Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 10 décembre 2013 | Mise en ligne à 16h36 | Commenter Commentaires (14)

    Keith Kouna et Franz Schubert

    Print

    Adapté librement par le parolier et interprète québécois Keith Kouna, Die Winterreise de Franz Schubert décrit les errances flamboyantes d’un narrateur sur des terres ingrates, assombries par la saison froide. Flâneries arctiques en des lieux insalubres pour le corps et la tête, pertes d’orientation dans les dédales de cimetières et recoins d’étranges édifices, destinée funeste.

    De ce cycle composé un an avant la mort prématurée du compositeur (à 31 ans), les textes originels de Wilhem Mülher ont été remplacés par ceux de Kouna. Revues par l’auteur de l’album Du plaisir et des bombes, ces contes hivernaux sont propices au sexe, à la luxure, aux engourdissements alcoolisés, aux couleurs très foncées du romantisme, au désenchantement, à ces mirages qui disparaissent derrière les vapeurs de nuits glaciales. L’effort littéraire de Keith Kouna est tangible, le choix d’un français normatif est justifié avec quelques sorties sympathiques côté langue familière (pour être poli). Celles et ceux qui suivent le mec depuis des années le savaient capable d’un tel niveau.

    Pour la voix, le chanteur a dû bosser fort. Justesse et puissance sont plutôt défendables dans le cas qui nous occupe. Quant aux irritants de son timbre, ils sont pratiquement éradiqués dans les fréquences graves et intermédiaires, c’est toutefois moins plaisant dans les hautes. Quant aux arrangements des 24 lieder conçus pour un orchestre de chambre très contemporain (plutôt qu’une interprétation piano-voix), René Lussier et Vincent Gagnon ont abattu un très beau travail. Très Lussier de facture, en fait, avec en prime quelques emporte-pièces guitaristiques et non sans rigueur contrapuntique – cordes, bois, cuivres, claviers, etc.. Certains passages restent très sobres, d’autres permettent aux interprètes d’ouvrir la machine pour le plus grand plaisir de nos pavillons auditifs. Évidemment ouverts à ce type de relecture contemporaine.

    Sous étiquette L-A be, la sortie officielle de l’opus est prévue ce mardi, sur différents supports: un fichier numérisé à se procurer sur le site officiel de Kouna, et un livre d’art illustré par 24 toiles de Marie-Pascale Hardy et comprenant un support physique. Le CD seul ne sera lancé qu’en février prochain. Pour mieux vendre le livre d’art (1000 exemplaires) aux fans finis, les ayants droits ont choisi de retenir le contenu audio jusqu’à nouvel ordre. À suivre sur le site officiel du principal intéressé.

    LIENS UTILES

    Mon interview avec Keith Kouna et René Lussier

    Keith Kouna, site officiel


    • J’aime bien l’idée de voir un artiste hors du monde classique s’approprier cette oeuvre. Kouna en a des grosses de même. Surtout que le Voyage d’hiver ne fait pas particulièrement danser… J’aime bien le (très) court extrait présenté. L’interprétation théâtrale n’est pas sans me rappeler au passage le travail du groupe français Ange.
      o
      La voix de l’album concept (Loulou?) de metallica tapait par bout assez sur les nerfs pour qu’on aut envie de lui crier de se taire. Je souhaite que Kouna inspire autre chose…

      J’ai été surpris de lire que Kouna écoutait cette Oeuvre dans son auto. Plutôt glacial comme atmosphère. Il doit y voir autre chose, j’imagine. Pour ma part, cette musique s’écoute beaucoup mieux en détaillant leCasparbDavid

    • J’aime bien l’idée de voir un artiste hors du monde classique s’approprier cette oeuvre. Kouna en a des grosses de même. Surtout que le Voyage d’hiver ne fait pas particulièrement danser… J’aime bien le (très) court extrait présenté. L’interprétation théâtrale n’est pas sans me rappeler au passage le travail du groupe français Ange.
      o
      La voix de l’album concept (Loulou?) de metallica tapait par bout assez sur les nerfs pour qu’on aut envie de lui crier de se taire. Je souhaite que Kouna inspire autre chose…

      J’ai été surpris de lire que Kouna écoutait cette Oeuvre dans son auto. Plutôt glacial comme atmosphère. Il doit y voir autre chose, j’imagine. Pour ma part, cette musique s’écoute beaucoup mieux en détaillant les peintures de Caspar David Friedrich.

    • mes excuses pour le bogue du double envoi… Caspar David Friedrich, voir, par exemple, Cimetière de monastère dans la neige

    • Enfin un album de Noël différent… Kouna c’t'un vrai! J’ai eu le plaisir de le côtoyer lors de son passage dans une salle près de chez nous. Un être différent mais rafraîchissant comme le voyage d’hiver.

      Un fan, avec pas une cenne, est arrivé au show le premier, genre une heure avant tout le monde. Eh ben, il a passé la soirée avec nous en vendant les CD de Keith! Je l’adore.

    • Complètement hors sujet. Alain, voici un graphique quoi vous intéressera sûrement si vous ne l’avez pas vu : http://www.theatlantic.com/business/archive/2011/11/how-musicians-really-make-money-in-one-long-graph/249267/

      Back to Keith Kouna (je vais écouter ça)…

    • Pardonnez le hors-sujet !

      Sur un forum d’une distribution open-source,un participant recherche le nom d’un artiste de musique électronique “libre de droit”. Mais il ne retrouve pas le nom. Je me suis dit qu’ici le chroniqueur ou un participant pourrais savoir le nom. Je vous donne le lien en question.
      Merci. [/hs]

      http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?id=1443261

    • “Kouna en a des grosses de même”

      Exact: des couilles de vautour.

    • D’où les proverbes «quand les vautours auront des couilles» et «un vautour couillu, ça vole bas».

    • C’était une joke de goules, pour les Bikers de pont rouge panache.

    • Hors sujet: Aura-t-on droit à vos listes des meilleurs albums sortis en 2013 dans différentes catégories musicales, M. Brunet? Ce serait dur de s’en passer…

    • Je ne m’étais jamais vraiment penchée sur le cas Kouna. Depuis hier, j’ai fait du rattrapage. Vraiment une belle découverte en ce qui me concerne car en ce qui le concerne, lui, il semble s’en passer des choses dans sa taaêêête. J’adore.

    • @johnnybower

      Il y a toujours un Temps des listes sur ce blogue.

    • « Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux. »

      L’Ecclésiaste, chapitre 3, verset 1

      http://www.youtube.com/watch?v=W4ga_M5Zdn4

    • Alain, tu devrais recenser San Fermin, c’est pas mal fort!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2011
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28  
  • Archives

  • publicité