Alain Brunet

Archive du 27 mars 2015

André Leroux Synchronie Cité

On le constate une fois de plus avec la tenue du festival Jazz en rafale, le public féru de ce style ressemble de plus en plus à celui de la musique classique: étudiants en musique, adultes de plus de 40 ans sauf une minorité de mélomanes plus jeunes qui ont su intégrer ces musiques plus complexes à leur palette de goûts. Question d’éducation itou… On en vient désormais au jazz lorsqu’on a le sentiment d’avoir fait le tour de la meilleure offre pop, généralement construite sur la forme chanson. Cet état d’esprit vient généralement dans la quarantaine.

Je m’inscris en faux contre cette trajectoire pépère mais… je dois admettre aimer de plus en plus la musique classique et apprécier davantage certaines formes jazzistiques ayant atteint leur forme… classique. Parce même au sein de ses formes classiques, le jazz présente des réformes nourrissantes, si ce n’est que dans le jeu individuel.. Et je continue d’aimer la pop culture parce que ses meilleurs créateurs n’ont pas le poids des institutions sur les épaules afin d’innover et bousculer les conventions, que ce soit en rock, en chanson indie, en hip hop ou en électro.

En jazz ? En musique contemporaine ?

Pour se sentir libre, léger et innover au domaine du jazz ou de la musique contemporaine écrite, il faut à ses artistes une indépendance d’esprit à toute épreuve… et une conjoncture propice à l’émergence de nouveaux courants. En ce moment ? Hum… il y a des trucs mais peu, au domaine de l’innovation, pas évident. Il vaut mieux apprécier la singularité des interprètes et improvisateurs, ou encore les petites réformes que proposent les meilleurs dans un contexte qui semble redondant d’entrée de jeu.

Prenons ces cas:

Benoît Charest, guitare, James Gelfand, piano, Muhammad Abdul Al-Khabyyr, trombone, Frédéric Alarie, contrebasse, Christian Lajoie, batterie se retrouvent autour du saxophoniste André Leroux. Sous étiquette Effendi, son album Synchronie-Cités était lancé jeudi au Dièse Onze. Sans soutien promotionnel, André m’a lui-même invité en me téléphonant à deux reprises. J’ai pu écouter son album avant de me rendre au dernier set, pour réaliser qu’il s’agissait de son projet le plus intéressant à vie en tant que leader.

Interprète époustouflant, André Leroux n’a jamais fait preuve de grande imagination à titre de leader. Cette fois, c’est différent.Avec Synchronie-Cités (titre maladroit mais bon… on ne s’en formalise pas outre-mesure), le saxophoniste présente des musiques supérieures sur le plan des structures et réunit un aréopage d’interprètes de premier plan.

Il fut un temps où Benoît Charest, à qui on doit plein de musiques de films dont la b.o. du film d’animation Les Triplettes de Belleville, était un des meilleurs guitaristes de jazz électrique au Québec – aux côtés de Jerry DeVilliers Jr et Michel Cusson. Progressivement, il s’est mis à la composition, un domaine de la musique beaucoup plus lucratif, et son jeu en a souffert. Lorsque Chet Doxas l’a convaincu de jouer de nouveau dans des formations jazz il y a une paire d’années, il n’était pas à 50% de ses capacités antérieures. Jeudi soir, il était à 80% je dirais. Très bien !!!

On souhaite que le pianiste James Gelfand, qui fut notre meilleur dans les années 80 et reconverti à la composition, connaisse un pareil retour. C’était bon de le revoir jeudi et d’avoir un aperçu de ce qu’il pourrait de nouveau offrir en tant que jazzman virtuose. André Leroux peut aussi compter sur l’expérimenté et très compétent tromboniste Muhammad Abdul Al Khabyyr, idem pour le batteur Christian Lajoie, sans compter Frédéric Alarie, à mon sens le meilleur soliste de la contrebasse jazz au Québec et assurément dans l’élite mondiale en ce qui me concerne.

On a maintes fois vanté le jeu époustouflant d’André Leroux, que d’aucuns considèrent parmi les meilleurs ténormen sur l’entière planète jazz, et qui a toujours choisi de jouer dans les formations locales et de nourrir sa famille avec les ressources d’ici. Excellent interprète de musique contemporaine au sein du quatuor de saxophones Quasar, sideman du pianiste François Bourassa depuis des lustres, recruté dans les meilleures opérations pour grand ensemble, André Leroux pourrait faire du millage en tant que leader: à condition de pouvoir compter sur un groupe de cette trempe, et aussi de présenter du matériel original à la hauteur de ses talents d’interprète et d’improvisateur. Les compositions de Synchronie-Cité sont signées André Leroux, mais aussi Frédéric Alarie, Benoît Charest, François Bourassa, James Gelfand.

Et oui, c’était plein au Dièse Onze. Bien sûr, la cave de la rue Saint-Denis n’est pas grande, mais il faut aussi réaliser qu’il y avait trois concerts de jazz présentés simultanément jeudi. Vu l’impossibilité logistique de me présenter simultanément à la salle Claude-Champagne de la Faculté de musique de l’U de M n’ai pu assister au concert du trompettiste américain Randy Brecker avec le big band universitaire que dirige Ron Di Lauro.

L’Astral était presque plein pour le grand pianiste de jazz Enrico Pieranunzi dans le cadre de Jazz en Rafale, assisté du contrebassiste Fraser Hollins et du batteur Richard Irwin. Assurément, les musiciens montréalais furent à la hauteur du mandat; excellent soutien rythmique à Pieranunzi, sans contredit un maître des ivoires jazzistiques. L’articulation, la souplesse, l’attaque, la profondeur harmonique, la suavité mélodique, le sens aigu du rythme, bref toutes les qualités que l’on puisse espérer d’un pianiste de jazz se trouvent dans le jeu de ce jazzman romain. Il existe probablement des interprètes encore plus fluides en haute vélocité, Pieranunzi n’en demeure pas moins un des grands pianistes de jazz issus des années 60 et 70. Un régal que d’entendre ce musicien relativement conservateur sur le plan compositionnel.

Le week-end jazzistique est aussi chargé: ce soir à l’Upstairs, le saxophoniste Seamus Blake, le contrebassiste Rob Hurst et le batteur Jeff «Tain» Watts participent à l’ensemble de l’excellent pianiste torontois d’origine tzigane hongroise Robi Botos. Samedi, le guitariste Michel Cusson présente son concert solo à l’Astral et le trio de la jeune pianiste Emie R. Roussel sera à l’Upstairs.

LIENS UTILES

L’horaire du festival Jazz en rafale

Programmation du Dièse Onze, Yannick Rieu ce soir.

Progammation de l’Upstairs / Robi Botos, piano, Seamus Blake, saxo, Jeff «Tain» Watts, batterie et Rob Hurst, contrebasse, ce vendredi !!!


Écoute d’extraits de toutes les pièces de l’album Synchronie-Cités d’André Leroux, sur le site Pro Studio Masters

André Leroux, profil Effendi

Mon interview d’Emie R. Roussel dans La Presse +


Mon interview d’Enrico Pieranunzi dans La Presse +


Écoute intégrale de l’album Permutation (Pieranunzi avec Antonio Sanchez, batterie, Scott Colley, contrebasse).

Lire les commentaires (48)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mars 2015
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives