Alain Brunet

Archive du 26 novembre 2012

Lundi 26 novembre 2012 | Mise en ligne à 19h50 | Commenter Commentaires (12)

Angelo Finaldi: le chemin inverse

Angelo Finaldi Désoriented Voyage

Puisque l’automne 2012 est propice aux sexagénaires toujours allumés après moult décennies d’intense showbiz , pourquoi ne pas vous causer de cet album d’Angelo Finaldi ?

D’aucuns croient encore que le bassiste, compositeur, songwriter, arrangeur et chef d’orchestre est un has been ayant déjà fait dans la pop grand public. Que ses belles années remontent à l’époque de cet aréopage italo-montréalais à l’assaut de la pop rock québécoise, canadienne ou anglo-américaine – Michel Pagliaro, Gino Vannelli, Serge Fiori, Walter Rossi, Gino Soccio, Tony Roman…

Eh bien non. J’ai redécouvert Angelo Finaldi à l’époque du groupe Blues Gitan (Denis Violetti) dont il était le bassiste, suivi de son propre projet Wop Pow Wow et de celui dont il est ici question: Désoriented voyage, sous étiquette Artik. Étrangement, il a suivi le chemin inverse du musicien pop aspirant au succès de masse; plutôt que de gérer son patrimoine ou, pis encore, de diluer sa peinture, il l’a rendue plus riche et plus épaisse. Composition plus fine, exigence de virtuosité pour ses interprètes, sens exacerbé de l’absurde, folie fellinienne, éclectisme étourdissant.

Depuis plusieurs années, cet artiste évolue en parallèle du grand public et se produit toujours avec d’excellents musiciens. Ce qu’il offre musicalement est de très fort calibre mais… l’économie de la culture étant ce qu’elle est, il doit s’en tenir à des considérations plus artisanales pour rendre ses projets viables. Tout de même étonnant pour un mec ayant fréquenté la variété pop rock ! Qui se raffine considérablement, choisit la voie difficile et refuse la variète dans une conjoncture ou rien n’est acquis pour un musicien qui veut gagner sa croûte. Voyons voir de plus près.

Opéra-bouffe indie exprimé en trois langues? Vaudeville alternatif ? Impossible d’en résumer simplement la trame dramatique.

Comment, au fait, orchestrer toutes ces créatures qui peuplent l’imaginaire d’Angelo Finaldi? Il vaut mieux les regarder courir dans toutes les directions! Sans chercher à y mettre de l’ordre. Il vaut mieux boire d’un trait cette allégorie faussement historique où amiral italien, robot musical, amérindiens, francophones, immigrants italos, déesse de la dolce vita, aspirant chien-ténor bref une distribution hallucinante de personnages caracolent dans un scénario abracadabrant.

De l’Italie du 17e siècle à la Nouvelle France en passant par le centre-ville de Montréal et les banlieues! Voilà ce qui grouille dans la tête d’un créateur assumé. S’y greffe une déferlante de styles musicaux dont le musicien fait usage avec grande maîtrise: funk, pop, jazz, rock, hip hop et autres grooves ouest-africain ou antillais. Certes davantage porté vers Nino Rota et Frank Zappa que vers Tony Massarelli et Dino Martini.

Voici d’ailleurs la distribution :

D.J. Ali D. : Greg Smith:
Virgilio-Fofo : Angelo Finaldi
Ossobuco: Stephane Tellier
Lucifero Cardinale: Dino Tavarone
TartarugA: Angelo Finaldi
Human Pasta: Le Choeur Wop Pow Wow
Skizza Pizza: Béatrice Bonifassi
Sirena Out-of-Tuna: Danielle Charland
La Timida Vesta (Gallo-Romaine): Joannie Labelle
Yepa Princesse de l’hiver: Joannie Labelle
Mario Sal e Pepe: Mario Monaco
Stella: Coco Finaldi

Écoutez et donnez-en des nouvelles.

Liens utiles

Écoute intégrale de Désoriented voyage sur Bandcamp

Lire les commentaires (12)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2009
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité