Alain Brunet

Archive du 7 novembre 2012

Mercredi 7 novembre 2012 | Mise en ligne à 16h22 | Commenter Commentaires (60)

La vengeance est douce au coeur du Benjamin

Benjamin Biolay Vengeance

Vengeance, sixième album de Benjamin Biolay, est lancé trois ans après La Superbe, généreuse et brillante production qui fut celle de sa consécration définitive au terme d’un parcours chaotique, à tout le moins en dents de scie. Et plus d’une année après la sortie de la bande originale du film Pourquoi tu pleures ? dont il a campé le rôle principal.

De quelle vengeance est-il question au juste ? Paradoxalement, de celle qui peut y mener. Démons, irritants, accrocs, mauvaises passes, regrets, pertes. On se venge du fiel qu’on a déversé, des vibrations vénéneuses qu’on a nourries. « La vengeance est un plat au goût de presque rien….» , note sagement l’auteur dans la chanson-titre de son nouvel opus.

On y recense pas moins de quatorze titres, dont plusieurs incluent des participations notoires – Vanessa Paradis, Gesa Hansen, Oxmo Puccino, Orelsan, Sol Sanchez, Julia Stone, Carl Barât. Toute la palette de Biolay y est investie: le musicien doué, l’auteur élégant, l’arrangeur multi-référentiel, l’interprète sensuel. Il y incarne l’amoureux sincère, le mec largué par l’être aimé, le cocu s’adressant à l’amant de sa femme (séquestré par le mari si l’on s’en tient à l’extrapolation vidéo… ça joue dur !), le félin qui rentre les griffes en ronronnant, le serpent qui ravale son venin, la bête en quête de sérénité. Homme affable, homme à femmes, homme idoine, le narrateur jure d’aspirer à ces états d’être.

Bien qu’il soit dévoilé par la pop culture hexagonale, l’univers de Biolay n’est pas simple comme les dépêches qui en ont rapporté les frasques et les excès. Pop classique Bacharach-Barry-Morricone, chanson française-française, space rock, soul blanche, coldwave, pop-folk, hip hop, bref la pizza royale d’un requin capable de tout dévorer en studio. Et de faire une réelle offrande de sons richement captés, agencés, mixés, balancés dans l’espace.

Une fois de plus, le défi consistait à coudre toutes ces étoffes, en offrir une courte-pointe cohérente, à ainsi résumer l’univers foisonnant d’un artiste qui a encore à dire. À savoir si cette proposition porte l’urgence, la force viscérale bref l’inspiration de La superbe, cela n’est pas évident à répondre d’emblée. C’est d’ailleurs pourquoi on imagine les avis partagés… On applaudit néanmoins l’effort et le talent, tout en laissant cet opus faire son travail.

Liens utiles

Benjamin Biolay, site officiel

Biolay, profil wiki

Écoute intégrale de l’album sur MusicMe


Benjamin Biolay Aime Mon Amour (exclu vidéo) par Europe1fr

Lire les commentaires (60)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2009
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    232425262728  
  • Archives

  • publicité