Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 29 juin 2011 | Mise en ligne à 15h41 | Commenter Commentaires (22)

    Soirée de mardi au FIJM: Tigran, Gretchen, Fly Trio…

    tigran-hamasyan-aratta rebirth

    Lorsque, l’an dernier, j’ai absorbé la matière de Red Hail, premier album de son groupe Aratta Rebirth, je m’étais dit que çette musique de Tigran Hamasyan aurait assurément l’effet d’une bombe lorsque jouée à Montréal. Au FIJM, on avait préféré présenter le pianiste en solo et en tant que sideman – du batteur Ari Hoenig. On l’a même ramené en solo une deuxième fois, question de tester notre patience. Bombe à retardement, donc.

    La minuterie avait été fixée le 28 juin 2011, au Gesù à guichets fermés, 22h30. La bombe a finalement sauté. Près de deux heures de déflagrations!!! Certains mettront des jours à se remettre de ses effets collatéraux.

    Si l’album Red Hail exhale des arômes de métal, sa version concert rappelle un tant soit peu le rock progressif, de par la lourdeur et la complexité de l’écriture proposée. Pendant que le piano de Tigran, la basse/contrebasse de Sam Minaie et la percussion de Nate Wood posent les bases de béton, la voix féminine et le saxophone (plus souvent soprano que ténor) tracent des lignes aériennes, absolument fabuleuses. Lignes inspirées du patrimoine musical arménien comme l’expliquait son compositeur en interview, et qui se fondent comme par magie dans une esthétique qui n’a rien à voir à priori.

    Exposées par la chanteuse Areni Agbabian et le saxophoniste Ben Wendel, ces tracés mélodiques pour le moins sinueux font le contrepoids avec cette lourdeur émanant des autres instruments qui partagent la même complexité rythmique. Quant aux improvisations du pianiste et concepteur de cette musique carrément incendiaire, elles sont démentes. À son ensemble, Tigran Hamasyan impose une ferveur hors du commun. L’énergie du rock, le feu au cul! Qui plus est, la compétence : ces jeunes musiciens sont tous excellents, tant dans l’exécution des consignes de leur leader que dans l’impro. Imaginez… Tigran aura 24 ans dans quelques jours. Imaginez la suite!

    Pour en lire plus long : ma critique d’Aratta Rebirth

    Gretchen parlato

    Pour cette première rencontre importante avec les jazzophiles montréalais (on exclut les performances plus ou moins confidentielles de l’an dernier au Savoy), cependant, il fallait évaluer si cette délicatesse pouvait confirmer le ravissement ressenti au salon ou dans le casque d’écoute. Au sortir du concert de mardi, c’était clair et net : cette Gretchen Parlato est extrêmement douée.

    Elle a réussi à y imposer l’attention, le respect, et faire en sorte que son art si sensible puisse s’incruster dans les cœurs et les têtes. Un seul bémol , cependant : j’aurais aimé un peu plus d’expressivité de la part de son groupe, à mon sens trop en retrait pour le talent de ses membres - le batteur Jamire Williams, le pianiste Aaron Parks, le contrebassiste, chanteur et guitariste Alan Hampton sont parmi les meilleurs jeunes musiciens de New York… Mais voilà, ils ne jouent pas toujours avec Gretchen Parlato dont le groupe régulier n’a pas été réuni à Montréal. D’où cette relative retenue…

    A-t-elle conquis unilatéralement le public ayant rempli L’Astral ? Bien sûr, il y avait un petit buzz médiatique, dont un article fervent de La Presse titré La chanteuse jazz de l’heure, mais…À en observer les réactions dans l’amphithéâtre rempli à capacité, j’ose croire que Gretchen Parlato en a conquis plus d’un … Et qui répandront la bonne nouvelle pour la suite des choses.

    Pour en lire plus long: ma critique de Gretchen Parlato

    mark-turner-saxophone-larry-grenadier

    Ce qui frappe à l’écoute de ce Fly Trio sans instrument harmonique? L’équilibre des individualités à travers un réel travail collectif : Mark Turner, sax ténor et soprano, Larry Grenadier, contrebasse, Jeff Ballard, batterie. L’imbrication parfaite de chacune des parties. Le travail harmonique à deux voix. L’élégance des lignes qui s’enlacent, tant dans l’improvisation que dans la structure. L’unité et la cohérence du discours. Cette réelle intensité sous-tendue au calme apparent de l’expression.

    Tout est question de subtilité avec ce Fly Trio. Contemplation, écoute attentive des éléments en haute altitude.
    Au programme de cette superbe séquence, Festival Tune, The Year of the Snake, CJ, Lady B, Kingston, une évocation de Cole Porter, on en passe. Des pièces vraiment composées par chacun, créées pour trois et jouées à trois.

    En ce début de mardi soir au Gesù, il fut exclusivement question de beauté.

    Pour en  lire plus long: ma critique du Fly Trio


    • Il est complexant Tigran ! Tant de musicalité à cet âge. On sent presque l’histoire de l’Arménie à travers ses doigts. Je l’ai vu lors de son précédent passage à Montréal, mais j’aurais dû être présent hier si je vous comprends bien !

    • Je viens de lire votre compte rendu sur Aratta Rebirth de Tigra ainsi que les commentaires du billet précédent. J’ai loupé ce truc … :(

    • ouin ouin….pas besoin de nous mettre le nez dans la poche de farine…On le sait qu’on a manqué quelque chose!
      AH….Tigran! Je suis complètement tombée sous le charme lors du sublime concert solo de l’an dernier . Au lendemain de ce moment de grâce, j’ai mis l’album Red Hail dans mon panier.
      Woh… À la première écoute, j’ai eu l’impression de me mettre deux doigts dans une prise de 220. Mais…une fille pâmée ne se laisse pas arrêter pour si peu…
      Tout y est: la finesse, les eaux troubles, les envolées dramatiques, les doigts qui courent sur le piano
      ( Ça existe, les piano hero????)
      On s’y retrouve donc , mais en beaucoup plus costaud . Le façonnage est métallique, indeed.
      J’imagine très bien le frêle Tigran, se dandinant en écoutant du black metal symphonique à la Dimmur Borgir :-)
      C’est peut-être con ce que je vais dire ( svp, ne me lancez pas de tomates)mais par bouts, j’ai des relents de Gentle Giant en l’écoutant.

    • “Certains mettront des jours à se remettre de ses effets collatéraux”.

      Ce n’est pas une exagération. Tout à fait mon cas. Une chance que la guitare électrique fut mise de côté: ça m’aurait carrément enlevé le goût d’aller voir des shows rock de peur de trouver les prestations fades.

      Et on ne parle même pas de sa surréaliste conversation en percussionniste vocal avec son batteur.

    • Heille vous êtes rushants, vous autres, avec votre Tigran! Je vais être obligé de faire un détour par le magasin de disques, par votre faute! :-)

    • @AlainBrunet

      J’imagine que les deux enregistrements de Tigran qui valent le coup sont les suivants ?

      2009 : Arrata Rebirth : Red Hail (Plus Loin Music)
      2011 : A Fable (Verve)

    • Un autre en trio avec les frères Moutin, tout à fait recommandable.

    • @AlainBrunet

      Encore une question…

      Je fais un peu de ratrapage dans vos chroniques. Concernant Jaga Jazzist, à part le nouveau One Armed Bandit, quel album me conseilleriez vous ?

    • @colissuspect Même si t’as dépassé ton budget, ça vaut la peine d’emprunter pour aller au show de vendredi soir. J’ai vu le concert de One armed bandit à Oslo. Dose massive d’énergie. À ne pas rater…

    • @norvegequebec

      J’y songe sérieusement… ;-) Surtout que ce n’est pas très cher !

    • Moi, j’y serai. Demain, je prends le grand boeing bleu de mer.

    • Sans vouloir repartir un débat qui ne semble plus être pertinent, j’ai eu la très désagréable surprise de découvrir que maintenant la carte des amis …ne donne plus un Cd, mais de la musique en téléchargement zip…J’ai failli convulsé, mais heureusement, il y avait la scène CBC avec toujours de bon artistes.

      Quand ont annonce que les ventes de Cd sont en chute, alors que le fijm fait dans le mp3, cela devient franchement découragent et d’une grande tristesse. Moi qui croyais que les dirigeants étaient de grands mélomanes ! Pourquoi ne pas offrir le choix, un CD ou du téléchargement ?
      Pourquoi pas du vinyles pour les maniaques….

      Restons positif, malgré les travaux dans le secteur, les activités extérieurs reste accessible et des plus agréables…J’aime ce festival comme cette ville…Maintenant vivement jeudi pour DJ Champion…

    • Pour les albums de Jaga Jazzist; je dirais que l’album “What We Must” est un “Must” :-)

    • Ben voilà! C’est fait, j’ai réservé mes 2 billets pour Jaga Jazzist… ;-) Vous m’avez tous convaincu!

      @YvesDupuis
      J’ai eu la même réaction en achetant ma carte. De plus, les fins de soirées à l’Astral ne sont plus ce qu’elles étaient.

    • @colissuspect 16h28 – le matériel qui a servi au spectacle d’hier fut essentiellement tiré de Aratta Rebirth – Red Hail.

      @norvege 18h16 – en autant qu’il n’y ait pas de pigeons pour faire le ballant.

    • La prestation de Lee Fields fut chiche 75 minutes, incluant toutes les gimmicks qui font partie du folklore soul, ne reste pas beaucoup de musique dans tout ça. Bon show de pro, mais moins satisfaisant que l’ouragan Sharon Jones vu à la Tulipe, il y a quelques années.

      Pour Apex, on avait droit à de belles individualités, le pianiste Mitchell fut une belle découverte, mais on ne put dire que ces qualités ont renforcé le collectif , c’était la première prestation de leur tournée m’est avis et souhaite qu’il n’ont pas encore atteint leur Apex.

      Le clou de la soirée sera Thimar avec John Surman

    • Finalement Tigran était en solo hier soir à Ottawa. Géant? Monstrueux? Pharaonique? Je n’ai pas tous les qualificatifs de monsieur Brunet dans mon sac à description mais sans blague, je suis resté complètement bouché et émerveillé devant le talent de ce gamin (un peu jaloux. complexant, comme dit si bien krugie_mtl). Sur disque, j’ai préféré l’autre jeune loup de l’heure Vijay Iyer, que j’ai vu un peu plus tard dans la soirée. Mais sur scène, du moins ce soir, mon avis fut l’inverse (même si Iyer a été très très bon).

      Si Vanbasten dit vrai, et s’il est propulsé sur les grandes scènes très bientôt, alors j’ai eu une sacrée chance ce soir. Il jouait dans une petite salle du CNA, 100 places maximum, la scène au niveau du public. J’aurais pu atteindre la 88em note en me levant un peu de mon siège et en étendant le bras si j’avais voulu.

      À la fin de son set, je me disais qu’il ne pouvait pas continuer à ce rythme, qu’il brûlerait la chandelle par les deux bouts. Se défoncer comme ça, mettre autant de son âme et de ses compétences sur la table soir après soir, c’est quasiment pas humain. Je l’ai vu se craquer les jointures entre deux pièces, à la fin d’un des nombreux ouragans de la soirée. Y a de quoi… Take it easy Tigran.

      Pour ce qui est de son groupe qui était à Mtl, et bien je trouve que le retrait du guitariste n’est pas une grosse perte. Franchement, je trouve que sur disque, ça fait un peu musicien de studio à qui on demande de faire des tracks métal. C’est les bons accords, les harmoniques aux bonnes places mais ça sonne un peu pas mal ordinaire. Je n’ai pas trouvé que cette guitare rendait l’album plus « heavy », au contraire. Je suis déçu d’avoir manqué ça mais ce n’est que partie remise, au centre Bell peut-être.

      Finalement que Tigran cite Meshuggah dans son entrevue avec M.Brunet me conforte un peu connaissances parce que c’est en plein à ce groupe de pwouel que j’ai pensé en entendant certaines mesures composées sur son album Red Hail. C’est un son de guit comme ça qu’il faut au Tigran s’il veut poursuivre dans cette direction!

      bon je me tais.

    • @colissuspect

      Plutôt que What We Must, je conseille très vivement The Stix, pas mal plus intéressant selon moi, surtout la séquence des quatre premières pièces.

      On se voit au Club Soda.

    • Tigran!
      Je me morfonds d’avoir raté ça. J’écoute Red Hail depuis quelques jours et j’ai envie de mordre quelque chose. grrrrrrrrrrrr!

    • Merci à Françcois390 et à crimsonviking pour vos suggestions d’achats.
      Juste à temps car je vais faire mes emplettes ce soir sur le site.

      Aussi dans une toute autre veine, si vous avez des suggestions pour un second disque de Anouar Brahem je vous écoute. J’ai déjà …Rita et j’adore. Plus arabe que ses deux autres projets de cette année.

      Idéalement une suggestion avec le côté arabe bien présent. Je suis un peu réticent pour l’instant en ce qui à trait à ses albums avec accordéon. Mais je n’ai pas vraiment fait de revue sérieuse des extraits…

    • Je préfère What we must! Honnêtement, ça prend les deux, sauf qu’ils ont seulement One armed bandit sur le site.

      Astrakan café de Brahem.

    • Merci boogie. Je vais faire une pré-écoute rapide de Astrakan café et je verrai si il est disponible sur le site. Sinon ce sera via amazon…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2009
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité