Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 30 juillet 2011 | Mise en ligne à 13h51 | Commenter Commentaires (55)

    Eminem, Osheaga, le pouvoir attractif

    Eminem

    Depuis les débuts d’Osheaga, un festival ayant connu un décollage relativement lent et finalement atteint les hauteurs des gros festivals indie sur ce continent, Eminem a été jusqu’ici le plus attractif. La cause principale de ce score: 38 000 personnes venues vendredi au parc Jean-Drapeau.

    On savait tous que le rapper du Michigan était immensément populaire mais… à ce point ?!! Malgré quelques ennuis techniques on ne peut plus évidents, la machine d’Eminem (avec groupe) est considérable. Son expression va droit au coeur de dizaines de milliers d’adolescents, jeunes adultes et trentenaires l’ayant connu depuis ses débuts. Qui plus il incarne le point de vue et la sensibilité de millions de visages pâles (et plus encore) férus de hip hop et dont l’art est respecté sur la planète hip hop, bien au-delà des considérations raciales ou communautaires.

    Pour eux, Eminem représente exactement ce qu’ils espèrent d’un artiste hip hop : dire les «vraies affaires», dire sa rage s’il y a lieu de le faire, exprimer virilement ces affaires (pour employer un euphémisme), s’exprimer avec intensité maximum, avec rugosité maximum, péter quelques coups de gun à titre de feux d’artifice, balancer des beats et des riffs musclés, maintenir la tension à son max au sein d’une foule immense et compacte par une soirée chaude de juillet, offrir une performance fédératrice. Qu’on se le dise, Eminem c’est encore big. Très big.

    On ne s’étonnera pas de l’impact du dernier album, relaté sur wiki:

    « Il est l’album le plus vendu aux États-Unis en 2010 selon le Billboard et dans le monde la même année selon l’organisme officiel IFPI. Il est aussi l’album le plus vendu en téléchargement de toute l’histoire, faisant ainsi d’Eminem le premier artiste à vendre 1 million d’albums numériques aux États-Unis, selon Nielsen Soundscan.»

    Ce pouvoir attractif d’Eminem a certes des conséquences sur Osheaga: vendredi, on observait une majorité écrasante de ses fans dont plusieurs ne correspondent pas tout à fait à l’idée qu’on se fait des osheagars et des osheafilles. Et que certains d’entre eux, certes minoritaires, auraient pu faire preuve de bienséance au lieu de gueuler pendant les concerts qui ne les concernaient pas ou traverser impunément les foules afin de mieux se positionner au show de leur préféré.

    Tant mieux malgré tout ? Certainement, enfin selon plusieurs. Osheaga n’est pas (ou n’est plus) un festival alternatif par définition. Ses grosses affiches ratissent bien au-delà de l’indie: Elvis Costello ce samedi ? Complètement classique. «Normalement», Costello ou Janelle Monae devraient être de grosses prises au Festival international de jazz de MTL. Ils sont à Osheaga. Concours de circonstances ? Si c’est le cas, on les retrouvera bientôt dans les événements qui leur sont «naturels».

    Ou encore… assistera-t-on à quelques aménagements dans la programmation d’Osheaga, dont la marque est désormais implantée dans le marché montréalais. Alors ? Il faut convenir qu’une foule d’Eminem n’est pas particulièrement disposée à se plonger dans le monde de Janelle Monae ou à communier avec le public de Bran Van 3000. Ce qui est tout à fait normal, d’ailleurs. Bien sûr, il s’en trouve plusieurs ayant trouvé leur compte avec un tel alignement, si ce n’est que pour avoir participé à une événement aussi considérable. Sachant qu’une tête d’affiche attire un public relativement facile à circonscrire, il faut donc que les concerts principaux présentés dans le cadre du même programme soient compatibles sans être absolument de même famille. Vendredi, en tout cas, il y avait lieu d’y songer.


    • De ce que j’ai pu constater, le public d’Eminem n’avait que faire de Janelle. Ou de tout autre concert offert hier au parc Jean-Drapeau, de surcroît.

      Un public gros jean comme devant, zéro subtil, macho, trop bronzé, buveux de bière…

      Quelque peu désagréable, mais sans ce public, est-ce que le show d’Eminem aurait été aussi survolté? Probablement pas.

      Et si Eminem réussit à “vendre” 38 000 billets et que le festival Osheaga continue sur sa lancée grâce à lui, eh bien, tant mieux, all the best.

    • Serez vous du spectacle de ce soir avec Elvis?

    • Le moins qu’on puisse dire c’est que l’impact écrasant de Eminem aura empêché Janelle Monae de briller de tous ses feux.
      Sauf pour ceux qui, comme vous, étaient déterminés à prendre tout ce qu’ils pouvaient, malgré les ratées techniques et le public sans-gêne qui provoquaient le même effet que le mangeur de pop corn Jumbo, assis sur le siège voisin, quand on essait de voir un film répertoire…mauvais jumelage chez Osheaga en effet!

    • Oui, je me prépare à partir…

    • euuuuuuuuuuuuuh, ou est la critique du show ??

    • C’est madame Côté qui s’y collait…

      http://www.cyberpresse.ca/arts/festivals/osheaga/201107/30/01-4422247-eminem-en-chair-et-en-os.php

    • Je n’ai aucune tolérance envers les textes mysogines et homophobes de Eminem, qui persistent tant d’années plus tard, et franchement quiconque aime cet artiste: tenez-vous loin de moi. C’est probablement l’artiste que je déteste le plus au monde (parce qu’il a amené la méchanceté du gangsta comme un phénomène mainstream et socialement acceptable: lire le débat de Teran & Sega (montréalais) contre Tyler The Creator pour voir qu’il y a encore des gens qui osent se prononcer là-dessus). Eminem prétend créer des personnages, mais c’est de la foutaise. Si tu es artiste, ait les couilles au moins d’assumer le 1er degré de ce que tu balances. Il y a quelques années, les propos racistes d’un groupe neo-nazi comme Skrewdriver étaient jugés inacceptables, mais franchement je ne vois pas en quoi la hargne de certains artistes gangsta est différente. D’ailleurs, au niveau légal je suis contre le fait qu’un crime commis par “passion” est moins grave qu’un autre. C’est bien de quoi il s’agit, parce que beaucoup de la charge myso d’Eminem se faisait dans le contexte du chatiement public de son ex-épouse (”je te hais donc toutes les femmes doivent mourir”, genre).

    • En passant je sais faire la différence entre qualité artistique et les
      propos d’un artiste. Comme je m’intéresse souvent à la nouveauté,
      j’écoutais du “digital dancehall” à la fin des années 80 avant de
      découvrir les hits homophobes (Buju Banton), ou encore les rappeurs
      TLC (que j’adorais) avant que çà deviennent grotesque. Au moins
      Omnikrom conservaient un coté rigolo (en se moquant du phénomène des
      “groupies”, par example). J’en écoute des artistes aux textes épouvantable en
      cachette. Y a rien de “trop tough” pour moi. Je me fascine à voir à quel point les gens peuvent niveller vers le bas. Quand c’est vraiment horrible, souvent je vais rire plutôt que pleurer. C’est que çà fait pitié un peu de voir des gens
      s’entremêler dans leur stereotypes. Où qui cherchent avec grands efforts à incarner le diable. Eminem viril? Pantoute. C’est un petit morveux qui n’a pas dépassé le stade de son adolescence. Je suis contre la censure, et je l’admet si un artiste dont je trouve les propos inacceptables est “talentueux”, mais je ne l’encouragerai pas. Chez moi, le contenu ou le message d’un artiste est à égalité avec son enveloppe. Si tu me cries “Va Chier” avec une voie de ténor, çà sonne
      superbe mais je ne te sourirai pas.

    • TTC, pas TLC… (duh)

    • 38000 personnes, ce n’est pas une si grosse foule…..j’ai vu 2 shows il y a quelques semaines où il y avait environ 75000 et 120000 spectateurs, dans un autre festival au Québec.

      38000 me parait correct, sans plus, à moins que je surestime la popularité d’Eminem. M’enfin, ce festival fait vraiment du bien à Montréal, comme Heavy MTL dans son creno. C’est pas tout le monde qui se sent rejoint par le Festival de Jazz ou les Francopholies.

    • Faut comprendre que la majorité de ces groupes viennent faire leur tour de temps à autre ici donc le quotient originalité n’est pas si élevé. Ceci dit, ça demeure une occasion de voir pas mal de groupes d’un coup à un bon prix et si la température est belle et bien c’est encore mieux pour les détenteurs de billets. Et ça garde occupé ceux qui couvrent les spectacles …

    • Bonjour,
      Pour commencer je tien à dire que j’aime bien l’article M.Brunet et que habituellement je déteste les blogues :p

      Je suis aller voir mon idole du rap hier soir et j’ai complètement trouvé ça délirant.
      Par contre, si je peux me permettre de dire que l’organisation du site ainsi que celle de la sécurité était vraiment amateur.
      Je n’est jamais pu mettre la main sur les deux billets que j’avais acheter par téléphone, on me disais toujours d’avancer plus loin et que l’a j’aurais mes billets.
      Finalement rendu sur le site sans aucune question je me suis rendu compte que j’aurais très bien pu entré sur le site tout à fait gratuitement et lorsque j’ai à un 4e gardiens de sécurités ou je pourrais avoir mes billets il ma dit:
      - T’es rendu, t’en a pas besoin, as tu ton numéro d’identification ?
      Je lui tout simplement répondu oui et le tour était joué, mais durant que moi j’ai payé 200$ des gens pouvais facilement et sans aucune difficulté entré gratuitement, quand j’ai dit ça à la sécurité il ne savais pas quoi répondre et il s’est mi à rire.

      Pour terminer, j’ai fait une plainte à Evenko et ce festival et tous les autres sont barré de ma liste.
      PS: Je n’est pas corrigé mes fautes d’orthographes, alors il y en a surement..

    • “38000 personnes, ce n’est pas une si grosse foule…..j’ai vu 2 shows il y a quelques semaines où il y avait environ 75000 et 120000 spectateurs, dans un autre festival au Québec.”

      38 000, c’est la capacité maximale pour le site d’Osheaga! Si il décidait de faire un spectacle au parc Jean Drapeau, sans le festival, la capacité maximale serait de 60 000 alors…

    • Pour ceux qu’ils aimeraient voir la performance d’Eminem, voici un lien youtube où presque toutes les chansons chantées hier sont présentes: http://www.youtube.com/user/digitalmontrealhipho

    • Hey theblob & canadiens31, le site d’Osheaga c’est le parc Jean-Drapeau ! 35 000 personnes qui paient 100 $ pour une journée. Rien à voir avec les autres sites immenses qui ne coûtent absolument pas le même prix par jour.

    • @Stratgate,

      eeeeeuuuuuuuuh, il y a parfois d’autres angles à exploiter sur un sujet.

    • J’adore ce mec, sincèrement. Mais le pauvre fait énormément de lipsync et je trouve que c’est un grand manque de respect envers ses fans.

    • Eminem….le gars est écorché vif, ça se voit (grammys 2011, il a l’air complètement space) et ça s’entend (ses paroles). Faut quand même lui donner qu’il a révolutionné le hip hop commercial par son flow ultra rapide et ses beats (merci Dre) vraiment accrocheurs. Moi j’aime bien; cela dit, je n’ai pas vu son show. La sono est souvent le problème dans ce genre de prestation mais là, je crois comprendre qu’il n’a pas vraiment été chanceux côté technique….come on Osheaga..

    • @sultitan
      wow la vierge offensée…

    • Attractif est un anglicisme. Ca vient du mot “attractive”.

      Dommage que vous l’utilisiez à plus d’une reprise dans votre texte, y compris dans votre titre..aille aille aille…

      Attrayant, c’est le bon mot.

      J’dis ça juste de même…

    • @comikbook

      Çà serait tellement facile pour moi de faire le fuck-it-all et de vivre ma petite vie dans mon coin et laisser le monde se faire chier. J’ai jamais connu de bullying à la petite école. Plutôt du genre “chef de ma gang”. Si je m’exprime c’est parce que j’ai été témoin de bullying et de violence durant ces périodes, et des artistes comme Eminem écoutés surtout par un auditoire très jeune ont une influence surement nocive pendant que nous ici on se complait à jaser de musique.

      Faire la vierge offensée c’est assez dans le vent, en fait. Pendant longtemps
      on a cessé de chialer contre le gangsta. C’était simplement mal vu, “pas dans le coup”, etc… Récemment on s’étonne de lire des articles sur Pitchfork ou ailleurs ou des jounalistes osent dire “je ne peux aimer cet album à cause des propos”. Il y a eu un article dans le Guardian là-dessus. Un instant… L’article traite de l’homophobie mais je pense qu’en général les textes haineux de tout genre reçoivent moins d’enthousiasme:

      http://www.guardian.co.uk/music/musicblog/2011/may/09/hip-hop-homophobia

      Dans ce video, le blogue de Sara Quinn est lu, mais je le met surtout à cause de la réaction de DMC, à mon avis emblématique d’un changement “pro-vierge offensée”.

      Ciao!
      http://www.youtube.com/watch?v=c1EJW0szVQQ

    • Preuve qu’il y a moyen d’être comique tout en étant une vierge offensée:

      http://www.youtube.com/watch?v=TBkYdUgl3-M

    • Eminem, c’est un peu comme Debbie Gibson, Sam Fox ou Ricky Martin.

      C’est-à-dire, des super-méga vedettes, mais extrêmement stigmatisées ou ”associées” a une époque.

      Sur le coup, tout les sur-excités les compare au ”nouveau Elvis”, et puis pouf…

      Fallait pas être un prix Nobel pour savoir qu’on ne parlait pas de développement durable ici…

    • Généralement Tabarly on a des analogies similaires, mais je pense que pour celle-ci t’es un peu à côté de la plaque, je vais laisser les fans d’Eminem te dire ce qu’ils pensent de ta comparaison avec Ricky Martin !

    • @ habs25 : “Attractif” fait aussi partie du dictionnaire français. Pour un ou l’autre faut pas s’énerver…

      En tant qu’osheagars assumé (j’adore le terme, M. Brunet) j’ai détecté assez rapidement la foule étrangère, qui scandait “Eminem! Eminem!” entre les chansons de Janelle Monae. Assez gênant merci. Parlant de Janelle, je lui attribue la meilleure performance du festival jusqu’ici!

    • Et le pouvoir attractif d’Eminem? Un brin surestimé.

      Beaucoup de personne de mon entourage, comme moi, fuient comme la peste les foules composées de fans de hip-hop.

      On est plus dans le 8 de perdus 10 de vendus…

      Amélioration certe, mais quand même minime.

    • Je proteste contre le commentaire de richlega associant “Un public gros jean comme devant, zéro subtil, macho, trop bronzé…” à des buveux de bière. Franchement, comme si seuls les buveux de bière pouvaient être zéro subtil, macho, trop bronzé! Certes, il y en a, parmi les buveaux de bières, mais il doit y en avoir autant parmi les buveux de coolers, les buveux de cidres, les buveux de vins, les buveux de vodka, mais pas parmi les buveux de scotch, j’ose espérer. Si ça se trouve, le public d’Eminem ferait plutôt dans le “buveux de Red-bull”, gang d’énervés… ;)

    • @richlega
      Je doute que seul les fans d’Eminem s’abreuvent de houblon.

    • @tabarly

      Eminem est loin d’être un phénomène passager. Ça fait plus de dix ans qu’il empile les hits et il est toujours très populaire. Rien a voir avec Debby Gibson ou Ricky Martin. Présentement il est plus proche des icones pop comme Madonna ou Elvis.

      C’est plate pour ceux qui ne l’aiment pas mais il va rester.

      Pourquoi est-ce qu’il va rester? Parce que ses fans purs et durs ont commencé à tripper sur lui alors qu’ils étaient adolescents. Pour eux Eminem est un artiste culte comme Elvis l’a été pour une génération. Habituellement ce sont les fans les plus fidèles.

      D’ailleurs c’est typique de tous les artistes qui ont marqué leur époque, ils ont d’abord commencé à pogner chez jeunes et souvent la génération précédente ne les aimait pas. Qu’on remonte aux Beatles ou au Stones. Madonna, U2, Metallica, Nirvana. C’est toujours le même pattern.

    • @habs25

      Désolé, attractif n’est pas un anglicisme.

      http://www.mediadico.com/dictionnaire/definition/attractif/1

      http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/attractif/6301

      Attrayant n’a pas la même signification, ce n’est pas le mot approprié.

    • @ M. Brunet
      “eeeeeuuuuuuuuh, il y a parfois d’autres angles à exploiter sur un sujet.”

      C’est bien vrai et votre article est tout de même excellent mais tant qu’a être la, je m’attendais a voir une critique du spectacle conventionelle …..

    • Le problème d’Osheaga est que c’est une macédoine avec des publics très différents.

    • @ Statgate

      Je comprends. Mais… on doit se résigner parfois à ne pouvoir tout faire. En (très) bref, c’était un spectacle survolté et amorcé avec une sonorisation déficiente, si ce n’est que pour ce micro qui a mal fonctionné pendant de longues minutes.

    • Eminem a perdu sa pertinence “artistique” depuis lurette, mais il a (hélas) définitivement marqué son époque (je dirais: symptôme de son époque, du nihilisme de la Y Generation). Ses albums se sont vendus comme des pains chauds, donc Eminem est mainstream depuis pratiquement ses débuts, mais vous remarquerez qu’en général la musique mainstream (qui joue à CKOI, CHOM, etc) est de mauvais gout. La critique n’est pas dupe: çà fait longtemps qu’Eminem en arrache avec elle, mais il a trop de fans pour que la critique ait un impact, et les fans, en général peu cultivés, se rabattent sur le nombre d’une foule ou un trophy Grammy pour prouver l’importance de leur artiste. Pendant ce temps, chez les vrais maniaques de hip hop, beaucoup considèrent Eminem comme surestimé ou au mieux, un has-been.

      Ricky Martin est une icône dans le milieu latin, en passant. Il a l’avantage glamouresque d’être 10 fois plus beau et euh, “gentil”, qu’Eminem, même si sa musique est aujourd’hui d’un kitsch digne d’un album de cover de Rock Voisine (quoique, les tounes d’Eminem avec Rihanna sont pas loin de çà).

      En tout cas Eminem a beau parler sur son dernier album de s’être sorti de la drogue, etc, mais selon moi il n’a jamais réglé son problème majeur: anger management. Est-il possible de connaitre autant de succès et être riche comme çà et continuer à crier après le monde à propos de toutes sortes de niaiseries? Next time, pourrais-tu t’intoxiquer au valium, chose? Amy pars, Eminem s’en sort, et il continue à chahuter à propos de gens qu’il semble fréquenter et détester en même temps, à commencer par lui-même. Faux dire que se jouer la catastrophe semble un thème populaire en hip hop. C’est à savoir qui a eu la vie la plus difficile. Moi j’appelle çà se tirer dans les pieds. Du misérabilisme, dear. Je pense que là où la place historique d’Eminem va chavirer, c’est que les temps changent, la société change, et l’impact culturel de l’idéal gangsta, maintenant confiné à des ghettos isolés ou, euh, à Ciudad De Juarez, est en train de s’évaporer. C’est de voir la face impassible d’Eminem quand Lady Gaga avait lancé son “thank God for the gays!” aux MTV Awards. Çà c’était une ironie historique, la confirmation d’un passage de couronne au plan culturel. Après çà, Eminem n’avait plus de choix que de se repentir en avouant que dans le fond il fait pitié car il a pris pas mal de drogue.
      Maintenant, des rappeurs sortent des albums intutilés “I’m Gay”, Snoop Dogg fait des hits de club avec Katy Perry. Le concept du “vivre et laisser vivre” est en train de replacer la hargne type “seul contre tous (Pow. Pow.)” du gangsta.

      Sauf à Ciudad De Juarez.

    • @sultitan

      sérieux tu y connais psa grand chose aux fans de hip-hop… les fans pure et dure adorent Eminem a cause de sa façon qu’il a de jouer avec les mots et du fait qu’il n’a pa peur de dire ce qu’il pense… Tu l’as jamais écouté pour dire que son rap c’est du gangsta. Il a même fait une chanson avec ELTON JOHN le gay ou l’homosexuel (je ne sais pas lequel est le plus politiquement correct si quelq’un peux m’éclairer se serait bien) le plus connu de la planète Il rejoint beaucoup plus es gens que lady gaga il EST plus aimé sur facebook que meme Micheal Jackson il a brisé des records de ventes fait déplacer des foules UNIQUEMENT pour lui comme tu as pu le constater. Eminem est encore très présent de sur la scène culturelle son hymne “Not Afraid” a joué partout il a été utiliser comme thème des NBA finals et des NHL playoffs. Son dernier album a débuté numéro 1 son album de l’année d’avant a aussi d’ailleurs. Je peux comprendre que tu ne sois pa daccord avec le message qu’il véhicule mais tu prend tout au premier degré et RARE sont les fans qui voient les paroles d’Eminem sont vraiment pleine de haine envers les gays oiu qui tu vx que ce soit. Sur certaines chansons il se défoule sur d’autre il nous montre a quel point le monde est hypocrite. Il ne fais que dire haut et fort les blagues qu’ont fait avec nos amis dans notre sous-sol. Tu peux dire ce que tu veux mais tu ne peux affirmer qu’il a perdu sa pertinence “artistique” comme tu dis.

    • @DonLucky

      J’écoutais du hip hop dans le temps où c’était un mouvement aussi politique qu’artistique: de Grandmaster Flash jusqu’à Public Enemy. Eminem est peut-être en marge du gangsta mais ses sources sont gangsta et les gens avec qui il s’associe sont “gangsta”.

      Eminem n’a pas peur de dire ce qu’il pense? Quel homme courageux. C’est le nouveau Martin Luther King peut-être? Harvey Milk? Tsé, Khadafi non plus y a pas peur de dire ce qu’il pense. Moi non plus tant qu’à çà. Et moi je dis qu’Eminem c’est juste un pisou qui a eu peur d’une moquerie de Weird Al Yankovic (il a interdit une parodie, lui qui se moque sans cesse d’autres artistes, et Yankovic trop poli qui refuse toujours de faire une parodie sans la permission de l’artiste).

      Eminem est loin d’être le pire artiste en termes de texte. Mais les autres demeurent très underground (tsé, qui ici écoute du Waka Floka Flame..), alors qu’Eminem est archi-populaire. C’est comme assez clair que c’est le blanc-bec qui a réussi sur le dos de l’”art des blacks”. La comparaison avec Elvis est criante, quoiqu’il y avait eu le précédent des Beastie Boys. Eminem dans son “travail” récent demande presque son pardon aujourd’hui pour ses actions passées: moi je suis juste la bitch qui ne lui pardonne pas (et qui l’attache à un lit, et qui… oops, je suis en train de lui voler ses lyrics).

      Eminem a joué avec Elton? Pouha! La compagnie d’Eminem est affiliée à David Geffen, peut-être l’homme gay le plus riche du monde. Eminem s’est comme pris dans les filets de la “mafia rose”, le malheureux. Çà m’étonnerait qu’il avait envie de le faire, c’te duo là. Çà probablement été une obligation de sa compagnie, et une expérience humiliante pour lui (tsé, devoir serrer Teddy Elton dans ses bras). Mais je m’en fou pas mal de çà. La vie privé de Marshall, çà le regarde. Moi je m’intéresse aux bidoux, à l’oeuvre d’art en elle-même. Je lis les textes d’Eminem et je trouve que sa plus grosse hypocrisie est de prétendre que certains textes sont la représentation d’une “version méchante de lui-même” qu’il ne serait pas en réalité. Il se sert de çà comme excuse alors que çà ne change rien à la valeur de l’oeuvre. Et s’il s’agit d’un exercise de distanciation, c’est vraiment mal réussi.
      Je serais supposé m’émerveiller par la complexité de ses sempiternelles formules injurieuses? Tsé le contenu d’Eminem en gros c’est de dire “va chier” à quelqu’un de 1000 manières différentes (çà pis l’histoire d’un suicide quelque part dans l’sandwich).

      Ce sont les journalistes qui disent qu’Eminem a perdu sa pertinence artistique. Recovery a 63 sur Metacritic. J’ai tenté de l’écouter, mais Eminem à mes oreilles sonne comme un petit chien mécanique qui aboie sans arrêt quand on l’allume. Wah rararararara.

    • @sultitan

      Au bout du compte, t’as le droit de pas aimer Eminem. Tenter de rationaliser ça, c’est stupide. La musique ça reste de l’art. Tu pourrais me faire une liste de tout ce que t’aime, et je pourrais la prendre point par point et dire comment c’est de la merde comme tu fais avec Eminem. Si ce que tu aimes c’est l’underground, tant mieux pour toi. Quand un artiste est undergroud, c’est soit parce qu’il est pas encore assez connu, soit parce qu’il est pas assez bon pour l’être. Produire autant de succès comme Eminem prouve qu’il est apprécié. Personnellement je suis un fan, il a montré une évolution au fil des albums. De la rage au début, voire de la haine, mais aussi de l’ignorance, de la difficulté de vivre le succès (ça inclut drogue, relations avec les autres), de la difficulté à écrire, et maintenant son dernier album, plus mature. Et bien sûr, certains titres plus publics, pour faire vendre. Que tu le veuilles ou non, ce gars là a un talent indéniable. Tu dis qu’il a fait de l’argent dur le dos d’un art ‘noir’. C’est comme si je disais que les noirs avaient pas le droit de jouer au Basket parce que c’est un sport inventé par des Blancs. Par ailleurs, ce même Eminem a été découvert par Dr. Dre, qui est noir, donc Eminem, c’est pas un Vanilla Ice, produit de toutes pièces par les grandes corps de musique coyant l’engouement pour le rap, tentant de rallier les Blancs à cet art. Eminem, c’est un gars avec un vrai talent, qui a fait ses classes undergroud et qui est monté rapidement à cause justement, de son talent indéniable pour jouer avec les mots.

    • @arnolde

      çà n’a rien à voir avec la rationalisation. Je parle de politique. Minutes…Reprenons ton message sous un autre angle:

      “T’as le droit de pas aimer Skrewdriver. Tenter de rationaliser ça, c’est stupide. La musique ça reste de l’art. Tu pourrais me faire une liste de tout ce que t’aime, et je pourrais la prendre point par point et dire comment c’est de la merde comme tu fais avec Skrewdriver.” (Skrewdrive est un band célèbre néo-nazi).

      Ce que prosécute le commentaire récent de Sara Quinn contre la mysoginie et l’homophobie dans le rap, c’est que çà ne serait pas accepté si il s’agissait de racisme. Encore récemment, je lisais le texte d’Eminem dans sa participation sur une pièce de Niki Minaj, et c’est tellement lamentable.

      Le succès d’Eminem est étrangement parallèle à une montée de la droite durant les années 2000. Ce n’est pas surprenant qu’il soit le grand vendeur de cette décennie là, mais vraiment pas réjouissant non plus.

      Je ne critique pas qu’un blanc rappeur ait du succès mais je trouve louche qu’il soit si haut au dessus des autres. Come on, Eminem a du talent (à faire du verbiage d’injures, du moins) mais il est loin d’être le seul. Mais comme j’ai dis je me fou du talent de quelqu’un s’il me dis qu’il souhaite que je me fasse tué. Ce n’est peut-être pas ta guerre, alors sois heureux et fiche toi aussi du sort des bébés mourrant en Somalie. Tsé veux dire. “Me, Myself, I tant que çà me concerne pas.”

    • @sultitan

      Je ne pense pas que les jeunes comprennent bien ce que raconte Eminem et cette génération, je la connais parce que j’ai fait de la suppléance dans les écoles, est beaucoup plus sexiste que la précédente. Les filles ne semblent pas victimes parce qu’elles participent en étant de plus en plus violentes verbalement, physiquement (entre elles, avec les gars et toute autorité), en adoptant des corportements masculins afin de montrer qu’elles sont égales aux gars tout en gardant un look de putasses soumises sexuellement. En fait, elles veulent jouer les filles “toughs” qui ont le contrôle. Même chose avec la génération des filles qui deviennent des machas pour concurrencer les machos comme moyen de vengeance mais au bout du compte, les filles, les femmes continuent à rêver aux princes charmants, à se marier, à rêver à Kate et Williams, à écrire de la chick litt, à chercher l’âme soeur sur réseau contact à 40, 50, 60, 70 ans et plus.

    • @Sultitan
      ”les propos racistes d’un groupe neo-nazi comme Skrewdriver étaient jugés inacceptables, mais franchement je ne vois pas en quoi la hargne de certains artistes gangsta est différente.”

      Elle est différente parce qu’elle ne repose pas sur un présuposé idéologique. Cette pensée haineuse n’a pas pour but de servir de base à l’établissement d’un système politique et organisé.

      C’est assez réducteur de rapprocher la pensée néo-nazi et celle du gangsta rap sous prétexte que les deux utilisent des images violentes.

    • @effet_placebo

      C’est parce que la société accepte mieux le sexisme que le racisme.

    • Peut-être.

      Mais le fait est que politiquement, aucune organisation n’a mis sur pied des camps d’extermination ou 6 millions de femmes ont été exécutées sous le seul prétexte qu’elles étaient des femmes.

      Je ne minimise rien du tout en passant. Je pointe la différence entre une volonté politique/schèmes idologiques très structurés et une haine ou mépris culturel et insidieux envers certains groupes. Le but des rappers sexistes n’est pas de renverser le gouvernement pour en installer un qui aurait au coeur de son programme de limiter le pouvoir des femmes, voire de les déporter ou de les exécuter.

      Est-ce que leur propos sont moins déplorables pour autant? Ce n’est pas du tout ce que je dis en tout cas…

    • @effet_placebo

      Le résultat est le même, ou pire. C’est l’échec des mouvements néo-nazis de s’être présenté comme des groupuscules politiques avec des idéologies précises. La subversion du gangsta est plus subtile, presqu’innocente, et désormais mieux installée. C’est acceptable de spécifier à chaque instant que tu es “no homo” (oublions pas les gays tués pendant cette fameuse guerre), mais on ne parle pas de l’oppression que cette expression cache (”no homo allowed”).

      De plus, le gangsta prend souvent comme ennemi la police, la sécurité publique. Il y a des attachements à des gangs précis, qui sont des petites mafias (ou des plus grandes). La différence c’est qu’au lieu de s’unifier, ces gangs se tirent des balles entre elles (autant dans les lyrics que dans la vrai vie). La musique gangsta s’approprie, esthétise, et supporte cette réalité violente, mais pendant qu’un rappeur s’amuse à faire le “tough” sur scène, il y a des vrais gens qui risquent leur vie chaque jour à simplement traverser un quartier à pied, et la montée de cette violence donne des situations comme ce qui se passe au Mexique. Bref, bien que la culture gangsta en général est complêtement désorganisé, certains des gangs qu’elle “décore” deviennent tranquillement très organisés, et ils ont l’impact politique de semer la terreur dans les quartiers où ils se propagent. Quand tu pars d’un gang, que tu deviens un cartel, et que t’es rendu à te battre contre l’armée (je pense encore au Mexique), c’est que la politique entre en jeu. L’ennemi d’un gang ce n’est pas nécessairement “les femmes” ou “les gays”. C’est “quiconque n’est pas de tel gang (ou telle communauté)”, mais en oppressant au départ certaines gens d’une population, çà aide à simplifier ce sentiment de contrôle sur une communauté.

      Je pense que c’est la Youtubisation, le Web 2.0, qui aura fait que l’impact des gangs n’aura pas pris l’ampleur qu’il aurait eu dans un contexte sans communications. Même les révoltes arabes, je pense est le résultat de Web 2.0.
      Il y a une ouverture vers la communication qui rend gênante tout groupe voulant se dissocier des autres. Certains artistes gangsta ont compris cela (Snoop Dogg), et sont devenu beaucoup plus diplomatique avec le temps.

    • En passant, Eminem je trouvais çà très rigolo au début. Je pense que c’est quand il commençait à chanter qu’il voulait tuer sa mère ou son ex, je ne sais plus qui, et là je me suis dit “ok, ce gars là mérite d’être enfermé”. Çà m’a surpris que les gens en redemandent. Je pensais que les menaces de mort était un crime. Vraiment je me suis étonné de voir une personne aussi mauvaise et anti-pathique devenir aussi populaire. C’est que les gens devaient se reconnaître dans cette colère, mais… quelle colère au juste? C’est pas clair, la colère d’Eminem. Selon moi c’est un cafouiili digne d’une institution psychiatrique. Je ne demanderais même pas à Eminem ses points de vue politique en entrevue (comme plusieurs le font). Ce gars là est centré sur lui, sa petite vie et ses démons. Je ne vois aucune maturité dans son travail récent. Il s’est calmé mais il parle encore comme un adolescent. C’est l’antithèse de Bono en termes d’avoir une quelconque conscience sur le monde qui l’entoure. Il est super-honnête dans sa démence.

    • Moi, je ne nie pas le niveau de terreur et toutes les répercussions négatives du gangsta rap et qu’en ne s’attardant strictement qu’à ceci, il y a une comparaison possible entre les skins et les gangsta.

      Par contre, au delà de l’effet choc de la formule, ce rapprochement me semble plutôt boiteux et manque nettement de nuances.

    • (skins néo-nazis, je parle)

    • Ça fait 15 ans qu’on me traite de casse-pied et de vierge offensée quand je parle contre le gangsta (les lyrics, pas la musique). J’ai surement perdu des amis à cause de çà. C’est facile de chanter que tel ou telle personne devrait mourir dans une chanson et de prétendre que c’est de la bande dessinée. La mère d’Eminem trouvait t’elle que c’était de la bande dessinée quand elle a trainée son fils en justice? Les skins, à Montreal, c’était un groupe isolé qui rodait dans Montreal. Les gangs de rue ont un contrôle flagrant sur certaines écoles. Comme disait Scotch, les stéréotypes véhiculés par les jeunes d’aujourd’hui peuvent être bien pire que ce que nous avons connu (je présume que nous sommes tous de la Generation X).
      Dans certaines villes aux USA, cela prend des proportions raciales (le gang des blacks, le gang des latinos, etc..). Pour moi, le fait que le manque d’éducation résulte dans l’absence d’idéologies organisées n’enlève rien à l’essence qui a été la montée d’une certaine “droite des pauvres”. Moi, Eminem, ses propos
      ont eu des répercussions dans ma vie privé, à l’époque. OUI, çà affecte des gens ce qu’un artiste haut placé dans les charts peut lancer, même quand il n’y réfléchie pas. Aujourd’hui le gangsta semble reculer comme tendance (on verra bien la suite), et de son côté Eminem semble vouloir abdiquer son passé de no-brainer (c’est lui qui le dit, son dernier disque se résume à “excusez-là!”).

      Mais bon, j’ai fait la paix avec pas mal d’artistes haineux qui sont revenu sur leurs paroles (même Buju, qui en arrache ces jours-ci), mais je n’ai aucune confiance en une rétabilisation possible pour Eminem. Je pense qu’il est un sociopathe narcissique avec cette aptitude de canaliser l’attention d’un auditoire
      fanatique de la même façon qu’un gourou religieu. Il n’a rien qui explique qu’il soit si fort sur Facebook: il n’est pas sympa, ne chante pas, n’est pas un grand musicien, n’écris pas bien (ce sont des rimes vulgaires, pas du Molière), n’a pas de charisme, etc.. Vraiment je ne comprends pas, mais je pense que je disais une chose semblable à propos du succès de U2 y a juste 1 mois, alors coudonc, je dois être pas mal excentrique.

    • Je sais que je vais faire une digression mais j’ai vu une entrevue de Mark Wahlberg à 60 minutes avec je “crois” la journaliste qui s’est fait violer en Egypte? Comme quoi les accidents de guerre pour les apprentis journalistes peuvent être payants. Cela étant, Mark Wahlberg était un mauvais garçon, prison et tout. IL a fait du rap ou hip hop, je ne sais trop avant d’être connu. Il a fait la mode des pantalons qui tombent aux genoux avec le caleçon apparent qui est par la suite devenue une pub de Calvin Klein. Il laissait tomber ses pantalons à la fin de ses spectacles comme un genre de strip-tease etc. La journaliste lui a demandé comment il s’en était sorti? De délinquant à star de Hollywood? Il a répondu: “Avec beaucoup de chance”. Je pense qu’il était là avant Eminem.

    • Hmm. Marky Mark faisait du Hip House (hip hop pour dance club) et était une sorte de sex symbol, surtout avec sa pub Calvin Klein où un chien lui enlevait sa culotte
      (réalisé par Annie Leibovitz).

      http://www.youtube.com/watch?v=-eSN8Cwit_s

      Tant qu’à cela, Vanilla Ice se faisait ridiculer à la même époque mais pourtant il était pas si mal.

    • Argh, je me suis trompé entre Vanilla Ice et Snow. C’est Snow qui était pas si mal, malgré qu’il se faisait ridiculisé.

    • @sultitan

      Mark Wahlberg a fait de la prison, ce n’était pas un petit délinquant. 50 cent aussi. Qu’est-ce qu’il est devenu celui-là?

    • Je ne peux pas croire tous les commentaires négatifs sur eminem que je lis. Il a donné un des meilleurs spectacles avec la meilleure ambiance de l’histoire d’osheaga. Il fait quatre spectacles par année, nous sommes très chanceux de l’avoir eu. De plus , je lève mon doigt de l’honneur à tous ceux qui n’étaient pas présents et qui sont venu sur le site laisser des commentaires négatifs à l’endroit de l’artiste. Cela ne fait que prouver que plusieurs québecois ont du temps a perdre..

    • @expos012

      4 août 2011
      17h35

      “…De plus , je lève mon doigt de l’honneur à tous ceux qui n’étaient pas présents et qui sont venu sur le site laisser des commentaires négatifs à l’endroit de l’artiste. Cela ne fait que prouver que plusieurs québecois ont du temps a perdre..
      *********************************************

      Moi aussi je te fais un doigt d’honneur et cela prouve que plusieurs québécois ont du temps à perdre et de l’argent en allant voir un spectacle de Eminem.

    • expos: c’est juste que tu ne te sens pas visé par les propos d’Eminem. Et probablement que tu penses que tout ceux qu’Eminem peut viser dans ses lyrics le mérite.

    • test

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « nov    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité