Alain Brunet

Archive du 28 mai 2015

Jeudi 28 mai 2015 | Mise en ligne à 20h12 | Commenter Commentaires (32)

16e MUTEK: soirée de mercredi et priorités de jeudi

Oui, le 16e MUTEK est bel et bien lancé. Jusqu’à dimanche, le Musée d’art contemporain de Montréal devient un vaste complexe nocturne, j’estime que nous sommes au meilleur lieu possible pour assister à des concerts de musique électronique et performances audiovisuelles. Mercredi, j’ai pu voir la version scène de l’album The Inheritors, signé James Holden.

Tel que promis en interview samedi dernier, il y a eu valeur ajoutée devant public. L’interaction du compositeur/réalisateur avec le batteur Tom Page, son usage en direct d’un synthétiseur modulaire et le synchronisme entre sons électroniques préenregistrés et jeu en temps réel ont créé une dynamique où le rapport physique des musiciens à leur instrument rendaient unique l’expérience d’un concert électronique.

Qui plus est, la musique de James Holden est créative, et divertissante, assez poussée pour nourrir les chercheurs de sons et assez simple pour faire tripper les clubbers qui ne veulent pas trop se prendre la tête. L’artiste britannique nous avait causé de ses influences krautrock, elles sont encore plus évidentes sur scène qu’à l’écoute de ce très bel album. Cela étant, on ne peut parler d’une exécution instrumentale époustouflante, ni d’une musique à mettre sur le derrière. Les trouvailles texturales, remarquables sur plusieurs pièces, servent des formes musicales connues et faciles à exécuter, sorte d’électro-krautrock bien de notre temps. Sympa, en somme.

Après avoir revu un bout du concert de Boundary, projet de notre Ghislain Poirier pour trois musiciens, et constaté que le son de cette formation avait pris de la maturité sur scène, j’ai assisté à un longt bout de set assez convenu, signé Bill Dallessandro & Ombossa, intitulé Boomers. Images et sons qu’on a vu et entendu des dizaines de fois, peu de surprise au programme, merci bonsoir on va faire dodo.

Nous voilà néanmoins en haute saison festivalière.

PRIORITÉS DE JEUDI SOIR:

TAKAMI NAKAMOTO & SEBASTIEN BENOITS présentent REFLECTIONS FR, Musée d’art contemporain – Salle principale, NOCTURNE 2,, 21:00 – 03:00

Citation du programme officiel:

« Musicien basé à Paris, artiste visuel et ancien architecte, Takami Nakamoto crée performances éthérées, installations immersives et environnements oniriques qui enveloppent le spectateur et pulvérisent toutes barrières fictives séparant le réel du virtuel. Aux côtés de l’illustratrice et musicienne française Noémi Schipfer, Nakamoto a cofondé Nonotak en 2011, un duo connu pour ses motifs géométriques, ses projections cartographiées augmentées d’échos de glitch et ses lumières clignotantes. L’oeuvre A/V cinétique, d’une éblouissante sensibilité, a tour à tour séduit, effrayé et aveuglé les festivaliers du monde entier, y compris ceux qui ont assisté à la performance du binôme l’année dernière à MUTEK. Depuis la parution d’Opacity l’automne dernier, un premier EP aux rudes textures cristallisées et aux douces envolées de synthés, Nakamoto a imaginé une nouvelle et énergique performance A/V en compagnie du batteur Sébastien Benoits et un kit d’éclairage élaboré comprenant stroboscopes, projecteurs et 32 barres LED reposant sur des pieds de micros. Nakamoto et Benoits, qui ont notamment collaboré ensemble au sein du populaire quintette post-hardcore/metal français Doyle Airence, mettront le feu au Musée d’art contemporain de Montréal avec leur performance laser chargée, oscillant entre IDM ambiant et une radicale intensité rythmique

ATOM™ & ROBIN FOX présentent DOUBLE VISION au Musée d’art contemporain – Salle principale, série NOCTURNE 2 , 21:00 – 03:00

The Making of Double Vision by Atom TM & Robin Fox from Unsound Festival on Vimeo.

Citation du programme officiel:

« Poussés par le désir commun de concevoir un projet A/V immersif qui associerait et à la fois déconstruirait les langages de la musique pop et de la science, l’éminent artiste intermédia australien Robin Fox et le polyvalent producteur allemand Atom™ ont fait converger leurs approches créatives et leur large éventail de matériel audiovisuel pour donner naissance à Double Vision. Réputé pour ses performances expérimentales, Robin Fox s’intéresse aux effets de tension et de vibrations ainsi qu’à la conversion du son en lumière. Une des révélations de MUTEK 2012, Fox est hautement qualifié dans l’art de combiner la chaleur des sons analogiques avec le rendement plus fragile que donne la technologie numérique. Un habitué de MUTEK depuis plusieurs années, Uwe Schmidt, l’homme derrière Atom™, est une des personnalités les plus prolifiques et inventives à avoir émergé de la communauté de la musique électronique depuis les années 1990. Schmidt, qui vit à Santiago de Chile, s’est fait connaître sous des dizaines de pseudos, de personnages et de directions musicales. On n’a qu’à penser à Señor Coconut, un big band qui trempe dans les rythmes électrolatino; à Flanger, un projet jazz atmosphérique avec Burnt Friedman ou encore aux expérimentations électroniques abstraites d’Atom Heart. D’abord exposé à la magie scientifique du spectacle son et laser de Robin Fox pendant le festival Unsound Adelaide, Schmidt lui a proposé de collaborer à la création d’une performance synesthésique à fréquences variables qui jonglerait avec une variété de lasers, de vidéos et de phénomènes sonores. Après une première mondiale au festival Unsound Cracovie l’automne dernier, c’est maintenant au tour de MUTEK d’accueillir ces deux bonzes de la distorsion parfaitement orchestrée et leur oeuvre extrasensorielle Double Vision

Lire les commentaires (32)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mai 2015
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives