beatles / Talking Heads / Led Zeppelin aujourd’hui. C’est plus un groupe comme Radiohead, avec parfois des bons coups, parfois des moyens coups, mais jamais vraiment de raté. Après un site comme Pitchfork qui met 9 à Kanye West et 6.2 à Animal Collective, c’est plus une remise en question de Pitchfork que d’Animal Collective je trouve.

    • @nicolas

      Euh… Radiohead est pour ma part parmi les grands groupes, aussi important que Talking Heads, Led Zep et même les Beatles. Ce que pense un journaliste de Kanye West sur Pitchfork, c’est le cadet de mes soucis; et il faut lire la signature plutôt que le média qui la supporte, n’est-ce pas ? Quant à Animal Collective, ce fut un groupe important d’autodidactes avec de très bonnes idées… qui perdent de leur pertinence avec le temps, c’est-à-dire lorsqu’elles ne sont pas assorties d’améliorations tangibles dans la structure compositionnelle. Enfin, je persiste à croire que les idées de Panda Bear sont plus foisonnantes et libres que celles de son groupe.

    • On s’entend: ils se réinventent pas. C’est un sous-Merriweather. Mon point, c’est que même un sous-Requiem de Mozart, c’est pas nécessairement mauvais. Amnesiac, par exemple!

    • L’écoute des trois premiers extraits m’avaient permis d’espérer le mieux…force est de constater qu’après les premières écoutes complètes, le reste ne me semble pas à la hauteur. Trois-quatre écoutes et il n’en reste pas grand chose…une savonnette qui nous échappe à chaque fois.

      Il faut saluer un désir évident d’épuration après Centipede Hz. Les voix plus à l’avant-plan et l’interaction entre celles-ci est aussi à souligner. Mais sinon…c’est aux premiers abords décevant. Difficile à avouer lorsque l’on est un fan mais l’excitation et la surprise n’est cette fois pas tant au rendez-vous. À moins que l’album ne soit un “grower”. Mais j’en doute…

    • Lying in the grass avec Colin Stetson est très bien par contre!

      Ceci dit, il faudra voir live (mais pas à Mtl pour l’instant). MPP était un excellent album qui se transposait mal sur scène. La tournée Centipede avait démontré l’inverse avec un solide concert à Mtl.

    • Lying in the Grass, Vertical, et les deux dernières sont toutes très bien. FloriDada, c’mon, c’est pas mal non plus. C’est vrai qu’il y a rien de grandiose comme les 4 premières de Merriweather Post Pavilion, sauf peut-être Bagels in Kiev que j’aime bien mais qui aurait bénéficié à être un peu plus longue.

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2016
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    29  
  • Archives