Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 17 janvier 2013 | Mise en ligne à 14h11 | Commenter Commentaires (30)

    Everything Everything : Arc

    EverythingEverythingArc

    Dans la foulée des Alt-J et autres Django Django, Everything Everything est une proposition qu’il faut évaluer de près. Man Alive, premier album de la formation anglaise, fut lancé en août 2010 sous étiquette Geffen. Arc, le nouvel album vient à peine de sortir chez Sony/RCA qu’il récolte les éloges au Royaume-Uni.

    From Manchester, ce band crée une dynamique résolument contagieuse. Mélodies fortes, refrains accrocheurs, riffs magnétiques, solides combinaisons chorales, rythmes musclés et parfois complexes, solides alliages claviers-guitares, variété d’ornements numérisés, chansons consonantes dont les arrangements confèrent une certaine idendité… sans se dégager clairement de la tendance à cette indie pop numérisée (post Animal Collective… avec moins de substance et un soupçon de Vampire Week-End, tant qu’à y être) dont on a désormais intégré les fondements esthétiques.

    Voilà, en tout cas, de la brit (indie) pop toute fraîche, bien construite. Aucune idée de sa pérennité, cependant.

    Liens utiles

    Everything Everything, profil Wiki

    Site officiel

    Soundcloud

    Metacritic: moyenne de 77% fondée sur 10 critiques

    Extraits de l’album sur connect


    • Oui, j’avais entendu Cough cough et ça m’a accroché l’oreille. Un bon petit album pour commencer l’année! J’aime.

    • Live session.. How I wroteScoolin’ Pas mal du tout. Math rock??? vraiment je m’éduque!
      https://www.youtube.com/watch?v=86WJptBZGyc

    • Le terme de math rock est appliqué à certaines formes de rock expérimental qui ont émergé vers la fin des années 1980 et dont la principale caractéristique est la complexité des rythmes ainsi que de l’enchaînement et la mise en place des riffs/mélodies, souvent dissonants.

      Fin des années 80… dans quelle galaxie étais-je?

    • Pas dans la galaxie de Don Caballero, visiblement.

    • J’aime bien cette Pop British.Merci pour la découverte.

    • Les poses évoquent franchement la couverture de U2 Boy. Si c’est voulu, ça manque pas d’ambition…

    • En tout cas ces garçons ne sont pas dans la même galaxie que Deerhoof, ni même de Alt-j. Un peu trop pop-corn au caramel à mon goût mais je comprends les bonnes notes.

    • Moi je trouve que les 2 d’en haut ressemblent à des joueurs de Team Belarus.

    • Effectivement effet..Si on m’avait” livré l’épicerie” alla Don Caballero, j’aurais appris à casser des oeufs plus tôt.

    • Je like tous vos commentaires et j’ajoute un émoticon bonhomme sourire.

    • Math-rock pour centres de la petite enfance, peut-être? Cough Cough, ça fait Peter Gabriel sous perfusion d’espresso. La pochette avec photos en quadrants évoque Let It Be, Blur (Best of), les Talking Heads (Remain in Light) et, plus près de nous, au moins trois ou quatre albums de Morse Code.

    • Comme dit hardy, math-rock de garderie ! Pour ma part, c’est de la brit pop de la mouvance actuelle avec quelque ambition rythmique.

    • ”de la brit pop de la mouvance actuelle avec quelque ambition rythmique”

      Ça c’était pas These New Puritans? Sont où eux maintenant?

    • Vite comme ça, Cough Cough me fait penser un peu à Vampire Weekend dans leur trip Paul Simon.

    • bon…bon…je ne peux pas faire math rock 101 et passer tout de suite à math enrichies. Les garçons disent qu’ils font du math rock, The guardian dit qu’ils font du math rock…laissez-moi m’habituer au terme. Si on peut être 30 ans en retard, évidemment.

    • @effet

      Tiens, j’ai aussi songé à Vampire Weekend, un groupe qui me laisse plutôt indifférent…

    • Intéressant, mais pas aussi prometteur que Alt-J à mon avis. Les comparaisons avec Vampire Week-End sont pertinentes et j’ajouterais qu’il y a aussi une petite des White Rabbits.

      @Alain Brunet
      Que pensez-vous de Awayland de Villagers? Ça me semble être une très belle proposition de début d’année en tout cas.

    • Pour moi lorsque ça ressemble à quelque chose de passé qui était bon ou pas pire et bien j’aime ça.
      Depuis au moins vingt ans de toutes façon c’est toujours du pareil au même,juste l’habillage qui change,une guitare a toujours six cordes une auto quatre roues et une maison se doit d’avoir au moins un toit.
      C’est pas parce que ça vient de sortir ou supposément nouveau que cela doit être automatiquement bon et que ce qui est passé devient ”quétaine”.
      Vive la bonne musique peut importe le style,le nom qu’on lui donne ou la mode de la coupe de cheveux du chanteur!!!!

    • @Norvege
      Pour ma part, je vois assez bien le côté math rock, c’est juste que traditionnellement, si je peux dire, le math rock est un peu perçu comme du hardcore saccadé un peu métallisé auquel on aurait ajouté des pattern rythmiques plus complexes. Or le côté lourd est absent ici. Pour ma part, je trouve que l’étiquette est assez appropriée quand même, en tout cas, je comprends pourquoi on dit ça, du moins pour le peu que j’ai entendu.

    • En effet, effet + norvege, ces chansons demeurent assez légères malgré les choix rythmiques plus exigeants qui y sont associés. On peut comprendre l’argument math rock, une expression consacrée… enfin… math pop en ce qui nous concerne ?

    • Math pop, why not! C’est pas mal ça.

    • Ça m’étonne que personne n’ait relevé la ressemblance avec TV on the Radio… Surtout dans le cas de cough couch.

    • From Manchester et with Sony . Everything but the girl est de Hull UK , Fred Everything est de
      Hull QC . La pop caramélisé m’a fait penser au hit Pop Corn de 1972 . Consultant Wiki = je n’avais jamais su que la face B du 45 tours titrait `At the movies ` .

    • Maintenant j’ai écouté Cough Cough , c’est du sirop mais pas du Lambert .
      Uzeb meets une pale copie de XTC post Barry Andrews avec un chanteur Américain meme si
      Britannique et qui veut etre une idole .

    • @ ueven :

      J’avais lu de bonnes critiques d’Awayland des Villagers dans le site du Guardian, entre autres. Je n’ai pas trouvé l’album au complet en écoute continue mais je me suis tapé les extraits sur Qobuz. Belle proposition, en effet. On sent le cousinage de ce Conor O’Brien avec son paronyme d’outre-flaque Conor Oberst (et ils ont la même binette, par-dessus le marché) : folk actualisé, paroles sensées, grain de voix champêtre avec chevrotement intégré et vibrato en fin de bouche. De fait, je trouve qu’O’Brien se démarque d’Oberst pour la qualité des paroles et l’« audace » instrumentale. The Waves est une sacrée chanson.

      http://www.youtube.com/watch?v=Hoha8iET3us

    • Pitchfork l’a carrément planté, cependant…

    • Metacritic indique 84 % pour 12 critiques. On peut oser dire qu’un certain consensus semble commencer à se dégager…

    • Ouaipe, la moyenne de Metacritic l’emporte largement sur Pitchipster… On se cause plus tard de cette galette, donc.

    • L’évaluation de FitchPork est bonne à tous les égards – O’Brien est doué pour les mélodies qui accrochent d’emblée, les arrangements sont somptueux mais pas trop léchés, puisque enracinés dans une honnêteté folk de bon aloi, la voix est expressive et maîtrisée, avec nuances émotives aux bons endroits, l’exploitation des formats musicaux traditionnels est admirable –, sauf en ce qui a trait aux textes : le critique trouve que leur caractère finfinaud nuit largement à leur clarté et à leur authenticité. Ce n’est pas ma perception initiale, je crois que l’écriture d’O’Brien – un jeunot de 28 ans – est à la fois pertinente, soignée et inspirée, mais il faudrait que j’écoute l’album au complet deux ou trois fois, évidemment. Bon, je suis parti sur mon erre d’aller dans le mauvais billet, si vous parlez de ce truc je ferai copier-coller.

    • Merci hardy_canyon d’avoir repris le sujet au bond. J’ai triché pour me procurer l’album parce que j’avais trop hâte. J’attends sa sortie pour l’acheter. Il est excellent. Les paroles y sont pour beaucoup, mais je suis aussi surpris de la subtilité avec laquelle O’Brien vient amalgamer son folk avec des arrangements électroniques. The waves en est le parfait exemple.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2013
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité