Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 19 novembre 2012 | Mise en ligne à 10h45 | Commenter Commentaires (47)

    Rework: remixer Philip Glass

    philip-glass-rework-philip-glass-remixed

    Rework: Philip Glass Remixed, a été lancé il y a quelques semaines sous étiquette Kora Records. Plusieurs artistes ont été conviés à participer à ces relectures encouragées par le compositeur américain. Beck Hansen en est le principal artisan, le projet a été réalisé de concert avec Hector Castillo (David Bowie, Björk, Lou Reed).

    Au New York Times, Beck expliquait récemment avoir dressé une longue liste de musiciens ayant des affinités avec l’oeuvre de Philip Glass. Écouter cette musique et réfléchir à la manière dont elle a marqué les musiciens et découvrir de nouvelles corrélations auxquelles je n’avais jamais réfléchi ou pris pour acquises, qu’il s’agisse de Sufjan Stevens ou de Radiohead.

    Comme tant d’observateurs, Beck croit que la musique pop d’aujourd’hui doit beaucoup à l’oeuvre de Glass:

    «Surtout lorsque j’ai oeuvré à mon propre remix. Lorsque j’ai écouté des fragments des œuvres de groupes au cours des derniers 40 ans. Il y a, je crois, ces patterns dans la musique et, je crois que cela est devenu une partie de la conscience de différents musiciens. Qu’ils l’aient réalisé ou non.»

    Pour sa part, Philip Glass estime avoir toujours été à l’aise avec les musiciens dits pop. «Nous nous sommes battus pour détruire ces barrières et ces barrières ne sont plus là. Il n’y a pas de combat. Lorsque j’écoute de nouveaux compositeurs, il n’est pas clair pour moi déterminer s’ils ont été formés dans les conservatoires ou dans des bars, restaurants ou salles destinées à musique pop dans les grnades villes. Ça n’a plus aucune pertinence.

    Chose certaine, l’indice de coolitude de Philip Glass , qui a franchi le cap des 75 ans cette année, demeure élevé. Enfin si l’on s’en tient à ces centaines de musiciens et compositeurs marqués par son oeuvre et ce type de projet à son effigie.

    Après avoir écouté cette douzaine de relectures à trois reprises, j’ai le sentiment d’un travail inégal quoique de plus en plus intéressant au fur et à mesure qu’on multiplie les auditions.

    Hormis Beck qui signe lui-même une relecture de 20 minutes et 51 secondes et dont on reconnaît clairement la facture, ce «Remix Project» réunit les travaux de plusieurs créateurs de renom: Amon Tobin, Tyondai Braxton, Cornelius, Dan Deacon, Johann Johannsson, Nosaj Thing, Memory Tapes, Silver Alert, Pantha du Prince, My Great Ghost et Peter Broderick ont été recrutés pour remixer Philip Glass. Sauf le remix de Beck (NYC: 73-78) et celui de Pantha du Prince (Mad Rush Organ, durée de 12 minutes et 53 secondes), les autres remixes sont assez courts (entre 3:44 et 6:45). Pas toujours super de prime abord, mais qui s’installent progressivement dans les hémisphères…

    Liens utiles

    Résumé du projet sur le site Kora Records

    Achat direct sur le site officiel de Philip Glass


    Interview Glass et Beck du New York Times

    Philip Glass, profil wiki


    • Il y a un Steve Reich Remixed qui est fort intéressant. J’ai hâte d’écouter ce remix de Mr Glass.

    • L’influence de Glass chez Stevens, c’est assez limpide.

      Ce qui est paradoxal de ce remix à sauce électro de Glass, c’est que l’oeuvre de Glass elle-même est un repiquage ‘à vrais instruments’ de l’électro, notamment l’arpégiateur automatique apparu au début des seventies (et grandement popularisé par la série Jupiter de Roland).

    • Exact, _boulga. Chez Sufjan, c’en est même presque trop évident dans certains cas.

      Quant aux aller-retours entre musique électronique et musique instrumentale, ils n’ont cessé de se multiplier depuis l’avènement des sons de synthèse. Pas pas plus tard que ce week-end, d’ailleurs, on pouvait l’observer dans les rythmes préconisés par la jazzwoman Elizabeth Shepherd. Le batteur Mark Nelson a visiblement absorbé break beats et drum’n'bass, pour ne citer que ceux-là.

    • Me semble que c’est Glass qui est un inspirateur de la musique électronique, pas l’inverse. Il composait bien avant l’arrivée des arpégiateurs.

    • Également vrai, angel_eyes, Glass composait bien avant mais, en cours de route, les outils de la musique électronique en ont peut-être aussi marqué l’esthétique. _boulga pourrait d’ailleurs nous donner ses sources sur le rapport entre Glass et l’arpégiateur.

    • Mmmh, va falloir que j’écoute ça. Ça fait un bout que Glass est dans ma liste de trucs à découvrir… On commence avec quelle œuvre pour se familiariser avec son travail?

      Coté pionniers de l’électronique, je me demande si Raymond Scott pourrait bénéficier de ce genre d’hommage un jour. Son travail est trop méconnu à mon avis.

    • @angel_eyes

      Pas vraiment. Il était chauffeur de taxi jusqu’en 1969, alors que des oeuvres électro grand public remplissaient les tablettes depuis au moins 5 ans. Ses premières réelles oeuvres datent du début des années ‘70. Son style arpégé à l’extrême trouve sa conscération dans ‘Einstein on the Beach’ en 1979, ou justement, des vrais instruments doublent des séquences électroniques arpégées automatiquement.

      @voie

      Commencez par Koyaanastatsi (je me souviens jamais comment écrire ça).

      @AB

      J’ai pas de sources. À l’oreille, c’est ultra patent. Beaucoup d’arpégiatteurs électroniques ont même aujourd’hui la fonction ‘Phillip Glass’, c’est dire !

    • Effectivement, à l’oreille ça tombe sous le sens. PG a commencé à composer dans les années 60, à l’époque où il étudiait avec Nadia Boulanger. Ses constructions d’arpèges étaient déjà tangibles avec la pièce Strung Out, rendue publique en 1967: http://www.youtube.com/watch?v=ntfdmh5laTc

    • « Pour sa part, Philip Glass estime avoir toujours été à l’aise avec les musiciens dits pop »

      Ça ne date pas d’hier, c’est sûr. J’avais vu Koyaanisqatsi mais j’avais accroché pour de bon en 1986 grâce à ses Songs from Liquid Days. Des compos de Glass mises en paroles par Laurie Anderson, David Byrne, Paul Simon et Suzan Vega, bref, le gotha pop new-yorkais de l’époque. J’avais acheté la cassette, que j’ai écoutée jusqu’à ce que le ruban pète. Et au chant, entre autres, Linda Ronstadt et Bernard Fowler (qui est devenu l’un des choristes attitrés des Stones).

    • Le remix de Braxton pourrait facilement passer pour une pièce de Battles, son ancien groupe.

    • ”Pas toujours super de prime abord, mais qui s’installent progressivement dans les hémisphères…”

      Soit véritablement inégal ou c’est du type ”grower”. Seul le temps le dira.

    • Il y a aussi beaucoup de Reich chez Sufjan Stevens, me semble-t-il.

    • @Voie_royale

      Écoute le film Koyaanisqatsi, puis la trilogie des Qatsi. Si la musique t’emmerde par moment, il y aura toujours les images.

    • Koyaanisqatsi. Un film fétiche très bien imagé par Godfrey Reggio. On peut le regarder de tous plein d’angles.
      http://www.youtube.com/watch?v=me04BWqr_Xo
      Très drôle et pathétique à la fois entre 3:20 et 3:50.

    • ça me fait penser qu’il faut que j’écoute Samsara, le p’tit dernier de Ron Fricke.

    • je viens de voir que Ron Fricke a plutôt réalisé Baraka (mon favori dans la ”collection”) et participé à l’écriture des qatsi.

      Dead can dance là dedans, ouf! les frissons.

    • Glassworks est aussi un bon de départ pour découvrir l’oeuvre de l’artiste. Une fois assimilé, on ne se lasse jamais de Glass.

      La projection de Koyaanisquatsi doublée de la trame sonore jouée live par Glass et son orchestre à la Place des arts au siècle dernier, est un moment que je n’oublierai jamais!

    • C’est dans l’instrumentation que Reich se rapproche de Stevens.
      Sinon, je me rappelle la collaboration de Glass avec Shankar comme quelque chose de particulièrement étrange. Si on veut du bonbon rose et lisse méticuleusement empoisonné, Mishima.

    • Oui Mishima ou la trame sonore du film The Hours… Il y en a trop…

    • ”La projection de Koyaanisquatsi doublée de la trame sonore jouée live par Glass et son orchestre à la Place des arts au siècle dernier, est un moment que je n’oublierai jamais!”

      arrêtez, je salive et jalouse!

    • “Sinon, je me rappelle la collaboration de Glass avec Shankar comme quelque chose de particulièrement étrange. ”

      Oui, l’excellent album Passages.

    • « La projection de Koyaanisquatsi doublée de la trame sonore jouée live par Glass et son orchestre à la Place des arts au siècle dernier, est un moment que je n’oublierai jamais! »

      J’étais là aussi, fin février 2000, au théâtre Maisonneuve. Phil et sa bande avaient fait Anima Mundi, Koyaanisqatsi et Powaqqatsi, ainsi que des extraits de trames sonores. On parle de Dylan et de Neil Young qui ne sont pas loquaces. Philip Glass ne s’était pas tellement fait aller le mâche-patates non plus. Mais au moins il accorde des entrevues…

      « Sinon, je me rappelle la collaboration de Glass avec Shankar comme quelque chose de particulièrement étrange. »

      Passages… C’est ma mère qui m’avait fait connaître cet album. Sans blague.

    • Je profite de ce billet pour attirer l’attention sur la « recomposition » par Max Richter des « Quatre saisons » de Vivaldi.

      Making of :

      http://www.youtube.com/watch?v=tidGU4S69DI&feature=plcp

      Un exemple du traitement de Max Richter :

      http://www.youtube.com/watch?v=Q0DSnxHYu9Y&feature=related

    • Oneohtrix Point Never avait fait un remix de de Koyaanisquatsi… que Beck n’a pas retenu.

      Pas mal, l’album de Oneohtrix avec Tim Hecker (Welcome to the Machine…) :

      http://www.npr.org/2012/11/09/164794495/first-listen-tim-hecker-daniel-lopatin-instrumental-tourist?ps=mh_fl

    • @voie_royale
      Bien humblement, je vous suggérerais de commencer avec “The Photographer” pour vous familiariser avec Philip Glass.
      http://www.discogs.com/Philip-Glass-The-Photographer/release/449210

    • Est-ce que Cornelius a fait la prise Johnny Cash en s’appropriant la pièce Opening ou l’originale y est supérieure ?

    • @jon8
      Je ne crois pas qu’il y ait quoi que ce soit de supérieur à la matière originelle. J’aime néanmoins ce que certains ont fait, Beck en premier lieu. Ce dernier est resté lui-même à travers sa relecture.

    • Moé là là là, je trouve que Philip Glass, ça fait pas mal répétitif et redondant!

    • ”Moé là là là, je trouve que Philip Glass, ça fait pas mal répétitif et redondant!”

      Certaines pièces (me souviens pu quel(s) album(s)) sont l’équivalent de la goutte chinoise. Étrangement, ma blonde adore. Pis moi je fini par aimer ça aussi…

      Pourtant, y a quelque chose de pas mal plus irritant dans de la redondance vocale v.s. la redondance que l’on retrouve dans du beat techno par exemple.

    • Je viens d’écouter l’originale de Opening (sur Glassworks?) et il me semble que c’est exactement la même chose, y a pas de ”rework” là dessus ?

      6:24 au lieu de 6:45, that’s about it ?

    • @jon8
      ”v.s. la redondance que l’on retrouve dans du beat techno par exemple”

      C’était plus ou moins sérieux ma remarque car j’écoutais du Glass dans le temps que j’écoutais aussi du Meredith Monk. J’voulais faire mon (là là Tremblay) qui s’introduit dans
      une discussion sur Glass pour le fun!

      Sur ce, il faut évaluer ce genre d’approche artistique comme on le ferait pour un explorateur ou un inventeur avec son prototype. Dans le même esprit j’aurais pus dire que ”Carré blanc sur fond blanc” de Malevitch, manque cruellement de couleurs!!!

      Mais j’en veux pareil un ptit peu à Glass pour avoir inspiré toute cette génération d’imposteurs qui utilisent cette formule au premier degré ainsi que leurs fans qui sont pas mieux de se satisfaire d’une création aussi maigre dans certaines formes de techno comme vous le souligné.

    • Tabarnouche que vs aimez les affaires plattes vs aut’es. Pis le maudit app de La Presse marche mal sur le Iphone.

    • Scotch, une chance qu’on t’a.

    • G un acouphène faque la musique pas trop fort. Otite, étourdissement, vomissement, j’ai l’impression d’avoir un camion ds la tête, saoule sans une goutte d’alcool. Je comprends pourquoi les enfants hurlent quand ils ont des otites.

    • ”Tabarnouche que vs aimez les affaires plattes vs aut’es. Pis le maudit app de La Presse marche mal sur le Iphone.”

      Ouin mais nous z’aut’es on a pas juste l’air d’en boèère, on en boué pou’ vrai, du scotch!

    • Tiens, un Glenmorangie sur glace in a glass avec Glass, c’est la classe.

    • Scotch, j’ai eu aussi un acouphène qui m’a passablement gâché la vie pendant plusieurs mois. Premièrement, tu n’écoutes plus de la musique avec des écouteurs. C’est fini pour toi. D’ailleurs, personne ne devrait écouter de la musique forte dans des écouteurs, à voir les crétins qui mettent le son au max dans les bus, on se dit qu’on s’en va vers une génération de sourds. Deuxièmement, tu n’utilises plus de Q-tips. Déjà que c’est dangereux pour tout le monde, moi mon acouphène redoublait quand je me curait les oreilles.

      Bon, c’est juste deux conseils, mais aujourd’hui je n’ai plus d’acouphène.

    • ghost, vous êtes un aidant naturel si je ne m’abuse.

    • « Tiens, un Glenmorangie sur glace in a glass avec Glass, c’est la classe. »

      Mieux vaut un Glenmorangie sur glace qu’une blennorragie full blast.

    • @ghost
      C l’otite qui fait l’acouphène patate.

    • ghost, ça vous apprendra à jouer au bon samaritain 2.0.

    • Ahleuchatistas, from North Carolina. Ça devrait plaire à Boogie.

      http://www.youtube.com/watch?v=aVocVCfls1E

    • Ayoye! Ça m’apprendra à être gentil…

    • Au moins en étant gentil ça a fait moins mal.

    • Croyez-moi, ça fait mal.

    • @Ghost
      Chaque acouphène a une cause différente. G vu le généraliste, je vais voir l’ORL début décembre.

    • Tant mieux, bien sincèrement.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « oct    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité