Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 25 novembre 2012 | Mise en ligne à 18h06 | Commenter Commentaires (6)

    M pour le mieux ?

    M ÎL

    Les habits de carnaval ? L’hyper-théâtralisation de la pop-rock ? Très peu pour moi. Ce nouveau look de Flash Gordon ayant survécu à l’électrocution ne me plait guère plus que les désormais révolues fringues roses du chanteur français. Cela produit chez moi l’effet d’un turn-off plutôt qu’un élément attractif.

    Exentrique ou excentré, ce M? Qu’importe, ces considérations sont secondaires à bien y penser. Sa musique l’emporte sur les bédés d’où il semble émerger. Depuis la fin des années 90, n’est-il est pas l’un des rares artistes français à avoir obtenu un certain succès en Amérique francophone, à tout le moins un vrai succès d’estime auprès des amateurs de chanson de qualité?

    Perso, j’ai aimé le début de sa carrière, j’ai aimé l’album Je dis aime (son deuxième), et puis j’ai plus ou moins oublié jusqu’à ce qu’il vienne à Montréal (La Tulipe, été 2009) roder le spectacle de l’album Mister Mystère, son précédent.

    Trois ans plus tard, je n’avais pas d’énormes attentes avant la sortie de cet Îl et… sauf quelques excès de la voix de fausset, j’y repère de la musique fort bien jouée dans ce sixième album studio signé Matthieu Chedid. Figurent dans cet album au moins quatre très bonnes ou excellentes chansons (Laisse aller, Mojo, Machine, Océan, L’île intense I ), alors que le reste me semble bon ou moyen.

    Comme c’est le cas depuis les débuts artistiques de M, je déplore quelques écarts trop considérables entre les styles, de la rumba catalane à l’avant-rock en passant par le rock hendrixien et le jazz manouche. L’éclectisme a aussi ses limites, du moins dans le cadre d’un seul projet. Rappelons néanmoins que tout est possible en création en autant que l’intégration des matériaux en fasse valoir les origines diverses au profit d’un tout cohérent.

    À sa décharge, M dit en interview que le liant de cet album serait cette île imaginaire sur laquelle cohabitent plusieurs mondes, plusieurs décors. Hum… il me semble que cette suite de décors aurait pu être mieux conçue. Avec l’énergie de la scène et les effets visuels qui y seront associés, la perception pourrait être tout autre.

    Ces bémols étant émis, il faut reconnaître sa capacité de renouvellement musical. Matthieu Chedid est un excellent musicien et un compositeur de très bon calibre, dont on sent le désir d’aller plus loin musicalement. C’est déjà beaucoup pour un mec de 40 ans ayant connu le succès populaire. Tant de stars s’éteignent au troisième ou quatrième opus, ce qui n’est pas le cas qui nous occupe.

    Liens utiles

    Mon interview avec Matthieu Chedid

    Matthieu Chedid, profil wiki

    Site officiel

    Écoute intégrale de Îl sur MusicMe


    • Des Triplettes de Belleville au tristounette Il…

    • « Ce nouveau look de Flash Gordon ayant survécu à l’électrocution »

      Très bon!

      Matthieu Chedid est à la pop française tous azimuts – de Brigitte Fontaine à Johnny – ce que les Sadies sont au rock de racines de ce côté-ci de la gouille.

      J’accueille bien cet éclectisme somme toute relatif : M ne passe tout de même pas du deathcore au chant de gorge inuit. Ça fait un album très consistant dans son hétéroclisme, comme une crêpe bleuets-jambon-cheddar vieilli-fraises-crème chantilly, dans laquelle on aurait pris bien soin de ne mettre ni fromage bleu ni pamplemousse. Laissez-vous aller, c’est qu’ça c’est le Mojo.

    • « Figurent dans cet album au moins quatres très bonnes ou excellentes chansons (Laisse aller, Machine, Océan, L’île intense I et II), alors que le reste me semble bon ou moyen. »

      Je rangerais Mojo dans les très bonnes ou excellentes aussi.

      On peut écouter l’album sur MusicMe :

      http://www.musicme.com/#/M-(Mathieu-Chedid)/

    • J’aime bien.Mais je préférais M dans ses délire excentrique du début.Ça devient trop ”mainstream”.
      Gilles Ménard

    • @hardy

      Oui Mojo, bien sûr. Merci pour le lien MusicMe.

    • Ouaip. Il y a un copain de ce Matthieu, un autre Mathieu avec rien qu’un t celui-là, qui a lancé un album réconfortant récemment : Boogaerts, avec ses rimes nasillardes sur rythmes qui ondulent discrètement.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2008
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité