Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 12 janvier 2013 | Mise en ligne à 14h41 | Commenter Commentaires (4)

    Matt Ulery: jazz de chambre, musiques annonciatrices

    Matt Ulery By A Little Light

    Greenleaf Music, label initié par le trompettiste Dave Douglas, nous a fait découvrir en 2012 l’excellent opusBuy A Little Light, projet mené par le contrebassiste et compositeur Matt Ulery. Y participent les pianistes Ben Lewis et Rob Clearfield, les batteurs Jon Deitmeyer et Michael Caskey, le clarinettiste Michael Maccaferri, le flûtiste Tim Munro, le trompettiste et bugliste James Davis, le violoniste Zach Brock, l’altiste Dominic Johnson, le violoncelliste Nicholas Photinos, le vibraphoniste Matthew Duval, la chanteuse Grazyna Auguscik.

    Originaire de Chicago, Matt Ulery est d’abord associé à l’idiome jazzistique si l’on s’en tient aux collaborations mentionnées sur son profil wiki: Kurt Rosenwinkel, Tim Hagans, Fareed Haque, Maria Schneider, Howard Levy, Wynton Marsalis, Curtis Fuller, Carl Allen, Patricia Barber.

    On écoute cet album et… on a peine à la circonscrire au strict territoire du jazz. Rigoureusement composées, incluant néanmoins l’improvisation, ces musiques réunies sous la bannière Buy A Little Light expriment ce que tant de jeunes musiciens éduqués ressentent aujourd’hui: le désir d’exprimer simultanément les patrimoines classiques d’Europe, les musiques contemporaines de tradition occidentale, le minimalisme américain, les musiques balkaniques, le tango moderne et le jazz contemporain.

    Ce qui mène à poser la question: ces chambristes d’aujourd’hui évoluent-ils dans une zone hybride qui restera entre deux mondes ? Ou encore sont-ils en train de définir le cadre dominant de demain, c’est-à-dire la fusion des grandes musiques contemporaines, écrites et improvisées ?

    Liens utiles

    Profil Wiki

    Site officiel

    Site Greenleaf Music

    Deux pièces à écouter sur Soundcloud


    • Dark Harvest, avec les vieux films, me rappelle vaguement Different Trains de Steve Reich. Il y a un juste un petit peu de répétitif pour y voir un tout petit quelque chose de semblable.

      Et le début de A Litte Light le confirme.

    • Très bel album, peut-être un peu placide dans sa 1ère partie (si équilibré) puis qui s’élève dans la 2e partie, avec des pièces vocales surprenantes. J’ai beaucoup aimé le Highway Rider de Brad Mehldau, qui me semblait de la même eau, mais By A Little Light me semble avoir une petite coche d’âme supplémentaire. J’encourage vivement les amateurs de jazz à aller sur le site de l’étiquette de Dave Douglas (Greenleaf) pour l’acheter. 12$ pour un album-double en FLAC, voilà un achat en téléchargement que je ne regretterai pas! (et il y a aussi le dernier Dave Douglas, même adresse. Surprenant album d’hymnes et autres pièces qui ont accompagné les funérailles de la mère du trompettiste. By A Little Light et Be Still partagent plus que la même étiquette.

    • « Ce qui mène à poser la question: ces chambristes d’aujourd’hui évoluent-ils dans une zone hybride qui restera entre deux mondes ? Ou encore sont-ils en train de définir le cadre dominant de demain, c’est-à-dire la fusion des grandes musiques contemporaines, écrites et improvisées ? »

      Ou alors est-ce que les orchestres de chambre réputés délaisseront quelque peu leur répertoire habituel pour interpréter ces nouvelles œuvres hybrides?

    • Ça se passe dans les deux directions, en fait.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2013
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité