Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 28 septembre 2011 | Mise en ligne à 20h21 | Commenter Commentaires (3)

    12e FMA : notre automne arabe

    FMA CHARABIA-affiche

    Musiques arabes, maghrébines, perses, turques et celles de leurs diasporas métissées partout en Occident. Voilà à mon sens une part incontournable du corpus musical de cette petite planète, ensemble d’expressions que tout mélomane doit introduire tôt ou tard dans sa culture personnelle.

    De ces civilisations, on peut aussi observer un classicisme remarquable, d’innombrables folklores mais aussi des perceptions contemporaines qui conduisent à la création de musiques nouvelles. Hélas, notre ignorance et nos préjugés à l’endroit de ces cultures réduisent souvent ces expressions orientales à quelques mélodies exotiques et autre danse du ventre.  Bien sûr, ça peut se comprendre; il existe actuellement dans le monde arabo-musulman un obscurantisme bien visible, résultant de profondes frustrations. Aussi visible, tapageur et violent soit cet obscurantisme, il est le fait d’une minorité. Malheureusement, il faut encore le rappeler.

    Et rappeler également qu’il existe un Orient ouvert, progressiste,  contemporain.  Que ses musiques sérieuses et populaires sont aussi traversées que nous le sommes par l’époque actuelle. Qui plus est, nous avons la chance d’en prendre annuellement le pouls, plus que dans la quasi-totalité des villes d’Occident.

    Du 30 octobre au 13 novembre prochains, le douzième Festival du monde arabe de Montréal mettra l’accent sur la jeunesse, tout en restant conforme à la facture classique qu’on lui connaît.

    « Après onze éditions et des centaines de réalisations ambitieuses, nous sommes convaincus que le FMA apporte beaucoup à la dynamique et la richesse de notre ville en faisant d’elle l’unique métropole occidentale à accueillir une arabité créative, ouverte, agissante », a déclaré mercredi Joseph Nakhlé fondateur et directeur artistique du FMA, lors du dévoilement officiel de sa programmation.

    Ainsi, plusieurs spectacles seront consacrés à la génération montante et les expressions qui s’y rattachent.

    Se produira à Montréal le chanteur algérien Baâziz, rebelle censuré dans de nombreux pays arabes parce qu’il s’oppose à ses vieilles élites, sérieusement ébranlées depuis le Printemps arabe. C’est dans ce contexte précis que la chanteuse Emel Mathlouthi et le danseur-chorégraphe Imed Jemaa ont créé le spectacle la Tunisie veut. Installé aux États-Unis, le groupe Alsarah and the Nubatones proposera une actualisation de soul soudanaise, musique populaire d’aujourd’hui fondée sur la culture d’Afrique orientale. Également émigrés au sud de notre frontière, le rapper libyen Khaled M et ses acolytes RahZemo, Monk E et Jiggy ne mâcheront pas leurs mots dans le spectacle A-Rap Revolution. Beaucoup plus gentil, le groupe algérien Caméléon jouit d’un énorme capital de sympathie chez les ados du Maghreb.

    Comme chaque année, musiques classiques et contemporaines du monde arabe sont au programme du FMA. Manhattan au quart de ton prévoit la rencontre le multi-instrumentiste turc Omar Faruk Tekbilek et le virtuose palestinien du oud et violon Simon Shaheen. Fleurons du FMA en 2009, Les Trois Magnifiques seront de retour à Montréal dans le cadre d’une tournée canadienne : l’oudiste irakien Naseer Shamma, le sitariste pakistanais Ashraf Sharif Khan et le guitariste espagnol Romero Iglesias. Dans une optique similaire, l’oudiste égyptien (d’origine arménienne) Georges Kazazian et le guitariste ibère Pedro Soler présenteront Flamenco Mare Nostrum, dont l’objet est de rapprocher les deux rives de la Méditerranée. Groupe torontois, Minor Empire habillera la musique traditionnelle turque d’ornements électro-contemporains.

    De New York, l’ensemble Layali el Andalus évoquera la cohabitation islamo-judéo-chrétienne dans le spectacle Nuits Andalouses. De Toronto, l’ensemble iranien SARV procédera à sa relecture du grand patrimoine musical perse. De Montréal, le sitariste perse Siamak Nasr se joindra à l’ensemble Sufi-Yogi et la troupe de danse Khorshid Khanoom.

    Dans le spectacle Essences Yéménites, Marie Trezanini relatera le parcours artistique des Juifs du Yémen. Le groupe La Mandragore, lui, évoquera la Convivencia andalouse à travers une escapade médiévale. Jeune groupe montréalais, Saometis procédera à une exploration de musiques d’Afrique, d’Orient et d’Occident.

    Les amateurs de jazz oriental pourront découvrir ce duo entre le clarinettiste syrien Kinan Azmeh et le pianiste sri-lankais Dinuk Wijeratne. D’origine libanaise, la chanteuse Randa Ghossoub sera accompagnée du pianiste afro-américain Cyrus Chestnut et de pointures locales – Michel Donato, contrebasse, Jim Hillman, batterie.

    Comme c’est le cas chaque année, le FMA proposera une création inédite s’inspirant du thème de sa douzième année : Charabia. Pour ce, la direction artistique du festival a recruté l’illustre chanteur soufi Abel Karim Shaar, l’ensemble OktoEcho, le groupe rock oriental The Kordz, la chorégraphe Kadia Faraux et le compositeur Paul Baraka.


    • Très, mais très douteux comme titre.

      Une référence aux milliers de morts? Le sang répandu dans les rues, pères et mères de familles abattus comme des chiens?

      Vraiment?

      Vous êtes brillant Mr Brunet, la preuve en est faite depuis très longtemps, mais je ne suis pas d’accord avec le titre.

      Je suis peut-être trop sensible.

    • Le Printemps arabe a certes fait des morts, mais demandez au principaux intéressés, à commencer par les arabo-montréalais à la direction du FMA: le Printemps a (d’abord) éveillé tous les espoirs dans les régions concernées. Et c’est la jeunesse qui en est la source. Je m’étonne que vous ne l’ayez pas noté… Alors ? Ce titre est ainsi justifié, je comprends néanmoins que certains peuvent y voir un (léger) glissement sémantique. Cela dit, l’automne du FMA ne fera que des heureux et surtout pas de victimes, je le crois sincèrement. Et, tabarly, on souhaite votre présence au FMA. Y serez-vous ?

    • Par je ne sais quel hasard, je n’écoute pas beaucoup de musique arabe (à part Omar Souleyman), mais les gens pensent toujours que j’en écoute, parce que j’aime la musique “persienne”.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2010
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité