Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 30 octobre 2011 | Mise en ligne à 16h13 | Commenter Commentaires (33)

    Le sondage Crop-La Presse sur la chanson québécoise

    Céline Dion

    Céline Dion, la première qui vient à l’esprit…

    Le sondage Crop-La Presse sur la chanson québécoise, que résume mon collègue Daniel Lemay dans notre édition de samedi, nous en apprend-il davantage sur la conjoncture actuelle en la matière ?

    1. « Deux Québécois sur trois s’intéressent à la musique québécoise qu’ils trouvent plutôt originale et diversifiée, et d’une qualité supérieure ou comparable à ce qui se fait ailleurs dans le monde. L’autre tiers ne s’y intéresse que peu ou pas du tout, ce qui est le cas de 43% des Montréalais et de 72% des non-francophones; ceux qui n’aiment pas -curieusement beaucoup plus nombreux à Québec qu’ailleurs- ont coché les qualificatifs «ennuyante», «redondante» ou «simpliste».» »

    Question: entre la grande région de Montréal et le reste du Québec (sauf la capitale), le fossé se creuse-t-il encore davantage ? Et que se passe-t-il à Québec ?

    2. « Les Québécois, pour qui la chanson a longtemps servi de cri de ralliement, préfèrent dans l’ordre la musique pop (24%), le rock (20%), la «chanson à textes» (14%),la musique classique (1%), le jazz (2%).»

    Question: Qu’apprend-on ici de significatif, sauf les plus faibles proportions pour le jazz et la musique classique que ce que nous disent les statistique occidentales, c’est-à-dire 5% pour la musique classique et 3,5 % pour le jazz ? Le Québec est-elle la société anti-intellectuelle que certains soupçonnent ? Ou encore ces résultats réduisent-ils les pourcentages observables dans la grande région de Montréal, semblables à la tendance internationale ?

    3. «… quand ils doivent nommer le premier artiste québécois qui leur vient à l’idée, 15% des répondants disent Céline Dion, nommée deux fois plus souvent par les non-francophones que par les francophones. Les cinq autres artistes les plus souvent nommés ont déjà remporté un Félix à «l’autre gala de l’ADISQ» mardi ou sont en nomination dimanche: Marie-Mai, les Cowboys fringants, Éric Lapointe, Daniel Bélanger et Ginette Reno…»

    Question: Y a-t-il lieu de s’étonner ? Rien de neuf sous le soleil ?

    4. « Des quelque 90 000 fans qui se sont procuré La musique en moi de Mme Reno, 38% l’ont acheté en CD chez un disquaire, comme ils le font d’habitude. Un Québécois sur cinq, par ailleurs, s’approvisionne désormais en musique par téléchargement, très populaire, on ne s’en surprendra pas, chez les jeunes (18-34 ans) et chez les non-francophones qui se servent de l’internet, on suppose, pour se procurer des musiques de leur monde qui ne sont pas vendues au coin de la rue .»

    Question: Les fans de Ginette Reno sont-ils représentatifs des générations plus âgées, et donc se procurent un CD chez le disquaire comme dans le bon vieux temps ? Un Québécois sur cinq qui s’approvisionne en téléchargement ? Un seul ? Que font les quatre autres ?

    5. « … un répondant sur quatre serait prêt à payer plus cher pour un disque québécois. Par contre, il est intéressant de noter que 70% des Québécois ne téléchargent «jamais» de musique gratuitement (sur l’internet ou en protocole de partage), mais ceux qui le font régulièrement (5%) ou à l’occasion (20%) n’ont pas tendance (71%) à faire d’exception pour les artistes québécois.»

    Question: Ainsi, 70 % ne téléchargent pas illégalement, 5 % le font régulièrement et 20 % le font à l’occasion. Vraiment ??? Les sondés ont-ils dit la vérité aux sondeurs ?

    6. «… les Québécois voient leurs artistes un tantinet plus riches qu’ils ne le sont en réalité. À la question «Selon vous, lorsque vous achetez une chanson à 0,99$ sur iTunes, combien va dans les poches de l’auteur-compositeur?», la moyenne des réponses se situait à 23 cents. »

    Question: «un tantinet» ? Lorsque l’artiste n’est ni producteur ni éditeur, sa cote est inférieure à 5 cents ! Imaginez s’il n’est que l’auteur-compositeur et pas l’interprète, ou encore s’il n’est que l’interprète. Entre cinq et dix fois moins que la réponse moyenne des sondés ! Les Québécois sont-ils encore victimes des préjugés voulant que les artistes soient pleins aux as ?

    Pour vous faire une meilleure «tête» sur la situation, une émission sera télédiffusée en direct ce dimanche, 18h, sur le Canal Vox. Philippe Fehmiu en sera l’animateur. Et je risque de m’y pointer… Cette émission a donc lieu avant la rediffusion du Gala de l’ADISQ, qui sera l’objet d’un clavardage en direct dont je serai le modérateur !


    • Je n’ai jamais pensé que les artistes Québécois faisaient leur beurre au moyen de leurs enregistrements. Par contre, j’ai toujours cru que leurs cd étaient des outils de promotion pour des spectacles engendrant leur véritables revenus. Si l’industrie du disque tout comme l’industrie du film se porte dans l’ensemble assez bien au Québec, c’est que je crois faire partie d’une majorité de gens pratiquant une forme de protectionnisme pour toute forme d’art produite chez nous. Suite au phénomène du téléchargement, j’ai redeveloppé le même réflexe que j’avais eu au début des années 80 quand notre industrie s’était retrouvée coinçée dans cette mode des synthétiseurs et des textes faciles. J’avais alors fait le choix d’acheter Québécois et ce, même si la production de l’époque n’atteignait pas la qualité que l’on retrouve aujourd’hui. Je crois aussi que le seul véritable ennemi de l’A.D.I.S.Q. est l’A.D.I.S.Q. Que cette institution se branche sur la réalité du client et la répartition de ses différentes catégories ne s’en portera que mieux…

    • Intéressant. Un aveu ? Pour Ginette Reno, je suis de ceux qui l’ont acheté son dernier CD et oui pas en téléchargement, je suis revenu aux CD. Je suis du genre ”conservateur” avec mon matériel c’est tout.

      C’était la première fois que j’en achetais un de Ginette, j’ai bien des 33 tours qui venaient de ma mère et elle jouait chez moi dans ma petite enfance et allait faire des tournées dans les années ‘60 en région.

      C’est une reconnaissance pour l’ensemble de sa carrière. Son précédent album, un autre membre de ma famille l’a acheté car celui lui faisait penser à son parent décédé. Il y a toutes sortes de raisons d’acheter de la musique ou de supporter des artistes.

      Bon là c’est à un des points de l’article que je réagis…

    • ” L’autre tiers ne s’y intéresse que peu ou pas du tout, ce qui est le cas de 43% des Montréalais (…) ont coché les qualificatifs «ennuyante», «redondante» ou «simpliste». ”

      J’en suis.

      Mais il faudrait préciser, parle-t-on de ”musique québécoise” ou de ”chanson québécoise” ??

    • Pour le sondage, pour ma part, et en ma qualité aussi d’homme de chiffres, je trouve que le tableau me résume bien les choses…

      http://pdf.cyberpresse.ca/lapresse/sondage2_music.png

      Et moi, je me trouve toujours piéger dans ces sondages à choix de réponses mais pour les sondeurs c’est plus efficace.

      On se prête à l’exercice nous aussi ?

      1- Beaucoup

      2- Comparaison très difficile à faire, pour le grand public et mêmes pour les curieux car qui a le temps d’entendre tout ce qui se fait dans le monde ? Si on écoute la musique d’ailleurs, on va pas chercher celle qui nous intéresse.

      Alors réponse, politically correct. COMPARABLE.

      3- Genre de musique préférée ? LA BONNE. Lol… Et il y aurait plusieurs réponses parmi les choix proposés.

      Jazz. Classique, Musique du Monde, Pop et Rock pourraient venir à égalité en premier.

      4- Mélange des deux et même plus… Ajoutons.. À la sortie d’un concert, dans un magasin à rayons (est-ce vraiment un disquaire ?), … D’autres peuvent faire des commandes postales pour leurs CD.

      5- D’un artiste Québecois ? Mais lequel ? Évidemment que je suis prêt à payer plus cher pour les artistes que j’aime qu’ils soient Québécois, Islandais, Français, Américains…. Ceux qui m’intéressent pas, même en me donnant l’album gratuitement j’en voudrais pas.

      Alors vous pouvez dire oui mais il y a des limites et je suis aussi sensible au prix.

      6- Les sites de partages de fichiers musicaux ? Pour le téléchargement et enregistrement sur mon ordinateur. NON JAMAIS.

    • Pour iTunes, je le savais que c’était faible.

      Premier artiste québécois qui vous vient en tête ? Question piège pour moi. Car si on parle d’artiste, je voudrais véritablement nommer un ou une artiste. Céline Dion est exclut de ma liste. Bon disons Claude Léveillée pour des générations d’avant. Jean Leloup, cela serait acceptable aussi. Artiste est un terme trop vague… Artiste populaire ou grand artiste ?

    • Pour les sites de partage j’avais à l’esprit les illégaux… Avant sur Last.Fm j’ai téléchargé des choses qu’on me proposait gratuitement.

      Ce qui est légal et gratuit c’est possible mais je pense pas que c’est ce type de sites dont on parlait.

      Un Ep gratuit sur Bandcamp ? Bien oui, pourquoi pas si l’artiste nous intéresse…

    • 2% de la population accroche sur le jazz. Et c’est pourtant à Mtl, Qc, que l’on retrouve le plus grand festival de jazz au monde! Ce pourcentage pourrait expliquer la triste dérive des genres dans la programmation estivale…
      .

    • M. Brunet,

      Pourquoi mentionner Québec? (curieusement…) Si c’est une flèche dirigée contre le FIEQ sur la place qu’il accorde aux artistes québécois, je suis d’accord avec vous. Mais bon dieu, développé. Que veut dire cette parenthèse?

      Sinon, ce n’est que de la parabole journalistique et des sous-entendus qui ne mènent à rien.

    • Arrivé sur Vox… Cela a l’air émotif comme débat…

      http://www.voxtv.ca/montreal/emissions/opentele.php

      Il y a du monde à la messe comme participants. François Guy, parle là…

      C’est ”politique” comme débat, on ne peut pas s’en sortir.

    • J’écoute régulièrement de la musique québécoise, mais, anglaise. La question parle de musique francophone? Faut le préciser. Je n’ai contre la langue française, juste qu’il y a moins souvent un groupe franco que je trouve intéressant, mais il y en a.

      Je ne suis pas une référence puisque j’écoute des trucs assez obsurs. C’est rare que je suis fan d’un artiste qui vend plus de 50 000 copies d’un album. Pour un groupe franco-québécois, çà se résume à 5000 copies (parce que 50 000 ici c’est un hit).

    • Oh lala, ce que les sondages sont rendus n’importe quoi. Cela montre bien qu’il faut toujours être un peu sceptique face à ceux-ci.

      Pour ceux qui répondent que ce n’est plus grave que l’artiste ne fasse plus d’argent avec ses albums, je dirais ceci: oui, l’album est devenu un moyen de faire de la publicité pour les spectacles et donc, les artistes populaires (ici, j’utilise le terme populaire représentant toutes les musiques populaire) ont encore des façons de rentabiliser leur talent, mais c’est une très mauvaise chose pour la musique. En effet,comme l’album est laissé de côté, car il n’est pas rentable, on y perd beaucoup en nouvelle musique. En fait, la mort de l’album signifie en quelque sorte la mort de la nouvelle musique.

      Il ne faut pas donc se surprendre de voir les artistes produisent de moins en moins vite de nouveaux albums et de produirent de plus en plus du réchauffé…

    • Ben de la misere avec un tel sondage car avec un échantillonage de 1000 personnes les résultats sont quasiment prévisibles.

      Quel est le pourcentage de tout ce qui se fait de québecois franco ou anglo que l`échantillonage entend dans son quotidien ? 4 ou 5 artistes peut-être et toujours les mêmes morceaux ?

      Même chose pour le jazz ou le classique. Difficile alors de justifier le festival de jazz ou la maison de l`OSM. Mais si ton échantillonage est si réduit même s`il n`est pas ciblé, c`est certain que tu va obtenir ces pourcentages.

      90000 exemplaires pour Ginette Reno ? Ya sure ! À la sorte du duplicateur peut-être mais vendus ? Reduisons cela de 95 % et ca serait plus juste. Le cd ne se vend plus c`est pas un mythe. Rares sont ceux qui en vendent 1000 alors 90000 ?

      Personellement si tu me demande a quel artiste québecois je pense en premier je dirais Eric Lapointe justement parce que c`est un des rares qu`on entend jouer un peu partout.

      J`achete encore des cd , moins qu`avant et ne me suis pas encore laissé tenter par itunes même si j`ai un ipod. Jamais téléchargé illégalement c`est juste pas mon truc…

      Pas prêt à payer plus pour de la musique québecoise même si je sais qu`ils ne sont pas pleins aux as. Seuls ceux qui font des tournées interminables dans de bonnes salles peuvent prétendre être à l`aise à moins bien sur d`être marié à ton gérant et de laver le cerveau de tous les bons petits québécois à l`aide de tes copains PKP et Imelda Schneider. C`était plus fort que moi fallait que ca sorte…

      En somme c`est dommage parce qu`il se fait de bonnes choses au Québec mais si t`es pas assez big et que tu vends pas…

    • @noirod

      Il ne faut quand même pas tout mettre la faute sur l’échantillonage. Oui, un petit échantillonage réduit la possibilité que des gens noment des artistes hors de “l’ordinaire”, mais avec 1000 personnes, un sondage bien fait donnera des bons résultats. Le problème ici, c’est que les questions sont mal posées, ce qui peut mêler les répondants ou les induisent à répondre certaine chose plus qu’une autre.

    • @sultitan
      ”J’écoute régulièrement de la musique québécoise, mais, anglaise. La question parle de musique francophone? Faut le préciser.”

      Oui, exactement.

      Je pense que les résultats de ce sondage sont à prendre avec un gros grain de sel. Pour certaines personnes ”musique québécoise” ça veut dire Francophone, alors que normalement ça devrait dire ”créée en sol Québécois”. C’est pas clair du tout…

      Et puis, en quoi l’appellation ”musique québécoise” peut servir de base de comparaison ? Un band ontarien qui déménage à Montréal fait de la ”musique Québécoise” ? C’est quoi ce patriotisme rampant ?

      Sinon, c’est de la musique Québécoise-Francophone, point. Ce qui élimine de facto toute musique instrumentale du lot, Québécoise ou pas.

    • Juste pour ajouter une couche de confusion:

      On nomme Céline Dion, qui fait majoritairement de la musique dans la langue de Shakespeare et hors du Québec! Donc pour résumer:

      - Musique Francophone-Québécoise
      - Musique créée en sol Québécois
      - Musique d’un artiste né au Québec

      Question: est-ce que le rock de Godspeed You Black Emperor est aussi ”musique Québécoise” que celle d’un Éric Lapointe ?

    • Depuis ce “gars-là” d’hier au soir, le 15% de répondants qui pense à Céline est maintenant en partie attribuable au talent de Marc Dupré. Sad but true.

    • Je trouve ça approprié un sondage plus ou moins représentatif sur la chanson Québecoise lors d’un gala qui n’est pas représentatif de l’univers musical Québecois.

      Ceci dit êtes-vous vraiment surpris des résultats, la musique demeure un produit culturel pour la plupart en mettant beaucoup d’emphase sur le mot produit, bref les réponses sont aussi similaires que si on demandait aux gens leur opinion sur l’industrie des détergents à lessive.

    • Je ne sais pas si le sondage se rend jusqu’au fossé des générations car on aurait pu voir quelque chose d’encore plus flagrant… du moins je le crois fermement : Les jeunes sont majoritairement du côté qui ne s’intéressent pas à la musique québécoise !

      Donc, la pourcentage actuel pourrait augmenter d’ici quelques années pour atteindre une majorité des Québécois qui n’aiment pas la musique québécoise.
      Alors on veut plus de quotas… on se bat pour le fait franco !!!
      Mais faudrait d’abord et avant tout avoir quelque chose de nouveau à offrir non ????

      La qualité des productions du Québec se semble pas le problème… c’est la qualité des artistes d’avant plan qui l’est. Ca donne, de la musique ennuyante à mourir…

      R’marquez ca va peut-être avec la fibre nationaleux qui n’a jamais été aussi basse.
      Le problème c’est peut-être Pauline dans le fond ?

    • C’est un sondage général qui reflète une certaine réalité et qui a une certaine utilité mais si on voulait vraiment faire quelque chose, il faudrait aller plus dans la spécificité, les marchés cibles poser des questions demandant plus de réflexion, etc. Ce qui n’est pas le rôle d’un journal grand public.

      Mais prenez juste la première question…

      http://pdf.cyberpresse.ca/lapresse/sondage2_music.png

      Pour moi ceux qui me répondent qui n’ont que PEU , PAS du tout ou encore Je ne sais pas, d’intérêt pour la musique québécoise devraient probablement être éliminés pour beaucoup d’autres questions dans un sondage sur la musique québécoise, car si cela vous intéresse pas, vous savez même pas de quoi vous parlez. Imaginez, on leur demande ensuite de comparer la qualité de cette musique québécoise.

      C’est qu’on veut sonder l’intérêt général de la population… Oui mais…

      L’Adisq peu représentatif de l’univers musical ? Déjà en essayant de représenter l’industrie cela est très mal intégré. Des artistes ayant fait des albums que simili-jazz ont déjà gagné le Félix, on mélange plusieurs catégories de rock, on regroupe des artistes qui n’ont rien en commun, Ginette Reno gagne le Félix de l’album Pop alors qu’elle n’a jamais fait réellement de ”Pop” de sa carrière, de la musique populaire, certes mais pas réellement de la Pop.

      —————-

      Et encore la première question…

      La personne pourrait très bien répondre peu d’intérêt pour la musique québécoise mais en avoir un pas mal plus élevé qu’une large part des répondants, c’est juste qu’elle écoute énormément de musique d’ailleurs dans le monde. Elle s’intéresse aussi à la musique québécoise mais que dans une petite part. Et ce qui s’y fait de meilleur selon elle.

      Question qui peut devenir piège encore une fois…

      Il faut savoir combien d’heures de musique québécoise, ils ont écouté dans la dernière année et qui ?

      Ils vous répondent Céline Dion, Mario Pelchat ou Ginette Reno comme le premier nom leur venant en tête comme artiste ? On pourrait avoir envie encore là de raccrocher et de leur dit merci, bonjour. Il y a quand même parmi eux, parmi les grands fans de ces artistes variétés, des amateurs de musique plus pointue.

      ————–

      Prenez les Montréalais et leur intérêt pour la musique québécoise… C’est complètement faux, les Montréalais dans les niches ont un intérêt beaucoup plus grand que le reste de la population pour la musique québécoise. Et c’est simple à comprendre, ils ont accès plus facilement à la culture qui est proche de chez eux.

      Et on pourrait même dire cela chez plusieurs non-francophones qui peuvent avoir un intérêt plus marqué pour des musiques québécoises. Bien oui, prenez un immigrant qui veut découvrir son pays d’accueil, il va bien plus fouillez pour découvrir des choses que le Québécois ancré dans ses vieilles habitudes.

      Un sondage donc, général, qui prend un certain pouls mais qui peut mal orienter certains décideurs dans le monde de la musique.

    • Pour une autre époque Clémence disait ” Le monde préfère Mireille Mathieu”. Et cela revient au même aujourd’hui. Faut-il essayer de les changer ? On ne peut pas.

      La question à se poser c’est comment les intéresser à votre musique pour ceux susceptibles d’avoir un intérêt.

      Sur Vox, hier j’ai cru entendre François Guy se plaindre que pas suffisamment de musique québécoise tournait dans les commerces et autres… Est-ce vraiment le meilleur endroit pour faire découvrir de la musique ? Le commerce et la Radio Jean Coutu ou IGA se sert de cette musique d’ambiance dans le but de vous faire acheter et non pour faire découvrir la musique.

      Donc ce ne sera que de la musique déjà connue et qui sert d’ambiance. Dans une grande chaîne cela. Une petite boutique, un propriétaire de magasin pourrait faire jouer une musique à son goût dans son commerce qu’elle soit québécoise ou autre et des clients en faire la découverte. Il faut que ce soit dans une petite place avec un rapport personnalisé.

      Ce serait un chauffeur de taxi ? Cela pourrait fonctionner aussi en autant que cela n’embête pas trop ses clients. Il y en a juste 1 sur 5000 qui ferait cela ? C’est lui qui m’intéresse, c’est lui que je dois dénicher. Si je m’intéresse à la musique. Un autre ce serait un amateur de boxe, de football, de hockey.

    • Ah la culture… Et autre exemple où il y a peut-être pas d’argent à faire mais des indidus qui s’intéressent au Québec et au Canada d’une manière curieuse. Oui des Africains ou des Sud-Américains qui rêvent d’immigrer ici. Voilà des gens susceptibles de s’intéresser à la musique québécoise d’une manière nouvelle, musique populaire comme plus pointue.

      On peut aussi aller dans toutes les régions du Québec, il faut cibler des groupes de personne dans la population qui peuvent en entraîner d’autres.

      Bon ce sont des objectifs idéalistes que j’ai mais qui sont aussi travailler par certaines personnes ou réseaux de diffusion. Évidemment, on ne va que peu en parler alors que c’est ce qui est le plus intéressant…

    • @noirod
      Pour être big au Québec il faut jouer à la radio. Le problème vient des distributeurs et de la radio au Québec. Il y en a 3 ou 4 qui font jouer leurs protégés (?) à la radio mais ils prennent une très grosse part de profits. Ceux qui prennent moins de profits ne sont pas capables de les faire jouer à la radio.
      Connaissez-vous le groupe 400 lapins ? Ils sont excellents mais ont choisi un petit distributeur. Ils ont fait la tournée des bars mais presque jamais joué à la radio.

    • Mon dieu, juste à lire le compte rendu de Richard Therrien sur l’Adisq que je vomi. Une chance que je regarde pas çà. Vous avez dont du gout, Quebeckers.

      En passant la musique c’est fait pour le monde riche. Çà coute bien plus cher d’aller voir des concerts que d’aller au musée ou louer des DVDs (ou louer en ligne) ou jeux vidéos. Je l’ai déjà mentionné aussi: des apps à 1 dollars c’est souvent ben mieux que des albums de musique à 9.99 sur iTunes. Le milieu de la musique se plaint mais c’est le pire rapport qualité/prix que je connais dans le milieu des arts (bon..ok.. à part Art Visuel, mais çà coute rien aller voir une expo d’encan de Christies ou Sothebys, vous saurez).

    • Même au théâtre (autre art dispendieu) tu en as souvent plus pour ton argent pour le même prix qu’un concert (musique, décors), etc..).

    • gl000001

      ”Pour être big au Québec il faut jouer à la radio.”

      C’est faux….Plusieurs artistes émergeants et populaires se sont fait boudés par les radios en début de carrière…Cowboys Frigants, Pierre Lapointe, Ginette Reno, Coeur de Pirate, Karkwa, Malajube et tout ce qui est country….
      Ce n’est que par les demandes répétées des fans que les radios finissent par céder….Ou qu’une fois qu’un artiste est reconnu par les médias comme étant un ’succès’…
      Et pour vous amuser, allez voir les Top 10 vendeurs, et les Top 10 radios…Suivez les statistiques pendant quelques semaines, et vous verrez qu’il arrive souvent qu’il n’y ait aucune concordance…

    • ” Lorsque l’artiste n’est ni producteur ni éditeur, sa cote est inférieure à 5 cents ! ”

      Bonjour,
      J’ignore qui a fait les recherches dont vous parlez.
      La part qui revient à l’artiste est de 10cents (et non 5 cents ) pour une vente de 99 cents chez itunes. Une brève recherche sur “les internets” vous confirmera le tout…….

      Artist:
      $0.99 download single song price to the consumer
      less $0.34 to Apple
      left $0.65 x 130% ( wholesale markup) x 12% (net artist net rate) = $0.10

    • 34 sous la toune pour Apple? Argent facile.

    • @kalimba
      Et une fois qu’ils jouent à la radio, ils deviennent big. C’est à peu près ce que je disais.

    • @ M” Brunet
      «ceux qui n’aiment pas -curieusement beaucoup plus nombreux à Québec qu’ailleurs- ont coché les qualificatifs «ennuyante», «redondante» ou «simpliste».» »
      Question: entre la grande région de Montréal et le reste du Québec, le fossé se creuse-t-il encore davantage ?»

      La question n’aurait-elle pas dû concerner l’écart entre la ville de Québec et le reste de la province?

    • Et les autres sites de musiques en ligne, combien vont à l’artiste, comme Zik.ca, est-ce comparable.

      Je me tourne de plus en plus vers Itunes, faut dire que être branché sur Itunes tout les jours pour mon Ipod et Iphone ça aide.

      L’interface est superbe, il y a énormément d’effort fait pour te faire découvrir des nouveautés, cette semaine la section ADISQ 2011 est super, t’as écouter l’Adisq et tu découvres des artistes (c’est mon cas car il y a des noms que j’avais jamais entendu de ma vie) Itunes ont tout mis ensemble dans une section accessible les chansons en nominations, donc c’est tentant d’aller chercher 2-3 nouveautés, surtout que je suis une adulte mon compte est direct sur ma carte de crédit, un ptit tour avec mon café le matin et j’ai quelques nouveautés à fredonner pour le trajet de ma journée.

      Les jeunes téléchargent énormément sur Itunes, si je regarde mon ado depuis 3 ans, il a bien 300$ facilement de carte Itunes de dépensé, mais quelques fois il veut l’album CD pour ses artistes préférés, en fait on est comme ça ici, si on veut l’album complet on va opter pour le CD, si c’est 1-2 tounes par çi par là on va le prendre sur Itunes.

    • juste pour l’application sur iPhone ”remote”, ça vaut la peine d’utiliser iTunes..

    • @ bomarco,

      «la part qui revient à l’artiste» signifie: l’auteur, le compositeur, l’interprète, l’éditeur. Tout ce beau monde se partage 10 cents – et que dire lorsqu’il s’agit d’un groupe qui a composé de manière collective !
      Alors ? J’ignore qui soutient le raisonnement dont vous parlez…

    • @kallison

      Entre MTL et les régions, le fossé se creuse, je crois bien. À Québec-ville, les commentaires sont encore plus virulents et tendent à se confondre avec le désintérêt montréalais; l’effet radio X ? Difficile de trancher.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2014
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité