Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 8 juillet 2012 | Mise en ligne à 18h01 | Commenter Commentaires (4)

    Dirty Projectors: avant-goût de l’album à la SAT

    Pour clore mon Festival de jazz (enfin…), je me suis rendu au concert des Dirty Projectors, un groupe new-yorkais que j’aime beaucoup et dont j’ai raté toutes les représentations montréalaises par le passé – pour des raisons hors de mon contrôle. Enfin !

    Passé 23h à la SAT (et non au Club Soda comme prévu), le groupe s’est présenté sur scène et a offert un mélange de pièces inédites et de chansons connues des fans. Dommage que le nouvel album Swing Lo Magellan soit lancé après l’escale montréalaise, d’où (probablement) le mutisme médiatique du groupe à Montréal. Enfin, de notre côté, il a été impossible d’obtenir une interview après plusieurs semaines de vaines tentatives.

    Résultat sur scène, le même mélange de rock post-Talking Heads, chant choral des plus singuliers, guitares anguleuses, usage très créatif des claviers et de l’électronique, quêtes harmoniques et texturales nettement au-dessus de la moyenne indie. Toutefois, je n’ai pas eu l’impression nette d’apprendre quelque chose de neuf au sujet de cette bande new-yorkaise qui compte plus d’une dizaine d’enregistrement à son actif. La poursuite d’une oeuvre… qu’on s’apprête à digérer en début de semaine.

    Liens utiles

    Profil wiki


    Site officiel

    Écoute intégrale en transit sur le site du Guardian


    • M.Brunet,
      C’est dans le rêve, bien assis sur mon balcon, que s’est terminé MON FIJM hier p.m.
      Je revoyais the Battle of the bands V..The Duke vs The Count mais à ma façon
      J’ai vu,en personne, ces deux formidables orchestres , des dizaines de fois durant les années 40-50-60-70
      Hier à la place des Arts, je revoyais les musiciens que j’ai le plus aimés.
      Du côté du Duke.
      Trompettes…Coolie Williams, Rex Stewart, Ray Nance, Harold Baker et Cat Anderson.
      Du côté du Count…Buck Clayton, Harry “sweet” Edison, Joe Newman, Clark Terry et Thad Jones
      Selon moi, léger avantage au Duke
      Saxophones.
      Duke……….Ben Webster, Johnny Hodges, Jimmy Hamilton, Paul Gonsavez, et Harry Carney
      Count……..Lester Young, Buddy Tate, Frank Foster, Marshall Royal, Illinois Jacquett………Léger avantage. Duke
      Trombone. Lawrence Brown vs Al Grey……2 excellents musiciens
      Section rythmique. net avantage le Count avec Freddy Green, et Joe Jones.
      Au piano, le Duke et le count. Ordinaire…..rien de Bud Powell chez ces 2 leaders.
      Et comme dessert, on nous offre le plus grand chanteur de blues de l’époque Joe Willians avec des arrangements de Quincy Jones.
      Verdict. Le beat de l’orchestre du Count l’emporte par peu. Par contre la personnanité du Duke est écrasante………..Peu de femmes lui résistaient disait-on à l’époque
      Ces 2 orchestres m’ont fait vivre les plus beaux moments de ma vie.
      Pendant que les gens dansaient sur le plancher, je me vois au Coliseum de la rue Guy à 18 ans,calepin à la main, attendre l’intermission et cueuillir les autographes de Johnny Hodges et Cie. …………Pour moi, rien n’égale l’époque des big bands et les ball-rooms qui les acceuillaient……… Commetaires si vous avez connu ces 2 orchestres ? J’aimerais connaitre également l’avis de Dick Irvin Jr, expert des bigbands, qui a à peu près mon âge et que je voyais régulièrement au Forum debout près de son père, coach du CH, derrière le banc des joueurs,, au début des années 50.

    • J,ai adoré l,album Bitte Orca des Dirty Projectors et j,ai bien hâte d’entendre le nouveau. La barre est vraiment haute car avec Bitte Orca j’ai pensé qu’ils avaient atteint leur sommets créatif et depuis une semaine il n’y a que d’excellent commentaires concernant leur nouveau disque.

    • @bigbands
      C’était l’époque des individualités fortes. Pas besoin d’un numéro dans le dos pour reconnaître un patineur. Cheveux au vent coups de patin inorthodoxe… Même chose pour les musiciens. Sonorités à la personnalité forte. Il me semble que le prénom du trompettiste était Cootie plutôt que Coolie. Et qu’il était le maître des couac et des sons inattendus!

      J’aime bien le Duke. Un peu comme Mary Lou Williams il a gardé tout le long de carrière une référence au blues primitif dans son jeu (les connaisseurs seront plus précis). Même entouré de jeunes, alors qu’il était en train de traverser le siècle, il fait encore bonne figure. On peut écouter cette pièce toute une vie sans se lasser…
      http://www.youtube.com/watch?v=ci7Q8d66_oI

      Le Duke, de ce que j’ai lu, était marié. Il avait donc une femme officielle. Il avait aussi une maîtresse attitrée. Et il trouvait le temps d’avoir une amie qui assistait aux répétitions. Cette dernière n’avait pas le droit de rouspéter ou de jalouser sinon elle était remplacée. En claquant des doigts, peut-être, je ne sais pas.

      Ce sont ces musiciens qui faisaient danser les bougalous de l’époque. Un critique disait que les musiciens noirs ne faisaient qu’un avec leur instrument, ce dernier devenant un prolongement de leur désir… Les meilleurs pouvant lui faire dire ce qu’ils voulaient. Ça donnait de la musique survoltée pour s’amuser et lascive pour se rapprocher!

      Le musicien blanc venait d’une autre culture. Il lisait les partitions, insufflant à l’instrument ce qui était exigé. Comme un décalage entre l’intention et le rendu.

      Je suis nostalgique d’un temps que je n’ai pas connu. Vous devriez intervenir plus souvent, Bigbands. Car je dois dire que Chromeo m’ennuie beaucoup quand il faut danser…

    • Super souvenirs, bigbands !

      Perso, je n’ai jamais vu Basie ni Ellington. Je paierais cher pour le Duke !

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mai 2013
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité