Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 28 février 2012 | Mise en ligne à 7h54 | Commenter Commentaires (124)

    Ariane Moffatt

    Ariane Moffatt Ma

    Ma, titre du nouvel album d’Ariane Moffatt, est un concept japonais.

    « Ma désigne la distance qui sépare deux entités, celle qui en assure la spécificité, la distinction, l’intervalle. Ma peut être traduit par fossé, espace, pause entre deux parties structurelles. On peut aussi faire l’expérience de ce concept de spatialité entre des intervalles. Ma désigne aussi la conscience de cet espace chez l’observateur, mais encore la conscience simultanée de la forme et de la déformation résultant d’une intensification de la vision», peut-on lire sur le profil wiki du concept.

    Ainsi, Ma a été un principe moteur pour la création de cet album bilingue. Composé, écrit, joué, arrangé, réalisé par Ariane Moffatt, un processus amorcé à l’automne 2010 et rendu public cette semaine. Le quatuor à cordes Mummies on the Run (arrangé par la violoniste Mélanie Bélair), une section de cuivres (arrangée par le tromboniste Jean-Nicolas Trottier) et Jeanphi Goncalves ont été invités pour certaines sessions.

    Ariane Moffatt ne se prend pas pour acquise. Les éléments de musique électronique, les arrangements parfois audacieux (je pense notamment à la finale de Mon corps), le florilège d’échantillons sonores réinjectés, l’excellente prise de son de Pierre Girard, voilà autant d’éléments qui concourent à cette conclusion: ce très bon album témoigne d’une réelle évolution, d’une réelle ouverture, d’une réelle curiosité. Toutefois, il m’arrive d’avoir l’impression d’un excellent travail de synthèse des dernières années de pop culture mondiale (électro, dance punk, indie rock etc.) que d’une signature de haute volée. Bien sûr, ses fans les plus fervents et les observateurs exclusivement tournés vers la nouvelle chanson francophone d’Amérique n’y verront que du feu.

    Quoi qu’il en soit, elle se rapproche ce ce gros album qui marquera son oeuvre. Y parviendra-t-elle ?

    Quoi qu’il en soit, Ariane demeure une naturelle de la pop de création, elle met le temps pour élever sa musique, elle est en bonne voie de trouver encore mieux.

    Le choix de l’anglais (six titres sur onze au programme) l’a peut-être conduite à faire encore plus, compte tenu de ses espoirs d’exportation. Aucune idée si ce bilinguisme aura pour effet d’accroître le rayonnement de cette douée Montréalaise. Bientôt rouvert à Austin, le bar à poutine de SXSW lui sera-t-il avantageux ? On le lui souhaite…

    Liens utiles

    Interview d’Émilie Côté

    Ma, le concept japonais (selon wiki)

    Site Audiogram

    Écoute intégrale de Ma en flux continu, Audiogram


    • Vous lui donnez toute une tribune. Je n’écouterai rien de cet album.

      Moffatt: pas capable.

    • Et tu nous dis ça dans le but de???

    • J’adore quand mrBrunet nous pond une chronique ”tendrement pas fine”.

      Généralement envers un artiste québecois, qui lui vient de nous pondre un album très ordinaire…

      Pour ce qui est de Mme Moffat, après plusieurs écoute contre mon gré(copine), je trouve cet album très aseptisé.

      Un genre de ”générique du cool”. Genre série Fabienne Larouche. Une copie pas cool de ce qui était cool il y a 5 ans.

      Mais ça veut vivre en ta… ces petites bêtes-là…

    • Personnellement, j’adore cet album qui roule en boucle depuis hier. C’est plus près de ce qu’elle fait en show et elle est excellente en show. Ariane se réinvente toujours très bien et la transition de l’anglais au français est très fluide. Chapeau bas d’avoir en plus pris l’album au complet sur ses épaules en faisant tout. Elle est un vrai talent québécois que j’espère les gens en dehors de nos frontières apprendront à apprécier.

      Pour ceux qui viennent chialer contre un album ou un artiste alors qu’ils se donnent même pas la peine de l’écouter, je tiens à dire que ca donne beaucoup de crédibilité au commentaire…

    • Je peux affirmer d’emblée que ce disque est meilleur que sa toune Montréal, qui reste en tête dès qu’on l’entend pour les mauvaises raisons.

    • ‘Une copie pas cool de ce qui était cool il y a 5 ans’

      Un peu le feeling que j’ai après une écoute rapide. On pourrait même reculer plus loin, ce qui était cool au début des années 2000. L’époque de Rêver Mieux.

      Évidemment ce n’est pas une mauvaise chose en soi que d’être fidèle a un son ou a un style sauf que c’est un créneau qui a beaucoup évolué depuis 10 ans.

    • C’est ca la culture Québécoise??? Monsieur Harper on coupe S.V.P.

    • ” On pourrait même reculer plus loin, ce qui était cool au début des années 2000.”

      J’espère que les aliénés de la coolness sauront reconnaitre qu’elle était vachement en avance quand il y aura un retour du son du début des années 2000. Ce retour est prévu pour 2013 mais devra évidemment être approuvé au préalable par la police du cool et autres individus soucieux d’être dans le coup, ceux-là même pour qui ce son est actuellement ringard et dépassé.

    • Et quand on parle du son du début des années 2000, on parle du son avant le 28 avril 2002, n’est-ce pas? Parce qu’après cette date, il me semble que c’est pas mal mieux.

    • …@unpirate,28 février 2012,11h23:«C’est ca la culture Québécoise??? Monsieur Harper on coupe S.V.P.»
      +++++++
      Puisque vous avez l’air de vous y connaître en matière de subventions, pourriez-vous, s’il vous plaît, nous donner le montant de la subvention reçue du Fédéral pour produire cet album.

    • @unpirate

      Ne vous inquiétez pas, quand on aime pas la culture et les artistes en général, on ne les aime pas plus qu’ils soient québécois, canadiens anglais, américains ou français. On ne pense qu’à débiter nos sottises !

      On veut faire un vrai débat sur les subventions à la culture ? Il faudrait le faire dans un cadre intelligent. Malheureusement, c’est pas mal trop une affaire d’oeillères et d’ornières politiques alors on vivra avec les conséquences de tout cela, d’un côté comme de l’autre.

    • Elle fait de la pop nettement au dessus de la moyenne au Québec, c’est accrocheur et cela s’écoute bien, elle ne réinvente pas la roue, mais elle tourne bien…

      En terminant, que fais un gars comme Michel Rivard dans Star Acc ?

    • HS: Chronique terriblement triste et émouvante sur Chantal Jolis par Nathalie Petrowski. Ouf!

    • Y’a vraiment des gens qui font pitié sur ce blogue! Vous vous reconnaissez j’espère!

    • @auboutdurouleau
      Oui bien c’est toujours étrange de voir quelqu’un prendre la peine de poster sur un blogue musical pour cracher son mépris (anonyme) des artistes mais ça fait partie de la nature humaine faut croire. Je fréquente quelques forums audiophiles où certains mélomanes avec des systèmes de son hors-prix ne manquent jamais d’écorcher les artistes et leur “parasitisme”. Les mêmes artistes qui doivent mettre en valeur leur put… de système de son.

    • @fredhammersmith

      Mépris est le mot juste. Pathétique…

    • Assez pathétiques certains commentaires par ici.

      Je ne suis pas le plus grand fan d’Ariane Moffat, mais elle a le mérite d’explorer, d’essayer de nouvelles choses. Après quelques écoutes, cet album me plaît bien. Un peu d’ironie dans les textes, réalisation inventive, recherche sonore…

      Pour ce qui est de la majorité anglaise du disque, et bien, je me retiendrai de partir un débat là-dessus, mais en tant que montréalais francophone, ça me titille pas mal…

    • Ouin, tant qu’à y aller dans le gros, unpirate ça sonne comme quelqu’un qui chiale que le gas est cher. Bien que les pirates n’utlilisent pas ce type d’embarcation.

    • Nous connaissons les ”points godwin”.

      Mais ne faudrait-il pas inventer un terme qui s’appliquerait au fait que tout les débats ou même billets de blogues au Québec tournent maintenant en débat gauche-droite?

      Immaturité politique?

    • @ Alain Brunet ~

      Serait-ce possible de *patenter le bidule* pour que la tune ne parte pas
      dès qu’on se pointe sur votre blogue.

      Même si ça ne dure que quelques secondes,
      c’est suffisant pour faire sauter ma chatte au plafond…
      la pauvre se couche toujours près du moniteur
      avec la tête juste à côté d’un haut-parleur…

      Elle déteste ça et moi aussi!

    • Il me semble que le titre de l’article a changé depuis ce matin.

      C’était pas écrit Arianne Moffat vers le gros Album ou qq chose du genre?

      J’espère que l’album est supérieur au premier single.

    • J’aime bien Arianne Moffat, elle a beaucoup de talent et pour l’avoir vue en show a quelques reprises je peux confirmer qu’elle très bonne.

      Par contre je trouve cet album n’a rien d’exceptionnel (selon son standard parce que bon, ca demeure un album de qualité). En plus elle a décidée de chanter en anglais. Je n’ai aucun problème avec le fait qu’une artiste tente sa chance en anglais sauf que percer sur le marché Américain c’est difficile.

      Il faut que tu sois aussi fort que les artistes de ton créneau et je ne pense pas que ce soit le cas avec cet album. Surtout que c’est un créneau où la compétition est très forte.

    • Une polarisation peu intelligente. Il doit y avoir des intérêts quelque part pour qui le diviser pour mieux régner doit s’appliquer.

      Pas obligés d’aimer Ariane Moffatt comme ce n’était pas obligatoire d’aimer Chantal Jolis ou encore dans le sport Gary Carter. C’est juste normal, cela, dans la vie on ne peut pas plaire à tout le monde, tout le monde et encore moins en tout temps.

      Et on jugerait l’album d’Ariane Moffatt comme ne nous plaisant pas, ce serait bien correct, chacun ses goûts. Mais en quoi peut-on généraliser à l’ensemble de la culture québécoise ?

      C’est qu’une certaine tendance à l’acculturation et l’alinéation est encouragée par certains chantres se réclamant faussement de la libaaaaaaarté….

    • Personnellement, je trouve que la petite Ariane s’améliore de disque en disque et qu’elle suivre un fil… on intéressant. Et les dieux savent qu’elle part de loin avec moi: tu m’attires et me tire dans ton point de mire me donne des boutons.

      Ce que j’ai entendu du dernier disque augure bien. Peut-être pondra-t-elle son album Jaune un jour.

    • Moi je trouve ça fucké en maudit maintenant un disque québecois sans Olivier Langevin, Fred Fortin ou Phillipe B.

      Juste pour ça, ça mérite une écoute.

    • Je trouve toujours spécial les gens qui critiquent anonymement de façon parfois démagogue,je trip musique depuis plus de 35 ans, et j’ai rarement rencontré un album qui était mauvais à 100%

      Pour cela nous devons faire preuve d’ouverture…Cela ne veut pas dire que j’aime tout, loin de ça…

      @ rogiroux

      Je compati avec votre chat ! Moi aussi le son d’un haut-parleur d’ordinateur me secoue !

    • Je n’ai pas encore entendu le nouveau Moffat, mais I am la police du cool,
      et laissez moi vous dire: en 2000 on parlait de Moffat comme THE artiste
      electro pop de Montreal à surveiller. Je suis allé la voir à je ne sais quel
      festival, mais il y avait pas mal de monde. Mais c’était…platte. OMG.
      Bon ok, c’est peut-être mon snobisme qui a surgi du fait qu’il y avait
      trop de monde, mais on était loin de Peaches ou Fischerspoomer, mettons.

      Quant aux subventions Harper, j’ose pas imaginer ce que ce kétaine-là écoute.

      Hmmmm…. C’est fatigant la musique qui part automatiquement. Where
      is l’organisation “Ta Yeule” de JF Mercier? Lol.

    • Fischerspooner (avant que Unholy m’accuse de pas connaitre
      mon affaire, lol).

    • “Je compati avec votre chat ! Moi aussi le son d’un haut-parleur d’ordinateur me secoue !”

      Heu …non!

      Rien à voir avec le son d’un haut-parleur pourri d’ordi.

      On parle de haut-parleurs Bose pour PC que j’ai reçu en cadeau l’an dernier
      et qui valent deux fois plus cher que l’ordinateur sur lequel ils sont branchés!!

    • Je demeure compatissant…

    • Je vous trouve très dure envers Arianne Moffatt. Je suis certaine que vous ne seriez pas capable de faire le centième de ce qu’elle fait et sûrement pas aussi bien qu’elle. Regardez-vous le nombril avant d’être si méchant ! Elle travaille fort, reste en accord avec ce qu’elle est, et vous ne me ferez pas croire que toutes ses chansons sont nulles …. Franchement !

    • Bon billet.

      Arianne est très exportable et ca ne me dérange pas de l’exporter… veux dire… de payer pour ca là ;). Pirate devrait y penser non :) ? Quel Génie ce X (raclement de gorge) ce Pirate !!!! Le débat est lancé !!!

      L’album est correcte… pas plus ni moins pour moi. Le mastering est très bon… qui l’a fait ??? Ca doit être le LAB.

      Un chose est certain, elle a de l’audace et du talent… en vogue ou pas en vogue, cool ou pas cool… y’a plus ben ben de musique vraiment original en 2012 de toute façon (à partir du 29 février).

    • @Sultitan

      Stephen Harper est en général beaucoup trop conservateur, pour se permettre la simple kétainerie. C’est déjà pas mal trop pour lui. Quoiqu’à l’exception il va se permettre une petite incartade.

      Les textes de Nathalie P. ou bien de Josée Blanchette sur Harper et sa psyché sont des plus intéressants.

      http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/nathalie-petrowski/200809/17/01-21420-le-pianiste-frustre.php

    • Cette galette est elle disponible en vinyle ?

    • Des fois, on a l’impression de voir un procès plutôt qu’une discussion sur un album ;)

      J’suis pas un fan, mais je connait ses CD et ma blonde m’a emmené à un show y’a quelques années: elle groove “comme un gars” si j’ose dire, elle se donne à 100%, elle joue de plein d’instruments, elle a de quoi à dire, elle a du talent, de la voix, est passionnée et ose !

      Pour moi, c’est déjà mieux que 90% de ce qu’on entends! Moi, c’est des gens comme ça que je vois dans l’industrie; pas des interprêtes et du monde d’une toune.

      Faites vous un “playlist” de février 2010, et dites-moi qui y sera dans 10 ans ???
      Ariane Moffat, je serais pas surpris du tout …

    • @Philomene1963

      Je vous fais remarquer que la majorité des commentaires ici et la critique de monsieur Brunet sont plutôt positifs.

    • Cohen et Grimes seront là dans 10 ans. Comme dit Brunet, si Moffat joue a SXSW, çà pourrait être décisif pour elle (ce l’a été pour Grimes), mais elle aura juste une chance (grosse pression), parce que je pense pas que tu puisses tenter de faire lever le hype là-bas plusieurs années d’affilées. Et quand je dis ‘hype”, je parle pas nécessairement ‘oh, le gros label vient te signer!”. Non, parfois c’est un tout petit label, mais le bon label pour te faire connaitre. Vous devriez y aller, Alain, à SXSW. Partir votre propre buzz comme tant d’autres journaux le font.

    • ETK, il faut écouter l’album au complet avant de se prononcer. Je l’ai fait plusieurs fois et je redis que c’est loin d’être mièvre ou moyen… sans être un gros album. Et je pense sincèrement qu’elle pourrait peut-être en sortir un gros. Je dis bien peut-être.

      @philomene1963

      «et vous ne me ferez pas croire que toutes ses chansons sont nulles …. »
      Euh…Où avez-vous lu ça ???

      @unpirate

      Une autre shot de propagande comme celle-là et vous disparaissez.

      @ghost

      Un autre pastiche comme ça et… rien.

    • Moi mon chat y’aime ben ça, c’est vrai qu’il se nomme Bongoût, pas un de ces chats paresseux qui s’écrase à journée longue sur des hauts-parleurs dispendieux.

    • @ timag ~

      Ma chatte écoute du John Zorn présentement

      **Bar Kokhba Sextet – 50th Birthday Celebration**

      et elle vous fait dire qu’elle aimerait bien mieux être à l’extérieur
      mais comme il y a 3′ de neige molle autour de la maison, les champs et les bois,
      elle a pas autre choix que de me tenir compagnie et de mettre des poils
      partout sur le clavier de l’ordi!

      Elle a aussi dit autre chose mais comme ça ne passerait pas la modération…

    • @Yvesdupuis
      Il est sur le site d’Archambault, mais pas disponible encore.

    • @rigoroux

      Pauvre chatte j’ai signalé son cas à la SPCA, elle peut bien être déprimé et perdre ses poils. Est-ce que “Invitation to a suicide” de Zorn est sur cet album? Soyez fort, un peu de Arianne, genre “Mon corps” vous sortirait de cet ambiance morbide. Mon chat, Bongoût, avant d’aller faire son jogging quotidien, m’a fait promettre de transmettre mes voeux aux vôtres.

    • j’ai superficiellement écouté l’album en preview itunes et j’ai pas accroché autant que Tous les sens. Pourtant le côté anglo donnait des chances à ce que je soit intéressé.. mais non. Pas encore, du moins.

    • ”@unpirate

      Une autre shot de propagande comme celle-là et vous disparaissez.

      @ghost

      Un autre pastiche comme ça et… rien.”

      *vient de se rendre compte que Alain est toujours armé de son shotgun*

      Bon, eh bien finalement je viens de tout réécouter l’album de Moffat et c’est excellent! Ou en tout cas je suis d’accord avec tout ce qu’il dit et/ou l’ensemble des commentaires qui vont dans le bon sens. Bref, pardonnez moi je ne recommencerai plus!

      ;-)

    • @jon8 L’album vaut la peine d’être écouté du début à la fin. J’ai pas accroché non plus sur la majorité des extraits, mais le tout est beaucoup plus intéressant (à mon humble avis).

    • Dans le genre ***…

    • Après quelques écoutes je dirais que ça tourne autour de ***. C’est un album de qualité mais disons qu’après avoir découvert celui de Grimes la semaine passée je pourrais difficilement aller plus haut.

    • J’ai pas son album mais j’ai entre les mains une découverte musicale que j’adore : Adele. Elle ressemble à ma mère quand elle était jeune.

    • alainbrunet

      28 février 2012
      14h34

      @unpirate

      Une autre shot de propagande comme celle-là et vous disparaissez.

      @ghost

      Un autre pastiche comme ça et… rien.

      HA ha marrant. :-)

    • (comme jon8 je n’ai que scanné sur itunes)

      La difficulté d’un disque avec des chansons en anglais, c’est qu’on compare a un plus gros bassin de chansons anglo.

      Dans ce cas ci, ça passe pas vraiment (selon moi), elle n’est pas assez “franco-française” pour que ça soit “sexy” (par exemple émilie simon), et c’est pas assez différent musicalement pour être different.

      Max.

    • ”La difficulté d’un disque avec des chansons en anglais, c’est qu’on compare a un plus gros bassin de chansons anglo.”

      En effet, peut-être!!

      (sacré subconscient..)

    • ariane moffat est un auteur compositeur pop de talent ingénieuse et inventive … et surtout , elle évite comme 90% de ses semblables québecois de faire des albums compil, de covers ou de reprises débiles de leur propres pieces ( duo, acoustique etc)

      Vraiment une artiste qui se nourrit et vit avec du nouveau matériel … très rare, au point que ça mérite d’être noté.

      sans être son meilleur album, c’est tout de même du très bon pop d’une qualité nettement supérieure à ce qui se préfabrique sur les palmarès.

    • Sur ses chansons en anglais elle a l’accent du Québécois (ou de la Québécoise) qui parle anglais et qui croit ne pas avoir d’accent. Et comme ça arrive souvent le vocabulaire est assez faible.

      Tant qu’à ça elle aurait du utiliser sa voix comme un instrument. En faisant ça les textes et la prononciation sont moins mis de l’avant.

    • Je n’avais pas remarqué que Ghost avait pastiché mais au fait c’était qui qu’il voulait incarner ?

      Les boutons cela me fait penser à Jon8 ou peut-être à Boulga et plus qu’à Alain B.

      Pour ce qui est de Jaune, bien là juste à le mentionner c’est pas Ghost qui s’auto-pastiche lui-même ? Ou bien ces pastiches nous parlent finalement plus de Ghost que des personnes qu’il pastiche. Je l’ai été moi-même alors… J’ai bien vu que c’était sa vision du monde qui transpirait derrière tout cela… ;) ;)

      Pour Ariane Moffatt c’est normal qu’elle suive un FIL D’ARIANE…

    • Grimes sera encore là dans 10 ans…. Ça reste à voir. À la défense d’Ariane, elle est là depuis 10 ans.

    • ”Bon ok, c’est peut-être mon snobisme qui a surgi du fait qu’il y avait
      trop de monde, mais on était loin de Peaches ou Fischerspoomer, mettons.”

      @Sultitan

      C’est légal de mettre Ariane Moffatt et Peaches dans la même phrase ?

    • @Charkie

      Ouais mais Grimes a déjà le même nombre d’album que Moffat (si on inclu son demi-LP).

      Je pense que le problème de Moffat est de vouloir être moderne mais aussi de plaire au public le plus large possible. C’est la même chose pour Coeur De Pirate. Et pour Bjork à son pire.

      Portishead n’ont jamais tenté de plaire au public large. Les gens ont toujours ce mythe autour de Dummy. Mais Portishead ont plongé dans le noir après çà, et ont conservé un respect pour ne pas être tombé dans la facilité.

    • “Un autre pastiche comme ça et… rien.”

      De kessé?

    • ””Bon ok, c’est peut-être mon snobisme qui a surgi du fait qu’il y avait
      trop de monde, mais on était loin de Peaches ou Fischerspoomer, mettons.”

      @Sultitan

      C’est légal de mettre Ariane Moffatt et Peaches dans la même phrase ?’

      —-

      C’est surtout ironique de penser que Moffatt a une carrière plus stable que celle de Fisherspooner, un nom qui n’est désormais évoqué que dans les conversations sarcastiques portant sur les artistes hypés du début du millénaires qui n’existent maintenant que dans la grande poubelle de l’oubli.

    • @ghost

      Rien, somme toute.

    • C’est une menace?

    • Oh je vois. Dark is beautiful et la popularité est automatiquement suspecte. C’est vrai, gros problème que cette popularité, faudrait y voir.

    • Rien, dans il ne se passera rien?

      C’est drôle, car je n’avais aucune intention de pasticher.

    • C’est drôle comme les perceptions peuvent différer d’un individu à l’autre.

    • @Effet-P

      Fischerspooner était au départ un projet musical d’artistes visuels et ceux-ci font encore des projets à la galerie Deitch à New York où ils sont associé. Au Québec comme partout ailleurs, le milieu de l’art contemporain est mal connu, mais en partant le type de succès que ces gens-là recherchent n’est peut-être pas le même que ceux qui cherchent à devenir des stars du pop. Il y avait une grosse distanciation et ironie chez Fischerspooner en partant.

    • Je parle de la lecture entre les lignes… Bien sûr, cela m’arrive aussi et même souvent avec plusieurs personnes, il faut vraiment préciser sinon on nous suit pas dans notre pensée et notre manière d’être ou de faire.

      Ce qui semble évident pour moi, ne doit pas l’être pour d’autres. Personne ne voit la vie de la même manière et n’a non plus le même caractère.

    • ”Moi je ne dis pas que les artistes qui ont du succès ne peuvent pas être bons, je dis juste qu’ils sont tous poches”.

    • @ghost

      Rien dans il ne se passera rien. On se ressemble au fond haha !

    • ”Moi je ne dis pas que les artistes qui ont du succès ne peuvent pas être bons, je dis juste qu’ils sont tous poches”.

      Effet_placebo

      Qui pourrait faire ce genre d’affirmations là en apparence paradoxales ici ? Il y a le fond et la forme. Alors cela me rappelerait plusieurs intervenants.

      Sur le fond, je trouve que cela ressemble à Sultitan sur la forme… Serait-ce à un curieux lecteur ?

    • De plus effet, ce n’est même pas contradictoire ce que vous écrivez…

      Bien non, ils PEUVENT ou pourraient être BONS mais ONT CHOISI d’être poches…. Car c’est plus payant commercialement… Ce serait quand même un cliché cela que de penser que dès que le succès ($$$) se pointe, l’artiste commence à ne plus être intéressant…

    • Ce billet est officiellement difficile à suivre et empreint de weirdness. L’auto-play du vidéo n’aidant pas.

      @sultitan & fred

      ”Mais Portishead ont plongé dans le noir après çà, et ont conservé un respect pour ne pas être tombé dans la facilité.”

      ”Oh je vois. Dark is beautiful”

      …and fantasiaticly twisted, i would say.

      Portishead, mais pas seulement. Radiohead @ Amnesiac/Kid A leur a permis d’être dans le club des intouchables because darkish aussi. Même pattern au cinéma avec Lynch et cie. Même pattern en littérature avec Harry Potter. Je déconne pour Potter, c’est pas si épeurant comme livres. M’enfin, ouaip… Effectivement, la pop-bonbon ça traverse mal les âges et les âmes torturées, oui. Mais dans le présent, l’âme torturée en bave par contre. Rien de parfait en ce bas monde. Scotch est vraiment partie ?

    • Moffat est l’une des rares artistes populaires au Qc qui peut nous surprendre à chaque nouvelle parution. À dire vrai, j’ai de la difficulté à en nommer 5. Vous avez des idées?
      .
      D’autre part, en lisant les commentaires, on dirait que nos attentes sont encore plus grandes envers les locaux qu’envers les internationaux. Ça doit vraiment pas être facile jouer au hockey au Mtl quand on est Québécois.
      .
      Qu’Ariane ait l’ambition de tâter de l’international passe, j’imagine, par chanter obligatoirement en anglais. Dans les années 80, chanter en anglais sous-entendait qu’on ne s’identifiait pas à la bande de ploucs parlant français. Il semble qu’on soit passé à autre chose. Aujourd’hui, on fait ses preuves au Qc et, par la suite, humoristes, musiciens et autres lorgnent dorénavant sans complexe vers l’étranger. Tant mieux.

    • @tchoum

      Je vois pas le rapport, atchoum. On a d’excellent groupes montréalais qui sont tout à fait dans la compétition mondiale.

      Effet-P

      De plus, effet-p, Grimes risque de vendre rapidement plus d’albums qu’Ariane Moffat, qui est très underground par le fait que son public est surtout québécois (enfin, je ne sais pas si elle est populaire en France). Vais-je cesser d’aimer Grimes? Je pense pas. Je n’ai pas cessé d’aimer M.I.A.

      @fred

      Je pense que j’aime en effet les choses plus sombre, et ce n’est pas le genre de choses que les gens aiment dans le mainstream (Nirvana est une exception). Çà ne veut pas dire que tout le monde doit aimer les choses plus sombre ou que c’est plus cool. Il y a de la musique “lumineuse” qui ne donne pas dans le prévisible et la facilité. Dans le cas de Portishead, c’était pas lumineux. Çà reste un groupe archi-connu même si çà joue pas à CKOI.

    • La musique pop c’est 100 ans de single lumineux. J’ai l’embarras du choix
      et j’écoute pas mal de vieux hits, y compris pré-1950. Alors tsé quand t’as
      les Ink Spots, c’est dure à battre au niveau du contemporain. Ce qui sonne
      nouveau aujourd’hui pour moi c’est ce qui s’éloigne du standard pop lumineux.
      Il y a des exceptions. Au Québec j’aime JPF (un rare qui a osé le sombre)
      “le soleil emmène…”, Isabelle Pierre “Le temps est bon”, Charlebois “Witchi
      Tao To” (chef d’oeuvre!). Mais bon, peut-être que le “lumineux” a été saturé,
      il s’en fait plus des comme çà. “Les Chats Sauvages” c’est cute mais…
      Non, là vous me perdez. Tant qu’à çà j’aime mieux “Talk About It”, mais il
      y avait un petit coté dark là-dedans, très subtil. C’est kitsch mais c’est
      amusant. La façon dont elle rie en disant “tu peux toujours t’écouter mieux
      sans parler”, c’est inimitable. J’essaie et je comprends pas comment
      elle fait. Ah puis non, le synthé là-dedans est pas kitsch, c’est juste
      bon. Je suis sure que Peaches approuverait.

    • Je trouve ça très bien.J’aime sa voix et c’est une grande musicienne.Longue carrière à cette vraie artiste.

    • @pierres

      ”ariane moffat est un auteur compositeur pop de talent ingénieuse et inventive … et surtout , elle évite comme 90% de ses semblables québecois de faire des albums compil, de covers ou de reprises débiles de leur propres pieces ( duo, acoustique etc)”

      Euh…non

      Un album de cover douteux pour Fabienne Larouche?

      Donc, elle est bien dans le 90%.

    • @sultitan

      Witchitai to était une chanson de Jim Pepper, saxophoniste de jazz d’origine amérindienne. Et non de Charlebois qui en a fait une superbe reprise.

      @tabarly

      Il n’y a pas lieu de prendre Ariane pour un génie de la pop, mais vraiment pas le cancre que vous me semblez décrire… Loin de là.

    • Sultitan, ce qui est drôle, c’est que vous auriez également dit que c’est de la merde “Le temps est bon” si vous aviez eu l’heur d’avoir l’âge de raison quand c’est sorti, tout simplement parce que c’était alors très populaire. Vous auriez dit, je préfère la chanson edgy de une telle. Là, ça va, le gros du public n’écoute plus Isabelle Pierre, ne connait plus vraiment son nom, alors vous avez le droit.

      Par ailleurs, il y a quelque chose d’absurde à affirmer qu’il y a eu du génie dans la pop autrefois et qu’il n’y en a plus aujourd’hui.

      En fait, ce que vous cherchez ce n’est pas à évaluer l’oeuvre en soi; vous cherchez un positionnement culturel, ce que Bourdieu appelle une “distinction”.

    • ”Vais-je cesser d’aimer Grimes? Je pense pas. ”

      Bien entendu que non. Plus elle sera populaire, plus se multiplieront les occasions de dire ”je la connaissais avant”. C’est d’autant plus intéressant que plus elle sera populaire, plus elle touchera des gens peu intéressés par la musique plus souterraine et qui ne sont pas au courant que les médias locaux en parlent depuis près de deux ans.

    • @tabarly

      La musique de Trauma était une commande pour une série télévisée qui a été mis en album pour répondre à la demande des fans; de la série et d’Ariane. C’est pas comme si elle c’était dit: tiens, manque de cash et d’inspiration, je vais faire des covers qui sonnent comme les originaux et empocher.

      D’autres le font, pas elle. Ya des limites à être de mauvaise foi.

      Et j’ai écouté Grimes. J’ai détesté. Tellement que je me demande parfois si les gens aime ces choses par intérêt réel ou pour l’effet que ca fait d’aimer quelque chose que presque personne connait plutôt que quelqu’un plus mainstream. C’est une simple hypothèse.

    • ”ellement que je me demande parfois si les gens aime ces choses par intérêt réel ou pour l’effet que ca fait d’aimer quelque chose que presque personne connait plutôt que quelqu’un plus mainstream. C’est une simple hypothèse.”

      Yunix, Grimes est signé sur 4AD. Elle est maintenant plus connue que la très vaste majorité des artistes mainstream québécois.

    • effet a parfaitement raison. Hors de notre marché local, Grimes est d’ores et déjà BEAUCOUP plus connue qu’Ariane. Cela dit, les considérations artistiques sur leur travail n’ont rien à voir avec cette donnée.

    • ” Plus elle sera populaire, plus se multiplieront les occasions de dire ”je la connaissais avant”.”

      Jusqu’à ce qu’elle devienne tellement populaire qu’il soit gênant de dire ‘je la connaissais avant’.

      Le discours passera alors à l’étape ultime du processus: ‘c’est qui ça Grimes? je m’ennuie tellement de Roasted Garlic’.

    • Il faut tout de même admettre qu’au Québec, plusieurs artistes jouissent d’une “immunité critique” et se retrouve plus souvent qu’autrement encensés par la critique alors que leur oeuvre , une fois passé le “hype” du lancement, retrouve sa juste place dans la hiérarchie du génie musical…et est apprécié à long terme à sa juste valeur….Ariane est de ce groupe, mais cela n’enlève rien à la qualité de son travail…Ni au fait que ce disque puisse en effet être son meilleur.

      Le temps et le recul nous le diront…

      Salut!

    • @ tabarly

      l album de trauma est une commande et elle a longuement hésité a plonger la dedant
      c est un projet en exergue de sa carriere solo et de sa production.

      on est loin des sylvain cossette, Brault et Janvier, Dubois et Marjo en duo etc …
      ou de beau dommage dont o entend parler a chaque maudite année avec un album une comédie musicale … bientot une télé réalité ??? leur dernier album date d il y a 20 ans bout de boyenne !

    • ”Et j’ai écouté Grimes. J’ai détesté. Tellement que je me demande parfois si les gens aime ces choses par intérêt réel ou pour l’effet que ca fait d’aimer quelque chose que presque personne connait plutôt que quelqu’un plus mainstream. C’est une simple hypothèse.”

      Il y a des gens parmi ceux qui aiment qui peuvent avoir cette motivation là. Moi ? J’aime la différence, aussi et ce qui correspond à mes intérêts. Je ne cherche pas pour autant à être absolument différent des autres, je cherche qu’à trouver ce qui me correspond à cette période de ma vie. Et cela peut être bien des choses.

      Aimer ou ne pas aimer ? Il y a tellement de critères qui peuvent vous rejoindre. Je peux aimer un artiste ou plutôt le bonhomme ou la femme qui produit l’oeuvre tout en trouvant cela plutôt ordinaire.

      Cela n’enlève pas l’argument de Yunix… Une certaine frange du public d’ailleurs pourrait s’intéresser à des artistes québécois très mainstream, par goût d’exotisme culturel simplement.

      Cela n’en fait pas un grand artiste pour autant mais pour l’étranger, c’est une découverte.

      Et des gens nouvellement arrivés ici aiment aussi très bien se familiariser d’abord avec la culture populaire afin de comprendre le pouls d’un peuple.

    • Être connu ? C’est à la fois relatif et absolu.

      Même des chiffres de vente respectables en nombre absolu ne signifient pas un taux de notoriété particulièrement élevé dans un marché, une population donnée.

      Je n’en fais pas une valeur absolue. Tant mieux pour ceux qui ont un marché de niches à l’étranger.

    • @Unholy

      J’ai connu la pièce d’Isabelle Pierre à mon arrivée à Montreal vers 1980. Çà jouait
      encore à la radio, j’imagine. J’avais une nounou qui écoutait un poste de radio
      sentimental français, et certaines pièces se sont ancrées en moi. Il y avait une
      piàce de Michèle Richard je pense, avec un vieil orgue de barbarie ou je ne sais
      quoi. Je n’ai jamais su le titre, mais çà jouait très souvent à ce poste de radio.
      J’ai su plus tard qui était Michèle Richard simplement en reconnaissant la voix.

      Je pense que ce n’est pas juste au Québec ou la musique mainstream est tombé
      dans la médiocrité depuis la fin des années 80. Il y a toujours des exceptions,
      des hits exceptionels (Lady Gaga, Katy Perry, Ke$ha, en ont fait des bons ces
      2 dernieres années), mais beaucoup de grands artistes pops ont été relégués
      au second plan. Ce n’est parce que c’est “indie” que ce n’est pas pop. Où
      ai-je dit que le génie de la pop avait disparu? J’ai dit que le mainstream
      favorise le pop “lumineux” (joyeux, happy), et qu’il y a tellement eu
      de chefs d’oeuvre de çà, que personellement je suis saturé de çà
      déjà en revisitant le passé. Quand en plus le mainstream moderne
      ne sait plus choisir ses artistes, çà va mal. Si vous voulez louanger
      les artistes du dernier top 100 billboards, c’est votre gout.

      Tout jugement critique envers une oeuvre d’art se fait à partir
      d’un positionnement culturel, aurait répondu Gombrich à Bourdieu.
      Tu ne peux défaire entièrement le bias culturel d’un critique (son background)
      et le contexte culturel de l’oeuvre au temps de diffusion.

      @Yunix

      J’écoutais du Grimes en 1983. C’est une question de gouts.
      Pour moi Grimes ne sonne pas comme quelque chose que
      j’ai jamais entendu. C’est un amalgame de choses que j’aime.

      @Effet

      Il y a pas grand fierté à ne pas avoir connu Grimes avant
      l’article du NME (best of SXSW). Une artiste de
      Montreal en plus! Toutefois j’ai connu Gaga et Ke$ha
      avant le mainstream. Çà n’a rien à voir avec le fait que
      Born This Way m’a déçu..C’est pas parce qu’Adele est sur
      XL Recording, un autre bon label, que j’ai fait “Oh WOW…
      Adele!!! Faut que j’en parle à tout mes amis, I’m so hot
      nobody knows her!!”. C’est pas parce que Joker est à
      4AD que je trouve son hit “On My Mind” nul à c….
      (non mais, voir le video…quoique j’adore Slaughter House
      du même artiste). En général quand je discute d’un
      artiste vraiment obscur, les gens s’en fou ici. Une partie
      des artistes que j’aime, il y a juste moi ici qui les écoute
      maintenant et qui les écoutera dans 10 ans, parce que ce n’est
      pas de type à plaire à grand monde, pas plus que quand
      Alain cause d’un album jazz pointu.

      Je vais peut-être aller demander à des endroits où personne n’ont entendu parlé de Moffat ce qu’ils en pensent (sans aucun avis ou pré-jugement de ma part). Je ramènerai les résultats.

    • @rogidoux

      Votre chat a bien survécue à la torture auditive et à la captivité?…La modération a effectivement meilleur goût … Pauvre bête il annonce 15 cm de neige demain :-)

    • Oups, rogiroux, désolé d’avoir changer votre nom…

      Merci à yunix pour le tuyau…

    • yvesdupuis ~

      La bête passe son purgatoire à l’extérieur sur la galerie l’oeil torve
      et complote l’annihilation de la race humaine en général et canine en particulier.

      Elle aime bien la sainte trilogie Bowiglou…
      (David Bowie – Iggy Pop – Lou Reed)
      mais présentement écoute du funky R&B…

      Nicholas Payton ~ BITCHES

    • Isabelle Pierre a vécu près de chez moi au JALL(St-Juste,Auclair,Lots Renversés,Lejeune) elle élevait des anes et continue toujours de chanter pour ceux qui aiment la musique tendre et douce comme ”Le temps est bons”.Oui des vieux hyppies il y en a encore.

    • Isabelle Pierre peut être fière, car même si je ne connais pas bien son répertoire, cette chanson est l’une des plus émouvante du répertoire québécois ou français en général. Hormis l’anecdote reliée au film, cette chanson dit tout de l’essentiel du fait de vivre. Tu ne peux pas répéter çà. C’est comme s’il n’y avait rien à dire après cette chanson, et c’est même pas à cause que c’est un grand texte. Non, c’est grand parce que c’est un texte tout simple et d’une spiritualité inouie.

    • simple mais (au lieu de “simple et”).

    • Il y a une pub à la télé en ce moment avec ”Le temps est bon”. Les paroles coupent juste avant ”J’ai deux amis qui sont aussi mes amoureux”. Je ne me scandalise pas trop quand un artiste vend sa chanson pour de la pub, mais je méprise un peu les publicitaires qui achètent une chanson mais qui sont pas capables de l’assumer en entier. Pour moi, cette chanson représente un état d’esprit et une époque, si cet état d’esprit ne te convient pas, choisis une autre chanson, bordel.

      Isabelle Pierre m’est immensément sympathique.

    • Sultitan,

      Isabelle Pierre, alias Nicole Lapointe, a fait l’objet d’une compil chez Disque XXI en 2004. Je l’ai acheté à mon père qui me parlait d’une certaine Isabelle Pierre. Rappelons que cette interprète de Stéphane Venne (avec Renée Claude et Emmanuelle) a aussi créer Évangeline de Michel Conte. Il fut un temps où il y avait une noblesse à l’interprétation.

      La chanson de Michelle Richard, c’est probablement Ô Shérif Ô, une chanson de Gainsbourg avec un piano de bastringue, si je me souviens bien.

    • L’autre grande interprète méconnue de l’époque c’est Suzanne Stevens. Grandiose. Aussi chez XXI.

    • La Grimes que je trouve ne peux pas avoir 30 ans… donc j’ai ecoute quoi?

      Si ca vous dit de decouvrir quelque chose d’assez unique, je vous propose Elsiane.
      (Desole, clavier anglais)

    • Euh, Alain, pourquoi vous coupez mes posts inoffensifs?

    • Quels posts ? Je n’ai rien coupé. Peut-être avez-vous écrit un nom proscrit, je ne sais. Si c’est le cas, vous évitez de le faire… par respect pour les exclus.

    • Effet, je ne veux pas défendre les publicitaires à tout prix, mais je ne vois pas trop ce que les deux amoureux seraient venus faire dans une pub de lait.

      Il y a deux vers dans le refrain:

      «Le temps est bon, le ciel est bleu j’ai deux amis qui sont aussi mes amoureux

      Le temps est bon, le ciel est bleu nous n’avons rien à faire rien que d’être heureux»

      On a monté de jingle de façon à ne présenter que le deuxième vers, beaucoup plus proche de l’esprit du clip. Franchement, je ne vois rien de mal à ça.

    • Astyanax,

      Si ma mémoire est bonne, dans la version de la pub, juste avant qu’on arrive au vers des deux amoureux, la chanson devient instrumentale.

      À mon sens, un publicitaire doit choisir une chanson qui représente ce qu’il cherche à véhiculer, pas des morceaux de chansons. C’est pas comme s’il n’y avait pas 2000 autres chansons qui parlaient d’être heureux.

      La thème de cette chanson, ce n’est pas le bonheur, mais plutôt la libération des moeurs (toute la chanson est une longue suite de sous entendus sexuels). Si tu veux véhiculer le simple bonheur d’être heureux dans ta pub et que la libération des moeurs ne t’intéresse pas, et bien choisi une chanson sans équivoque. Il y en a plein.

    • Le vers sur les amoureux et bien plus représentatif de la chanson que celui sur le fait d’être heureux. Si la dimension sexuelle n’a rien à faire dans une pub de lait, et bien qu’est-ce que cette chanson vient faire dans une pub de lait???

    • Remarque, Astyanax, que je soulève ça, mais je n’en fait pas un cas ou une question d’éthique. C’est juste que pour moi, en affaires, quand tu t’associe à un contenu quelconque, c’est que tu crois que ce contenu, dans son essence, véhicule quelque chose qui représente ta marque et les valeurs qui y sont associées.

      C’est plus logique, donc, de choisir une chanson qui représente tes valeurs corporative que d’en décontextualiser une autre pour l’adapter à tes besoins. enfin…

    • @effet

      J’ai une vision différente de plusieurs publicitaires qui sont eux aussi des artistes. Et qui peuvent faire de la subversion oblique en catimini comme je le mentionnais pour d’autres artistes à Ghost.

      Sans que leurs clients s’en aperçoivent ou encore s’ils s’en aperçoivent ils s’en moquent, car pour eux c’est l’efficacité qui compte.

      Pour ”Le temps est bon” je pense plus au film ”Les mâles” de Gilles Carle…

      http://www.tagtele.com/videos/voir/47422

      Pour la pub du lait il faudrait la revoir mais de ne voir rien de sexuel avec le lait, il faut manquer un petit peu d’imagination… Le lait, les seins et deux seins en plus chez les femmes…

      Rien de plus sexuel… En marketing à l’Université dans un cours, j’avais proposé Mitsou pour faire vendre du Yogourt Glacé et en diffusion après les nouvelles du sport… Cela aurait vendu… Ouais, c’est cliché mais…

    • Pour la logique commerciale… C’est justement cela qu’ils font décontextualisent s’il faut et adaptent à leurs besoins… Les clients cela…

      Par contre, les publicitaires eux peuvent jouer sur les deux fronts et réussir à faire passer cela comme du beurre dans la poêle auprès de leurs clients. Certaines pubs se moquent carrément de l’annonceur et véhiculent des valeurs bien différentes.

      Quoique cela reste caché. Et ces publicitaires là peuvent bien aimer à la fois fric des clients et faire de l’artistique en même temps. Certains valeurs de gauche et un esprit de moquerie ou de rébellion tout en ayant un portefeuille lui qui se rempli avec un pragmatisme commercial.

    • Ben dis donc. Je regardais des clips de Isabelle Pierre sur YouTube ce matin, puis je viens ici et voilà qu’on en fait l’égérie d’un génie pop lumineux disparu.
      Faut avouer que Stéphane Venne savait pondre des chansons!
      Je pense que j’ai fait à 6 ans une fixation sur “Les enfants de l’avenir”. Faut que j’achète une compil’ Qu’est-ce qu’on aimerait revivre cette naïveté parfois… J’écoutais “Out To Lunch” hier soir, réjouissant mais quand même…

    • Je la vois la pub faite par Nolin BBDO…

      http://www2.infopresse.com/blogs/actualites/archive/2012/01/16/article-38971.aspx

      Très peu artistique finalement et pas de subversion, ils ont effectivement détourné le sens de la chanson pour faire du lait un source de réconfort, une valeur conservatrice axée sur la famille, les parents, les enfants et les grands-parents.

      Ils ne seront pas les premiers ni les derniers à faire cela.

      Nous sommes en 2012, il y a une montée vers plus de conservatisme et les publicitaires n’ont pas tous l’esprit ”libéral” ou de subversion…

      Donc, oui le contraire du film ”Les Mâles” de Gilles Carle où les deux hommes vivent en marge de la société.

    • Lecteur,

      ”J’ai une vision différente de plusieurs publicitaires qui sont eux aussi des artistes. Et qui peuvent faire de la subversion oblique en catimini comme je le mentionnais pour d’autres artistes à Ghost.”

      Je ne crois pas au potentiel subversif de la pub, à part dans des cas très rares. Ce type de discours sur la ‘’subversion oblique” chez les publicitaires, c’est bien évidemment la vision romantique que les publicitaires ont d’eux mêmes. Plus facile de se conforter là-dedans que d’assumer que l’on ne fait que vendre de la pâte à dent.

    • De plus les chansons avec un message très conservateur sont assez rares parmi les artistes d’ici alors que peuvent faire les publicitaires quand leurs clients veulent eux mettre l’accent sur ces valeurs là ?

      Ils seraient obligés d’aller chercher des chansons de groupe chrétiens et autres ? Ou seulement des contines pour enfants ?

      Pas tellement grave finalement qu’ils détournent le sens, c’est plutôt aux artistes plus progressistes à faire des détournements des pubs et autres et s’en moquer…

      Les pubs avec Brathwaite dans le temps même dans les honnies années ‘80 étaient beaucoup plus ”libérales”.

      La femme dans son bain, il faudrait qu’un amant vienne la rejoindre ou bien pire qu’une chose à la Hitchcock lui arrive et la même chose pour la chaise dehors… Il faudrait en faire une version comme dans les films d’horreur pour faire peur au monde…

      La pub d’une grand magasin en Angleterre avait été détournée sur Youtube pour en faire plein de versions comiques… Aux Québécois de faire preuve de la même imagination…

    • Sur cela… J’aimerais bien que Sultitan donne son point de vue quand il viendra…

      Et je pense encore une fois à Andy Warhol.

      Et pour la vision qu’ils ont d’eux-mêmes, il faudrait les interroger, certains ont probablement une vision plus cynique. Et se servent de la pub pour faire du fric ! Ce qui ne les empêche pas de travailler ensuite dans d’autres secteurs comme le cinéma !

      J’irai pas faire un sondage dans les boîtes de pub ! Mais ma vision comporte en partie de cela… Et est même plus large, des gens d’affaires aimant à la fois le fric et les arts. Très progressistes de pensée sauf peut-être pas de la même façon que dans le monde syndical.

      Sauf que c’est encore plus mêlant que cela… Les valeurs évoluent avec le temps et ils peuvent passer par plusieurs phases. Plus généreux et progressistes et par d’autres plus conservateurs et veulent conserver leurs statuts et privilèges.

    • Franchement, certains commentaires sont d’une prétention sans nom! Déplorable de constater qu’il existe SEULEMENT deux catégories d’amateurs de musique: ceux qui SAVENT et les autres…dont je suis certainement. L’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne!

    • @dakini26

      Seulement deux catégories d’amateurs de musique ? Je ne crois pas. Bien non, moi je suis de ceux qui défendent la vision du Kaléidoscope…

      Alors déjà avec un seul amateur de musique vous avez une très, très grande diversité de voir les choses si on s’ouvre les yeux. Avec plusieurs amateurs ? Les probabilités de tomber sur plusieurs façons de voir viennent de se multiplier.

      Cela étant dit, il y a des choses meilleures et d’autres moins bonnes. Et les goûts cela se discute, cela peut faire l’objet de débats et de précisions. Pas obligé de changer après la discussion et on a le droit d’aimer qui on veut et ce qu’on veut. Tout en pouvant reconnaître que cela puisse avoir une moins grande valeur artistique, musicale ou si c’est de la bouffe culinaire.

      J’aime et je dis pourquoi selon moi cela me plaît. Ou le contraire.

      Et si c’est bon aussi, le pourquoi. On se limite parfois qu’à des impressions premières dans mon cas.

      Les gens avec leur personnalité et leur de manière d’écrire ? Cela les regarde. C’est une question de style, de caractère ou même d’humeur et là encore pas obligé d’aimer à tous les coups.

    • Pour revenir au lait… Effet pour trouver des chansons conformes aux valeurs de plusieurs clients, il faudrait plutôt revenir aux Jingles du temps. Car les chansons n’ont jamais été écrites dans le but de vendre des céréales, du lait, du tube dentifrice, des voitures…

      Je défends quand même la liberté des ayants-droits mais encore plus ceux de l’auteur de la chanson. Il peut en faire ce qu’il veut que cela plaise ou déplaise. Ceux qui aiment pas, ils ont bien le droit de le dire.

      Qui sont ceux qui devaient donner leur accord pour que cette chanson serve pour cette pub ? Stéphane Venne, en fait partie ?

      L’originale évoque beaucoup plus la liberté que les petits moments de réconforts et de bien-être de la pub. Ce n’est qu’une petite liberté dans un monde conservateur. Cela étant dit, on a rien contre ces valeurs là, de famille, de travail et tout. C’est juste que la culture des années ‘70 remettait en question cette vue traditionnelle.

      Cela conviendrait bien aussi l’original à certains films avec Pierre Richard ou encore Alexandre le bienheureux. Et avant encore pour avoir deux amants, on peut penser à Jules et Jim.

    • @ lecteur

      “Cela étant dit, il y a des choses meilleures et d’autres moins bonnes. Et les goûts cela se discute, cela peut faire l’objet de débats et de précisions.”

      Et bien vous venez de régler un débat méta-esthétique par une simple affirmation, du n’importe quoi sur ce blogue comme très souvent. À moins que vous puissiez nous donner une belle définition du terme “bon” en musique et des fondations objectives sur lesquelles elle repose…

    • @palomino

      Rien de réglé là. Et en faire une définition ? Ce n’est pas à moi de l’établir. Mais oui, un certain consensus, certains critères se forment chez les critiques et chez un public avisé et le temps, l’histoire on ose l’espérer finit par reconnaître les grandes oeuvres, c’est tout.

      N’importe quoi ? Non, un peu de tout et de rien et une vue large.

      Votre réaction prouve plutôt que vous n’avez rien compris aux sens de plusieurs de mes interventions et ce n’est pas parce qu’elles sont mal écrites, juste parce que vous ne prenez pas le temps de réfléchir comme il faut. Bravo !

    • @ lecteur

      “Rien de réglé là” C’est pourtant ce que vous laissez entendre juste après, une belle contradiction, alors pour réfléchir comme il faut, on repassera…

    • @palomino

      Non pas du tout. C’est vous qui ne voulez pas comprendre.

      De toute manière, ma affirmation s’adressait à dakini26 d’abord dans un premier temps et encourageant tous à participer. Ma deuxième partie, celle que vous critiquer est là, tout simplement pour faire comprendre que je ne crois pas que toutes les opinions ont une égale importance. Cela ne veut pas dire qu’elles ne méritent pas d’être exprimées.

      Je vais me prendre, en exemple, alors, je crois que mon opinion sur la musique avec plusieurs années d’écoute et plus d’expérience est plus éclairée que dans mon adolescence ou je ne faisais que découvrir. Il ne faut pas pour autant rejeter, les premières impressions des plus profanes.

      Pour vous, c’est une contradiction alors que pour moi c’est un tout.

      Et j’ai ajouté cette deuxième partie là, aussi pour faire savoir que je considérais que les critiques jouent un rôle ”intéressant” dans l’évaluation d’une oeuvre. Cela ne veut pas dire que les critères sont fixes dans le temps que la grille se doit d’être stable.

      Je peux comprendre votre réaction épidermique, je l’ai déjà mentionné ici quand on écrit beaucoup c’est ce qui arrive. Et ne vous trompez pas, ma critique était trop molle, vous ne prenez pas le temps de réfléchir DU TOUT avant de faire votre critique vous n’avez rien compris du contexte du message.

      Bon laissons tomber l’ego. Cela n’est pas important. Et de toute manière, moi je m’intéresse à l’inutile car seul ce qui est inutile à une réelle valeur dans l’art ou dans la vie. Le beau, le vrai, …

      Si votre n’est qu’utilitaire, aussi bien fabriquer des réfrigérateurs.

    • Reprenons l’exemple de Foglia, avec les chocolats. Il vous dit ce qu’il aime lui comme chocolats mais vous précise qu’il n’est pas un amateur de chocolat.

      http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/pierre-foglia/201201/24/01-4488728-fiction-desamour-et-chocolats.php

      Foglia vous dit aussi dans la chronique précédente que le Dix30 est vulgaire. Vous n’êtes pas obligés d’être d’accord avec lui. Moi, je le suis.

      Et pour le chocolat, un autre paradoxe si vous voulez, je peux aimer les deux. Et même Laura Secord quand une envie de ”cheap” me pogne c’est bien trop dispendieux cela. Trop fin. J’aime le très fin comme je peux aimer le ”cheap”.

      Je serais critique gastronomique dans le domaine du chocolat, j’essayerais pas faire croire aux gens que des chocolats vendus à rabais pendant la période de Pâques sont de la qualité. Pour le cheap qui m’intéresse de toute manière, ce ne sont pas eux. Ils sont plus petits et achetés en petite quantité.

      Oui, il n’y a rien de RÉGLÉ faire de la critique de musique ou en faire une évaluation c’est à la fois un art et une science et cela est constamment en transformation avec la société.

      Vous remettez en question quoi, vous là ? Vous voulez dire que l’opinion de tout le monde se vaut ? Ce n’est pas la mienne. Que chacun a droit à ses opinions et ses goûts ? Cela me correspond. Et pour une oeuvre, il y a plusieurs valeurs qui peuvent y être attachés pas seulement artistique, il y a aussi celle sociale.

      Alors, bien sûr, avec moi vous risquez de continuez à être dans le flou et à vous poser des questions. C’est plus dans ce sens qu’est ma démarche. La quête de sens. Bon sans se prendre au sérieux, bien sûr.

      Chacun son style, chacun ses goûts. Je vous ai juste taper sur les nerfs en écrivant beaucoup tout comme Ghost l’avait fait lui aussi. C’est juste normal, cela dans la vie.

    • Bien oui, c’est réglé pour Beethoven, Mozart ou Chopin ce sont des très grands maîtres, des génies.

      Cela peut prendre du temps et rien n’empêche les gens de découvrir leurs oeuvres et d’en discuter encore de nos jours.

      Quand on voit la vie à travers plusieurs prismes, certains préfèrent penser que ce n’est que de la contradiction ou de l’indécision. Mais je ne fais que parler d’une grille, d’une démarche personnelle et non d’opinions arrêtées. Mes valeurs peuvent bien transparaître et vous en avoir des différentes. Cela ne dérange rien.

      Ok… Bon après-midi.

    • @lecteur

      L’homme est la mesure de toute chose en art. Il n’y a pas de “meilleur”. Et j’ai le regret de vous annoncer que non, la critique n’est pas une science. Quant à ce qui est vulgaire, c’est plutôt de parler de la vulgarité du Dix 30 en nous pondant un texte rempli de fautes…

      Bonne soirée!

    • La question est réglée. Vous n’en valez pas la peine.

    • Lorsqu’on se donne la peine d’écouter attentivement un album, on explore les subtilités, les textures sonores, et après quelques jours d’écoute, cet album est absolument génial, très riche.

      Les 5 premières tounes, du bonbon, mon corps et too late particulièrement. Seule exception, la chanson La pluie et le beau temps, fait un peu trop Annie Brocoli…sinon, A+

    • Je n’aime pas du tout cet album opportuniste et ”Belingue” qui n’invente pas grand chose…Je trouve que mlle Moffatt se perd dans ”L’espace”…Je ne souhaite pas son retour!!!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2012
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    272829  
  • Archives

  • publicité