Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 16 janvier 2013 | Mise en ligne à 9h40 | Commenter Commentaires (202)

    Le cas HMV: la phase terminale ?

    hmv_logo-l

    « Le placement en redressement judiciaire de la marque mythique HMV fait craindre la disparition de la dernière chaîne de magasins de disques en Grande-Bretagne face à la concurrence implacable d’internet, avec 4.000 suppressions d’emplois à la clef », annonçait hier AFP.

    On cherche un nouvel investisseur… Qui, au fait, pourrait s’intéresser à relancer un mourant ?

    Le cas de HMV au Royaume-Uni annonce-t-il la phase terminale ? Ce cancer qui frappe depuis 13 ans la vente de disques portera-t-il le coup de grâce ? Comment pourra survivre la majorité absolue des détaillants de supports physiques d’enregistrements audionumériques et autres DVD ?

    Fondé il y a 92 ans, le bateau HMV risque de fort de couler avec ses milliers d’employés. Autrefois fier vaisseau, il est aujourd’hui piètre rafiot, malmené par une tempête qui lui sera fatale. Dans ses succursales, les nombreuses tentatives visant à apparenter l’achat d’un produit physique à l’expérience en ligne ont été vaines, et pour cause: on va au magasin de disques pour acheter des disques, pas pour y activer des logiciels de téléchargement ou d’écoute en continu. Un espace physique sert au commerce de produits physiques n’est-ce pas ? Si ces produits ont été remplacés par des fichiers dématérialisés et consommés dans des zones dématérialisées, pourquoi un magasin de disques ? Sauf exceptions, que peuvent les disquaires contre les forums de discussions, blogues spécialisés et logiciels de référencement ?

    On en convient, l’environnement numérique est encore chaotique, bordélique, assez sauvage. L’offre de qualité audionumérique (fichiers FLAC, WAV, etc.) y est encore embryonnaire pour le commun des mortels. Ce qui, on l’observe depuis une décennie, a pour effet indirect de relancer le vinyle, valeur refuge dont il restera des adeptes quoi qu’il advienne au cours des années qui viennent – pour les raisons qu’on sait, inutile d’en rappeler les arguments contradictoires. Pendant cette même décennie où l’on a vu le 33 tours reprendre vie, 700 disquaires indépendants ont néanmoins péri au Royaume-Uni, rapporte AFP.

    Alors ? Osons prédire que cette tendance au vinyle vendu en magasin demeurera parcellaire, particulièrement lorsque l’accès aux fichiers de meilleure qualité et aux technologies de lecture hi fi sera à la portée d’un public beaucoup plus vaste que celui des «early adopters» – on pense à ceux, encore peu nombreux, qui ne téléchargent que les meilleurs fichiers et qui comptent un DAC dans leur chaîne haute fidélité.

    Au cours des mois et années qui viennent, on pourrait bien remplacer le nom HMV par Virgin Megastore en réécrivant ce texte. Plus près de chez nous ? Archambault ? Après les CD et DVD… les livres ? Comment pourrait-il en être autrement ?

    Liens utiles

    Dépêche AFP relayée par Google


    • Faut faire attention de ne pas mêler les affaires. Les soit disants problêmes de HMV sont maintenant criants parce que l`entreprise ne fait plus les profits qu`elle faisait. Elle ne se retrouve pas pour autant en manque de liquidités. Elle ne fait que replacer ses pions pour être plus rentable.

      Maintanant concretement le modele d`affaire de HMV n`est plus approprié au marché de notre époque. Les mégas surfaces avec un inventaire infini ne sont plus la donne. Les produits complémentaires apportent plus de profit au moulin que le produit principal lui-même.

      C`est comme si maintenant pour réussir à être viable avec le support cd/dvd il fallait revenir au bon vieux petit magasin mom`s and pop`s comme dans le temps..Drole de paradoxe hein ?

      L`industrie est en mutation, reste à savoir quelle sera la proportion support physique et support numérique.

    • C’est commencé chez Archambault, faut maintenant aller au 2e étage pour acheter des cds. Tous les genres sont maintenant réunis sur un même plancher…

    • La fin d’une epoque. Les cd c’est tellement passe’ date, ca fait pres de 2 ans que j ai un dac et que toutes ma musique est sur ordis. Faut qu’ils s’adaptent ou qu’ils meurent , en plus je trouve que la qualite est tres diluees,les enregistrements avec qualite’ sonore de 5 etoiles sont tellement minoritaires….

    • Effectivement, il faut faire attention aux causalités inférées un peu vite. Il se ferme des dizaines de dépanneurs et de bars par semaine et la demande pour le pain tranché et la bière est bien robuste.

      Mais bon, dans ce cas, allons-y d’un argument qu’Alain affectionne : c’t'ivident (argumentum ad pectorum maximus, ou sophisme de Julie Couillard) ;-)

      Plusieurs de ces détaillants (dont HMV au Québec) vendent de plus en plus de DVD. Télécharger la vingtaine de gigs d’un blu-ray, c’est pas pour tu-suite, surtout pas au Canada.

    • Une tendance lourde voire trrrrès lourde, objectivement observable (aucun rapport avec la fermeture de dépanneurs pendant que d’autres partent en affaires), n’est pas un argumentum ad pectorum maximus – dérive boulgakovienne lorsqu’on ne va pas dans le sens de sa vision mais bon… Pour le reste on est d’accord: le DVD survit car… on annonce une crise de la bande passante. De nouvelles infrastructures seront bientôt nécessaires… et il y a fort à parier (ad pectorum maximus???) qu’elle seront mises en place dans des délais plutôt brefs que longs.

    • C’était une taquinerie de bon aloi, vous avez parfois le c’t'ivident un peu rapide, même si dans ce cas-ci, c’est c’t'ivident.

      Remarquez, en droit, on dit prima facie (à sa face même) ça fait juste plus sérieux mais au fond c’est tout aussi dénué de réel fondement.

    • HMV en faillite n’est pas en soi la preuve ultime que le marché de l’audiovisuel en support physique est mort. Mais il faut s’ouvrir les yeux et voir les signes: Archambault et Videotron (Quebecor) réiorientent fougeusement leurs magasins depuis quelques années. La Boîte Noire -que je considère comme une institution à Mtl- vient de fermer sa succursale de Laurier après celle du vieux. Et Blockbuster a complètement disparu de la map.

      En ce qui concerne la musique, il y a en ce début 2013 quelques joueurs sur le terrain:

      1. Le CD, vendu dans les magasins et grandes surfaces, surtout.

      2. Le format numérique AAC 256kbps, vendu quasi exclusivement par Apple (iTunes)

      3. Le format numérique MP3 320kbps, devenu le standard des vendeurs/artistes online

      …puis y a les autres.

      Je doute énÔrmément que le FLAC ou le ALAC s’impose puisque le hardware/software third party ne s’aligne pas vers une adaptation. D’ailleurs, la demande doit être là, ce qu’il n’est le cas que pour une poignée d’audiofreak. Bref, out le Lossless.

      Le .WAV ? Du fichier non-compressé qui bouffe pour rien 2x l’espace du Lossless ? Encore moins.

      Le Vinyle ? Il va crever en se chamaillant avec le CD, dans une side battle de ruelle. En 2018, la mode est passée.

      Le gros méchant loup dans l’angle mort, c’est la ”dépossession”, après la dématérialisation de nos collections musicales. C’est à dire le streaming, la radio sur demande, et autres variantes qui utilisent le cloud computing et le principe de la location, comme Netflix.

      May we live in interesting times!

    • Au pire HMV n’a qu’a faire comme la FNAC et se mettre vendre des électroménagers…

      http://www.lesechos.fr/28/03/2012/LesEchos/21154-086-ECH_la-fnac-se-lance-dans-l-electromenager.htm

    • « Les produits complémentaires apportent plus de profit au moulin que le produit principal lui-même »
      .
      Ça, ça me fait penser au cinéma. C’est pourquoi le pop corn s’y vend au prix d’une hypothèque dans Westmount.

    • @boulga

      Taquinerie bien reçue. ETK, pour les 700 disquaires disparus et l’amorce de la phase terminale, un texte de quelques lignes ne peut en rappeler tous les tenants et aboutissants – on peut toujours consulter mes centaines de textes et mon livre de 300 pages sur cette question…

    • Est-ce que quelqu’un sait si un artiste a tourné le dos à la copie physique? Il présente ses douze tounes en un quelconque format numérique seulement?

    • Cela dit, l’arrivée de HMW avait bien fait fermer quelques disquaires indépendants à l’époque, ceux de proximité. Difficile de verser une larme pour ce géant…

    • C’est vrai, atchoum, même les gros vendeurs de singles n’ont pas rompu avec le concept de l’album. Rien n’indique que l’album est en train de sombrer dans l’environnement numérique, bien que moins important qu’il ne le fut jadis.

    • Je regarde justement sur Internet pour l’achat d’un CD d’un artiste britannique, sorti en 2012 :

      Archambault : $44,99
      HMV : $40,99
      Amazon.ca : $26,35

      Quand même.

      Pour le téléchargement, iTunes le vend à $14,99 et Archambault à $13,50.

      Il me semble que l’avenir est tout tracé d’avance.

    • @ BE-BOP-A-LULA
      “C’est commencé chez Archambault, faut maintenant aller au 2e étage pour acheter des cds.” Je vous trouve chanceux, moi je dois faire 100km. Dans mon coin, le dernier vendeur de CD a fermé ses portes y a plus d’un an.

    • « Le gros méchant loup dans l’angle mort, c’est la ”dépossession”, après la dématérialisation de nos collections musicales. C’est à dire le streaming, la radio sur demande, et autres variantes qui utilisent le cloud computing et le principe de la location, comme Netflix. »

      Bien dit jon8. Le déclin actuel du piratage est directement lié à l’explosion de l’offre en streaming. Pourquoi, au fait, télécharger lorsqu’on a accès à tout en tout temps?

      J’ajoute cette question: y a-t-il plus de risque que votre collection de CD ou vos disques durs remplis de fichiers disparaissent dans un incendie que les répertoires offerts en streaming cessent d’être accessibles ?

    • @alainbrunet
      Je doute que les problèmes de bandes passante se règlent bientôt, surtout au Canada! Le président de Netflix à appelé le Canada “le tiers-monde de l’internet”, et il a raison. Ça a tout pris pour que le CRTC garde en vie les forfaits internet illimité de certains petits fournisseurs car les gros voulaient les voir disparaître. C’est la même chose avec les forfaits cellulaires. Mais les lois canadiennes créent d’autres problèmes lorqu’ils empêchent des sociétés comme Netflix à offrir les pleins services (des films RÉCENTS s’il vous plaît?). La même chose peut être dit sur des services musicaux comme Pandora, ou regarder des émissions sur les sites comme Hulu ou même tout simplement ABC! Le Canada ne protège pas nos produits avec ce genre de mécanismes, il empêche au contraire un accès à un contenu.

      Les grosses compagnies canadiennes n’ont pas les intérêts des consommateurs en tête, ils veulent nous garder en laisse. Et le CRTC garde le status-quo. Pendant que le monde entier se met à la page avec les nouvelles réalités, au Canada on reste à l’âge de pierre avec des limites de 50gb à notre internet et des forfaits cellulaires à 70$ et 500mg/1gb de données. Je ne vois pas comment ça peut changer sans l’influence extérieure d’un méga compétiteur qui bouleverserais TOUT et sans intervention du CRTC. Aussi bien prier pour le retour du Christ…

    • En effet, elisef, le Canada traîne de la patte. À court terme, vous avez raison. Sur le moyen ou le long terme, c’est autre chose. La dynamique actuelle ne sera pas éternelle. Même un gouvernement conservateur, désireux d’être compétitif sur les marchés, ne s’enlisera pas.

    • “on peut toujours consulter mes centaines de textes et mon livre de 300 pages sur cette question…”

      C’est vrai, dans la hiérarchie des sophismes, l’appel au nombre et l’argument d’autorité sont bien moins pires !

      Je l’ai souvent écrit ici. Dans la dissolution de la musique dans le numérique, il y a une part de causalité dans la musique elle même. Le livre et la BD sont tout aussi (sinon plus) numérisables et dowloadables, et pourtant, ils s’en tirent bien mieux.

      En somme, ce n’est pas seulement ‘internet’ qui tue les magasins de musique. Une génération entière s’est carrément distancée de cette forme d’expression artistique, pour toutes sortes de raisons, de l’offre elle-même en allant jusqu’aux formats.

      Entre 1960 et 1990, la première chose qu’un jeune homme en appartement s’achetait avec sa première job, c’était un vrai système de son. Allez parler aux vieux de la vieille chez Audiolight : ils ont les mêmes clients, sauf que maintenant ils ont plus de cheveux.

      Aujourd’hui, c’est des mags.

      Et après, on s’étonne qu’il se vende plus de CD !

    • HORS SUJET – Bonjour Monsieur Brunet. J’aimerais savoir ce que vous pensez de l’oeuvre de Ludovico Einaudi. Compte tenu du fait qu’il est censé sortir un nouveau CD à la mi-février (In A Time Lapse), pensez-vous faire un article sur le sujet? Merci et bonne journée!

    • Facile, boulga. À votre façon, on peut trouver toutes les tares méthodologiques dans des textes très courts qui affirment des choses ou penchent vers des hypothèses ou confirment des tendances déjà observées. Dans votre dernière réplique, d’ailleurs. Exemple: «et pourtant, ils s’en tirent bien mieux». Vraiment ? D’excellents libraires indépendants me disent exactement le contraire… Mais bon, je ne m’acharne pas à y trouver une tare car je sais que le livre s’en est mieux tiré jusqu’à une période récente. Période révolue…

    • « Je regarde justement sur Internet pour l’achat d’un CD d’un artiste britannique, sorti en 2012 :

      Archambault : $44,99
      HMV : $40,99
      Amazon.ca : $26,35

      Quand même.

      Pour le téléchargement, iTunes le vend à $14,99 et Archambault à $13,50.

      Il me semble que l’avenir est tout tracé d’avance. »
      ………..

      J’aime beaucoup l’exemple. Est-ce que l’artiste reçoit la même redevance peu importe le support sur lequel est vendu son album? S’il fait 1$ par album, qui empoche la différence quand c’est vendu au-dessus de 40$ ? Est-ce qu’il y a un pourcentage obligatoire comme dans le monde du livre (10%, je pense)?

    • Il se vend désormais plus de livre numérique que physique. C’était une question de support, maintenant plus performant pour la lecture. Il paraît même que Jon8 est en train de monter un test pour savoir si on peut différencier à la lecture en aveugle une page de la Pléïade et son équivalent numérique. Tout le monde retient son souffle. Je sens déjà que je vais me faire traiter de vieux réac si je tiens un livre dans un endroit public d’ici peu.

    • @ Jon8
      “Je doute énÔrmément que le FLAC ou le ALAC s’impose puisque le hardware/software third party ne s’aligne pas vers une adaptation”

      Ce n’est pas le hardware et le software qui manque pour le FLAC, le problème vient de l’ignorance et l’indifférence des gens.
      Mon lecteur mp3 (Creative) acheté en 2008 est compatible avec les fichiers FLACs. Il en va de même pour ma Boxee Box reliée à mon système de son 7.1. Il existe des dizaines de logiciels pour tout les systèmes d’exploitations de Windows à Mac en passant par Linux et même ceux qui ne lisent pas nativement le FLAC peuvent généralement le faire grâce à un plugin.
      Même mon téléphone Android me permet de lire du FLAC alors…

    • Alain, votre livre de 300 pages, il fait tellement 2003…

    • Distribution aux consommateurs l’avait l’affaire, 30 ans trop tôt.

      Un catalogue, un comptoir de service à la clientèle et un entrepôt sans flafla.

      Amazon et consorts sont les DAC du présent: un catalogue (autant physique que numérique), quelques clics, et un minimum d’actifs. HMV ira-t-il dans ce sens?

    • C’est vrai, ghost, il fait 2003. Vous vous faites un devoir de le rappeler n’est-ce pas ? Les hypothèses de l’époque ne sont pas infirmées, cependant. Je n’en indiquais l’existence que pour rappeler à la vaste majorité (qui n’en connaît pas l’existence) que je ne parle pas à travers mon chapeau. Question aussi de soupirer sur la recherche inutile de crottes (ouf)… Sans plus.

    • C’était une blague, Alain…

    • Je viens d’ailleurs de downloader votre livre gratuitement en piratage…

    • Ah vous ne l’aviez pas lu ?

    • Devrais-je?

      Vous devriez sortir le supplément: Le livre ne tourne plus rectangle.

    • Oui, il faut une suite… Mon webdocumentaire viendra d’abord.

    • Il est certain que les enfants qui naissent aujourd’hui ne consommeront jamais la musique sur support dédié.

    • “Il paraît même que Jon8 est en train de monter un test pour savoir si on peut différencier à la lecture en aveugle une page de la Pléïade et son équivalent numérique.”

      HAHAHA, meilleure ligne de 2013.

      HMV, j’ai toujours trouvé ça nul comme magasin de disque. Rien que leur logo, on dirait Toys r us.

      Anyway. Dans quelques années, mettre un cd dans un lecteur sera aussi devenu un rituel, peut-être qu’il y aura une mode pour ça aussi.

    • Je me sens vieille. Bouhou!

    • J’ai été employé de magasin de disque pendant plus de 10 ans. J’ai ensuite été représentant pour des compagnies de distribution de musique. J’ai passé la majeure partie de ma vie dans les magasins.

      Depuis que j’ai quitté l’industrie, je ne vais plus dans les magasins.

      J’adore encore les supports physiques (c’est tellement plus agréable de choisir sa musique dans une bibliothèque bien rangée) amis je fais aujourd’hui mes achats en ligne. Je trouve presque tout et c’est moins cher.

      De plus, ça me fait moins mal au coeur d’aller sur un site web plutôt que de rentrer dans un magasin et voir qu’on accorde plus d’importance aux cadeaux inutiles qui offrent plus de marge de profits aux détaillants.

      Si une personne comme moi, qui achète encore du produit physique, ne va plus dans les magasins alors…

    • “Il est certain que les enfants qui naissent aujourd’hui ne consommeront jamais la musique sur support dédié.”

      Il est certain que vous n’avez pas, cher Ghost, de jeunes enfants pour énoncer ceci, car les jeunes enfants sont fascinés par l’objet. Dans mon entourage, tous ont une petite collection de CD. Ils s’intéressent aux CD et même au support-dont-il-ne-faut-pas-dire-le-nom. J’ajouterais, même si c’est un peu hors-sujet, que le livre physique n’a jamais eu autant la cote chez les jeunes. Juste à voir le nombre de stands de livres jeunesse au Salon du livre était fascinant.

      Mais oui, je comprends votre point, ils consommeront du numérique à la caisse (virtuelle).

    • Chez moi, bt627, ma plus jeune est aussi fascinée par l’objet: son nouveau iPod Touch. Les cd ? Il y en a plus ou moins 20 000 dans la cabane et… ça l’indiffère totalement.

    • Ce qu’ils ne connaîtront pas, c’est à l’école, se passer de petits papiers qu’il faut déplier pour lire un désopilant message sur la tenue vestimentaire du prof. Ils vont se texter.

    • “Anyway. Dans quelques années, mettre un cd dans un lecteur sera aussi devenu un rituel, peut-être qu’il y aura une mode pour ça aussi.”

      Des collectionneurs, peut-être, mais j’en doute. Une augmentation des ventes, non plus. Il se passe quand même quelque chose avec le vinyle, même si les thuriféraires du tout numérique s’en gaussent vitement. Il n’y a pas de marché de la cassette, du VHS, de la Beta, etc. Pourquoi y en a-t-il avec le vinyle? On me dira que c’est à cause de la pochette. Ouais, bon… Il y avait des films sur support disc compact géant avec de superbes pochettes, on n’en a pas fait un marché non plus.

      On peut bien dire que des milliers de magasins de disques ferment, mais combien de magasins de vinyles? À Québec et Montréal, plusieurs disquaires de vinyles ont ouvert depuis quelques années. Il est facile de dire que c’est une secte de retardés qui couchent avec leur cousine (très belle pochette la cousine).

    • “Il est certain que vous n’avez pas, cher Ghost, de jeunes enfants pour énoncer ceci, car les jeunes enfants sont fascinés par l’objet.”

      J’ai essayé d’en télécharger en lossless, introuvable.

    • “Il y en a plus ou moins 20 000 dans la cabane et… ça l’indiffère totalement.”

      Elle doit penser que c’est pour isoler la maison…

    • Reste-t-il un seul magasin à Montréal dont l’activité principale est de vendre des CD?

    • Certaines choses changent, mais d’autres demeurent. À preuve, on parle latin sur certains blogues!

      Merci de me faire sentir moins vieux jeu, tout à coup! LOL!!! ;-)

    • L’avenir du support physique est dans les micro tirage et assurément pas dans une vision industriel. Ceux qui ont compris ça se débrouillent trés bien avec la cassette (autre micro marché très actif) et le vinyle.

    • À Londres-sur-Tamise, le 15 janvier 2013, est décédé à l’âge de 35 ans Monsieur C.D. de Zizik, des suites d’une hémorragie interminable et pénible à voir (que le laser n’aura pas réussi à endiguer). Il laisse dans le deuil ses deux garçons : Boîtier (époux de Nancy Digipak) et Livret (époux de Sharon Lyrics). Ses données résident désormais dans le Nuage. Les funérailles n’auront lieu nulle part, prière de ne pas envoyer de fleurs, vos dons seront versés directement à Apple Corporation, 1 Infinite Loop, Cupertino, California, United States.

    • Chez beaucoup de collectionneurs de vinyles, le trip est d’avoir des vinyles introuvables qui ne sont pas en CD. Contrairement à ce qu’on pense, une partie congrue des disques sont désormais en numérique. Peu de vinyleux se contentent du needle drop (transfert de vinyles en analogique) et attendent une remastérisation CD en bonne et due forme. Beaucoup vont encore préférer le vinyle au CD. On peut voir qu’un disque de 1000$ va descendre à 100-300 $ après sa remastérisation, mais rarement plus bas. Un CD, aussitôt qu’il est transféré sur un ordi, ne vaut plus rien, sinon comme pur back-up (et son encodage ne sera plus lisible dans quelques années contrairement au vinyle).

    • Oui, il y a encore des trippeux de cassettes et de cartouches 8 pistes. Analogique, logique!

    • J’ai été dans une école primaire plus tôt cette semaine. Ça faisait un bail, comme on dit. Le tableau noir était caché. En avant se trouvait un tableau en plastique éclairé par un …o-projecteur. La prof écrivait. Et quand le «tableau» était plein, elle pointait un petit encadré sur l’écran plastique pour le rendre plus blanc que blanc.

      Il n’y a pas vraiment de rapport avec le sujet ici aujourd’hui. Sauf que je ne m’attendais jamais à associer un jour craie blanche et cd dans la même phrase. Encore moins pour traiter de trucs en voie de disparition.

      Hardy
      C’est bien!

    • Atchoum, à Silicon Valley, les enfants des nababs de l’informatique n’ont pas le droit d’aller à l’école avec leur i-pod, téléphone portable, ordi, calculette, etc. Seulement du papier et un crayon. Les maîtres du monde savent très bien ce qu’il faut pour réussir.

    • Je ne parle pas de ceux qui achètent des vieilles cassettes, mais plutôt des très nombreux petits labels et artistes qui ne produisent QUE des cassettes. C’est un réseau/marché qui n’existait pratiquement plus et qui a repris beaucoup de vigueur depuis 5-6 ans. Ces labels n’existaient pas il y a quelques années. À peu près tout le monde qui sortait des CD-R il n’y a pas si longtemps est passé soit à la dématérialisation complète, soit à la cassette.

    • Atchoum, ces trucs sont connus sous le vocable de « tableaux interactifs » ;-)

    • Ah, la belle époque d’il y a 15-20 ans où on se faisait cambrioler par des semi-junkies qui allaient fourguer nos CD aux boutiquiers-receleurs, sur Mont-Royal…

    • ”HAHAHA, meilleure ligne de 2013.”

      Rire le plus gras de 2013.
      Vite, que les régimes-résolutions de janvier commencent ;-)

    • Je sais que je vais faire hurler beaucoup de dilettantes ici -même ceux qui croient vraiment s’y connaître – mais une cassette au chrome neuve, produite dans des conditions optimales, dans un tape dec de très haute qualité, sonne de loin mieux qu’un CD player de base (et même pas de base tant que ça), et même ceux qu’on trouve dans certaines bagnoles de luxe.

      Beaucoup de gens pensent que c’est une sorte de blague, mais non.

      Un CT1000 ça faisaitr du 20-20,000hz, 0,07% de flutter moins de 1% de distortion et 65 db de headroom ! Mais surtout, le TONE est au rendez-vous.

      Je me sers de celui-ci comme tape flanger/pitch shifter dans le studio :

      http://www.thevintageknob.org/pioneer-CT-F1000.html

      Un vrai bijou, c’est presque émouvant à voir aller.

      Et les enfants adorent les cassettes, vous avez pas idée.

    • “Il paraît même que Jon8 est en train de monter un test pour savoir si on peut différencier à la lecture en aveugle une page de la Pléïade et son équivalent numérique.”

      Ghost, dans des réflèxes qui s’apparentent de plus en plus à de la mauvaise foi, fait dans le mépris puéril de l’approche scientifique, ce qui, 400 ans après Galilée, est franchement navrant.

    • ”Beaucoup de gens pensent que c’est une sorte de blague, mais non.”

      Boulga, la vraie blague c’est que tu es en retard pour le 28e débat, qui est maintenant terminé.

      Je pourrais passer quelques centaines de mots à t’expliquer les nuances entre persévérance et entêtement, mais je préfère laisser parler l’image et ses mille mots:

      http://despair.com/perseverance.html

    • ”Mais surtout, le TONE est au rendez-vous.”

      À imaginer ici avec la voix de Elvis Gratton. ”Le ToÔone est au rendez-vous, ’sti!”

      ou, en version anglaise, mesdames et messieurs, avec la voix de James Earl Jones!

      ”The TONE, Luke, the TONE.”

    • Bah… un lecteur cassette à 3000$ qui lit des cassettes haut de gamme pourrait déclasser un lecteur laser bas de gamme. Je peux faire acte de foi là-dessus sans forcer. So what ?

    • « ces trucs sont connus sous le vocable de « tableaux interactifs »

      C’est drôle. On dirait que je me sens soudainement plus près des Pierrafeu que de mes contemporains…

      Je pense que je suis dû pour une réunion des Bisons des prairies.

      Gazou?

    • Il faudra qu’on m’explique un jour la différence entre la texture sonore émanant d’un support physique old school (bande magnétique ou vinyle) et la reproduction fidèle de la prise de son. La valeur que l’on accorde à ce soi-disant tone (chaleur, amplitude, etc.) n’est-elle pas tout simplement une… valeur subjective qui en légitime la technologie d’impression et non l’expression fidèle de la prise de son originelle ?

    • @paradoxaldream

      ”Ce n’est pas le hardware et le software qui manque pour le FLAC, le problème vient de l’ignorance et l’indifférence des gens.”

      Indifférence surtout. Les gens écoutent de la musique, ’sen foutent d’où ça vient, really.
      Et tant que FLAC ne fonctionne pas sur les machines Apple, ça ne va pas percer le marché. Et tant qu’on ne réussira pas à vendre le lossless comme étant une meilleure solution pour les gens, ça ne va pas percer le marché. Et tant que le rapport qualité/prix ne sera pas au rendez-vous, ça ne percera pas le marché.

      1. Problème de masse critique
      2. Problème de marketing
      3. Problème de coût/preuve de qualité

      Ayoye. Ça va pas bin!

    • ”Il faudra qu’on m’explique un jour la différence entre la texture sonore”

      Y a absolument rien à expliquer là dedans, y a tout à entendre en vrai. Ou à ne pas entendre.

      Quand on tombe dans l’ésotérisme audiophile, la part émotive prend une large place et à l’instar des émotions, c’est par soi-même qu’il faut le vivre, l’explication intello tombant plutôt à plat.

      Sinon, eh bien son ”’tone” s’explique de manière scientifique. Mais comme les fantômes moyen-âgeux qui ont persécutés Galilée rôdent encore sur les blogues, faut faire gaffe: le bûcher n’est pas loin.

    • ”Bah… un lecteur cassette à 3000$ qui lit des cassettes haut de gamme pourrait déclasser un lecteur laser bas de gamme. Je peux faire acte de foi là-dessus sans forcer. So what ?”

      Moi ça force. En crisse.

      Transposons ça en vidéo. Pour le fun.

      ”Bah… un lecteur cassette VHS à 3000$ qui lit des cassettes haut de gamme pourrait déclasser un lecteur Blu-Ray bas de gamme. ”

      Ah ouais ? Really ? Prove it.
      Va falloir que tu déniches du bas de gamme vraiment bas de gamme! Le genre que tu fais tourner le disque blu-ray avec une manivelle.

    • @alain

      Je pourrais faire très long et très, très technique, mais je vais faire court.

      La vraie vie a du TONE. L’expérience réelle du son est extrêmement texturée et multisensorielle (adomen, vision même dans des cas extrêmes). On a jamais, jamais dit que le son analogique était ‘chaud’ (sauf quand on le sature exprès, une toute autre technique) qu’à partir des années ‘80.

      Le processus de numérisation, en éviscérant 90% de l’information originelle contenue dans le câble du micro en studio, en déphasant, etc. dans le processus du A/D transfer, créé ce son ‘frette’, bref, très distant de l’expérience réelle d’écoute. Aujourd’hui les techs ont trouvé des façons de compenser ça avec des préamps, des plugins, etc. Ce qui fait que des albums enregistrés en numérique sonnent très, très bien, contrairement aux premiers, qui sont insupportables.

      Cette ‘chaleur’ du son analogique, perso, j’en parle jamais. Pour moi, c’est lui le son transparent, et l’autre, le digital, (dé)coloré.

    • C’est très court, effectivement. «L’expérience réelle» de l’écoute, c’est quoi au juste ? À partir du moment où l’on utilise des guitares qui se branchent, des micros, des amplis à lampe, des matériaux qui servent à capter et imprimer des sons, ne produit-on pas artificiellement un son ayant l’identité de ses filtres ? Même avec des technologies analogiques ?

      Au sujet de «l’éviscération» numérique, par ailleurs, ce qui était évident il y a 30 ans l’est-il encore maintenant ? Dans le cas des meilleurs fichiers transmis dans une chaîne qui se respecte (je ne parle pas d’un set-up qui vaut plus de 20 ou 30 000 $) la déperdition est-elle audible ?

    • L’expérience réelle d’écoute c’est aussi con que d’entendre un camion de pompiers passer.

      Sur bande magnétique en stéréo, ce son n’a jamais perdu de sa tangibilité, de sa masse pourrait-on dire. L’onde sonore a fait vibrer une membrane de micro, qui elle a influé sur un champ magnétique tangible. Celui-ci est instantanément transformé en courant électrique tangible (l’électro a une masse). Si on touche au courant, ça fait bzz. Même chose lors du processus d’alignement des molécules de fer sur la bande : c’est comme l’argentique en photo, c’est une impression de la réalité, mesurable, pesable, physique, pas une dématérilisation comme lors du transfer/scan.

      Idem au repassage de la bande. Le résultat est tout aussi tangible que le procédé lorsqu’il refait vibrer la molécule d’air et qu’on se dit, wow, ça sonne comme un camion de pompiers.

      Le son numérique aussi peut recréer ça, bien sûr, mais ce sera un artefact, une photocopie parfois très réelle.

      Mais la cassette, elle, c’est une impression de la réalité. C’est très différent.

    • “Au sujet de «l’éviscération» numérique, par ailleurs, ce qui était évident il y a 30 ans l’est-il encore maintenant ? ”

      Moins, parce que des techniques et du harware/software y pallient. Les studios se sont notamment équipés de préamps de malade, une chose qui était moins nécessaire à l’époque d’une bonne enregistreuse Otari 2 pouces. Ça devient presque inaudible dans des productions récentes avec un bon traitement.

    • J’ai eu mon quota pour cette semaine de discussions audiophiles sur ce blogue, faque je garoche le plus juicy de l’aut’ bord, en intitulant le thread ”Snake-oil and preachers from the bible belt…”. On va peut-être entendre le bruit des mouches faire pipi.

      @sujet

      HMV est peut-être *aussi* victime d’une simple mauvaise gestion, ce qui peut arriver même dans les marchés en santé. Mais force est d’admettre que la numérisation (dématérialisation) fait mal un peu partout: Livre, cinéma, télévision, musique, etc… La cohabitation est possible dans certains cas mais pas toujours. Et pas nécessairement à long terme.

    • On me disait récemment que la B.D. est IDÉALE pour le iPad/tablette. Apparement, c’est génial.

    • Que ce soit un «artefact» numérique ou bien qu’il s’agisse de l’alignement des molécules de fer sur une bande ou encore de l’argentique en photo, nous sommes dans les trois cas à reproduire le son et l’image à partir d’une «expérience réelle», il me semble. Et si la partie perdue par le processus de numérisation ne peut plus être identifiée par l’oreille ou l’oeil, où est le problème ? Dans la connaissance intellectuelle de cette déperdition que nos sens ne peuvent identifier ? De prime abord, je ne vois pas de problème.

    • Extrait d’une entrevue qu’a accordée Bob Ludwig au site MusicTAP en 2003 :

      « MusicTAP: What is your spin on the analog vs digital argument? When you hear amateur audiophiles rattling about the ‘warmth of vinyl’ and the ‘brittleness or flatness’ of digital, do you feel that so much smoke is being blown about nothing or is there validity?

      Bob Ludwig: Early digital devices could sound pretty good (Soundstream digital, 3M 32 track multi-track and 4-track) or pretty bad (average consumer CD player). The explosion of CD caused great research in the digital-to-analog conversion process, but there were only a handful of professional machines actually recording thus less research in the analog-to-digital conversion process.. Finally, in the mid-80’s the quality of the ultra-critical analog-to-digital converters started happening. Designers finally found that digital could be so accurate, the slightest error in the ANALOG part of the design was easily heard! Now, a great converter takes as much care with the analog circuitry as the digital. With high resolution digital, it is almost impossible to pick out the original from the copy, while with vinyl, one can ALWAYS pick out the original vs the vinyl playback! »

      Pour lire l’entrevue au complet : http://www.musictap.net/Interviews/LudwigBobInterview.html

    • Jon8, laisse-moi avec ta scientificité. Tu sais bien que ton test n’était absolument pas scientifique, ou sinon tu ne sais pas ce que c’est. De toute façon, tu n’as réussi qu’à donner une indication sur le fait que différents formats numériques compressés se distinguent difficilement quand on passe tels extraits pendant 10 secondes pour 100 personnes. OK, right, mais il n’y a absolument rien à inférer à partir de là sur le numérique vs analogique. R-I-E-N. Le simple fait que l’on en soit au 28e débat prouve que tu n’as apporté aucune preuve scientifique de tes dires.

      Pour le reste, la supériorité alléguée du numérique, c’est ce que Benjamin appelait une fantasmagorie, lié d’ailleurs à la nouveauté comme catégorie marchande. Or, si je n’aime pas le discours nostalgique du “c’était mieux avant”, ce n’est pas vrai que tout est mieux aujourd’hui. On recommence depuis 15 ans à faire du fromage artisanal au lait cru comme avant les années 1950. À partir des années 60, les frigidaires, les supermarchés et la grande distribution ont fait en sorte que les Québécois ont arrêté de faire du fromage fermier pour acheter du cheddar anglais de mauvaise qualité sous plastique. Ce devait être mal vu de faire son fromage. Les seuls qui ont continué furent les moines d’Oka, c’est dire si c’était réac. Or, quand j’étais jeune, l’Oka était le seul fromage potable qu’on pouvait manger; il n’y avait que du Pt’it Québec et du camembert en plastique. Aujourd’hui, c’est pléthore. Est-ce les fromagers sont des réacs conservateurs amateurs d’un autre époque?

    • «With high resolution digital, it is almost impossible to pick out the original from the copy, while with vinyl, one can ALWAYS pick out the original vs the vinyl playback!»

      Qu’en dites-vous, boulga ?

    • Bob Ludwig existe vraiment et c’est une seule personne?

    • “Et si la partie perdue par le processus de numérisation ne peut plus être identifiée par l’oreille ou l’oeil, où est le problème ?”

      Ah oui, qu’est-ce qui prouve ça? Quelle expérience? Le test de Jon8 c’était du numérique et du numérique.

    • Ludwig est un ingénieur en numérique, il dira pas le contraire. Or, on peut trouver l’avis contraire.

    • Je pose la question, ghost. Je ne parle pas du test de jon8 – un test qui a ses carences, qui n’est pas un test scientifique en laboratoire, soit, mais qui nous en apprend bien assez pour faire évoluer notre conception de l’affaire. Une histoire à suivre, donc. Or, vous me donnez l’impression d’en causer comme s’il s’agissait d’un rituel d’apprentis-sorciers… de fumistes. Je me trompe ?

    • “«With high resolution digital, it is almost impossible to pick out the original from the copy, while with vinyl, one can ALWAYS pick out the original vs the vinyl playback!»”

      Je ne comprends pas trop ce qu’il veut dire, mais c’est un peu con, si c’est ça, de dire que la copie numérique est pareil que l’original. Tout le monde sait que dans l’analogique la qualité se dégrade à chaque génération, alors qu’une suite de zéro et de un reste pareille. Mais ce n’est pas là que ça se joue.

    • ”Ludwig est un ingénieur en numérique, il dira pas le contraire. Or, on peut trouver l’avis contraire.”

      http://en.wikipedia.org/wiki/Flat_Earth_Society

      Yep, indeed. On peut trouver l’avis contraire de pas mal tout.

    • “Vous en causez comme un truc d’apprentis-sorciers… de fumistes. Je me trompe ?”

      Non, pas du tout.

    • Je ne me trompe pas du tout ?

    • Vous vous trompez.

    • Ah tant mieux.

    • D’ailleurs, on ne le trouve plus le petit docu sur le test de Jon8. Il a été effacé?

    • Je dis que c’est un petit test sympa, très loin d’un test véritablement scientifique, qui donne quelques indications, mais certainement pas celle que vous inférez sur l’analogique. Du reste, même sur le non-discernement des différents formats numériques, je trouve que ça ne prouve rien, d’une part parce que un seul test ne prouve jamais rien, surtout avec 100 personnes, et d’autre part, j’ai de sérieux doute sur le fait que les extraits et leur longueur puissent permettre de voir les différences (même si je crois à la bonne foi de Jon8), finalement, je crois que le juge en chef avait trop de chose à prouver dans le pari pour que ce soit scientifique (encore là, je ne parle pas de mauvaise foi, puisqu’on sait très bien dans le monde scientifique que le besoin de vouloir prouver une chose fait inconsciemment qu’on bouleverse l’expérience).

    • Aucune idée pour le vidéo, vous me l’apprenez. Je vais voir ça…

      Pour le reste, effectivement, je ne suis absolument pas convaincu de la supériorité de la lecture analogique à partir du moment où je ne peux plus discerner les différences dans le résultat. Je me contrebalance d’avoir perdu une portion de l’information que je ne pourrai jamais identifier, voilà tout. Les conditions permettant de faire la vraie vérification étant quasi impossible à reproduire vu les inter-relations analogiques-numériques de plus en plus complexes, je laisse alors les parties radicales débattre ad infinitum. Perso, je suis tout simplement intéressé à obtenir la meilleure lecture avec le meilleur rapport qualité-prix.

      Pour le fameux test, ETK, il appert très peu de spécialistes (pros du sons, audiophiles) s’étant prononcés sur les résultats n’ont été aussi raides…

    • “HAHAHA, meilleure ligne de 2013.”

      L’année est jeune mon ami Boogie…

    • J’ai souvent eu cette discussion.

      Lorsque mon interlocuteur s’obstine à ne pas reconnaître que l’impression d’un négatif par de la lumière est une chose radicalement différente que le scan numérique de celle-ci, ben la discussion est obligée de s’arrêter là. Remarquez, dans l’aboslu, peut-être qu’il y en a pas de différence, mais pas dans ma compréhension des choses.

      En son, c’est identique, sinon quelque peu plus absrait.

      D’ailleurs, un négatif, ça ne s’envoie pas par email, mais seulement par la poste. Comme un tape du reste…

    • «With high resolution digital, it is almost impossible to pick out the original from the copy, while with vinyl, one can ALWAYS pick out the original vs the vinyl playback!»

      Ben oui, c’est évident. Le vinyle est un médium ultra typé, avec un S/N ratio pas toujours optimal dans les passages ultra doux.

      Le vrai médium analogique, c’est la bande magnétique.

    • Moi, je ne sais pas ce qui sonne le mieux, mais je sais que mon plaisir, je le prends surtout dans le vinyle pour le processus en entier. Je sais bien que ce plaisir vient de nombreux facteurs et que plusieurs de ceux-ci n’ont rien à voir avec le son.

      Je voudrais donc savoir, cher jury, si c’est correct ou si je dois tout vendre et arrêter d’avoir autant de plaisir. Merci.

    • ”Jon8, laisse-moi avec ta scientificité. Tu sais bien que ton test n’était absolument pas scientifique, ou sinon tu ne sais pas ce que c’est.”

      Tu sais, Ghost, je suis bien conscient que toi, Boulga et d’autres s’amusent à me discréditer, et franchement je suis trouve ça plutôt mignon, dans un sens, puisque je tente de la jouer assez low profile pour ne pas effriter les egos, just for the sake of discussions, mais je t’invite cordialement à ne pas pousser trop loin.

      Le test que nous avons organisé n’avait pas de prétention scientifique parce que j’ai *décidé* de ne pas le présenter ainsi. J’ai pris cette décision parce que Boulga commençais à sentir la soupe chaude devant le sérieux de mes démarches, et il aurait chocké si je m’affichais en mode ”all-out”. J’ai organisé ça, au coût de 22,000$, parce que j’apprécie le travail de Alain Brunet, son enthousiasme et certains participants ici. Aussi, ça fittait avec le timing des besoins internes pour ma cie, qui n’ont strictement rien à voir avec de la vente ou quelque plan machiavélique de marketing. That’s it.

      Bottom line, nous avons tout mis en place pour que le test en question soit en environnement *contrôlé*, avec une méthodologie sérieuse, and therefore le test est REPRODUISIBLE, ce qui en fait une expérience… Scientifiquement viable.

      Plus scientifiquement viable que toutes vos petites expériences subjectives de salon réunies.

      Pas d’accord ? Well, face the science, buddy: PROVE IT.

    • « Remarquez, dans l’absolu, peut-être qu’il y en a pas de différence, mais pas dans ma compréhension des choses.»

      boulga, c’est vous qui le dites. Et c’est tout ce qui m’intéresse dans cette discussion, sachant fort bien que les deux procédés sont radicalement différents – impression analogique et scan numérique. Or, s’il n’y a pas de différence au finish (ou des différences infinitésimales, peut-être perceptibles dans des conditions exceptionnelles), pourquoi y a-t-il lieu de se braquer d’un côté ou de l’autre ?

    • “Je voudrais donc savoir, cher jury, si c’est correct ou si je dois tout vendre et arrêter d’avoir autant de plaisir. Merci.”

      Arrêtez tout et recyclez-vous dans la vente à domicile où les nombreux facteurs ne sont plus importants (attention au chien, cependant). De rien.

    • Si un jour, Alain, vous aviez la preuve que vous avez été cloné, que l’ancien Alain n’existe plus, que vous êtes maintenant le clone, mais en tout point identique à l’original, ça vous troublerait?

    • La nature est continue, non discontinue. Tout est là.

    • Excellent!

    • Sur le blogue de Alain Brunet je n’ai pas la liberté pour débattre en profondeur comme je l’ai sur le forum audioatrium. Censure et (self) modération oblige. Mais débarquez sur le forum, guys, et vous allez en avoir pour votre cash.

      On va même s’assurer d’épuiser bin comme ‘faut votre baril de sophismes.

    • @effet

      J’en prendrais acte et je continuerais mes activités – et je consulterais un psy spécialiste des clones il va sans dire. Blague à part, dans le cas qui nous occupe, le son numérisé n’efface pas l’originel… Il en fait état d’une manière «radicalement différente» que ne le fait le son analogique. Un seul détail… notre corps ne peut à peu près plus se rendre compte de cette «différence radicale».

    • Bref, HMV doit se restructurer parce qu’il vend des trucs qu’on entend mal quand on écoute bien. Ou parce qu’il vend des trucs qui sonnent mieux que ce qu’on trouve ailleurs, mais moins bien que ce qui sonnait avant..

      HMV est dans un creux de vague, peut-être à l’arrière de l’avant-garde, mais rien n’est moins sûr, ça c’est certain.

    • Alain,
      Je sais bien, je sais bien. C’était surtout une blague. Pour être franc, comme je l’ai dit, mon but c’est d’avoir du plaisir, pas de savoir ce qui est le meilleur. Au moins, savoir ce qui me fait plaisir est assez simple à ressentir.

      Perso, quand il n’y a pas consensus sur une question qui relève à peu près strictement de la science mais qu’aucun scientifique n’est impliqué dans le débat, je regarde le tout avec plus d’amusement qu’autre chose.

    • Anyway, d’un côté ça se fout du test que nous avons organisé parce que ça ne prouve rien sur l’analogue, mais en même temps ça s’amuse à discréditer le dit test même si ça s’en fout. Go figure.

      Ça tire dans toutes les directions et ça commence à être vraiment pathétique…

    • “Tu sais, Ghost, je suis bien conscient que toi, Boulga et d’autres s’amusent à me discréditer, et franchement je suis trouve ça plutôt mignon, dans un sens, puisque je tente de la jouer assez low profile pour ne pas effriter les egos, just for the sake of discussions, mais je t’invite cordialement à ne pas pousser trop loin.”

      Jon8, je ne cherche pas du tout à te discréditer (ce que tu fais d’ailleurs souvent par tes huiles de sirène ou de cobra, bref la poutre…). Sérieusement, ce petit paragraphe prouve assez fortement que tu n’es pas dans une démarche scientifique. La science fonctionne par esprit critique (il ne faut pas avoir peur d’être discrédité, au contraire, toute critique est bonne) et par falsification (il ne faut pas qu’une expérience soit reproduisible pour qu’elle soit valable, mais bien que des expériences complémentaires essayent d’invalider son résultat).

      Je ne dis pas que si on faisait une expérience scientifique celle-ci invaliderait ton résultat; je dis juste qu’on ne peut pas le savoir pour l’instant et donc on ne peut rien inférer comme preuve définitive (22 000$ ou pas).

      Quant à ton site d’audiophiles, non seulement il y a sur ce site des défenseurs de l’analogique que tu discrédites avec la même mauvaise foi qu’ici, mais en plus pour avoir lu en entier les deux trois discussions sur tes expériences, il s’agit toujours des commentaires des 5-6 mêmes personnes dont tu sembles être le chef scout. Pas impressionné.

    • Pour le reste, j’ai passé six mois à ne strictement rien dire sur ton test, même si j’avais déjà de fortes réserves. Je n’ai commencé à dire ce que je pensais seulement quand tu as commencé à la ramener sur sa scientificité et que tu en as inféré des preuves sur l’analogique.

    • Tout ce que je dis, Jon8, c’est que je n’en sais rien et malheureusement quand quelqu’un me semble plus intéressé par sa croisade que par la connaissance, je cesse un peu d’écouter. Peut être as-tu raison, mais tu es un très mauvais messager.

    • @ghost, sors de ta zone de confort et viens débattre sérieusement chez les scouts. Tu vas voir que même sans leur ”chef” y en a une gang qui savent comment passer une nuit en forêt avec les ours.

    • Je ne dirai plus jamais rien sur ton test Jon8, sois-en assuré.

    • Pas envie, j’ai déjà un débat qui bouffe tout mon temps avec un autre gang sur le one penny black.

    • ”Tout ce que je dis, Jon8, c’est que je n’en sais rien et malheureusement quand quelqu’un me semble plus intéressé par sa croisade que par la connaissance, je cesse un peu d’écouter. Peut être as-tu raison, mais tu es un très mauvais messager.”

      Savoureuse projection.

      La croisade ici vient de Boulga, Ghost, toi même et d’autres dont j’oublie le nickname.

      De mon point de vue, je suis un des seuls à faire passer la recherche de solutions, de vérité, avant la guerre d’ego et le ”j’veux avoir raison” bourré de sophismes.

      Et c’est ça qui écoeure le plus: des gars comme Boulga et Ghost, ça sait s’exprimer, ça a une certaine culture et ça a l’instinct du vendeur de char pour les punchs. Mais mal utilisé, ça donne de la gentille masturbation intellectuelle (la plupart du temps) ou de la grosse mauvaise foi crasse qui se termine en guerre de tranchée et où la recherche de solution/vérité est complètement mise de côté.

      Vous avez de gros egos, les gars. Et des gros egos ça fini toujours par se planter dans un mur.

    • Savoureuse projection.

      Bon, mon Joni, on va arrêté ça là s’il reste des spectateurs, ça devient un peu personnel.

    • Livre numérique…. http://www.ledevoir.com/culture/livres/368375/les-jeunes-sont-plus-nombreux-a-se-tourner-vers-les-livres-numeriques
      .
      Au tournant des années 90, Kurt Cobain regrettait qu’il n’y ait pas de crash des génération entre les boomers et leurs enfants.

      Je me demande si la technologie ne fournira pas une raison pour créer un genre de crash entre les générations. Celui qui a grandi avant et celui qui a grandi pendant l’ère numérique. Peut-être pas non plus. Ça ne reste que des outilsn finalement.

    • Le gradateur de mauvaise foi est monté haut pas mal souvent aujourd’hui. C’est dommage mais… inévitable j’en ai bien peur.

      Personnellement, je sais qu’il n’y a pas de preuve scientifique dégagée de cette séance d’il y a deux ans. Je sais néanmoins que les résultats se rapprochent de ce que nous discutons régulièrement dans cette opposition analogique-numérique: notre incapacité physique à discerner différentes propositions sonores théoriquement très différentes sur le plan de la définition. Ça demande à être poursuivi, certes, c’était néanmoins évident lorsque nous nous sommes présentés chez jon8. Non, nous n’étions pas dans le flou artistique, dans la confusion, dans un party qui ne permettait aucune conclusion le moindrement sérieuse. Nous étions beaucoup plus proches de cette hypothèse (qui demande d’autres recherches, oui oui) que de ce que ghost semble percevoir de cette soirée-sympathique-sans-plus.

    • ”Pas envie”

      No shit?

      Bien sûr que t’a pas envie… Faut surtout pas se mouiller, hein ?

      See the difference ? Y en a qui s’impliquent en cherchant à faire bouger les choses dans le réel, puis y en a qui restent confortablement en retrait, bien à l’abri derrière un écran d’ordi et un nickname pour critiquer gratuitement, et sans argument sérieux, ceux qui agissent.

      Faut comprendre une chose: ton copain Boulga a finalement accepté le ”défi” pour une seule et unique raison: il ne voulait pas ”perdre la face” en chockant, alors que j’ai bien bien pesé fort pour qu’il ne se sente pas menacé par la dite soirée, donc il ne devait sentir aucune menace (y en avait pas pour de vrai). Le fait que l’analogue ne soit pas en jeu ce soir là, ça a juste aidé encore plus la cause, puisque ça y laissait une porte de sortie. Porte de sortie qu’il a utilisé aussitôt que possible, bien sûr!

      Si j’avais continué dans le beat ”défi coupage de doigt Tarantino” du début, il n’aurait jamais accepté. Ça c’est peut-être ce qu’il ne t’a jamais dis. Demande-lui de te montrer les échanges de courriels entre lui et moi, tu verras bien…

    • Alain, encore une fois: comment diable un test, tout valable soit-il, sur différents formats numériques, peut-il dire quoi que ce soit sur l’analogique.

      Je ne demande qu’à lire qu’une seule étude universitaire sur le numérique vs analogique. Pas des ingénieurs, pas des producteurs de numérique, des scientifiques.

    • ”Nous étions beaucoup plus proches de cette hypothèse (qui demande d’autres recherches, oui oui) que de ce que ghost semble percevoir de cette soirée-sympathique-sans-plus.”

      Vois comme je suis bon prince, Ghost. Je t’invite formellement à apporter tes propres haut-parleurs référence dans nos locaux pour passer le même test que les autres ont passés. Au moins, tu vas *vivre* l’expérience par toi-même et on va pouvoir en discuter sur des bases sérieuses. Je fournis le café ou le thé.

    • ghost, encore une fois, ce n’était pas un test sur l’opposition numérique-analogique, mais bien sur notre incapacité physique à discerner différentes propositions sonores théoriquement très différentes sur le plan de la définition

    • ”comment diable un test, tout valable soit-il, sur différents formats numériques, peut-il dire quoi que ce soit sur l’analogique.”

      Pour la énième fois, on n’a pas encore fait ce test là! Ce n’était pas au menu! C’était dans les plans, mais finalement on a voulu commencer par réglé le cas des MP3 v.s. CD v.s. HD.

      Où est le problème ?

      Tu veux organiser un test table tournante v.s. CD ? Tu veux mandater ma cie pour le faire ?

      et, le plus important de tout, est-ce que les résultats du tests seront acceptables/acceptés ?

    • Jon8, je ne pense pas que le ta rhétorique pissou vs grosses couilles soit très scientifique non plus… Comme je te l’ai dit, c,est trop personnel. Next subject.

    • désolé Jon8, par croisade, c’est exactement ce que j’entends. À plusieurs reprises j’ai dit que ma préférence pour le vinyle ne reposait sur rien d’autre que sur mon plaisir. En aucun moment je ne me suis retrouvé a énoncer quoi que ce soit de façon à ce que ce que je dise semble reposer sur de l’objectivité, la science pour démontrer la superiorité de quoi que ce soit.

      Mais pour toi, le simple fait que je préfère le vinyle, peu importe la raison, ça me mets de l’autre côté de la cloture. Celui des gens qui n’ont rien compris, vivent dans l’obscurité et le Moyen-Âge. Celui des gens qui cherchent à te contredire. De mon côté, perso, la dernière chose que je cherche à faire dans le vie est de tenter de dire que ceux qui préfèrent le numérique sont idiots. Je m’en fous comme l’an 40.

      … Et je ne suis assurément pas un un intégriste : j’aime aussi le numérique pour un tas de raison. Chose dite à des dizaines de reprises, mais jamais tenue en compte.

    • Le test analogique a été tué dans l’oeuf par Boulga lui-même: il exigeait un tape Otari machin et un set-up complètement exotique qui n’intéressait personne sauf lui.

      Il le dit lui même plus haut: la vraie source analogique c’est le tape.

      Qu’est-ce que tu veux faire contre ça, sérieusement?

    • Jon8, ça c’est votre salade qui ne regarde que vous et dont Boulga ne m’a pas parlé. Si tu veux l’étaler, fine, mais je crois qu’il a trop de classe justement pour dire ses griefs.

    • Bon, je tire la plogue.

    • Tu n’y est pas du tout, Placebo.

      Ce n’est pas le fait de me contredire qui est un problème, c’est le fait de le faire sans argument valable, c-a-d qui sortent d’un cadre purement subjectif.

      Si j’affirme que le test a donné ceci ou cela, attaque ma méthologie, attaque mon équipement, attaque quelque chose de concret. Mais n’essai pas de me ramener dans les limbes de la subjectivité, tu perds ton temps pour ce genre de niveau de discussion.

      Et, fyi, il y a une différence fondamentale entre partir en croisade et défendre son point. JAMAIS je ne vais vouloir entrer au fond de la gorge à un mélomane/audiophile que du numérique c’est plus plaisant à écouter que du vinyle. Mais j’ai entièrement le droit de défendre le numérique contre de la désinformation facilement identifiable.

    • ”Jon8, je ne pense pas que le ta rhétorique pissou vs grosses couilles soit très scientifique non plus’

      Sophisme (encore) ET mauvaise perception!

      J’ai tout fait au début de ce challenge de test avec Boulga/Alain Brunet pour *éviter* que ça tombe dans le pissage plus loin. Mais tsé un moment donné je ne peux pas empêcher le gars de se mettre les orteils dans la bouche, faut pas charrier non plus.

      ..*soupir*..

      Et après on se demande pourquoi l’homme est pogné avec des guerres de religions!

      Wow. Ce débat en dit plus sur la psychologie humaine que sur l’audio, ça c’est sûr.

    • En fait, je ne vois même pas trop sur quoi je t’ai contredit. J’ai surtout émis des doutes et posé des questions. Je n’ai jamais dit que tu avais tort sur les conclusions générales. Trouves moi un exemple de ce que tu affirmes. Tsé, je ne suis pas un expert, mais le scepticisme est sain. Ce n’est pas parce que quelqu’un ne te crois pas sur parole sur des choses qu’il ne connais pas qu’il est immédiatement de mauvaise foi…

    • Sur le sujet: Je me pose cependant des questions sur le streaming, car j’ai récemment acheté un Apple TV puisque le club vidéo près de chez nous a fermé. À l’instar de la musique, je remarque que les services de streaming ont, du moins jusqu’à présent, un catalogue pas mal limité et « orienté ». Par exemple: sur iTunes, difficile de trouver plus qu’un ou deux films d’Ingmar Bergman. Du côté de la musique, j’avais volontairement cherché sur un site des trucs plus obscurs de ma collection (ex: Paul Schütze), sans succès.

    • hmv est mourrant

      ben y ce sont tuer eux memes,de meme que les grosses corpos de distribution.

      ils ont laisser tomber les branches pas payantes en volumes pour nous pomper du stuff de guignol boutonneux en tonne de copie

      j’ai lus tout les commentaires et quelques un m’ont rappeller de bon souvenir

      mon vieux nakamichi avec mes milliers de k7 dans ce temps la ont avais encore le droit de copier.

      un achat de cd .live adventure de Mike bloomfield Al kooper importer du japon par hmv. payer $45…..merde.j’avais payer le vinyl $5.00

      et je lis que apple fait dans le 256…si au moins ils ferais du 320 au prix que ca leur coute.

      pour trouver du lossless ben y a les forums ou tu dois transgresser la loi….

      et on ce pose des questions pourquoi le piratage?

      ils sont 5 ans en arriere

      la meme chose vas arriver au livre.je lisais un article ou les distributeurs de livre disaient a notre gouvernement pourquoi il faut charger $35 et + par exemplaire fournis au bibliotheque

      il ne s’usent pas ,la bibliotheque ne racheteras pas le volume,alors on charges plus cher.

      ben c’est ca charger au max et apres vous vous demanderez pourquoi vous etes piratez

      ici on as notre adisq qui n’est pas au courant que la techno avance tres vite et ils en sont encore avec des demandes farfelus pour encaisser ce qui n’existe plus.

      certains diront il faut faire payer les FAI . hum… on est deja le tiers monde de l’internet d’apres le patron de netflix.

      je vais sur le site de BANQ pour essayer d’emprunter des livres numeriques

      mechantes collections de romans ,la 452 volume wow
      tu es sur leur site pis tu regarde la page qui charge et charge pour ne trouver que des livres emprunter .
      au moins si ils mettraient les livres disponibles sur la premiere page tu aurais pas a te taper 10 minutes pour rien.

      ils devaient s’informer comment faire un site chez leur concurent pirates.

      la video sur demande a la tv qui charge $6.pour le visionner…..

      posez vous en des question quand vous allez tous fermer…ah c’est vrai on a notre crtc qui nous protege des grosses compagnies etrangere de nour fournir un service abordable pour le cellulaire. l’internet ,la tv .

      que ce sois dans la musique dans le livre ou la tv

      on pourras dire que toutes ces grosses entreprises de distribution, sony ,columbia etc et bientot les distributeurs de livres ,ce sont faits hara-kiri (pas le magasine bete et mechant)eux memes avec leur courte vue sur le profit immediat

    • La chaleur sonore, la texture, le tone, peuvent eux-même être des artefacts dus à de la simple distorsion. Il est notoire que les amplis à lampe produisent plus de seconde harmonique que n’importe quel ampli à transistors, et ils sont réputés pour sonner “chaud”. Comme la seconde harmonique est en fait une note (un octave plus haut) corrélée à la musique, contrairement aux harmoniques impaires, elles donnent l’illusion d’augmenter la texture de la musique. Il est possible que les amateurs de hifi pré-transistors n’aient toujours écouté que de la musique “augmentée”. Bref c’est pas parce que ça sonne mieux que c’est de la plus haute fidélité.

      @Jon8, plusieurs personnes prétendent que la vraie source analogique c’est le R2R, pas juste boulga. En fait je n’ai jamais entendu quelqu’un contredire cette affirmation sur la base d’écoutes personnelles. je me suis moi-même trouvé une belle petite otari 2-track que je compte bien mettre à l’essai un de ces quatres. Le fun après tout, c’est d’expérimenter.

    • Est-ce que ce sont les enregistrements qui sonnent froids et stériles et qui ont besoin d’un peu de chaleur en provenance du système ou de la salle d’écoute pour sonner “lifelike”? Une autre voie à explorer. Dans la catégorie des “il parait que”, eh bien il parait que les mixeurs misent sur le boost qu’une salle d,écoute donnera dans le bas-médium pour équilibrer leur son. Une fois égalisé flat, à cette extrémité-ci de la chaine, la plupart des enregistrement manqueraient effectivement de basse.

      Pas super “chaud” comme son.

    • le véritable test ultime serait qpeut êt de simplement comparer ces trois choses:
      un instrument analogique live
      Un ruban
      Un disque dur

      Pas de chanson pour évaluer, juste des notes ou sons ben straight de 20 secondes.

      Deux questions : lequel est lequel et lequel sonne le mieux?

    • Juste une petite question comme ça. Le fameux test de Jon8, qu’est-ce que c’était au juste ? Et quelle conclusion, si conclusion il y a, en est-il sortie ?

      Pour la fermeture d’HMV, l’avenir est là. Que l’on aime ou pas. Personellement, ça fait 2 ans que je n’ai acheté aucune musique sur support physique. Je suis passé au tout numérique et j’en suis bien heureux. Oui, il y a une perte de qualité théorique mais qui ne se remarque pas dans des conditions d’écoute normale sur du matériel “grand public”. On est quand même plus à l’époque pas si lointaine des MP3 128Kpbs… Le côté pratique balance amplement cette supposé perte de qualité.

      Pour moi, ce passage est pour le mieux. Je ne m’ennuie pas du tout des mes cassettes et vinyles que j’ai jeté joyeusement à la poubelle il y a plusieurs années. Et je commence à songer faire de même avec mes CD.

      Pour ce qui est de FLAC qui ne lève pas, les raisons sont pourtant évidentes: pour 99.9% des gens, l’augmentation importante de la taille des fichiers ne justifie pas le gain souvent imperceptible de qualité par rapport à un MP3 256 ou 320. Et le fait que, pour le moment, les FLAC ne supporte pas les tags comme MP3 complique la vie des utilisateurs. Bref, de gros inconvénients pratiques pour un gain qualitatif théorique mais souvent imperceptible. Ou encore, pour la même raison que l’immense majorité des gens enregistrent leurs photos numérique en JPG plutôt qu’en RAW. A moins d’être un pro et de tirer des grands formats à longueurs de journée, vous ne verrez pas la différence sur un 4×6 tiré à la pharmacie…

    • C’était ça: http://blogues.lapresse.ca/brunet/2010/12/11/le-defi-de-jon8-trompe-loreille/

      Le film a été désactivé. Je vais m’informer…

    • En terminant, je souligne que tous les articles indiquant les très graves difficultés financières de HMV et son incapacité à payer ses créancier (approche de la faillite en quelque sorte) décrivaient objectivement un problème clair et net: l’agonie du CD.

    • “Je ne m’ennuie pas du tout des mes cassettes et vinyles que j’ai jeté joyeusement à la poubelle il y a plusieurs années. Et je commence à songer faire de même avec mes CD.”

      De grâce, vendez-les ou donnez-les, mais ne les jetez pas. C’est criminel d’avoir jeté des vinyles.

    • Vous devriez organiser une collecte…

    • @Ghost

      Les vinyles ont été jeté lors d’un déménagement il y a de cela plusieurs années. Ça devait faire une dizaine d’année que je n’avais plus de table de tournante et personne dans mon entourage n’était intéressé pour la même raison… Même chose pour les cassettes, qui de toute manière ne fonctionnait plus correctement pour la plupart. Sans compter que j’avais racheté en CD les albums que j’aimais vraiment. Donc pas d’intérêt pour moi de garder le vieux stock. Je ne suis pas de ceux qui appréciais particulièrement les vinyles: trop capricieux à mon goût et peu pratiques. J’étais donc heureux de me débarasser de ces disques “scratcheux” et cassant et de ces cassettes dont le ruban casse au froid et fond au soleil et qui doivent s’entortiller au moins une fois dans leur vie dans le lecteur.

      Pour mes vieux CD, lorsque j’y fouille je retombe régulièrement sur le premier disques des BB, que j’ai dû acheté alors que j’étais dans la lune. Il me fera plaisir de vous le refiler! Et j’ai quelques autres trucs pas plus glorieux, ou des albums qui ont juste très mal vieillis. Quand je vois ces albums, j’ai toujours envie de m’allonger le bras pour les mettre à la poubelle.

    • Bien sûr que le CD est en voie de disparition et les commerces doivent s’ajuster sinon…

      Ce que je vois plus dans cette histoire ce sont les colosses au pied d’argile et la même chose pour les majors et ce que ces ”brillants’, hommes d’affaires ont comme idée c,est de devenir encore plus gros.

      C’est là leur problème ! On comprend que des petits commerces peuvent ne pas avoir une taille suffisante pour être efficace mais des plus petits et des moyens peuvent plus facilement se transformer et en douceur.

      Puis ils se sont pas surendettés eux ? Aucune idée sur leurs finances et essayer d’en faire une analyse financière.

      des géants trop gros et trop souvent mal gérés.

      Des commerces ferment, d,autres ouvrent pour prendre leur place.

      Archambault ? Renaud-Bray ? Je serais porté à croire qu’ils ont encore plusieurs années devant eux mais combien ?

      Moi, je ne suis qu’un petit consommateur et je vais où cela fait mon affaire et même que quelque chose est en disparition si cela se vend encore et que cela fonctionne dans mon lecteur CD qui n’a qu’après tout que onze ans… J’achète encore des CD_R Musique que je grave mais en petite quantité.

      Pas grave, c’est en vente dans tout bon Jean Coutu près de chez vous… LOL… Pour des cartes iTunes aussi… Également chez Couche-Tard.

      Parlant de Couche-Tard, la Céline Dion y distribuait son dernier CD, même au dépanneur ! Certes, il est entrain de disparaître et de plus en plus vite mais cela empêche pas les Veudettes de presser le citron au maximum encore pendant qu’il reste du jus à en tirer…

    • Pour les vinyles, je me souviens à l’époque au primaire un gars avait ramassé dans les poubelles des 45 tours et il était venu m’en faire écouter un … LOL

      http://www.youtube.com/watch?v=QGRHy6ZaAfw

    • @jon8

      Disons qu’une personne a un chaîne grand public récente avec station iPod et qui joue aussi des CD…

      Il ya une différence de qualité sonore avec des fichiers d’un certain minimum de qualité ?

      Les gens iront pas se faire suer à se déplacer pour le CD dans ce temps là à moins que la pochette soit vraiment belle. Le livret numérique peut suffir !

      Bien oui le CD s’en va depuis la venue des iPod… Et dans l’auto ? C’est pas là que vous allez regarder des pochettes d’albums surtout si vous êtes au volant.

      Quand même, quand même… Garder tout sur votre disque dur d’ordi c,est pas fameux surtout qu’on peut tout perdre. Des copies de sécurité alors…

    • Lecteur, l’original italien remixé: http://www.youtube.com/watch?v=7W3GRpcDbQM

    • ”Le film a été désactivé. Je vais m’informer…”

      Si quelqu’un a vraiment un intérêt à visionner ça, je peux sûrement trouver une copie et re-hoster le video moi-même.

      Dommage que l’enthousiasme n’y soit plus vraiment, j’aurais pu envisager faire un test part II du type Vinyle v.s. Numérique qui aurait fait un certain bruit (si je puis dire..haha)

    • @carljf

      ”Juste une petite question comme ça. Le fameux test de Jon8, qu’est-ce que c’était au juste ? Et quelle conclusion, si conclusion il y a, en est-il sortie ?”

      Conclusions à l’époque (sous toutes les réserves du low profile que j’affichais alors):

      Le fichier numérique de type compressé LOSSY (avec perte) est non identifiable de tous les fichiers numériques Lossless, Non-compressé ET Haute définition… à partir d’un minimum de débit: ce qui était dans notre cas +/- 256kbps pour du MP3 et 128kbps pour du AAC.

      Bref, tout ce qui se vend en 2013 sur le web est 100% fullproof, non identifiable à l’oreille de l’original ”master”. Donc, toute quête d’une ”meilleure qualité” est futile parce que passée les capacités d’audition de l’être humain moyen.

      Voilà.

      Maintenant, libre à vous de contester et… de le prouver.

    • “Vois comme je suis bon prince, Ghost. Je t’invite formellement à apporter tes propres haut-parleurs référence dans nos locaux pour passer le même test que les autres ont passés. Au moins, tu vas *vivre* l’expérience par toi-même et on va pouvoir en discuter sur des bases sérieuses. Je fournis le café ou le thé.”

      The proof of the pudding is in the eating ;-)

    • Cette chute de HMV me fait penser au gros T Rex prédateur qui était le top dans les carnivores voraces et qui reçoit un météore en pleine face! Lui et tout ses semblables vont disparaître dans un temps relativement court.

      L’histoire est cyclique, y parait!

    • Les prochains à passer à l’histoire ce seront les radio FM avec leur 65 % de zizik franco. À l’ère du numérique et de l”internet nous ne sommes plus les otages de l’ADISQ

    • @unholy_ghost

      “il ne faut pas qu’une expérience soit reproduisible pour qu’elle soit valable”.

      Vous n’êtes pas sérieux ? La reproductibilité est l’un des piliers de la méthode scientifique !

    • Ce genre de digression nous permet tout de même de faire le point sur cette question… avant de poursuivre la discussion.

      Pour faire très court, je n’ai strictement rien contre le vinyle. J’en ai quelques milliers d’ailleurs, que je conserve depuis longtemps et j’en acquiers de nouveaux… bien que je n’alimente pas cette passion de débusquer les 33 tours non numérisés – l’actualité sonore à couvrir et l’approfondissement de ma connaissance des grandes oeuvres m’occupent à temps plein. Je trouve aussi sympa que le vinyle soit une valeur refuge (pour l’instant)et, pourtant, je vis très bien avec ce «problème» fondamental de la déperdition de l’information sonore, inhérente à la technologie numérique. Puisque mes propres oreilles ne peuvent percevoir cette déperdition (enfin, c’est le résultat de mon écoute… réelle lorsque mes fichiers numérisés sont bien diffusés) je ne peux m’opposer fondamentalement aux améliorations constantes du «scan numérique» en y préconisant de manière exclusive une technologie analogique d’impression et de reproduction parce qu’elle serait théoriquement une «transfiguration» plus fidèle du son originel.

    • « Le véritable test ultime serait qpeut êt de simplement comparer ces trois choses:
      un instrument analogique live
      Un ruban
      Un disque dur »

      Le véritable test ultime serait de communiquer avec le département d’audiologie de l’hôpital le plus près de chez vous afin de prendre rendez-vous pour une évaluation complète.

    • Jon8,

      ”Dommage que l’enthousiasme n’y soit plus vraiment, j’aurais pu envisager faire un test part II du type Vinyle v.s. Numérique qui aurait fait un certain bruit (si je puis dire..haha)”

      Moi sérieux, j’aimerais bien. Vraiment pas parce que je crois que ça prouverait que tu as tort, mais parce que ça serait intéressant. Je n’ai vraiment pas de certitudes à ce sujet et je suis bien curieux. Vraiment, en ce qui me concerne, je crois que ce que tu crois être ma personnalité et mes idées sur le sujet sont en raison de la logique qu’implique une discussion web anonyme. Je n’ai jamais remis en question les bases de ce que tu dis car je n’en sais rien et que de toute façon, ça ne changerait pas mes habitudes qui, je l’ai dit 1000 fois, repose sur un tas de choses autre que la stricte qualité sonore.

      Mes réserves concernent vraiment des aspects très mineurs et ne portent pas du tout sur le fond de ce que tu dis. Que je n’aie pas les qualifications pour débattre au-delà de ça, c’est plus qu’évident. Ce qui me dérange plus est d’être perçu comme un intégriste de l’analogique alors que même si Dieu lui-même venait sur terre me donner la vérité sur la ‘’supériorité” du numérique je ne serais 1) pas vraiment surpris 2) pas choqué.

      Pour terminer, un petit élément biographique. Je fais de la musique dans un milieu ou la révérence envers les synthétiseurs analogiques frôle l’hystérie. Dans plusieurs entrevues, j’ai carrément dit que je travaillais beaucoup avec du numérique et que beaucoup des sons utilisés sur mes premiers enregistrements sont en fait de l’émulation. Crois-moi, quand t’es dans ce circuit, ça prend du culot juste dire ça. À vrai dire, j’utilise à la fois des instruments numériques et analogiques. Et j’enregistre sur disque dur et non sur ruban. Je sors les trucs à la fois en CD, en formats compressés et en vinyle. Live, nous n’utilisons que de l’analogique, mais c’est un autre débat. Chaque médium a ses forces et d’après moi, le bonheur, c’est surtout de pouvoir profiter de tout ça à la fois.

      Merci pour ta contribution.

    • ”Le véritable test ultime serait de communiquer avec le département d’audiologie de l’hôpital le plus près de chez vous afin de prendre rendez-vous pour une évaluation complète.”

      Peut-être aussi qu’un bon cours sur comment écrire avec un iPad dans lequel on insiste sur la nécessité de se relire ne serait pas une mauvaise chose pour moi.

    • Lecteur parle d’écoute de musique en auto, ce qui me rappelle que le facteur « portabilité » est étonnamment peu évoqué ici, compte tenu de son importance dans la numérisation de la musique, depuis 35 ans. Toutes sortes d’images me reviennent en vrac : le premier walk-man qui est apparu dans ma gang de boutonneux était de marque Akai et pesait environ 5 kilos; mon oncle Réal avait un lecteur de cassettes 8 pistes dans sa Pontiac Parisienne; au début des années 80, on avait mis sur le marché le Mister Disc!?!, si je me souviens bien, un lecteur de 33 tours portable…

    • @hardy
      Vous vous rappelez de cette vidéo réalisée par Jean-Christophe Laurence? Des enfants de 7 ou 8 ans tentaient de deviner à quoi servaient ces objets technologiques archaïques? Il faudrait que votre oncle Réal fasse le tour des écoles pour faire un peu d’éducation populaire..

      http://www.youtube.com/watch?v=x-IgK-ooLkM

    • Moi au départ, ma mère ne voulait pas que j’aie un Walkman, prétextant que j’allais devenir sourd. Alors elle m’a acheté un Bone Fone…

      http://blog.modernmechanix.com/bone-fone/

    • Ma passion pour les vinyles ne se limite pas du tout à qui sonne le mieux entre ce dernier et le numérique et oui, la qualité de l’oeuvre et l’émotion m’importe beaucoup plus que la fidélité.

      Un 33 tours sur ma vieille AR ou Luxman sonnera différemment. La combinaison bras, cartouche, pré-ampli, ampli, enceintes forment une chimie improbable, une coloration souvent très « musicale » mais pas toujours « fidèle » et j’en suis conscient.

      Mon cerveau n’est pas un analyseur de spectre, c’est l’émotion qui prime.

      Idem pour le numérique : certaines pièces musicales ne souffrent pas trop de compression numérique élevée, d’autre oui. Ça dépend. Il y trop de paramètres, trop de facteur à considérer. À mon avis, la qualité des DAC est trop importante pour ne considérer que la compression des données.

      Une comparaison vinyle/numérique? Vraiment? On est pas sorti du bois…

    • Pour mener une telle expérience, il faudrait une méchante préparation, effectivement. Longue évaluation sur la faisabilité, méthode préconisée (cette fois, on ne pourrait passer à côté de l’approbation scientifique), composantes choisies, pool de spécialistes (de toutes tendances) prêts à mener toutes les étapes jusqu’aux tests et à la compilation des résultats. Pas évident du tout.

    • Placebo, le test du vinyle v.s. numérique pose encore plus de problèmes que l’autre. À commencer par le choix d’équipement: n’importe quel choix de table et cartouche ne fera pas l’unanimité. Puis ce sera le pre-amp, l’ampli, les haut-parleurs… Ensuite, il y a la question de la méthodologie: est-ce qu’on s’entend sur le concept de faire une numérisation directe d’un album (lequel?) et ensuite de comparer la copie à l’original en test à l’aveugle d’identification ? Et en cas d’identification vraiment facile, faut-il enchaîner immédiatement avec un test d’appréciation en aveugle ?

    • « Je fais de la musique dans un milieu ou la révérence envers les synthétiseurs analogiques frôle l’hystérie. »

      L’analogique, c’est simplement un « trip ».

      Est-ce que mon SH-1000 sonne mieux que mes soft-synth ou est-ce à cause boutons que je peux manipuler en temps réel? Ou bien, contrairement à tout ce que j’ai de numérique, parce que je peux y torturer les filtres à mort?

      C’est un trip, une expérience personnelle qu’on a avec l’instrument.

      Analogique? Numérique? Mêler les deux, autant à enregistrement qu’à l’écoute peut souvent donner les meilleurs résultats, du moins les plus « musicaux ».

      De toute façon, à moins d’avis contraire, les micros et des haut-parleurs sont analogiques. Nos oreilles aussi.

    • norvège

      Fou comme le numérique tend à faire disparaître l’objet. Et quand il doit exister, il est vu comme rapidement jetable ou obsolète ou à peu près.
      .
      Au travail, une collègue évoquait ses souvenirs. Je travaillais sur une machine à écrire quand j’ai commencé. Une plus jeune lui a demandé tout de suite : C’est quoi ça, une machine à écrire?

    • En fait, peut-être que je fais fausse route, mais la véritable comparaison devrait être l’analogique 9et non strictement le vinyle) vs le numérique. Effectivement, le ruban est probablement moins ”teinté”.

      Mais ouin, pour le reste, je ne vois pas comment y arriver.

    • On prend comme pour acquis que ce genre de test n’a jamais eu lieu. Je crois qu’on se trompe.

      Tiens, déjà en fouillant 10 secondes sur Google, je trouve des tests à l’aveugle fait maison:

      http://www.hydrogenaudio.org/forums/index.php?act=ST&f=21&t=7953

      Ça date de 10 ans (rien pour avantager le numérique!) et la méthode est fautive: le gars l’avoue d’ailleurs dans son texte: il a reconnu grâce au différence de niveaux (il faut bien sûr contrôler les niveaux).

      Mais déjà on remarque une tendance: On est certain, a priori, de capter une différence… Puis en aveugle on ne trouve plus le moyen de garder ses points de repère.

      Le test de type needledrop que je proposais serait à mon avis extrêmement ”confusant”.

    • pboudreau,

      ”C’est un trip, une expérience personnelle qu’on a avec l’instrument.

      Analogique? Numérique? Mêler les deux, autant à enregistrement qu’à l’écoute peut souvent donner les meilleurs résultats, du moins les plus « musicaux ».”

      C’est vraiment ma conclusion aussi. Parfois j’écoute mes propres chansons et je ne sais même plus quoi est quoi. Je peux avoir l’impression que ça vient du SH-2, puis j’ouvre mes pistes et je vois que c’est un soft synth…

      En ce qui me concerne, ce n’est pas tant le son que le rapport à la machine (et donc à la création) qui est différent. L’équipement sans presets (et pré-MIDI si on a pas de kit ”rétro fit”) implique une approche différente et possède un côté un peu aléatoire. Moi j’aime bien, pour d’autre c’est insécurisant.

    • Placebo, le ruban on s’en tape encore plus que le vinyle puisque personne n’écoute ça dans la réalité quotidienne. Déjà, le vinyle doit se tenir debout et justifier que de l’équipement de 100,000$ soit sur le marché pour son playback…

    • Ben d’accord, mais à ce compte, à peu près personne n’utilise au quotidien n’importe quelle pièce d’équipement qui serait utilisée.

      La base de ce que je dis, c’est surtout qu’il faut contourner le signes distinctifs qui viennent du média lui même pour se rapprocher de l’essentiel : l’enregistrement, la captation comme tel.

    • bon, bon… les audiophiles de ”mon” forum me conseillent d’arrêter d’essayer de sauver les dinosaures de l’extinction :-/
      A+

    • Si les dinosaures se sont éteints, c’est surtout qu’ils étaient assez intelligents pour prévoir qu’éventuellement, ils auraient à subir Occupation Double. Ils ont préféré mourir avant.

    • « les audiophiles de ”mon” forum me conseillent d’arrêter d’essayer de sauver les dinosaures de l’extinction : »
      .
      Si je suis victime d’une éruptio volcanique comme à Pompéi, on me retrouvera peut-être enseveli sous les cendres tenant à la main le bras d’un tourne-disque. Les experts du futur se confondront dans la signification de ce geste : Religieux, guerrier, sexuel?

    • « Si les dinosaures se sont éteints, c’est surtout qu’ils étaient assez intelligents pour prévoir qu’éventuellement, ils auraient à subir Occupation Double. Ils ont préféré mourir avant. »
      .
      De toute façon, on parle pour rien dire. D’après les créationnistes au pouvoir à Ottawa, les dinosaures n’ont jamais existé. La preuve : le créationniste en chef rencontre les gagnants d’Occupation double.

    • Atchoum, je dois vous dire qu’on vous me faites crouler de rire presque à chaque jours. Merci!

    • Si le mont Royal était un volcan, comme le chantaient les Moutons noirs à l’époque, et qu’il pétait là là, tout de suite, et que je mourrais enseveli sous les cendres, les secouristes ou les archéologues me retrouverait en train d’écouter le nouveau Yo La Tengo en continu sur Grooveshark et de me demander si j’allais l’acheter en vinyle, CD, FLAC ou MP3.

    • Haha! Tu parles d’une de mes tounes hardy canyon..! Que j’l'avais oubliée…
      J’ai reparti un band d’ailleurs. M’ennuyais trop de jouer de l’électrique avec du vrai monde… Ça commence à torcher…Mais on a toujours pas de nom. Suggestions?

    • *oups, mourais et retrouveraient

    • Heureux que tu aies capté le clin d’œil, Be-Bop! Ça s’était classé dans les premières positions du palmarès franco annuel de CISM 1996 ou 1997, non? Et également heureux d’apprendre que tu t’es reparti un band (précision : « oups, mourais et retrouveraient » n’est pas une suggestion de nom).

    • Les Cas lourds

    • Pour faire plaisir à Boogie: Les Collés-op-taires

    • Ou Les Charen-sons.

    • C’est gentil, merci pour l’effort ; )

      Indeed hardy. Dispo en format cassette seulement.
      C’était l’époque où enregistrer un cd coûtait encore pas mal de bidous…

    • Pour les intéressés, un texte qui tombe pile paru aujourd’hui même sur le site de Tape Op. Traite de la complémentarité future entre les technologies d’enregistrement analogues et digitales.

      http://tapeop.com/blog/2013/01/17/analog-investment-age-pono/

    • Ça me rassure de voir qu’il y a pas mal de blogueurs ici qui ont encore moins de vie que moi. Lol

    • Pour ma part, ça me rassure de voir des gens qui ont encore plus d’amertume que moi face à la vie.

    • H.S.

      La fille sur CISM parlait du groupe ”Mise en demeure” et d’un show en salle où le chanteur se serait mis nu deux fois…

      Ce qui me fait rire, c’est que je me trompais avec un autre groupe ”Police de Moeurs” ou quelque chose du genre…

      Cela me fait juste sourire ses shows là pour des plus jeunes et non pas plus ”fous” mais ”fous” d’une autre manière…

      MDR :) ;)

    • Tiens quelqu’un parle des dinosaures et de leur extinction cela me fait penser à un intello à la radio qui précisait très bien que la théorie de l’évolution N’a RIEN À VOIR avec l’intelligence mais bien plus sur la faculté à se REPRODUIRE.

      C’est plein d’animaux disons du type insectes entre autres qui sont des plus laids et probablement peu intelligents quoiqu’il ne faut pas les sous-estimer et qui sont là depuis la nuit des temps, ils ont une fonction à remplir dans l’écosystème par contre.

      Alors que des animaux d’une beauté et probablement d’une intelligence rare ne peuvent survivre que dans certains environnements. Ils veulent rien savoir de cela.

      La même chose pour des chiens qualifiés de peu intelligents par certains éleveurs ou autres utilitaristes, bien non ces chiens sont raffinés, mélomanes aimant la compagnie des belles femmes ou de rois et princes s’ils daignent bien les traiter. LOL Un lévrier, par exemple, j’en voudrais pas mais c’est plus intelligent que bien des ”ours”. Un Setter Irlandais, cela j’aimerais mais il faut être dans le bon environnement pour le chien et avoir le temps.

    • Le CD disparaît ?

      Bien oui, comme la cassette Beta de notre magnétoscope dans le temps quoique cela survivait pour un autre marché…

      Plus de disquette 5 1/4 floppy non plus, ni de disquette rigide 3 1/2.

      Ils feront des pochettes numériques de plus en plus élaborées.

      L’objet ? C’est l’iPod, l’iPad et autres smartphones ou tablettes.

    • Si je partais un groupe punk demain, j’irais pour quelque chose de moins intello mais quand même politique et caustique: Les mangeux d’marde, par exemple.

    • « Les Tireux d’roches » et « Les Batteux-Slaques » sont déjà pris, dans des sous-genres différents.

    • @effet__placebo

      17 janvier 2013
      14h11
      Pour ma part, ça me rassure de voir des gens qui ont encore plus d’amertume que moi face à la vie.
      ___________________________________
      On peut avoir de bonnes raisons pour ça. Dénoncer les injustices et les iniquités n’est pas nécessairement une source d’amertume.

    • “Si je partais un groupe punk demain, j’irais pour quelque chose de moins intello mais quand même politique et caustique: Les mangeux d’marde, par exemple.”

      Exactement pourquoi tu ne devrais pas donner suite à cette idée : )

    • @effet_placebo
      Je pense que tu te sentirais de la même façon si tu avais tout fait by de book. Travailler fort, étudier à l’université, faire des sacrifices, prendre tes responsabilités, faire les choses bien, être honnête, intelligent, instruit et te retrouver ds des jobs de merde, mal payées, où tu te fais insulter, mépriser par des trous de cul. Que tu n’as jamais assez d’argent pour faire une vie, avoir une famille, une maison etc. et que tu le mérites plus que ces trous de cul de secondaire et CEGEP syndiqué (es) protégé (es) qui te traitent comme de la merde, par exemple. Moi, je ne trouve pas ça bien. Je sais que je mérite mieux et je sais ce que je vaux. À la longue ça crée bcp de frustrations. Pour moi, c juste important de conscientiser les gens au sujet de certaines injustices dont les médias ne parlent jamais ou sont très mal renseignés. Ceux qui se sentent visés n’aiment pas ça et sont comme toi sarcastiques. Ceux qui sont au-dessus de leurs affaires ne pensent pas que ça va leur arriver un jour. Jusqu’à leur premier cancer par exemple. Là, ils commencent à comprendre le sens de la vie parce que la mort leur envoie la main.

    • Il est indiqué d’échanger ce type d’informations-remarques-répliques ailleurs que sur ce blogue… Bonne soirée.

    • Scotch,
      Je ne m’attarderai pas trop. Je compatis vraiment avec ta situation, mais tu n’es pas la seule à avoir souffert dans la vie. On a tous nos moments difficiles et nos échecs. Je connais des gens qui ont vécu des choses nettement, mais alors là nettement pire que les injustices que tu décris. Ils ont juste choisi de faire autre chose que de se plaindre à répétition des mêmes choses de façon anonyme à des gens qu’ils ne connaissent pas.

      Je ne me sens visé par rien de ce que tu dis parce que je n’ai jamais été dans une position pour pouvoir installer de telles injustices, pas plus que je n’ai bénéficié d’un confort syndical ou patronal particulier. J’ai aussi parfois le sentiment de ne pas avoir un travail à la hauteur de mes ambitions, de mes études ou de mon mérite, mais je m’en fous un peu car j’haïs travailler et tout ça ne veux absolument rien dire pour moi. Je n’ai aucune ambition de carrière. Sorry, wrong guy.

    • @alainbrunet

      17 janvier 2013
      20h45
      Il est indiqué d’échanger ce type d’informations-remarques-répliques ailleurs que sur ce blogue… Bonne soirée.
      __________________________
      Ce n’est pas moi qui ai commencé le bal. Et je ne peux laisser passer des accusations gratuites. Ça devient de l’acharnement malsain qui n’a en effet pas sa place sur ce blogue.

    • @effet__placebo

      17 janvier 2013
      21h22
      Scotch,
      Je ne m’attarderai pas trop. Je compatis vraiment avec ta situation, mais tu n’es pas la seule à avoir souffert dans la vie. On a tous nos moments difficiles et nos échecs. Je connais des gens qui ont vécu des choses nettement, mais alors là nettement pire que les injustices que tu décris. Ils ont juste choisi de faire autre chose que de se plaindre à répétition des mêmes choses de façon anonyme à des gens qu’ils ne connaissent pas.
      _______________________________
      Ce n’est pas se plaindre à répétition. C dénoncer et informer sur certaines injustices qui me touchent. Les artistes le font, les journalistes le font, pourquoi pas les blogueurs? La musique touche tous les sujets, les sens, les perceptions, les émotions, le calcul, le rythme, l’intelligence. Chaque pièce de musique nous touche différemment pour des raisons différentes et tout ça est politique, économique, philosophique, mathématique, sociologique ne serait-ce que le simple accès à la musique elle-même. Dans le fin fond de l’Afrique avec aucun support technologique, on sort les tam-tams, on les fabrique à la main, on a le même désir de se rassembler pour danser qu’au Igloofest. Le même désir de s’amuser pour oublier nos soucis aussi différents soient-ils. C le pouvoir de la musique. Suis-je hors-sujet Alain?

    • Un peu pas mal. scotch, je vous l’ai dit des dizaines de fois: vous parlez peu musique, il y a une trrrès forte portion vos répliques concernant des sujets/opinions qui n’ont rien à voir avec celui qui vous est suggéré, sans compter votre sempiternel auto-apitoiement qui n’a pas sa place sur un blogue de musique. SVP ne répliquez pas à ce que je viens de formuler, ça n’en finit plus de finir. Je me réjouis cependant d’une certaine amélioration concernant vos réactions directes sur les sujets proposés. Pour le reste, ça n’aide tout simplement pas votre cause. N’en jetez pas davantage, la cour est pleine.

    • @alain b.

      Je trouve ça assez dégueulasse comme affirmation. Bonne continuation à vous.

    • Dégueulasse… toujours le mot juste !

    • HMV Canada se porte peut être mieux mais pour combien de temps? Comme bien des gens, j’achète beaucoup moins de CD qu’avant. J’ai toujours la crainte de tomber sur un disque mal pressé. J’utilise les fichiers MP3 320kbps et FLAC en majorité maintenant et oui on peut tagger les fichiers FLAC. J’écoute sur vinyle aussi à l’occasion pour la différence au point de vue sonore que cela apportent.
      Les années ou les mois sont peut être comptés pour HMV Canada et Archambeault ne sera pas épargné. Mais étant donné que c’est Québécois, ça va devenir un fleurons qu’il faudra protéger à tout prix et notre créationnistes monétaire en chef (Pauline) et ses disciples en mission divine tels les prêtre du temps vont alors allonger les millions. Vous savez ces créationnistes qui sont persuadés que l’argent se crée dans les arbres. Moi c’est ceux là qui m’inquiète!

    • C’est rare qu’on vous lit ici, M. Duhaime! Félicitations pour votre chronique à Radio X.

    • Ce dont est atteint GBU24, dites, est-ce que ça s’attrape quand on le lit? Ça m’inquiète, je crois.

    • @alainbrunet

      18 janvier 2013
      13h38
      Dégueulasse… toujours le mot juste !
      _____________________________________________

      C très blessant. Vous n’avez aucune sensibilité pour les sentiments d’autrui.

      NDLR: Si je n’avais aucune sensibilité pour les sentiments d’autrui, vous seriez disparue définitivement de blogue il y a quatre ans. Or vous êtes toujours là et jouissez d’un taux très élevé d’écoute/tolérance.

    • GBU24… J’ai bu 24. Tout s’explique.

    • @scotch

      18 janvier 2013
      16h08
      @alainbrunet

      18 janvier 2013
      13h38
      Dégueulasse… toujours le mot juste !
      _____________________________________________

      C très blessant. Vous n’avez aucune sensibilité pour les sentiments d’autrui.

      NDLR: Si je n’avais aucune sensibilité pour les sentiments d’autrui, vous seriez disparue définitivement de blogue il y a quatre ans. Or vous êtes toujours là et jouissez d’un taux très élevé d’écoute/tolérance.
      _________________________________
      Bon, je ne vais quand même pas m’arracher la tête pour un blogue. G déjà pas mal de soucis et de stress en ce moment.

      NDLR: Voilà qui est une sage attitude ! Vous avez toute mon empathie pour vos soucis, mais… un blogue de musique n’est pas une plate-forme pour exprimer nos soucis.

    • @Alainb
      Pourtant les artistes et les musiciens s’inspirent bcp de leurs soucis et des injustices sociales. Le rap, le hip-hop, Bruce Springsteen etc.

    • Oui c’est vrai. Faites comme eux !

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2013
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité