Alain Brunet

Archive du 19 mars 2015

Jeudi 19 mars 2015 | Mise en ligne à 19h38 | Commenter Commentaires (84)

Sur le déclin des blogues… et sur leur pérennité

D’aucuns annoncent la désuétude, le déclin et la disparition imminente des blogues, forme interactive considérée comme extrêmement prometteuse… il y a 15 ans.

Le blogue non professionnel a effectivement connu son âge d’or au milieu de la précédente décennie. Le blogue alimenté par des professionnels de l’information a connu ses heures de gloire de 2006 à 2010.

Et puis… le vent a tourné lorsque les médias sociaux permettant de très courts échanges sont devenus dominants: Twitter et Instagram,sans compter les centaines de milliers de groupes de discussion sur Facebook. Le public désireux d’exprimer humeurs, informations et courtes opinions y ont trouvé un espace propice à leur expression. Nul besoin d’écrire long, nul besoin de lire long, nul besoin de l’imprimatur des médias traditionnels. Ainsi, plusieurs praticiens du blogue ont migré, des blogues de masse en ont souffert. Cela étant, ceux qu’on alimente rigoureusement, je pense notamment à celui de mon collègue et ami Richard Hétu, se portent bien et attirent toujours beaucoup de lecteurs.

N’empêche… Les arguments des fossoyeurs du blogue, enfin du blogue dans sa forme originelle, doivent être pris en considération. Très sérieusement. Pourquoi ?

* La tâche:

Dans plusieurs médias de référence, moult blogueurs professionnels ont souvent été appelés à travailler ailleurs sur les nouvelles plateformes en chantier de leurs employeurs (surtout les applications pour tablettes), plateformes dont le potentiel économique est jugé plus prometteur. Souvent, des modérateurs extérieurs se chargent du lectorat déviant car les hôtes des blogues n’ont pas (ou n’ont plus) le temps nécessaire à filtrer les interventions de leurs communautés. Progressivement, des journalistes ont dû consacrer leur énergie ailleurs pour différentes raisons, et donc, ont moins alimenté leurs blogues. Certains s’en sont légitimement désintéressés, au point d’abandonner après avoir connu de très bon scores de participation. On peut les comprendre. Un blogue qui fonctionne rondement exige beaucoup d’énergie et de temps.

* La qualité de l’échange:

Plusieurs blogues grand public sont devenus des fourre-tout où les interventions pertinentes se sont raréfiées au profit d’humeurs et de combats de coq irrespectueux. L’interactivité, dans bien des cas, n’élève plus le contenu du billet autour duquel la discussion est censée avoir lieu. Trop souvent, les commentaires s’avèrent gratuits, hargneux, insultants, agressifs, insipides, non fondés, somme toute sans intérêt. Trop souvent, les désaccords s’expriment via l’insulte, le dénigrement, les accusations ad hominem. Trop souvent aussi, les blogues deviennent un cercle fermé d’intervenants dont les propos peuvent devenir redondants.

Chronique d’une mort annoncée ? Non.

Certains blogues se portent bien et ne sont pas près de disparaître. Les blogues se sont aussi diversifiés dans leur forme: certains consistent à multiplier les billets courts et faire réagir le lectorat. D’autres préconisent des contenus plus lourds et exigent plus d’attention. Un blogue spécialisé a pour objet d’intéresser différentes communautés de mélomanes qui ajoutent leur grain de sel au billet qui leur est proposé. Sur le portail www.lapresse.ca, je pense entre autres à ceux se consacrant au cinéma et à la musique. Sur celui-ci, les dernières semaines nous ont permis d’y observer des discussions fort intéressantes.

Ce blogue a traversé plusieurs phases, le noyau de ses intervenants s’y est modifié au fil de sept années d’existence. Notre communauté de lecteurs et d’intervenants a vécu de très beaux moments de discussion, d’autres désagréables ou même douloureux. Des blogueurs brillants s’en sont démobilisés pour différentes raisons qui leur appartiennent, certains en ont été malheureusement exclus pendant que d’autres se sont joints à ses forces vives – on le constate depuis quelques temps, d’ailleurs. L’animateur du blogue a dû lui-même apprendre à gérer tout ce trafic, à gérer les conflits, à réagir aux pointes lui étant destinées. Il y a eu des ratés, certes, mais surtout des résultats probants.

J’ose croire avoir fait les choses différemment, en proposant des contenus longs, en intervenant moi-même au-dessous afin de relancer les discussions en plus de modérer.

Ce blogue a encore des velléités horizontales, il ne peut néanmoins parvenir à tout couvrir – lacunes punk/hardcore, lacunes blues, lacunes métal, lacunes world, lacunes classiques, oui oui je sais… Il me faudrait être cinq personnes à temps complet pour y parvenir.

J’aimerais aussi que d’autres intervenants de qualité se joignent au débat, ce qui s’est produit dernièrement. Vous savez, il est très difficile d’instaurer et de maintenir une dynamique inclusive, faire en sorte qu’une personne désireuse de s’exprimer ne soit pas intimidée par une communauté de mélomanes dont plusieurs s’avèrent de redoutables connaisseurs. Faire aussi en sorte qu’une discussion sur la musique ne soit plus un boys club.

Et… je suis un journaliste à temps partiel sur ce blogue car je dois consacrer plus d’énergie au modèle d’affaires La Presse + qui draîne plus de 50% des revenus publicitaires des trois plateformes de La Presse (web, papier et tablette). Pour l’instant, la progression de ce modèle d’affaires implique forcément les scribes de La Presse, il en va de leur avenir professionnel… et un peu du vôtre en tant que lecteurs.

Dans ce contexte, j’estime néanmoins avoir trouvé un certain équilibre entre mes tâches des deux dernières années et le maintien d’un blogue vivant, ouvert et dynamique.

Je l’ai déjà écrit et je le répète, plusieurs commentaires au-dessous de chacun de mes billets en améliorent le contenu. Dans cette optique, je persiste à affirmer que NOUS continuons d’être un laboratoire de la critique 2.0. Si ce n’était pas le cas, j’arrêterais drette là.

Merci à toutes et tous de continuer à intervenir et, sinon, à nous lire quotidiennement.

Rappel aux lecteurs et intervenants

* Dans la majorité absolue des cas, les albums traités sur ce blogue peuvent être écoutés intégralement, vous n’avez qu’à consulter les LIENS UTILES.

* Si vous avez loupé la discussion, vous pouvez TOUJOURS retracer le billet qui vous intéresse afin de lire et y ajouter votre grain de sel. Deux manières d’y parvenir: vous consultez mes propres archives sur les liens à droite de chaque billet ou encore vous allez sur Google, vous tapez le nom du sujet & blogue Alain Brunet. Ça fonctionne TOUJOURS.

SI VOUS TROUVEZ UN BILLET PERTINENT, DE GRÂCE PARTAGEZ-LE SUR FACEBOOK EN CLIQUANT SUR L’ICÔNE FACEBOOK À DROITE DU BILLET. MALHEUREUSEMENT NOS INTERVENANTS ET NOS LECTEURS ASSIDUS NE LE FONT PAS ASSEZ.

Lire les commentaires (84)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mars 2015
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives