Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 14 janvier 2013 | Mise en ligne à 16h01 | Commenter Commentaires (19)

    A$AP Rocky : Long.Live.A$AP

    A$AP-Rocky-LongLiveA$AP

    Rakim Mayers, alias A$AP Rocky: 24 ans, natif de Harlem, élevé dans le Bronx et le New Jersey, fils d’un dealer ayant fait de la taule, dont le frère aîné fut assassiné lorsqu’il avait lui-même 12 ans. Toutte allait ben, en aurait déduit Jean-Luc Bonspiel à l’époque glorieuse (et lointaine) du groupe Vent du Mont Schärr.

    A$AP Rocky a fait parler de lui en 2011 pour son très bon mixtape Live. Love. A$AP, production plus artisanale, flow relax, ambiances enfumées. En 2012, on a d’abord vu le MC new-yorkais au Corona (janvier) où il faisait l’objet d’un buzz. Six mois plus tard, il était invité à Osheaga parmi les stars de la constellation indie, avec en poche un contrat de 3 millions $ chez RCA. Les enchères continuent de monter en 2013 avec ces 16 titres réunis sous la bannière Long.Live.A$AP. – en version de luxe.

    Voilà certes l’album (d’expression anglaise) le plus en vue en ce début d’année, bien au-delà de la planète hip hop.

    En cours de production, il s’est dit des choses sur le retrait de l’album d’un duo enregistré avec Lana Del Rey… et retenu par Interscope. Nul besoin d’être un crack du hip hop et sa périphérie pour reconnaître la qualité des invités recrutés sur cet album: Santigold, Kendrick Lamar, Florence Welch (sans ses Machines), Drake, Overdoz, Action Bronson, Schoolboy Q, etc.

    Une telle brochette d’invités mène à croire que la réalisation ne provient pas (non plus) exclusivement du hip hop, voyez la liste des participants qui ont travaillé sous la gouverne d’A$AP Rocky, Bryan Leach et Mark Pitts : Skrillex, Danger Mouse, Birdy Nam Nam, Jim Jonsin, Rico Love, Finatik & Zac, Frank Romano, Hit-Boy, T-Minus, Nikhil Seetharam, Clams Casino, Soufien3000, Noah “40″ Shebib, C. Papi, Hector Delgado, LORD FLACKO, Friendzone, A$AP Ty Beats, Joey Fatts, V Don, Jonathan “MP” Williams, Emile Haynie, Amanda Ghost.

    Américains, Britanniques et Français de toutes couleurs toutes esthétiques ont collaboré à ce qui aurait très bien pu finir comme une pizza toute garnie, spectaculaire name dropping… sans fil conducteur. Je ne me roule pas par terre au finish mais… tout plein de fragments sonores très créatifs (beats, machines, filtres, grooves, voix, etc.) surgissent dans cet album qui fait bien la synthèse entre cultures hip hop, électro ou carrément indie pop. Quant au texte, eh bien ce n’est pas vraiment là que ça se passe… on est loin, très loin de Langston Hughes ou de Gil Scott Heron.

    Long.Live.A$AP est lancé officiellement le 15 janvier mais… vous pouvez pas mal tout écouter ci-dessous.

    Liens utiles

    A$AP Rocky, profil wiki

    Long.Live.A$AP, profil Wiki

    A$AP Rocky, site officiel

    Écoute de l’album sur Deezer


    • “Toutte allait ben ! en aurait déduit Jean-Luc Bonspiel à l’époque glorieuse de Vent du Mont Schärr.”

      Wow!

    • Ca, Hardy, c’est ce que vos et mes filles laisseront entrer dans nos chaumières dans quelque temps, après MixMania et LMFAO.

    • ”Vent du Mont Schärr”

      Awesome, j’veux l’vinyle ’sti!
      Comment j’ai pu passer à côté de ça? ah ouais, en 87 j’écoutais du U2…

    • H.S.

      HMV en faillite.
      Un autre gros symbole des changements du paysage.

    • ’sont gniaiseux les gros bonnets de HMV, non ? ’suffit qu’à vendre exclusivement du vinyle pour repartir toute la patente! C’est l’avenir, le vinyle, j’ai un bol à clés fait en vinyle recyclé, c’est dire.

    • bt627 :

      Tout à fait, et voici ce qu’on chantera en chœur, au souper :

      Uh, uh, catch me ridin’ like a bitch
      Got the six forty-five, catch me ridin’ with my bitch
      Uh, long hair, Lana, that’s my bitch
      Uh, You can tell by the swagger and the lips, uh

    • Hardy, Pitchfork a mis “Call Me May Be” dans son top 100 (#29) des meilleurs chansons. L’honneur est sauve.

    • T’inquiète Joninou, y’a déjà la gallete chez Uncle Ghost…

    • Ouin, moi aussi j’écoutais U2 en 87… Comme la planète entière.

      U2 et Vent du Mont Scharr aussi. Pourquoi se limiter au rock chrétien?

    • Ha! Aussi, bon débarras His Master’s Voice.

    • Grosse production c’est évident. Un univers intéressant…
      Par contre, j’avais lu sa biographie avant d’écouter l’album. De ce fait, je m’attendais à du gros Beat New-Yorkais alors que ce n’est pas du tout le cas. Je n’avais pas allumé sur la tonne de collabos hétéroclites. De plus, son flow me rappelle plus Ludacris que les rappeurs renommés de New-York.
      Tout ca pour dire que j’ai été un peu bousculé… ce qui n,est pas une mauvaise chose… je me suis par contre consolé ;) sur Havoc de Mobb Deep qui sort un projet fou… un peu pas mal dark et violent mais de ma palette.

      http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=buygQ1C2GFs

    • J’ai vraiment aimé le mixtape de A$AP, ça flotte, c’est smooth, sa manière d’enchainer est excellente. Je vais sans doute aller me chercher l’album plus tard, mais j’aurais bien aimé pouvoir l’écouter sur Grooveshark; ça ne marche pas pour moi.

    • “C’est l’avenir, le vinyle, j’ai un bol à clés fait en vinyle recyclé, c’est dire.”

      En effet, il n’y aura plus que des vendeurs de vinyles d’ici un an. Pour le reste, il y a un certain mépris pour un tranche quand même importante de mélomanes et audiophiles, non?

    • En 1987, j’écoutais surtout U2 et Anne Clark. Où s’en sont allées ces vertes années?

    • Euh… le HS vinyle, c’est sur le post de Burial.

    • « Quant au texte, eh bien ce n’est pas vraiment là que ça se passe… on est loin, très loin de Langston Hughes ou de Gil Scott Heron. »

      Bon flow, belle brochette d’invités et de collaborateurs, percées dans d’autres champs musicaux, c’est très bien tout ça, mais l’indigence langagière et poétique est mauditement frappante. On est loin, très loin de Langston Hughes ou de Gil Scott Heron, vous dites? Calvâsse, on est loin de Jay-Z.

      « Leave a motherfucker laying still/ Bang him with the stainless steel »… Je m’ennuie d’Abd Al Malik.

    • Abd Al Malik est aussi très loin devant… Même Jay Z fait figure de lettré à côté de ça, effectivement…

    • @elisef

      Essayez le lien Deezer ci-haut. Le Grooveshark cause problème, effectivement.

    • Pitchfork, qui a largement contribué au buzz entourant cette belle gueule, donne un 8.5 à son album. C’est à se rouler par terre. Seule Goldie vaut son pesant d’or. Ah et peut-être celle avec Santigold (s’il faut absolument en choisir une autre)

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2009
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité