Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 17 avril 2013 | Mise en ligne à 17h49 | Commenter Commentaires (42)

    James Blake: Overgrown

    James-Blake Overgrown

    Côté pop de création, James Blake est un élu. À l’orée de 2011, on s’était alors excité le pompon pour cette voix délicate ondulant sur sur des grooves de synthèse traversés par le dubstep, la bass music, le hip hop, la soul à l’anglaise. Les jalons d’une vraie personnalité artistique étaient posés. Quelques mois plus tard, une tournée confirma le succès d’estime et… on devine que le jeune britannique a réalisé l’impact de son personnage de crooner.

    Deux ans plus tard, son capital de sympathie demeure intact. Le musicien de 24 ans navigue sur ces mêmes technocéans de spleen et de sensualité. Et il en remet sur Overgrown, nouvel album créé dans un esprit similaire à l’opus (sans titre) qui l’a propulsé très haut.

    On y savoure ces plats soul-dubstep cuisinés avec soin, on y observe que les avancées formelles d’Overgrown se trouvent surtout dans la pièce Digital Lion, qui annonce la suite des choses… pièce à laquelle grand-père Brian Eno a contribuué ! Quant à la participation du rapper vétéran RZA (Wu-Tang Clan) à la chanson Take A Fall For Me, elle s’avère moins mémorable de prime abord.

    Pour ma part, ce deuxième chapitre est très réussi, sans que je puisse conclure pour autant à un très grand cru. J’applaudia la maturité accrue et l’exploitation d’un filon encore loin d’être épuisé. Enfin… encore un autre opus de même facture, et puis on pourrait se lasser au suivant. James Blake se démarque pour sa voix et son emballage électro, il lui sera de plus en plus difficile de repousser ses limites mais… des éléments probants d’Overgrown permettent de croire que son développement se poursuivra au cours des années qui viennent.

    Pour l’instant, en tout cas, on ne boude pas son plaisir.

    Liens utiles

    Metacritic: moyenne de 81% fondée sur 34 critiques.

    James Blake, site officiel

    James Blake, profil Wiki

    ÉCOUTE INTÉGRALE DE L’ALBUM OVERGROWN SUR MUSICME

    James Blake se produit le 6 mai au Métropolis, précédé de Falty DL


    • Son succès, en 2011, n’était que hype et hyperbole.
      Tout ça pour deux tiers d’une bonne reprise d’un hit de Feist.

      Le réel bijou électro de 2011 est sorti quelques semaines après l’album de Blake.
      C’était We’re New Here, de Gil Scott-Heron et Jamie xx, et il est passé complètement inaperçu.

    • Il ne faut pas oublier qu’avant ces 2 albums il a aussi sortie d’excellent EP dont CMYK et Klavierwerke de facture beaucoup plus expérimental. J’ai beaucoup aimé son album éponyme et je pense que celui ci est encore meilleur.

      @ plgiroux Pas vraiment d’accord avec vous concernant James Blake, qui est beaucoup plus que hype et hyperbole, il vient de le prouver avec Overgrown. Par contre We’re New Here de Jamie xx a été pour moi également un des grand cru de 2011!!

    • Première écoute (sur ordi): moyen.

      En fait, j’ai passé à deux doigts de ne pas l’acheter du tout. Mais les commentaires enthousiastes de stef27 dans l’autre billet m’ont donnés la petite poussée que j’avais besoin, faut-il croire, et hier j’ai écouté sur ma grosse chaine hi-fi de la maison et j’ai trouvé ça fort agréable. De belles textures sonores que je n’avais pas du tout capté sur l’ordi. On continue ce soir!

    • Cet album est un peu la face B du premier mais non, on ne boude pas pour autant.

    • Moi ce qui m’impressionne dans ces productions c’est son type de mix à partir d’échantillon.
      Digital Lion est un bel exemple.
      Il n’a pas peur d’exposer des fréquences agressives dans sa POP.
      Lorsque ces mélodies redeviennent harmoniques et planantes je le trouve commun.
      Je suis en accord avec Norvege c’est un solide face B.

    • Si Morrissey a été élu « Pope of Mope », on pourrait sacrer James « King of Mumbling ». Merci à RZA pour la portion intelligible.

    • H.S.

      Alain, vous n’avez pas réussi à faire intégrer votre blogue à Lapresse+ ?

    • @jon8

      Vous me l’apprenez. Je n’ai pas essayé, en fait.

    • Je crois qu’il n’y a aucun blogue en fait… Mais j’imagine par contre que vos articles y seront mieux représentés.

      Mais, overall, Lapresse+ me laisse assez sceptique même si je comprend parfaitement la stratégie derrière tout ça.

    • @frankola
      C’est vrai qu’il y a des fréquences inusitées mais agressives? Ça demeure dans le domaine du ‘civilisé’ quand même. Des ultra-basses fréquences à la Blake, à part de gosser les voisins, ce n’est rien pour faire peur au monde.

      Je ne sais pas si tu as entendu le dernier Flamming Lips. Ayoye, assez loin du soft bulletin merci. On parle de fréquences qui te dévissent le tympan et te drillent le cerveau. Densité extrême.

      Je trouve cet album assez capoté et déstabilisant merci. En fait je pense qu’il devrait y avoir un avertissement sur la pochette pour les personnes sujettes aux bad trips : attention, vous pourriez ne jamais revenir.

    • La stratégie est de faire vendre plus de ipad avec plus de GO possible, non?

    • Et les solos d’égoïne de Pat Lamitaine, c’est assez agressif à ton goût, comme fréquences?

      Sans blague, c’est vrai qu’il est déstabilisant, le dernier Flaming Lips. On est pas mal loin de Do You Realize??… On pourrait les classer à côté de The Knife sans trop de problème. Ça va en prendre des ballounes et des confettis pour faire gober ça live!

    • Comme je n’attends plus grand-chose des FL depuis un kriff de bout de temps, je ne me suis pas donné la peine d’écouter The Terror. Or, le commentaire de Boogie titille ma curiosité.

    • @hardy

      Semble-t-il qu’ils sont redondants en concert avec justement les ballounes et les confettis (je ne les ai toujours pas vu, par contre, honte à moi), mais je ne pourrais leur reprocher de ne pas essayer des affaires en studio, pour le meilleur et pour le pire. Avais-tu écouté Embryonic?

    • On va certainement arriver à The FL…Retenons nous un peu…Bloguit interrompu????

    • Ici on ne fait pas le choix entre bouder son plaisir ou non.

      On parle plutôt d’accepter la puissance du déplaisir.

    • Cibole on est habitué de lire ici les critiques 2 semaines avant que l’album ne soit en magasin. Là il est sorti y a 2 jours, c’est presque out d’en parler!

    • Boogie, t’as pris option philo à l’UQAM?

    • Philo à l’UQAM, je ne suis pas assez intelligent pour ça.

    • Quand on lit le texte d’André Desmarais, on constate que l’objectif de La Presse+ est fort simple : « Le conseil a privilégié la voie de l’innovation avec l’objectif de permettre à chacun des lecteurs de La Presse de maîtriser en tout temps et en tout lieu son accès à une information de qualité. »

      Voilà. L’accès à une information de qualité en tout temps et en tout lieu. De votre table d’opération pendant une vasectomie qui s’étire ou en attendant les secours lors d’une sortie de plongée qui a mal tourné au large du Belize.

      Je suis en train d’écouter The Terror et jusqu’ici, ça me déplaît bien.

      Embryonic? Me semble que non. Mais votre commentaire titille ma curiosité. ;-)

    • Par correspondance alors…parce que man…tu clanches
      “On parle plutôt d’accepter la puissance du déplaisir.”…Encore deux trois comme ça et on fait un recueil Ainsi parlait Zaraboogie..

    • Retenons nous un peu…Bloguït interrompu????

      Ah non! Si j’aurais su, j’aurais pas venu…

    • @boogie et hardy

      Concernant La Presse +, la stratégie est d’augmenter la circulation au max et de vendre le plus de pub possible car l’application est gratuite. À vous de vous procurer votre tablette -iPad ou autre. L’employeur a bien saisi que le principe de l’utilisateur-payeur ne tient plus sur l’internet. Que l’obligation d’un abonnement aurait été un frein au développement viable de La Presse dans l’environnement numérique. Que tout doit être gratuit par conséquent. Que la voie du financement des contenus est la pub, à défaut de quoi l’existence même des contenus écrits professionnellement dans les périodiques est compromise. Enfin… la contribution volontaire d’un lectorat et la clientèle premium ne sont pas à dédaigner mais…

    • À mon avis l’utilisateur n’est pas gagnant avec Lapresse+ si ce n’est, justement, de la survie même de La Presse!

      Mais bon, ils déploguent l’app Lapresse mobile, donc pas trop trop le choix, hein ? Faudra s’habituer à passer au travers du tunnel de pub pour accéder au contenu ou alors bouder le iPad et consulter Lapresse.ca sur le fureteur. Ça risque d’être ça qui va arriver pour moi.

    • Mais, franchement, sachant ce que je sais du web et du marketing qui va avec… J’ai un peu peur que ce truc se casse la gueule. Je ne le souhaite pas mais j’espère que M. Desmarais -qui a annoncé en grande pompe le 3 ans de R&D et 40M$ d’investissement- n’a pas tout misé juste là dessus….

    • @jon8

      Sachant ce que vous savez du web, côté périodiques, quelle entreprise de presse de cette taille a vraiment réussi un modèle payant ? Laquelle au juste ? Les tentatives effectuées jusqu’à maintenant rapportent des revenus faméliques en comparaison à ceux de l’ancien monde. Et puisque le papier journal est en voie de disparition (oui oui il restera des éditions pour 1% ou 2% du marché comme le vinyle en musique), la seule alternative est la pub ou… des lois contraignantes sur le partage des revenus de l’économie numérique. Autrement, les fournisseurs d’accès/services internet et les fabricants de bidules deviendront rois et maîtres des contenus.

    • @jon8
      Tant qu’à moi, c’est le tunnel de photos toutes plus géantes les unes que les autres qui me semble le plus pénible dans ce “+”. Les photos des chroniqueurs vedettes qui prennent la moitié de l’écran, je ne comprends pas. Ce qu’on offre, c’est l’accès à des photos de qualité de PKP. Je suis peut-être old school mais franchement entre ça et un gros fichier txt des articles, qui m’est envoyé par courriel sur Unix, je prend la deuxième option.

      @ hardy
      ça fait mal, la vasectomie?

      @norverge
      j’ai pris ça dans une conférence de Marcel Leboeuf.

    • Toute une discussion en France à propos du modèle “Médiapart”, qui a foutu le bordel avec le scoop Cahuzac. Modèle payant contenu solide. Ils n’ont que 60,000 abonnés et font un travail assez extraordinaire. Évidemment, il ne s’agit pas d’un grand journal généraliste, mais d’un média spécialisé socio-économico-politique. Pas d’articles sur les déboires de Lindsey Lohan là. La grande majorité des médias traditionnels leur prédisait un échec retentissant. Ils célèbrent leur 5e anniversaire, et sont en pleine consolidation. Moi, c’est ce genre de modèle qui m’intéresse.
      Il me semble qu’on prédit aussi la faillite du New York Times depuis plusieurs années. Le retour au modèle semi-payant ne semble pas leur faire de tort. Je ne suis pas prêt à sacrifier le NYT pour des trucs comme VICE. Si c’est ça l’info de demain, je préfère encore payer.

      Pour revenir à Blake, dans une interview au Guardian, il disait avoir vraiment concentrer ses efforts sur l’écriture, justement parce qu’il avait fait sa célébrité avec deux titres écrits par Feist et Joni Mitchell. Ce serait après une longue conversation avec cette dernière, venue le voir en perfo au Troubadour, qu’il aurait revu un peu son plan de match. Sujet principal de cette conversation: le dur désir de durer. Il ne pouvait mieux choisir son interlocutrice: de Clouds à Court & Spark à Hejira à Mingus, qui dit mieux ?

    • @boogie

      ”Tant qu’à moi, c’est le tunnel de photos toutes plus géantes les unes que les autres qui me semble le plus pénible dans ce “+”. Les photos des chroniqueurs vedettes qui prennent la moitié de l’écran, je ne comprends pas.”

      Je suis avec toi là dessus, Boogie. D’ailleurs, mon premier réflexe ce matin en essayant Lapresse+ sur mon iPad mini a été de dire: ”wow, ça en met plein la gueule! ..Oh wait, est-ce vraiment ça que je veux voir ??”

      Mais je me laisse ”2 ou 3 écoutes” avant de me faire une tête sur la patente, haha!

    • @Alain

      Je suis conscient de tout cela et je suis loin d’affirmer que le modèle d’affaire choisi pour ce ”+” est mauvais. D’ailleurs, il n’y a pas vraiment de choix à faire. Comme vous dites: c’est la pub ou… ou rien. Surtout pour un média généraliste, surtout dans un petit marché fermé comme le Québec franco.

      Dans cette discussion, je suis probablement dans la position un peu particulière où je suis un ”double client Lapresse”, c’est à dire que je suis un lecteur ET un annonceur (pour ma cie) et ce matin ma première réaction (négative) de lecteur fut suivie d’une réaction positive… En voyant le potentiel de plateforme de pub.

      Je comprend l’inévitabilité du modèle d’affaire pub. Et je vois clair comme de l’eau de roche ”le deal” qu’offre ce projet ”+”; en échange de contenu de qualité (et exclusif), on demande au lecteur de passer par le tunnel de pub.

      Ma crainte, elle, se situe justement dans le niveau d’acceptation du dit lecteur. Sera-t-il patient ou plutôt trop habitué au modèle Google -beaucoup moins intrusif- ?
      Et si le lecteur boude, les impressions/clics publicitaires vont chuter et tout le modèle va tomber.

      Si vos patrons y vont avec la pédale douce côté pub et en mettant le paquet côté contenu, il est possible que ça fonctionne. Mais s’ils veulent capitaliser rapidement, ça risque de faire mal. Très mal.

      À date, il me semble voir le spectre de la capitalisation rapide se montrer le bout du nez. D’un autre côté, peut-être que la masse critique accumulée de Lapresse v.s. ses concurrents lui permet de presser le citron, je ne sais pas…

      Je suis sceptique, mais je vais ”watcher la game”, c’est certain ;-)

    • ”Que la voie du financement des contenus est la pub, à défaut de quoi l’existence même des contenus écrits professionnellement dans les périodiques est compromise.”

      C’est ÇA ma peur. Exactement.

      ça m’a comme donné une grosse claque dans la face, ce projet ”+”… J’y ai vu l’urgence de trouver un modèle d’affaire. À tort ou à raison, j’y ai vu une tentative de la dernière chance, du genre ”Ok, on roule à perte depuis trop longtemps, là on donne un coup pour que ça paye!”

      Mais si ça pogne pas ? Si le lectorat de Lapresse ne se garoche pas dans un Apple Store pour acheter un iPad ? Et si les utilisateurs actuels de l’app Mobile boudent ? Si les ventes de pubs ne justifient pas les investissement énormes ?

      Je suis juste inquiet qu’un jour le contenu de qualité, professionnel, disparaisse de la map. Que la réalité Web tue une fois pour toute la qualité, le contenu de niche, ce blogue…

    • Décidément, internet bouleverse notre époque.

      Le marché du cinéma est ébranlé, celui de la musique tout autant, et le contenu écrit n’y échappe pas.

      Et tout bouge tellement rapidement, tellement rapidement..
      Il me semble que c’était HIER que les gens rigolaient de Steve Jobs avec son nouveau iPad, ”un bidule inutile que personne ne voudra”.

      Wow.

    • Toujours hors-sujet mais de retour à la musique:

      J’ai découvert l’artiste Miles avec l’album Faint Hearted, sorti il y a 10 jours seulement… On parle ici de Ambient dub, Dub techno. Assez intéressant je dois dire, j’apprivoise lentement. On navigue entre du Plastikman et du Woob, donc c’est l’fun :-)
      La pochette est très jolie également. Avis aux amateurs.

    • ^^
      Bon, je viens de constater que Miles c’est en fait Miles Whittaker AKA Demdike Stare, que je connaissais déjà… ah sacrés pseudos!

    • @sujet

      Après 3 écoutes attentives, je dois dire que Overgrown est à mon sens supérieur à son album éponyme. Ça m’a semblé un peu fade à première écoute, mais après m’être tapé The Seer et Shaking the habitual, il fallait passer par la chambre de décompression! Bref, c’est comme de passer du gros single malt des îles écossaises aux subtilités d’un pinot de la Bourgogne… Mais le tout est très agréable, j’aime ça.

    • @ben50

      Quelques petits médias (je dis bien quelques) arrivent à imposer un modèle payant car ils s’adressent à de petites communautés de convaincus. Le principe «modèle payant contenu solide» s’applique donc aux communautés qui mettent toujours de l’argent dans le chapeau lorsqu’on le passe. Ce n’est pas d’hier que ça fonctionne ainsi, NPR et PBS sont des exemples représentatifs du phénomène de la niche financée par la niche, et ce bien avant l’arrivée de l’internet. Pour les plateformes généralistes, dont la survie économique dépend de marchés beaucoup plus considérables, le modèle payant ne semble pas parti pour fonctionner. Il ne faut pas comparer des pommes et des oranges… Rappelons, par ailleurs, que les revenus du lectorat d’un grand quotidien comme La Presse, dans l’ancien monde, comptent pour environ 20% de la somme totale. Qu’ils disparaissent (avec le papier) n’est pas un drame en soi, à condition bien sûr que la pub suive.

    • D’accord et pas d’accord. Mediapart s’occupe d’oranges. Mettons. Mais Le Monde, le Nouvel Obs et le Figaro aussi. C’est sur le contenu “orange” que le lecteur prend sa décision: ne pas payer et lire de plus en plus de commentaires et d’info-pipeule, ou payer et avoir de vrais reportages d’enquête. Beaucoup de médias en arrivent à n’être plus que des plateformes. On parle quand meme d’information, pas d’une niche. Le modèle USA Today a fait beaucoup de mal aux médias généralistes. La tendance “lifestyle” itou. Il me semble que beaucoup de ces médias abandonnent ce qui est, ou devrait être au coeur de leur mandat. CNN abandonne de plus en plus la couverture terrain pour remplacer ses reporters par des “pundits”. Moins cher.

      Pour ce qui est du nouveau concept, je n’ai pas d’I-pad, n’ai pas non plus l’intention d’en acheter. J’aime lire, alors si on tente de me convaincre d’acheter un concept avec des images…

    • Ni Le Figaro ni Le Monde ni Le Nouvel Obs peuvent actuellement conclure à la réussite de leur modèle payant – certes, ils mettent la pression pour y arriver car les revenus du lectorat dans la presse écrite française sont beaucoup plus considérables qu’en Amérique du Nord, d’où une précarité encore plus grande depuis l’arrivée de l’internet. Le jeune lectorat français suivra-t-il ? Rien n’est moins sûr.

      Pour ce qui est de la tendance people… Que cela fasse mal aux médias de référence est un débat vieux comme les médias. Difficile voire impossible de voir la vaste majorité des lecteurs passer du contenu léger au contenu substantiel… Bien sûr, les médias généralistes se sont people-isés depuis une quinzaine d’années, pour différentes raisons. Aujourd’hui, il faut voir s’ils veulent investir de nouveau les territoires de niche où prévaut la substance.

    • “Aujourd’hui, il faut voir s’ils veulent investir de nouveau les territoires de niche où prévaut la substance.”

      Bien d’accord. Wait and see.

    • Hors sujet : Frankola, vous avez entendu ça?

      http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=wVfUimq2KeI

    • @Alain, vous y êtes, dans le + d’hier. Chronique CD. J’aime bien, surtout avec les previews musicaux de 30 sec directement accessible sur la page.

    • @jon8

      J’y suis depuis deux mois – dans la version beta. C’est une chronique en format iPad, pas un blogue. Beaucoup plus court.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2009
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité