Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 30 juin 2013 | Mise en ligne à 16h06 | Commenter Un commentaire

    Gwilym Simcock: piano, anglo, solo

    Gwilym Simcock-Good_Days_At_Schloss_Elmau

    Depuis l’an dernier surtout, le FIJM s’efforce de présenter plusieurs jazzmen associés à la nouvelle scène anglaise. Le prochain en lice: Gwilym Simcock, 32 ans, l’un des pianistes les plus applaudis en Angleterre, en Europe, bientôt sur toute la planète jazz. Montréal n’y fait pas exception. Diplômé de la Royal Academy of Music où il a coiffé ses études du Principal’s Prize pour « accomplissement exceptionnel », il a évolué dans les deux voies: musique classique et jazz.

    Côté jazz, il a été formé notamment auprès de l’excellent pianiste John Taylor (qu’on a entendu notamment auprès de Kenny Wheeler). Son profil wiki nous apprend qu’il fut un membre régulier du Lighthouse Trio de Tim Garland (jusqu’à 2009), et qu’il joue régulièrement au sein des ensembles Acoustic Triangle (Malcolm Creese), Neon (Stan Sulzmann) et Earthworks (Bill Bruford).

    Son site officiel nous apprend qu’il mène aussi un quintette composé du violoniste Thomas Gould, du contrebassiste Yuri Goloubev, de la violoncelliste Gabriella Swallow et du batteur Martin France. On peut également l’entendre au sein du groupe The Impossible Gentlemen.

    Ma connaissance de Gwilym Simcock se limite à son dernier album, Good Days At Schloss Elmau, paru en 2011 sous étiquette Act et qui lui a valu une sélection parmi les finalistes du Mercury Prize. C’est ainsi que je l’ai découvert.

    Hormis sa technique impeccable, je retiens surtout la suavité, la délicatesse et la profondeur affective de son langage pianistique. Comme c’est le cas de tant de jazzmen modernes, il puise très souvent dans le bassin harmonique fin 19e siècle début 20e. Peu d’incursions dans le piano contemporain figurent au programme – Wake Up Call est l’un des rares moments inspiré d’époques un plus récentes de la musique moderne ou contemporaine. Peu importe, ce pianiste est superbe.

    Voilà un musicien qu’on écoutera très attentivement au cours des années qui viennent.
    Et ça commence ce dimanche, 19h, 5e salle de la Place des Arts.

    Liens utiles

    Gwilym Simcock, site officiel

    Gwilym Simcock, profil Wiki

    Gwilym Simcock, profil Mercury Prize

    Écoute d’extraits de toutes les pièces de Good Days at Schloss Elmau sur Allmusic.com


    • Merci pour toutes ces critiques de concerts. Et pour ces propositions. Je viens d’écouter les deux extraits. Le gars est à la fois pianiste et percussioniste. Intéressant. Ça donne le goût d’aller entendre en concert. Et de surcoît, beau bonhomme, ce qui n’enlève rien.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2012
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité