Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 15 janvier 2013 | Mise en ligne à 13h55 | Commenter Commentaires (24)

    Pantha du Prince, Elements Of Light

    Pantha du Prince Elements of Light

    Hambourgeois devant l’Éternel (les profils biographiques n’indiquent pas s’il est végétarien), Hendrik Weber nous offre un quatrième album sous le pseudonyme Pantha du Prince: Elements of Lights, étiquette Rough Trade. Après avoir séduit la planète électro avec l’excellent Black Noise (février 2010), le DJ et réalisateur allemand est issu de la techno et de la house, il s’attaque aujourd’hui à un projet ambitieux : marier son électro à un arsenal de cloches de toutes tailles. Sorte de Tubular Bells technoïde ? Évitons la caricature, mais… Qu’est-ce qui cloche au juste ? Rien de particulier, en fait, rien non plus pour se rouler par terre.

    Deux écoutes successives mènent à ce constat: ce « laboratoire » ne mène pas très loin ses recherches polyphoniques et polyrythmiques pour ainsi créer l’amalgame escompté, et ce malgré les moyens mis en oeuvre. Pour y parvenir, cela exigerait des notions plus approfondies en composition. Au mieux, ce DJ intelligent arrive à ficeler des propositions simples et ainsi intéresser un auditoire peu familier avec une telle lutherie. C’est déjà ça…

    À la décharge de Pantha du Prince, on ne peu nier ici l’effort d’élévation: à des structures technoïdes, on observe la juxtaposition de motifs harmoniques inspirés du prog et des musiques minimalistes américaines – re-Reich, vous vous en doutez bien. Dans un contexte où l’auditoire technoïde ne connaît pas nécessairement les procédés compositionnels qu’ont intégré depuis belle lurette les mélomanes de la musique contemporaine et plus encore, cela peut avoir son utilité.

    Liens utiles

    Pantha du Prince, profil Wiki

    Site officiel


    Site de l’étiquette Rough Trade

    First listen sur NPR, écoute intégrale


    Metacritic: moyenne de 78% fondée sur 8 critiques

    Pantha du Prince & the Bell Laboratory – Trailer 1 from Sandra Trostel on Vimeo.

    Pantha du Prince & the Bell Laboratory – Trailer 2 from Sandra Trostel on Vimeo.

    Pantha du Prince & the Bell Laboratory “Spectral Split” (Official Music Video) from Sandra Trostel on Vimeo.


    • Déception, donc ?

      Moi j’ai surtout aimé This Bliss. 2007, déjà…

    • « ce « laboratoire » ne mène pas très loin ses recherches polyphoniques et polyrythmiques pour ainsi créer l’amalgame »
      .
      Si besoin est, on lui souhaite plus de succès dans ses recherches polygamiques pour ainsi créer un amalgame parmi tant d’autres…

    • @jon8

      Je dirais correct. Bel effort…

    • Vous voilà Calembourgeois, Alain?

    • À défaut d’être panthaduprincier…

    • ha ha ha!

    • Ça l’air d’un disque fait sur mesure pour un spectacle Mutek… soit en version beat à la SAT (light) ou au Métropolis (full orchestre) , soit en version beatless à A/Vision.

      Dans les 2 autres disques (The Bliss et Black Noise), il y a pas mal de “proto-cloches” … on voit que ce c’est pas nouveau pour Pantha…

      Max.

    • @maximilien

      Effectivement, la version sur scène semble assez spectaculaire si l’on s’en tient aux vidéos. Ça devrait le faire.

    • À la première écoute, je préfère les cloches de l’aiguiseur roulant qui circule parfois dans les rues de ma ville, l’été. Avec en background la rumeur urbaine, Monsieur couteau produit une mélodie singulière qui produit une certaine émotion. Mais peut-être est-ce à cause de la faim qui me tenaille ?

    • Voilà une opinion tranchée !

    • Primeur hors sujet dédiée à ghost :

      http://avecpasdcasque.bandcamp.com/track/mon-dos-nest-pas-une-chaise

    • Ah, je le savais. J’attends le vinyle.

    • @alainb. Effet Panthagruel ? Bien repu, je préfère les cloches cuisinées par monsieur du Prince dans Abglandz, par exemple. J’y entends presque mon affuteur ambulant. Mais il faut garder l’estomac auditif ouvert.

    • OK ghost, et ça, tu l’as commandé en vinyle?

      http://www.youtube.com/watch?v=wmBB22VTFos&feature=player_embedded

    • Nan, merci de la suggestion.

    • il a dit vinyle, monsieur Brunet, c’est lui qu’ya commencé monsieur Brunet

    • Dites-moi : il existe un genre de « salon privé » chez Alain Brunet. C’est vrai qu’unholy_ghost a déjà fait mention d’une Ligue du vieux poêle. Ça semble assez restreint comme forum. Pour érudit. Remarqué, je ne me plains pas car je trouve les échanges plutôt instructifs et sympathiques, parfois académiques, mais bon : nous sommes dans un cyberespace libre. Fallait que je le dise…

    • Et cette primeur est dédiée à jon8, qui passe son temps à nous bassiner avec Radiohead :

      http://www.youtube.com/watch?v=yxWBd840E9g&feature=player_embedded

    • Ouin… une étrange impression que quelqu’un sonne à la porte. J’ai cependant adoré Black Noise, un torture test plutôt agréable si on a de bons woofers.

    • Bon, une dernière primeur hors sujet, dédiée à boulga celle-là :

      http://www.youtube.com/watch?v=42DpROriEYI

    • Si le commentaire parle de musique et que
      ça n’entraîne pas une discussion sans fin…

      Si ça permet de découvrir des choses intéressantes…

      C’est pas le but de l’exercice??

      D’ailleurs, j’ai pas l’impression que ce Prince
      va déclencher les passions ici ce matin!!

    • Ca manque de profondeur et de genie. Je vais continuer a ecouter le maitre japonais Kitaro qui sait descendre dans la profondeur de l’ame et aussi Andreas Vollenweider qui sait charmer nos serpents interieurs .

    • Vous êtes reptilien eternite?

    • Pour la petite histoire des pays d’en haut…..Quoi que le crédit de cet album soit donné à Weber, mentionnons que ce projet est né à Oslo, suite à une prestation qu’il avait faite avec des musiciens norvégiens au Øya festival, en 2011.
      Forte contribution norvégienne sur cet album: co-compositeur et arrangeur Lars Petter Hagen, (par ailleurs directeur du festival de musique contemporaine Ultima), Martin Horntveth (percussion Jaga jazzist) et Vegar Sandholt, carillonneur officiel de l’hôtel de ville de Oslo.Les carillonneurs diplômés étant peu nombreux, on peut dire que ce Sandholt est une bibitte rare.
      Just saying…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2011
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité