Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 31 octobre 2012 | Mise en ligne à 12h46 | Commenter Commentaires (41)

    Macadi Nahhas, superbe chanteuse jordanienne au FMA

    macadinahhas-facebookcover-03

    Les amateurs de musiques non occidentales seront ravis d’aller à la rencontre de Macadi Nahhas, invitée à se produire à la 5e Salle de la Place des Arts ce jeudi, dans le cadre du Festival du Monde Arabe. On qualifie la chanteuse jordanienne d’étoile montante de la scène arabe contemporaine, qu’elle fait aussi preuve d’un engagement humaniste dans le contexte d’une zone du monde affligée par maints conflits politiques, religieux ou moraux comme on le sait.

    Le voile diaphane de cet organe vocal absorbe toute la lumière disponible et peut mener à de très hautes altitudes. Son timbre et sa tessiture ne sont pas sans rappeler la grande Fairuz. On ne s’étonnera pas que Macadi Nahhas ait collaboré avec le pianiste, compositeur et jazzman oriental Ziad Rahbani, fils de la superdiva libanaise.

    Originaire d’Oman, cette superbe interprète puise dans tous les patrimoines de la grande région dont elle est issue : Jordanie, Syrie, Irak, Palestine, Liban. Ce qui n’exclut pas les incursions dans les musiques contemporaines non orientales, Sa maîtrise vocale des grandes traditions et musiques classiques arabes n’exclut pas l’ouverture au jazz moderne et aux musiques afro-latines.

    D’où ce rendez-vous fixé sur une scène montréalaise avec l’ensemble québécois OktoEcho, qui orchestre tant de métissages probants entre Occident et Orient. Avis aux intéressés, la pianiste et jazzwoman Marianne Trudel est membre de cet ensemble dirigé par la très allumée compositrice Katia Makdissi-Warren qui s’exécute en différentes configurations. Cette fois, on préconise une formation relativement réduite pour accompagner Macadi Nahhas – comme ce fut le cas il y a deux ans pour la chanteuse syrienne Lena Chamayan.

    Voilà un beau risque pour votre soirée de jeudi.

    macadi khilkhal

    Liens utiles

    Festival du Monde Arabe de Montréal

    Profil biographique de Macadi Nahhas et albums en écoute intégrale sur Yala FM

    Site officiel de l’ensemble OktoEcho


    • Allez, bien que je ne comprenne pas un mot de ce qu’elle raconte… En partant du haut, les deux premières pièces font trop musique de chambre ou adulte contemporain, pour employer une expression contemporaine, à mon goût. Trop lisses. La troisième, par contre, toute de dépouillement, est très belle (et trop courte). Le dialogue entre l’instrument de musique et sa voix est superbe. Quant à la quatrième, j’aime bien le mélange de flûte (ça doit bien avoir un nom, mais je ne connais pas) à celui des instruments à corde (oud?). Ça aussi, j’en prendrais plus. À une oreille profane, son chant n’est pas discordant.

      Et elle ne me semble pas avoir une once de méchanceté en elle. Faut un peu avoir envie de se faire bercer, ou en tout cas d’un peu de douceur, quand on l’écoute (si ça se trouve, ses textes racontent exactement l’inverse de ce que je viens d’écrire…).

      Est-ce que j’irais la voir si j’habitais encore la métropole? En me basant sur ce que j’ai entendu plus haut, oui, mais uniquement en petite formation.

    • C’est fou comme elle est occidentalisée sur les photos. On dirait qu’elle sort d’un centre d’achat à Laval. Est-ce que c’est une plus-value pour la vendre?

    • Une fois de plus, il faut rappeler qu’une très forte proportion du monde arabe est moderne, démocrate, tolérante, ouverte sur le monde bien que soucieuse de bien transmettre les patrimoines classiques et traditionnels de sa culture. Le décalage culturel y est beaucoup plus mince qu’on ne le croit, du moins c’est l’impression que j’en ai au bout de 13 années de couverture assidue du Festival du Monde Arabe. Les manifestations de l’intégrisme, violences politiques et autres crispations l’emportent largement dans ce qu’on nous transmet à l’Ouest, on s’étonne encore de cette modernité qui fleurit tant bien que mal en Orient depuis de nombreuses décennies. Et puis… j’admets que ce n’est pas très sexy de trouver des artistes qui ressemblent plus ou moins aux nôtres, force est d’observer par le peu d’intérêt que suscite ce genre de découverte à priori. Sortie d’un centre d’achat de Laval ? Hum… ne pourrait-on pas qualifier une telle remarque de méprisante ? Qu’il y ait du vrai ou non dans l’évaluation du look, une petite gêne, peut-être ?

    • “Une fois de plus, il faut rappeler qu’une très forte proportion du monde arabo-musulman est moderne, démocrate, tolérant, ouvert sur le monde bien que soucieux de bien transmettre les patrimoines classiques et traditionnels de la culture.”

      Ce n’est de ça qu’on parle, qui remet ça en question? Oui, centre d’achat à Laval est légèrement méprisant, comme vous avez parlé des gens de Laval l’autre jour de façon méprisante pour dire que vous ne vouliez pas insulter les gens de Québec. Who cares? On parle de l’archétype des banlieusards qui rééliraient encore leur maire s’ils en avaient l’occasion… Moi une fille qui chante de la musique arabe classique, je trouve ça bizarre que sur la plupart des photos de la 3e vidéo je ne puisse pas la distinguer d’un pub d’Élyse Marquis pour Radio Rock-matante (c’est insultant, je précise), comme si elle avait lissé son arabité pour vendre en Occident. Elle se méprise elle-même? Ça me fait le même effet qu’un Québécois qui prendraient tous les signes de l’américanité.

      Sinon, vous avez vu Richard Desjardins le poujadiste au Soda?

    • Non j’y vais dimanche. Pour ce qui est de «lisser son arabité», eh bien ça procède des mêmes préjugés voulant que tout non occidental d’aujourd’hui doive porter ses costumes traditionnels pour maintenir son identité. Un chameau avec ça ? Petit rappel au demeurant, cette chanteuse mélange la musique arabe classique au jazz et l’afro-antillais.

    • Shakira qui admet s’être fait teindre en blonde pour pogner au pays des WASP, Julie Snyder qui se fait faire une chirurgie faciale pour aller faire de la télé en France, j’imagine que les exemples ne manquent pas pour apporter une « plus-value. » Dans l’ancien temps, on disait qu’à Rome y fallait faire comme les Romains. C’est le genre d’affaire qui n’a pas changé, j’imagine.

      À ce compte-là, Céline Dion a réussi à pogner partout dans le monde avec son look de Céline Dion. En tout cas, vue de loin, elle ne semble pas être passée chez le Docteur Plastique pour un gonflement quelconque.

    • N’importe quoi. Une Arabe soit moderne, c’est bien, ça brise les préjugés et les stéréotypes (encore que, on ne voit pas en quoi le costume trad serait une tare). Mais là on parle d’une fille dont le look matante n’est pas si moderne que ça et où l’on ne peut plus du tout deviner qu’elle est arabe sur la plupart des photos. Pour moi ça ne brise pas les préjugés, ça les renforce. Pour le reste, insultez moi en douce, traitez-moi de raciste, j’ai sorti cinq ans avec une Tunisienne et elle avait les mêmes réflexions.

    • “Petit rappel au demeurant, cette chanteuse mélange la musique arabe classique au jazz et l’afro-antillais.”

      J’avais bien deviné que pour avoir une telle pochette, il y avait un côté jazz.

    • Maintenant, ne reste qu’à écouter la musique… Enfin, je maintiens que se vêtir «à l’occidentale» n’a rien à voir avec quelque volonté de se vendre à l’Ouest.

    • Sinon, je trouve qu’il y a une grande condescendance à vouloir qu’une non-occidentale ne soit pas critiquer.

    • Ben non ghost, il ne faut pas mélanger cette suggestion de réprimande au refus gogauchisant de critiquer une artiste non occidentale. S’attaquer à de tels détails me semble déplacé, voilà tout. Pour le reste, on peut absolument critiquer. N’ayez crainte, je ne fais pas dans le tiers-mondisme dogmatique.

    • “Enfin, je maintiens que se vêtir «à l’occidentale» n’a rien à voir avec quelque volonté de se vendre à l’Ouest. ”

      Je ne l’ai pas affirmé, j’ai posé la question.

    • “Sinon, vous avez vu Richard Desjardins le poujadiste au Soda?”

      J’ai pu découvrir ce que sont les adultes contemporains. C’est un boomer, habillé pour une grande sortie, qui commande un scotch, qui tape des mains aux chansons country et n’étant pas un habitué du Soda se trompe de toilette.

    • Polémique du matin: check! Je peux commencer ma journée… ;-)

    • Échange intéressant malgré tout, qui nous en apprend sur nous-mêmes. Enfin… il y a lieu de discuter de la présentation des artistes non occidentaux par souci de modernité, y débusquer toutes leur maladresses et leurs qualités. Peut-on néanmoins commencer par la musique ?

    • Moi je ne vois pas une modernité ou une occidentalisation, mais une embourgeoisement à la Martha Stewart ou Élyse Marquis. Et j’ai commencé par la musique: le look ne lui correspond pas. Veux veux pas, on ne peut couper le look (pas seulement les vêtements) de la musique car c’est un adresse au public, une façon de dire voici ce que je vends: c’est de la musique arabe, mais vous ne serez pas trop dépayser, voyez j’ai l’air de venir de Laval.

    • Pourquoi ne pas choisir un centre d’achat de votre belle région ? Pauvre Laval… ;-)

    • Laval va s’en remettre, inquiétez-vous pas…

    • Ils n’avaient qu’à construire Laval à Montréal s’ils ne voulaient pas se faire écoeurer…

    • Vrai que dans l’absolu, l’accessoire n’est pas nécessairement accessoire : si Omar Souleyman se pointait sur scène coiffé d’un stetson au lieu d’un keffieh, ça ne changerait rien à sa musique, mais ses fans seraient sans doute perplexes.

    • Si tu gommes ton identité, tu n’es pas dans l’ouverture. C’est comme si tu disais qu’elle ne valait rien. Le métissage c’est un mélange.

    • Revenez-en… La musique est full identitaire.

    • C’est ce que je dis: la musique oui, le package non.

    • Bon, assez là-dessus.

    • Encore là, les pochettes d’albums ne sont pas Carrefour Laval pantoute. Pas terribles, mais pas vraiment rock détente. Oui, effectivement, assez parlé là-dessus.

    • Pas vu les pochettes, mais les photos promos.

    • Ghost, j’achète des albums de musique Indienne sur le web. Des pochettes qui n’ont aucune espèce d’allure selon les standards du bcbg, des pochettes que tu trouverais assurément horribles et ridicules (au cube même).

      Et pourtant y a plus d’âme, de musique et de sens dans ces albums que dans toute « l’œuvre » de n’importe quelle titte chanteuse disco-pop pochasse mais avec un look vraiment vamp-post-varhol-andro-dildo from NYC. Lâche les pochettes et le marketing, la fille fait de la musique, pas des pub de Calvin Klein. On croirait lire scotch!

      Sinon est-ce que tu vas poursuivre Chapleau? Il te pique tes jokes!

    • De quoi tu parles? Moi aussi mon “ami”, j’ai de la musique indienne et j’ai même sorti des internets pour aller dans un quartier indien, malgré mon racisme larvé, pour interroger les gens sur ce qu’ils aiment, leurs suggestions. Je n’ai par contre pas vu de Élyse Marquis indienne.

      Je ne faisais que soulever une interrogation sur le package, pas sur la musique, et effectivement, je me suis fait traiter comme Scotch par des gens éclairés. Je vous laisse entre vous.

    • Je vais prendre quelques jours de repos, je n’ai plus la légitimité pour continuer à écrire face à toutes ces allégations.

    • Excellent !
      Elle est vraiment très bonne . :-))

    • - boogie : « j’achète des albums de musique Indienne sur le web. »

      - ghost : « Moi aussi mon “ami”, j’ai de la musique indienne »

      Étonnant, je ne savais pas que la musique indienne était aussi populaire en région.

    • Hors de Laval, tout est possible…

    • En fait il y a maintenant plus d’immigrants à Laval et à Brossard que dans tout le Rest of Québec.
      Faudrait parler de Terrebonne et Mascouche si on veut parler du look Elyse Marquis.

      Dans le fond mon ami, tu n’étais pas du tout au courant de ce que tu as écrit et tu l’aurais vivement condamné si tu l’avais su.

    • ”Je vais prendre quelques jours de repos, je n’ai plus la légitimité pour continuer à écrire face à toutes ces allégations.”

      haha :-)
      good one, Casper

    • Tout préjugé a été pulvérisé hier soir à la 5e salle. Gros wow ! Au sortir de la PdA, cela me semblait évident: cette Macadi Nahhas est une des plus grandes chanteuses du monde arabe d’aujourd’hui. Tout, absolument tout de cette voix mène à la transcendance. Qui plus est, l’accompagnement d’OktoEcho conférait à cette rencontre une des fusions les plus réussies de jazz oriental qu’il m’ait été donné d’entendre. Marianne Trudel, Morgan Moore et leurs collègues ont fait encore mieux qu’avec la chanteuse syrienne Lena Chamamyan il y a deux ans. Imaginez si cet ensemble jouait régulièrement avec Macadi sur les scènes du monde. Cela n’est-il pas possible ?

    • Le grand Laval vous remercie. Vous n’avez qu’à passer à la mairie où une enveloppe brune vous y attend… ;-)

    • Vous viendrez nous voir à Montréal, ghost, où l’expression « faire le trottoir » prend un tout autre sens.

    • Le grand Laval multiculturel, il va sans dire.

    • J’ai vu le concert à la 5e salle et elle a vraiment une très belle voix, c’est sublime. Le mélange avec le jazz était bien dosé, de même que la chanson où il y avait des éléments de salsa. Par contre, je m’attendais à ce que se soit moins occidentalisé, quand je vais dans ce genre de concert c’est beaucoup pour le côté exotique et j’ai été un peu déçu à ce niveau.

      Je trouve un peu agaçant que les cultures non occidentales aient tendance à trop faire comme nous quand ils veulent se moderniser. Pourquoi faudrait-il que modernité artistique soit synonyme de suivre l’occident???
      Je peux comprendre pour d’autres domaines comme la technologie, mais l’art et la culture peuvent suivre leur propre chemin indépendant de l’occident.
      McDo, Britney Spears et les blockbusters américains ne me semblent pas être ce que la modernité occidentale a de mieux à offrir. Je trouve que la musique indienne de Bollywood agit mieux par rapport à la “modernité”.

      Le meilleur exemple d’occidentalisation à outrance est le K-pop, genre qui a obtenu son premier succès planétaire avec Gangnam style. Il n’y a aucune originalité stylistique dans cette musique, c’est de la grosse pop occidentale chantée en coréen avec des refrains en anglais. J’admets tout de même que j’aime le genre, il y a des bonnes chansons.

      C’est surtout des girls bands et des boys bands, préfabriqués par des agences, avec des belles personnes auxquelles on donne un look cute inspiré du concept “idol” (aidoru) japonais. Certaines de ces groupes (Girls Generation, Rania, etc.) ont même embauchés des producteurs américains (comme Teddy Riley) pour leur écrire des chansons (en anglais) qui sont ensuite traduite en partie en coréen…
      Voici un exemple particulièrement évident de ce dont je parle:
      http://www.youtube.com/watch?v=N7K7edVTafA

    • Bret, vous venez de pulvériser tous les préjugés contre moi…

    • «Par contre, je m’attendais à ce que se soit moins occidentalisé, quand je vais dans ce genre de concert c’est beaucoup pour le côté exotique et j’ai été un peu déçu à ce niveau.»

      Tout est là, bret.

      Pour le reste, les cultures traditionnelles ou classiques non occidentales n’évoluent pas en vase clos. Autrefois, ce fut ainsi, nous n’en sommes plus là, ce qui ne mène pas à l’occidentalisation pour autant. En ce qui me concerne, l’arabité était complètement dominante au concert de Macadi, les greffes occidentales étant au service de la proposition musicale essentiellement arabe. J’étais d’ailleurs assis avec des amis maghrébins, fans finis de musique classique ou traditionnelle arabe, qui ont a-do-ré et n’y ont vu aucune édulcoration.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « août    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité