Alain Brunet

Archive du 23 mai 2015

Samedi 23 mai 2015 | Mise en ligne à 11h30 | Commenter Commentaires (3)

Chanteuses et musiciennes de MTL: Blanche Baillargeon

blanche baillargeon paysages_couverture

Je connaissais peu Blanche Baillargeon, je viens d’en apprendre davantage sur la musicienne et chanteuse après l’écoute de Paysages du jour tranquille un album qui porte très bien son titre.

Je la savais bassiste, contrebassiste, musicalement éduquée, douée, fille de la cinéaste et comédienne Paule Baillargeon et de Luc Courchesne, sommité québécoise de l’art interactif. Je la sais maintenant compositrice et leader d’ensemble.

J’avais déjà entendu son travail au sein de l’ensemble jazz manouche Christine Tassan et les Imposteures, dont j’aurais dû parler à plus d’une reprise et… ce que je n’ai jamais fait par pur hasard. Description sommaire, donc: voilà un solide formation de musiciennes férues de jazz gitan, interprètes et improvisatrices compétentes qui ne s’inscrivent pas pour autant parmi les pointures d’un genre très exigeant sur le plan technique.

Hormis le jazz de Django ? Blanche Baillargeon fait dans la musique de chambre jazzo-brésilienne, force est d’observer à l’écoute de cet album ambitieux. Nous voilà donc au Brésil des années 60 et 70, nous voilà sur des terres voisines que labourent Egberto Gismonti, Chico Buarque, Gilberto Gil, Caetano Veloso et autres Arto Lindsay. Mais aussi sur les pâturages d’un jazz lyrique et calme qui rappelle parfois les relectures d’hymnes résistants du Charlie Haden Liberation Orchestra.

Ainsi donc, les tropiques imaginaires de Blanche Baillargeon fleurissent avec les cristaux de glace, soit en Amérique francophone et montréalaise.

Clarinette, trompette, bugle, cor, contrebasse, violon, violoncelle, alto, piano, guitare, voix solo, chant choral. Arrangements feutrés, brises vocales, jeux d’anches ouatées, tempos généralement lents, «cette mélancolie qui frappe doucement à la porte »… Tout est désormais possible dans notre monde où le virtuel est préféré au réel – et pour cause ! Musicienne émergente des années 2010, Blanche Baillargeon est femme, jeune maman, québécoise, francophone et… son imaginaire musical témoigne de genres dont l’âge d’or remonte aux années 60, 70 et 80. Voilà une autre illustration de la cohabitation des époques musicales en 2015. Pourquoi pas ?

Ce qu’elle en fait est un bel exercice de douceur, jardin de volupté que l’on suppose en phase avec sa personnalité musicale.

LIENS UTILES

Blanche Baillargeon, site officiel


Écoute intégrale de l’album Paysages du jour tranquille

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2015
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives