Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 23 mars 2012 | Mise en ligne à 9h51 | Commenter Commentaires (9)

    Donny McCaslin… en rafale

    donny-mccaslin-

    D’origine californienne, le New-Yorkais Donny McCaslin est un saxophoniste important du jazz actuel. Au tournant des années 90, on l’avait repéré au sein du groupe Steps Ahead. Puis on l’a vu jouer avec Maria Schneider, George Gruntz, Dave Douglas, David Binney et Uri Caine. Le voilà de retour à Montréal dans un concept électrique, post-fusion que l’on a pu découvrir sur son album Perpetual Motion, lancé en 2010 sous étiquette Greenleaf.

    Joint au téléphone dans la Grosse Pomme, McCaslin indique qu’il viendra présenter la musique de cet album (ce vendredi à L’Astral), matière à laquelle il ajoutera de nouvelles pièces écrites dans le même esprit. Ses accompagnateurs seront Mark Guiliana (batterie), Adam Benjamin (claviers) et Fima Ephron (basse).

    Pour lire le reste de l’interview, on clique ICI.

    Liens utiles

    Greenleaf Music

    Site officiel

    All About Jazz

    Jazz en Rafale


    • Belle découverte, merci!

      Ce qui me fait penser que je suis vraiment dû pour actualiser ma collection de Jazz… je suis passéiste!

    • Hors sujet…

      Je croyais rêver, mais c’est pourtant vrai; All Music Guide donne 4 1/2 sur 5
      à l’album Pochette Surprise de Jordi.

      http://www.allmusic.com/album/r184160

    • Un petit cadeau du samedi
      Sur l’album Silicone Veil, la chanson White Foxes, de Susanne Sundfør, une artiste norvégienne que j’aime. Album produit par Lars Horntvedt.

      http://vimeo.com/37251159

      Et sur ce lien, la chanson Rome, lors du lancement de l’album, il y a quelques jours

      http://www.dbtv.no/?vid=1537603197001

    • Merci pour le cadeau. Il était temps que quelqu’un profite de la récréation! Pas désagréable du tout, comme musique. Ça me fait un peu penser à Thus:Owls. Curieux d’entendre le reste de l’album.
      La musique de Donny McCaslin est un peu proprette à mon goût, mais c’est drôlement bien maîtrisé. C’est plaisant, ce retour du jazz électrique, et j’aime bien le jeu du claviériste. Ça serait juste le fun que ça grafigne un peu plus.

    • J’ai vu Thus:Owls dans un petit bar d’Oslo, en février. Le bar a une capacité d’environ 200 personnes ( c’était plein à craquer pour The Besnard Lakes l’an dernier ) mais Thus:Owls a joué devant environ 30 personnes. Ça ne les a pas empêché de donner un concert super pro mais j’ai trouvé très triste qu’un band de ce calibre n’ait pas un impact plus grand. La chanteuse est magnifique et comme nous étions si peu nombreux, j’ai pu admirer le jeu du guitariste de près. J’ai été épatée.
      Y a des fois…c’est à ni rien comprendre.

    • C’est simplement la conjoncture, des fois. La température, le jour de la semaine, les autres concerts qui avaient lieu cette semaine-là… Je les ai vus ouvrir pour Plant & Animals devant plus de 300 personnes… dont 200 qui ont passé la performance à parler. Des fois, je me demande si je n’aurais pas aimé mieux qu’on ne soit que 30 personnes attentives!

    • @blackened
      Entièrement d’accord, j’ajouterais aussi le facteur de la répétition qui est surtout applicable pour les groupes locaux. J’ai vu les Breastfeeders pour +/- 20$ en juin à l’Astral qui était relativement bondée, en février le Divan Orange n’était pas plein pour eux, malgré des billets à 10$. Même chose dans le cas de Galaxie, que ce soit au Métropolis ou au Club Soda, sans être complète, la salle était assez bien remplit. Galaxie a fait un show à l’Esco(150 personnes de capacités) fin mars et il a fallut attendre la journée même avant que ce soit complet.
      Allez comprendre.

    • @ maxime_g

      J’attribuerais ce fait à la peur de l’inconnu. Le public des concerts en salle diffère pas mal de celui des cafés et bars. J’ai déjà eu de la difficulté à convaincre certains amis de venir avec moi à la Casa del popolo, pourtant un endroit bien convivial! Y a aussi le fait que les concerts finissent parfois très tard dans ces endroits…

    • @blackened
      ”Y a aussi le fait que les concerts finissent parfois très tard dans ces endroits…”
      ça c’est quelque chose que je ne comprends pas. Les shows la fin de semaine commence plus de bonne heure que ceux qui sont programmés en semaine. Au Métropolis c’est sensible la même heure, 20h, et je trouves ça pas mal trop de bonne heure, surtout au samedi quand le spectacle fini à 22h30. Mais même les spectacles de Blue Skies Turn Black recemment débutaient à 21h les Samedis et à 21h30 avec 2 premières parties en semaine. Puis les derniers shows que j’ai vu à l’Esco débutait à 23h!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2011
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité