Alain Brunet

Archive du 13 février 2016

Samedi 13 février 2016 | Mise en ligne à 12h42 | Commenter Commentaires (8)

Thus Owls, Daniel Bjarnason, Black Matter, zone mitoyenne

thusowls-blackmatter

Lancé en novembre dernier, le maxi de Thus Owls, excellent band montréalais fondé sur le couple québéco-suédois que constituent les très doués Erika Alexandersson (chant, composition, claviers) et Simon Angell (guitare, basse, claviers, arrangements) est marqué par une quête persévérante: ces créateurs sont partis de l’indie rock et de l’indietronica, bref de la culture pop pour mener une recherche formelle de plus en plus poussée, incluant les orchestration de musique contemporaine, l’électroacoustique de pointe… et ce en conservant cet équilibre très délicat avec la forme chanson.

Ainsi les mélodies auxquelles tous les êtres humains sont habitués peuvent s’entourer de matériaux plus abstraits, plus contemporains, plus complexes. Voilà qui explique probablement le lent et long décollage de cette formation montréalaise dont on vante les qualités depuis quelques années déjà. Question de contexte ? On a déjà vu Thus Owls en première partie de Half Moon Run… euh… Mauvais casting. Thus Owls a souvent été dans l’ombre de Patrick Watson, puisque ses protagonistes y sont liés de près – Simon Angell fut longtemps le guitariste attitré de PW et Erika en est encore l’une des choristes. Même au bout de trois albums, le tandem n’a pu générer un buzz autre qu’un petit succès d’estime. À n’y rien comprendre ?

Les zones mitoyennes sont toujours très difficiles à investir, pas assez pop et trop intello pour les uns, trop pop et pas assez conceptuelles pour les autres. Comme pourrait le suggérer Jean Perron, on y mélangerait la chèvre et le chou… Or il arrive aussi que l’opération soit parfaitement réussie, et c’est le cas de Thus Owls avec ce récent maxi dont la musique sera exécutée par dix musiciens et chanteurs, soit le jeudi 18 février au Gesù.

Voilà une excellente occasion de découvrir Thus Owls ou encore de renouer avec la formation.

En prime, je vous suggère l’écoute d’un compositeur de musique contemporaine et arrangeur très ouvert aux formes non classiques: l’Islandais Daniel Bjarnason, qui a signé les arrangements de cordes pour le maxi Black Matter et qui mène une brillante carrière sur les fronts de l’indie et de ladite musique sérieuse. Voilà qui en dit long sur l’éclectisme d’un nombre croissant de jeunes musiciens très éduqués et sur leurs créations à venir.

LIENS UTILES

Ma récente interview de Thus Owls est en ligne dans La Presse +, très bientôt sur www.lapresse.ca


Thus Owls, site officiel


Écoute intégrale de Black Matter sur Bandcamp

Daniel Bjarnason, écoute intégrale de ses oeuvres sur Bandcamp

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    février 2016
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    29  
  • Archives