Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 1 juillet 2013 | Mise en ligne à 17h23 | Commenter Commentaires (6)

    Thomas Enhco solo, Thomas Enhco trio

    Thomas Enhco Fireflies

    Label Bleu, une étiquette française importante au cours des années 1990 et 2000, a repris du service en 2012. Notamment en mettant de l’avant Fireflies, très bel album du jeune pianiste (et violoniste) Thomas Enhco en formule trio – le même qu’on avait entendu à L’Astral en 2011: Chris Jennings, contrebasse, Nicolas Charlier, batterie.

    Les lecteurs jazzophiles les plus assidus se souviennent d’une interview réalisée dans La Presse il y a deux ans. Thomas Enhco, dont la mère fut longtemps liée au violoniste Didier Lockwood, a fait du chemin depuis lors. Le jeune musicien français (24 ans) vient d’ailleurs d’être consacré «révélation de l’année» au Victoires du jazz 2013.

    On avait loué sa fluidité, ses références classiques, sa connaissance de la musique pour piano, la précision de ses phrases en haute vélocité, l’agileté déconcertante de sa main droite, la connexion avec ses collègues, la cohésion de son trio, le classicisme relatif de son approche, sa propension à la mélodie, sa profondeur harmonique, son allégeance clairement jazzistique.

    Aujourd’hui, on observe encore toutes ces choses… mais en mieux !

    Alors ? Enhco solo / Enhco trio, ce mardi, 19h, Cinquième salle de la Place des Arts.

    LIENS UTILES

    ÉCOUTE INTÉGRALE DE L’ALBUM FIREFLIES SUR MUSICME

    Thomas Enhco, site officiel

    Thomas Enhco, profil Wiki


    • Vos suggestions jazz sont mes préférées.

      Un peu hors sujet:
      J’ai besoin d’un coup de pouce parce que je n’ai pas vraiment le temps de passer à travers toute la discographie de Helen Merrill.
      Quelles sont vos albums favoris de cette artiste?

    • Helen Merrill (EmArcy, 1954)
      Helen Merrill with Strings (EmArcy, 1955)
      Dream of You (EmArcy, 1957)
      Merrill at Midnight (EmArcy, 1957)
      The Nearness of You (EmArcy, 1958)
      The Artistry Of Helen Merrill (Fontana 1965)
      Casa Forte (Trio Records 1980)
      Helen Merrill & Gordon Beck – No Tears, No Goodbyes ‎ (Owl Records 1984)
      MusicMakers (Owl Records 1986)
      Helen Merrill – Gil Evans – Collaboration ‎(EmArcy 1988 )

    • Merci beaucoup. Découverte majeur en ce qui me concerne.
      Quelle artiste!

    • Vijay Iyer qui “frise parfois le génie”, je ne peux qu’approuver. Déçu d’avoir manqué cela, c’est LE show du festival de mtl que j’aurais aimé voir. Je l’ai dit: Iyer is god!

      Pour l’histoire du jazz acoustique et ses mammouth, j’ai beaucoup de difficulté à comprendre pourquoi tant de mélomanes, relativement ouverts en général, ont un tel blocage. On dirait qu’il est impossible pour certains, simplement à cause de l’instrumentation, d’entendre le décallage à tous les niveaux, entre le même standard interprété par Oscar Peterson ou Iyer par exemple. Ce genre de trio n’ont absolument rien de ringard, c’est plutôt edgy à l’os.

      Enfin j’ai bonne confiance qu’il y aura encore des bons trio qui innoveront encore dans 50 ans, cette forme ne peut pas mourir.

      En ce qui me concerne Rosenwinkel a été nickel et Shorter a été longer et probablement stronger ici, malgré cette légère impression d’égarements momentanés. Et pis je suis encore tout excité d’avoir été salué par brian blade et son grand sourire en coulisse.

    • Cravaté par dessus le marché!

    • très déçu de l’avoir manqué cette année. Au moins j’étais là la fois précédente…et vais y être la prochaine, c’est certain ! M’en mords les doigts ce matin.

      J’aurais du me payer Iyer Trio et Charles Lloyd Quartet plutôt que le bash party de Shorter. La 2e partie avec Douglas fut la meilleure des trois, pour ma part. Rien à voir avec le concert de l’an dernier pour le Quartet de Shorter (et j’étais 2e rangée plein centre cette année).

      Linda Oh ! supérieure à Spalding (dans mon livre). Time Travel (Greenleaf, 2013) de Douglas avec Jon Irabagon et Oh, ça tire.

      Sinon, Bad Plus, toujours bon en concert, foule très enthousiaste. Tim Berne ce soir, yessir.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    septembre 2013
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité