Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 24 juin 2014 | Mise en ligne à 10h48 | Commenter Commentaires (35)

    La Liste Kebekensis 2013-2014

    Où en sommes-nous au juste en ce 24 juin ?

    Plutôt que de tenter de circonscrire laborieusement nos identités culturelles et linguistiques en cette période de grand flou, plutôt que de forcer la note, je nous suggère de passer une Saint-Jean inclusive et d’assumer aujourd’hui cette mixité d’identités qui nous est propre. Ce qui n’empêche en rien de nous rappeler d’où nous provenons, ce que nous voulons préserver et, surtout, ce que nous souhaitons faire progresser.

    La forme chanson est évidemment comprise dans se souhait. Qu’elle soit indie rock, hip hop, psych folk ou world 2.0, elle demeure un baromètre de premier choix pour dresser le portrait culturel d’un territoire composé de régions, de villages, de villes, d’une métropole et sa périphérie.

    Alors amusons-nous un tantinet ! Je propose ainsi de mettre en ligne votre Liste Kekekensis, soit une sélection de ce que vous considérez le nec-plus-ultra de la forme chanson au Québec.

    La méthode est simple: vous dressez une liste de vos 10 meilleurs albums québécois sortis entre le 25 juin 2013 et le 24 juin 2014, exprimés dans n’importe quelle langue. À noter que les musiques instrumentales (classiques, jazz ou électronique) ne font pas partie de cette sélection. Il est ici quesiton de forme chanson.

    Difficile de cacher ici mon penchant pour un Québec inclusif, ouvert, multilingue… et où le français doit rester prééminent voire maîtrisé par tous ses résidants permanents. Inutile d’ajouter que L’Autre Saint-Jean, fêtée hier soir à Rosemont, est un très bel exemple de vivre ensemble dans cette optique. Il va sans dire que je respecte aussi le choix de plusieurs de valoriser exclusivement le français dans le contexte de la Fête nationale. À ce titre, ils ont un vaste choix d’événements et célébrations. Et c’est très bien ainsi.

    Bonne Fête nationale à toutes et tous. Et tous à votre propre Liste Kebekensis !

    Voici la mienne par ordre alphabétique, question de partir le bal.

    Alejandra Ribera, La Boca

    Antoine Corriveau, Les ombres longues

    Arcade Fire, Reflektor

    Dead Obies, Montréal $ud

    Jimmy Hunt, Maladie d’amour

    Klô Pelgag, L’alchimie des monstres

    Philémon Cimon, L’été

    Philippe B, Ornithologie, la nuit

    Thus Owls, Turning Rocks

    Timber Timbre, Hot Dreams


    • Pour l’instant je me contente de découvrir Alejandra Ribera. C’est trrrrès bon.

    • Dans le désordre :

      1. Klô Pelgag – L’alchimie des monstres
      2. Antoine Corriveau – Les ombres longues
      3. Gorguts – Colored Sands
      4. Oktoput – Pansements
      5. Serge Fiori
      6. Philippe B – Ornithologie, la nuit
      7. David Marin – Le choix de l’embarras
      8. Jesuslesfilles – Le grain d’or
      9. Les Frères Goyette – Fidèles, tenaces et frères
      10. Michel Faubert – Mémoire maudite

    • CRABE – Anti-Vague
      Jesuslesfilles – Le grain d’or
      Oktoplut – Pansements
      Ponctuation – 27 Club
      Mauves – Le faux du soir
      Leafer – Les fleurs bleues
      Dead Obies – Montréal $ud
      Phiiippe B – Ornithologie, la nuit

    • Panache – Vie de velours
      Alex Nevsky – Himalaya mon amour
      Klo Pelgag – L’alchimie des monstres
      Jimmy Hunt – Maladie d’amour
      Arcade Fire – Reflektor
      Alexandre Désilets – Fancy ghetto
      Antoine Corriveau – Les ombres longues
      Timber Timbre – Hot dreams
      Thus Owls – Turning rocks
      Philippe B – Ornithologie, la nuit

    • Antoine Corriveau, Les ombres longues
      Arcade Fire, Reflektor
      Canailles, Ronds-points
      David Marin, Le choix de l’embarras
      Jimmy Hunt, Maladie d’amour
      Klô Pelgag, L’alchimie des monstres
      Panache, Vie de velours
      Philippe B, Ornithologie, la nuit
      Thus Owls, Turning Rocks
      Timbre Timbre, Hot Dreams

    • Vous n’allez pas me forcer à parler encore de Timber Timbre ? Anyway c’est pas un band de Oakland, ça ?

    • Timber Timbre j’sais pas, mais Arcade Fire est une entreprise enregistrée à la bourse de Londres; son siège social se trouve sur l’île de Jersey.

    • @ kallisoon :

      Vous ne seriez pas de Québec, par hasard? ;-)

      Connaissais pas Crabe, les extraits sur Bandcamp sont bons.

    • À regarder le contexte politique actuel, le contexte culturel, les tendances, les courants de pensée et les façons de faire, force est de constater que le Québec revit ses années 80. C’est une copie conforme et l’avenir me donnera raison. M. Brunet pourra confirmer. À tout le moins, il n’aura d’autres choix que de constater d’étranges similitudes.

    • On est passés de St-Jean Baptiste à St-Jean. On serait dus pour passer de Fête nationale du Québec à Fête du Québec. On a évacué les curés et leur défilé. Quissé qu’on pourrait mettre sur la voie d’évitement maintenant? On évolue…

    • Je pensais à ce que hardy_canyon me disait l’autre jour:

      “Toutes proportions gardées, il y a peut-être plus de nouveaux groupes anglos décalés que de francos, non?”

      Mais oui, c’est vrai! D’ailleurs Spectra en présente pas mal (FIJM, dehors).

      En ce qui concerne les bands locaux, il y a plusieurs noms ici que je ne connais pas, mais j’ai des goûts musicaux étrange. Je pense que Dirty Beach est encore mon band préféré montréalais ces jours-ci. Mais qui va écouter une chanson aussi simple que Au Revoir Mon Visage et se dire “ouais, Sultitan, c’est vraiment très travaillé comme musique!”. Mais non, c’est très simple, mais quelle atmosphère, quelle étrangeté. J’ai l’impression d’entendre du vieux Die Form, et j’adore çà. Mais le fait demeure qu’Alex Zhang Hungtai va puiser des références très différentes d’une pièce à l’autre. Je le met vraiment dans une classe à part comme artiste.

      J’aime aussi la petite gang Automelodi, Police Des Moeurs, Essaie Pas. Tout ce mouvement synthpop (dont Grimes finalement fait parti, de loin) qui renverse l’idée que les gens s’étaient fait de Montréal comme étant une ville de “musiciens”.

      Je voudrais que Joane Hétu et sa gang revienne à l’époque de Wondeur Brass. Je sens une tendance jazz revenir, plus précisément jazz-punk (Met Yourself Down et autres), et çà serait super quelque chose comme Wondeur Brass en ce moment. Les trucs à la Cathy Berberian, on pourrait prendre pause, non? En tout, ces anciens d’Ambiances Magnétiques étaient à Suoni, donc çà compte pour période 2013-2014.

      Ensuite, tout ce que produit la label Constellation, ÉVIDEMMENT. Cette année il y aura du Constellation dans mes favoris, mais ce n’est peut-être pas nécessairement de la musique du Québec.

      À coté, dans un régistre très différent, Arbutus continuent de se faire remarquer à l’international (Majical Cloudz est peut-être le band le plus “apprécié ailleurs que dans son pays” depuis un bail).

      Tune-Yards a probablement mieux absorbé l’esprit multi-culturel du quartier Mile-End que quiconque pour y avoir habité quelques années.

      Je ne connais pas la plupart des suggestions locaux ici, parce qu’ici est la seule communauté disons, “locale” où je discute musique. Et bref je découvre souvent la musique locale par des rumeurs qui partent de l’étrangé, particulièrement anglaise (UK). Je ne crois pas que la langue d’un band soit important pour l’”internationalisation” d’un band. Ce qui compte c’est le label, si il est réputé, si il est distribué dans les “bons shops”. Un band franco sur Constellation ne passera jamais inaperçu. Même chose pour un band sur un label niche comme Wierd, et j’en passe.

      Le danger avec les labels Abuzive Muzik, Bonsound, Grosse Boîte et Audiogram est de faire dans la niche “franco”. C’est là que tu te retrouves avec des bands qui ne seront connu que dans les pays francos. Je pense que Bonsound ont la meilleur représentation internationale dans ce groupe, quoique Grosse Boîte sont distribué par DEP, quand même (ce qui théoriquement ne devrait pas causer de problèmes, mais).

      Mais ce que je remarque dernièrement c’est le grand nombre de commentaires anglos pour certains artistes franco sur Youtube, alors il se peut que le web change la donne de nos jours.
      J’attends d’ailleurs avec impatience la prochain single de PSY.

      (nenon je naise)

      Je pensais à ce qui passerait aujourd’hui si un band franco était signé sur un label buzz comme Arbutus. Mais là je me suis dit “pourquoi, buzz?”. Parce que les gens ont prêté attention au label depuis le succès de Grimes. Mais Grimes, elle, comme elle s’est fait connaitre? En jouant à SXSW et Pop Montreal. Alors çà revient au même: jouer là où le “gratin” du milieu indie se “rejoint”, c’est la meilleure option, et je ne pense pas que depuis PSY, la langue soit une réelle barrière.

    • @hardy_canyon

      Je suis démasqué!

      Cela dit, j’ai oublié cet excellent album:

      David and the Woods – David et les Bois

    • Les Guenilles, « Zéro pis une barre ». On n’entend pas beaucoup parler d’eux, le texte de « Scène locale » ne doit pas aider!

      “La scène locale a Montréal,
      Est composée de frères de bittes,
      De crosseurs pis d’malades mental,
      De dépendants trop affectifs,
      D’esti d’radios qu’personne écoute,
      De journalistes qu’tout l’monde se criss,
      Des p’tits gars qui chantent en anglais,
      Des peines d’amour avec des yeah,
      Des riffs copiés pis des blogues de marde,
      Une vraie parade de mangeux d’marde,
      La scène locale a Montréal,
      Peut ben me manger les deux balles.”

    • Toujours des Guenilles, « Tu l’as échappé » (je n’ai pas retranscrit le texte, je l’ai trouvé dans leur page Bandcamp) :

      “T’as renversé ta bière a terre,
      Tu t’es couché dans la litière,
      T’as mis ta graine din’ cheveux d’ton frère,
      T’as appelé ta mère,
      Tu l’as échappé,
      T’as craché sur la grosse caissière,
      T’as vomi sur l’ordinateur,
      T’as appelé ma mère,
      A l’as échappé.”

    • Ça se veut exagérément mongol, comme dans « Balle de golf » où ils disent « Après d’avoir été laver l’char »; « Après d’avoir », quand même… On pousse la dysfonction syntaxique trop loin, l’intelligence et la culture transparaissent. Comme si, à une autre échelle, Réjean Ducharme avait tenté de se faire passer pour un semi-analphabète. Je suis persuadé que ces gars-là pourraient écrire en français normatif.

      « Veux-tu aller driver des balles a soir?
      Avec mon nouveau stock de golf.
      Après d’avoir mis les vidanges dehors,
      Après d’avoir été laver l’char. »

      Pour ce qui est de la musique, c’est impeccable.

      http://lesguenilles.bandcamp.com/album/z-ro-pis-une-barre

    • Certains des artistes québécois que j’essaie de suivre du mieux que je peux:

      Automelodi
      Essaie Pas/Marie Davidson
      Dekoder
      Mueco
      Complications
      AUN
      Le Révélateur
      This Quiet Army
      Violence
      USA out of Vietnam
      Void Republic
      Low Factor
      Panopticon Eyelids
      Gold Zebra
      Dirty Beaches
      Chevalier Avant Garde
      Proxy
      Akitsa
      Les Zerreurs
      Le Fruit Vert
      Femminielli
      Donzelle
      Gashrat
      Bataille Solaire

    • Un titre oublié par à peu près tout le monde:
      Mange l’ours mange – Loin de l’oeil

    • Quelqu’un était à Beck hier? Le son était parfait pendant la portion Sean Lennon, mais quand Beck s’est pointé, les enclumes à la sono ont amplifié ça comme si nous étions dans un stade de 80 000 places. Résultat : un show potentiellement très bon, bousillé par un son beaucoup trop fort. Même les pièces folk du dernier disque nous endolorissaient les tympans.

    • Belle liste, Effet_Placebo!

      Je ne connais rien là-dedans à part AUN (je connais bien les projets de Dumais), Le Révélateur (mais c’est Effet_P qui en avait parlé) et Chevalier Avant Garde, dont j’avais entendu une rumeur au dernier Pop Montreal.

      Je trouve que pas mal de musique “keb” mentionnée ici est fait par des gens relativement de “bonne humeur”. J’ai beau essayé les trucs mentionné par Brunet et Hardy, et… Disons qu’il y a une raison que je ne suis pas le premier fan des Vampire Weekend. Le indie québécois parfois semble aller vers çà. Où est le indie pop québécois qui sonne aussi sombre que GYBE? Ok, parfois Karkwa est assez sombre.

      Ces temps-ci je réécoute souvent un de mes favoris l’an passé. Un gars tout seul (Ensemble Economique) qui avec un synthé et une couple d’outil fait une sorte de shoegaze-darkwave (qui fait penser aussi à Pink Floyd par la voix). C’est quoi l’équivalent keb de ce genre de musique (à part GYBE)?

      http://www.youtube.com/watch?v=te6yHcLuRNU

    • L’ironie de ce que je viens de dire est que le dernier Vampire Weekend (le grammyphié) a été qualifié de “sombre” pas plusieurs critiques. Mais c’est pas sombre, disons plutôt “existentiel”. Et au Québec il y a beaucoup de musique “existentielle” comme çà…plus.. Sartre que Baudelaire? Lol, en fait Éric Lapointe est TRÈS Baudelairien. Je sais pu trop ce que j’essaie de dire.

    • @ hardy_canyon

      J’y étais, à Beck. De la mezzanine et avec des bouchons, c’était plutôt savoureux! Le tandem Waronker/Meldal-Johnsen groovait en sale.

      Je n’ai pas trouvé le son de Lennon si bon que ça (j’imagine que l’emplacement devait jouer pas mal sur l’appréciation du son), mais suffisamment pour trouver sa musique intéressante. Faudra que j’écoute l’album.

    • Ah et puis tiens, pour rester dans le sujet, voilà ma tite-liste.

      Fontarabie – Fontarabie
      Antoine Corriveau – Les ombres longues
      Philémon Cimon – L’été
      Klô Pelgag – L’alchimie des monstres
      Timber Timbre – Hot Dreams
      Arcade Fire – Reflektor
      René Lussier – Toucher une âme
      Thee Silver Mt. Zion Memorial Orchestra – Fuck Off Get Free We Pour Light On Everything
      Philippe B – Ornithologie, la nuit
      El Motor – Le monstre

    • Sultitan,

      AUN vient de collaborer avec Ensemble économique, je ne sais pas si tu savais. Ils sont sur le même label je pense.

      Je suis un peu comme toi pour le reste. L’indie pop/rock/folk, je trouve ça assez ennuyant en général et c’est pas mieux ici qu’ailleurs. J’écoute une minute, je me dis ”ha, c’est pas mal”, puis 1 minute après, j’ai changé de poste.

    • @ blackened :

      Nous étions aussi à la mezzanine… sans bouchons! Je ne pense jamais à trimballer ces foutus trucs. C’était tout de même beau de voir un Beck si enjoué appliquer ses leçons de James Brown pour débutants, puis le choix et l’ordre des tounes étaient irréprochables. Plusieurs de Guero, album que j’avais plus ou moins oublié.

      J’ai bien aimé Lennon et sa bande aussi, son Fantôme du tigre aux dents de sabre ressemble à du Monster Magnet pour quadras consentants.

    • Effet_Placebo

      Mais non je ne savais pas du tout!! Merci pour la nouvelle!

      J’aime l’indie pop/rock/folk, mais celui du vieux sage qui en a vu d’autre, ou du jeune écorché vif au bord du suicide. Aussi, j’ai tendance à favoriser la musique qui va de l’avant et celle qui recule vers l’arrière, de celle qui sonne “status quo”. Si j’entends un artiste western qui sonne comme une authentique vieillerie, je trippe. Mais trop d’artistes tentent de sonner “moderne” sans en “mettre trop”, et cette retenue qui me désenchante. Ainsi que le trop plein de bonne humeur. Je me méfie de l’insouciance.

    • ”J’aime l’indie pop/rock/folk, mais celui du vieux sage qui en a vu d’autre, ou du jeune écorché vif au bord du suicide”

      On s’entend, y a des bons trucs aussi.

    • Moi aussi j’étais à Beck (à la Mezzanine) et le son était quand même correct malgré la réverbération (mais c’est pas facile avec la Wilfrid)

      J’adore le dernier album Morning Phase et j’en aurais pris une couple de tounes de plus; c’était vraiment magnifique pendant ce segment et j’ai vraiment senti que la foule était réceptive et que l’ambiance installée aurait pu nous faire planner encore un peu plus longtemps.

    • @ AB
      Je vous trouve bien chanceux d’avoir pu échanger avec des artistes particuliers comme Buika et Akinmusire. Ne pouvant être à Mtl, ô déceptions, j’espère lire des compte-rendus de leurs prestations, bien que je me sente un brin maso en écrivant ça. ..

    • À propos de Rudresh,

      “Un seul petit bémol: même si phénoménale, la densité de cette musique n’est pas toujours propice à l’enchantement.”

      Voici une idée qui me fait réfléchir. Parce que peut-être que je suis pas assez habitué à ce genre de jazz, mais pour ma part j’ai été vraiment, mais vraiment enchanté…

      Pour m’aider à vous comprendre, auriez-vous un album à me suggérer qui prête à l’enchantement tout en étant phénoménalement complexe?

    • Personnellement, Gamak m’enchante en masse, mais le concert m’a un peu moins enchanté. Certes, les musiciens étaient hors-pairs, la salle parfaite et le choix de pièces adéquat, mais j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup trop de solos. J’aurais préféré voir un pareil ensemble jongler avec les compositions au moyen d’improvisations de groupe plutôt qu’avoir droit à ces intermèdes plutôt quelconques (Bon ok, les performances de Dan Weiss étaient spectaculaires, mais je préférais encore le voir interagir avec les autres membres du groupe).

    • Je l’aime bien, Rudresh, et Gamak est un excellent album, mais le concert m’a quelques peu déçu. J’aurais bien pris plus de pièces de cet album ou encore des improvisations collectives au lieu des interminables solos qui ont jalonné le concert. Tout y était pour un concert explosif: Musiciens exceptionnels (Dan Weiss, ouf!), salle parfaite, beau répertoire. Me semble que les solos, quelconques pour la plupart (sauf peut-être ceux de Dan Weiss), ont tué le rythme du concert.

    • le blogue est en vacances ?

      NDLR: Désolé, il y a trop de tâches au FIJM pour alimenter le blogue. J’y retourne le plus vite possible.

    • Vacances forcées, mes commentaires n’étaient pas publiés! Je refais une tentative…

      Je l’aime bien, Rudresh, et Gamak est un excellent album, mais le concert m’a quelques peu déçu. J’aurais bien pris plus de pièces de cet album ou encore des improvisations collectives au lieu des interminables solos qui ont jalonné le concert. Tout y était pour un concert explosif: Musiciens exceptionnels (Dan Weiss, ouf!), salle parfaite, beau répertoire. Me semble que les solos, quelconques pour la plupart (sauf peut-être ceux de Dan Weiss), ont tué le rythme du concert.

    • @AB

      J’ai été étonné de vous lire au sujet des « indémodables. » Comme eu l’impression que pour qu’un critique de jazz trouve de quoi critiquer dans le plussse grand festival de jazz au monde, le critique de jazz en était un peu rendu à râcler les fonds de tiroir pour y jazzer son compte, mettons. Cela dit, en tout respect pour les artistes cités.

      L’appellation d’origine est de moins en moins contrôlée, non? Les éditions millésimées, s’il en reste à venir, porteront-elles toujours la bonne étiquette?

      Mais, en même temps, à vous lire… : « À ce FIJM, le trompettiste Ambrose Akinmusire est l’un de ces artistes de jazz acoustique qui puissent prétendre contribuer au renouvellement de cette forme apparemment classique voire flétrie, vieillissante. Apparemment, faut-il insister, puisque les mutations considérables de la diffusion jazzistique produisent un impact direct sur les perceptions et contribuent de facto au déclin provisoire de l’intérêt porté sur l’idiome. Qu’y peut-on? Pas grand-chose pour l’instant, sauf multiplier les efforts individuels afin de suivre la démarche des artistes les plus intéressants »

      On en arrive à croire que les programmateurs du FIJM ont fait le même constat. M’est avis que les efforts de promotions du genre ne viendront pas d’eux.

    • Je n’ai rien contre le jazz classique quand il est assumé, il ne faut pas s’y méprendre. On peut jouer du jazz moderne comme on joue de la musique classique écrite. Même le jazz classique est marginalisé sauf quelques gros noms. J’y reviens dans un blogue, incessamment.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité